Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Maylis de Kerangal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 66
Localisation : Nouvelle calédonie

MessageSujet: Maylis de Kerangal   Dim 20 Avr 2014 - 6:47

Maylis de Kerangal   : Réparer les vivants

Ma foi, je vais aller à contre-courant, mais contrairement à deux précédents romans que j'ai lus de cette auteure, à savoir "Corniche Kennedy" et "Naissance d'un pont", je n'ai pas du tout aimé celui-ci.

Evidemment, l'histoire n'est pas gaie, un jeune homme se tue au volant et une fois cette horrible nouvelle annoncée à la famille, on suit une partie de la vie de quelques protagonistes, qu'ils soient médecins, infirmières, ou même receveuse.

Trop d'envolées lyriques à mon goût, les phrases n'en finissent pas, s'étalant parfois sur deux pages entières, assez pénible à lire, vrai dire, ça m'a un peu agacée, et, au final, cette histoire, hormis le passage de l'annonce de la macabre nouvelle à la famille, ne m'a pas touchée. Dommage  jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Dim 20 Avr 2014 - 8:44

Je comprends très bien qu'on puisse ne pas aimer, être agacée, trouver la lecture pénible. Mais pas touchée par l'histoire, ça m'interroge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 66
Localisation : Nouvelle calédonie

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 21 Avr 2014 - 3:13

En fait, si, j'ai trouvé émouvante la première partie lorsque Simon meurt et que l'on annonce son accident très grave à ses parents....mais la suite part un peu en vrille je trouve avec les personnages impliqués...leur vie, leur parcours....peu vraisemblable. On a du mal à y croire. Elle en fait trop, l'émotion est noyée dans ses descriptions qui n'en finissent pas . bailler 

Par rapport à "Naissance d'un Pont " et "Corniche Kennedy"....assez décevant. Enfin, ce n'est que mon avis  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shéhérazade
Agilité postale


Messages : 926
Inscription le : 01/11/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 21 Avr 2014 - 16:46

Je bien de refermer Réparer les vivants et je rejoins entièrement Topocl.
Ce livre est d'une incroyable justesse que ce soit au niveau humain qu'au niveau de la crédibilité médicale.
J'ai dévoré ce livre, le souffle suspendu, collé à ce temps étiré d'une grande intensité.
L'auteur a, je trouve, réussi à mettre en relief toute la profondeur de ces 24 heures.
Et parler de ce livre exceptionnel est absolument réducteur je trouve.
J'ai vraiment été impressionnée par la richesse de ce livre et à son ton absolument juste.
Un grand merci à Topocl  bisous et à Marie et Monilet d'avoir confirmé son sentiment !

_________________
"Vous me demandez quel est le supreme bonheur ici bas ? C'est d'écouter la chanson d'une petite fille qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin." Li-tai-Po
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 21 Avr 2014 - 19:40

Et bien je suis ravie, Shéhérazade. C'est vrai que le sujet était casse-gueule, mais qu'elle s'en sort remarquablement. Et quelle écrivain! Je comprends que le style puisse t'avoir étouffée , simla, pour moi il m'a vraiment portée de bout en bout.
A qui le tour?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
églantine
Zen littéraire


Messages : 6785
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Lun 21 Avr 2014 - 22:36

topocl a écrit:
Et bien je suis ravie, Shéhérazade. C'est vrai que le sujet était casse-gueule, mais qu'elle s'en sort remarquablement. Et quelle écrivain! Je comprends que le style puisse t'avoir étouffée , simla, pour moi il m'a vraiment portée de bout en bout.
A qui le tour?
J'hésite  jemetate ....Qu'en penses-tu ?

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mar 22 Avr 2014 - 7:33

Courage, Eglantine, prend ta décision toute seule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
simla
Envolée postale


Messages : 249
Inscription le : 10/01/2013
Age : 66
Localisation : Nouvelle calédonie

MessageSujet: Maylis de Kerangal   Mar 22 Avr 2014 - 8:37

Peut-être que tu aimeras.. Eglantine  et.si, comme moi tu les prends à la biblio, le risque est minime !

