Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Judith Hermann [Allemagne]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Ven 31 Déc 2010 - 12:31

J'ai lu Maisons d'été plus tard et...je n'en ai aucun souvenir... jypeurien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Ven 31 Déc 2010 - 17:16

coline a écrit:
J'ai lu Maisons d'été plus tard et...je n'en ai aucun souvenir... jypeurien
Voilà pourquoi il faut en parler sur le forum, ou noter quelque part ce que tu en as pensé, comme ça tu t'en souviendras (mais à quoi ça sert ?).
Ceci dit, on se souvient généralement moins bien des recueils de nouvelles que des romans...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Ven 13 Jan 2012 - 10:32

kenavo a écrit:

shanidar a écrit:
et Maline nous parlera sans doute, de son troisième opus : Alice, publié en Allemagne mais pas encore traduit en français...
si Maline l'a lu, certainement
Je dois dire que c'en est de ses 3 livres, celui qui m'a le moins enthousiasmée, Alice est le personnage commun qui revient dans les 5 nouvelles de ce livres et il s'agit de la perte d'hommes autour d'Alice, cancer, suicide, accident...

J'en suis au 2/3 et je trouve ça ... sinistre. :apeur:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 60
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Sam 14 Jan 2012 - 18:25



Alice
Citation :
Si elles ne constituent pas un roman, les cinq textes qui composent ce recueil sont fortement reliées par la présence de l'héroïne, Alice, l'évocation récurrente de certains personnages, et la thématique : chaque nouvelle a pour titre un nom d'homme et, chaque fois, cet homme va mourir, meurt ou est mort. Il s'agit d'un homme jeune qu'Alice a aimé (" Micha "), d'amis plus âgés (" Conrad ", " Richard "), d'un oncle qui s'est suicidé à 22 ans, juste avant la naissance d'Alice (" Malte ") ou du mari d'Alice (" Raymond ").

Quand on aime Judith Hermann et, en particulier, son dernier livre paru en France, Alice, on ne lésine pas sur les compliments : "Le talent de créer des atmosphères qui touchent profondément l'âme" (Neues Deutschland) , "Un livre impressionnant, typiquement nouveau dans sa forme et son style, et pourtant typiquement allemand au meilleur sens, romantique, du terme" (The Guardian). De quoi se sentir un peu coupable quand on n'aime pas, pas du tout même, ce livre. Un recueil de cinq textes, difficile en effet de parler de roman, voire de nouvelles, qui a pour constante la présence d'une femme, toujours la même, à des âges différents, et la disparition d'un homme (ami, mari, oncle qu'elle n'a pas connu) : cancer, suicide, vieillesse, bref ils ne sont plus de ce monde. C'est Alice au pays des morts veille. Non qu'il y ait de quoi rire car ces récits sont plutôt sinistres, écrits dans un style minutieux et riche en détails prosaïques censés créer une ambiance poétique et mélancolique. Apparemment, cela parle à certains et pas à d'autres, absolument pas touchés par l'écriture de Judith Hermann. Moins que de mort, le thème qu'elle travaille à l'infini est celui du vide laissé par un défunt et les souvenirs qu'il laisse derrière lui. Ce sentiment de vacuité, le lecteur le ressent aussi, à l'égard du livre, s'entend. Ce n'est pas charitable à dire, mais honnête.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Alice   Dim 22 Jan 2012 - 23:15

ALICE
Pas un mot de trop. Fascinant. Lapidaire. Ce style est le rythme d’une ville, le son d’une génération. Tout ça est vrai, a été répété au sujet de Judith Hermann et reste valable pour son dernier recueil de nouvelles « Alice ».

Nouvelles ou roman ? Les 5 chapitres à l’en-tête de prénoms masculins sont reliés entre eux par la figure principale, une jeune femme d’une trentaine d’années, Alice, un prénom comme celui d’une sainte patronne ou comme Alice Monroe, l’écrivaine canadienne dont les nouvelles se lisent souvent comme autant de condensés de romans.

Les chapitres parlent tous de la mort d’un proche. Micha est une ancienne liaison d’Alice dont la femme lui demande de la soutenir auprès du mourant et ne serait qu’en étant le baby-sitter de son enfant. Une histoire où le détail matériel du quotidien prend une place démesurée, et où les protagonistes hésitent beaucoup comment se comporter les uns en face des autres.

Conrad, peut-être une autre liaison d’Alice mais ce n’est jamais mentionné explicitement, est un homme âgé qui l’a invitée avec des amis de passer l’été dans sa maison en Italie au bord d’un lac. Il se meurt à l’hôpital, alors que les jeunes gens arrivent, doutent peut-être du sérieux de sa condition et bouffent et boivent et font l’amour. Ce n’est pas tragique, ce n’est pas cocasse, c’est la vie.

Richard à la veille de sa mort est entouré de ses proches qui vivent