En tout cas j'ai appris que si tu ne veux pas donner tes organes tu dois t'inscrire au registre officiel pour le préciser sinon ils peuvent te les prélever contre ton gré (enfin, une fois mort  rire    du moins, espérons !).....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 23 Avr 2014 - 10:44

Naissance d'un pont

Je fais partie de ceux qui ont beaucoup aimé ce livre, vraiment beaucoup.
J'ai été immédiatement ligotée par l'écriture de l'auteur, une écriture qui par un tour de magie osé se permet le grand écart (réussi) qui consiste à mélanger la radicalité d'un modernisme de la vitesse, de la rapidité, du fuselage, du mot qui claque à la richesse, la profusion, la luxuriance d'une expression quasiment flaubertienne*. Il y a de quoi en rester baba. Ce que je suis !

La fulgurance du propos, sa précision,(je crois que darkanny n'a pas aimé l'aspect superfétatoire de la prose kerangalienne), a été pour moi à la fois une force de frappe dans l'univers un brin placide de mes lectures actuelles et un long cheminement vers une approche stylistique rugueuse et en même temps batifolante. Le résultat en est cette forme de jubilation qui donne l'impression d'avoir lu un livre inoubliable, culotté et parfaitement accompli.

De bout en bout le chantier du pont que j'ai lu comme la métaphore parfaite du chantier de l'écriture a emporté mon adhésion. Que des plongeurs s'enfoncent dans les eaux noires du fleuve pour y dynamiter la roche qui servira de socle à l'édifice, que lentement les tours s'élèvent dans le ciel toujours réinventé de Coca, que l'asphalte étende son poids sur le tablier rejoignant une rive à l'autre, alors chaque technique de construction sert également à décrire le travail de l'auteur : documentation fouillée dans les remous d'autres constructions fluviales, érection d'un style qui porte haut la langue (avec un travail remarquable sur le vocabulaire des couleurs, dont cette nuit anilide (indigo) ou ces dents éburnéennes (ivoires)), ou encore le fantasme de l'écrivant (?) d'être ce lien qui permet de passer de la technicité à la poésie, de l'homme à l'humain, de la forêt à la ville. En un mot d'être : voyant.

Pari totalement réussi avec ce roman surprenant, étrange construction moderne faite de sueur et de sang ! Bravo !

*voici le pont Flaubert, réalisé à Rouen, prouesse architecturale puisque son tablier formé de 4 voies routières se soulève ! Comme c'est osé ! (je crois qu'il y a quasiment le même à Bordeaux...).



J'ajoute au passage que Maylis de Kerangal a écrit un grand roman américain, un vrai western, avec de grands espaces et de sacrés bonshommes mais que sans doute cette havraise d'origine (née à Toulon mais ayant vécu au Havre une partie de son enfance-adolescence) a sans doute été influencée par les nombreux ponts qui traversent la Seine et en particulier le pont de Normandie (ici en construction) !



_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 23 Avr 2014 - 11:06

Je voudrais revenir sur certains des commentaires exprimés sur ce fil à propos de Naissance d'un pont et y apporter les réponses faites par Maylis de Kerangal dans une interview au Matricule des anges, d'octobre 2010.

A la question qui concerne l'évolution de ses œuvres, Kerangal insiste sur le fait qu'il y a chez elle une véritable 'progression' d'un livre à l'autre. Au début de sa carrière, elle se concentre sur l'histoire à raconter et puis :

Citation :
Ensuite, ce désir de raconter une intrigue, m'intéressera moins.
Aujourd'hui, je préfère me diriger vers l'écriture presque pour elle-même. Voir comment la phrase peut prendre en charge le réel.

Elle dit aussi quelque chose qui pourrait répondre au malaise de darkanny à propos de l'écriture de Kerangal qui n'hésite pas à enfoncer le clou, à se répéter autrement, à redire :

Citation :
Donc au début, c'est vrai, j'use d'intrigues un peu excessives et ensuite tout se déplace sur la langue et à un moment j'assume aussi ce lyrisme qui n'est pas très post-moderne, qui donne l'impression que la fille écrit en transpirant. Ça, ça a été ma libération, cette acceptation du lyrisme, cette poétique de la matière, des corps, cette écriture très physique. (...) On est loin d'une écriture clinique, cérébrale, façon Palais de Tokyo, sans gras.

et à propos des personnages (à la fois archétypes et triviaux) ainsi que pour répondre à topocl sur la question de la saga, voilà un dernier extrait :

Citation :
J'ai une position ambiguë par rapport aux personnages parce que je voulais que le chantier soit une épopée. Mais une épopée où c'est le pont qui travaille. A partir du moment où ils sont sur le chantier, je n'ai pas cherché à les traiter comme des personnages de saga. Les personnages ne sont pas là pour eux-mêmes. Ils sont convoqués pour le chantier, pour ce qu'ils ont à y faire. On n'est pas dans une saga où les personnages sont hors socle. On est plus dans un roman à l'américaine où les personnages ont des choses à faire et quand ils ne les font pas, on ne les voit pas.
L'écueil, c'est l'archétype. C'est pour éviter ça que je leur ai donné un passé. (...)
Je défends mes personnages mais il faut les comprendre comme des figures à un poste du chantier et qui ne sont là qu'à ce moment précis. Ce ne sont pas du tout des héros de saga, ce sont des êtres humains, ils ont même une forme de trivialité. Ce sont des héros parce qu'ils sont confrontés à une tâche qui les dépasse un peu, mais par ailleurs ils sont en prise directe avec le réel. Ça c'était la condition sine qua non de leur existence et donc, quand ce n'est pas leur moment, ils ne sont pas à l'image.

L'interview se trouve dans le numéro 117 de la revue et a été recueillie par T. Guichard.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 23 Avr 2014 - 11:31

shanidar a écrit:
. Le résultat en est cette forme de jubilation qui donne l'impression d'avoir lu un livre inoubliable, culotté et parfaitement accompli.

C'est tout à fait ce que j'ai ressenti après Réparer les vivants. Une admiration sans borne, doublée d'une émotion extrêmement forte (qui était plus éparse dans Naissance d'un pont)
Maylis de Kerangal a une prose propre, un choix de sujets, et des horizons multiples. Elle est en train de construire une oeuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 23 Avr 2014 - 14:01

topocl a écrit:
shanidar a écrit:
. Le résultat en est cette forme de jubilation qui donne l'impression d'avoir lu un livre inoubliable, culotté et parfaitement accompli.

C'est tout à fait ce que j'ai ressenti après Réparer les vivants. Une admiration sans borne, doublée d'une émotion extrêmement forte (qui était plus éparse dans Naissance d'un pont)
Maylis de Kerangal a une prose propre, un choix de sujets, et des horizons multiples. Elle est en train de construire une oeuvre.

Je suis tout à fait d'accord avec cette affirmation. Et j'ai hâte de découvrir Réparer les vivants !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 23 Avr 2014 - 18:34

Il faudrait que je relise Naissance d'un pont, je pense que je l'apprécierais beaucoup plus maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10871
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 23 Avr 2014 - 20:17

topocl a écrit:
Il faudrait que je relise Naissance d'un pont, je pense que je l'apprécierais beaucoup plus maintenant.

Qu'Est-ce qui te fait penser ça ? Une plus grande familiarité avec l'univers de l'auteure ? ou d'autres lectures françaises ou étrangères qui te donneraient plus facilement accès à ce roman-là en particulier ?

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11710
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Mer 23 Avr 2014 - 20:26

Et bien, par exemple un tableau que je vois seul et que je n'aime pas trop, si je le vois dans une expo de l'auteur, les tableaux se répondent les uns aux autres, se bonifient l'un l'autre en quelque sorte. Là, c'est pareil.

Tu as peut-être remarqué une légère tendance chez moi à lire un auteur à fond. Cette façon d'entrer dans l'univers de quelqu'un fait que les livres se répondent, on remarque des choses qui n'auraient pas attiré l'attention autrement. J'ai l'impression d'être en terrain connu, une certaine complicité avec l'auteur.

Et puis, j'avais lu Naissance d'un pont au moment où tout le monde le découvrait et le louait. Dans ces cas-là, j'ai tendance à lire sur le mode critique, que je n'aurais plus maintenant, au contraire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maylis de Kerangal   Aujourd'hui à 21:11

Revenir en haut Aller en bas
 
Maylis de Kerangal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: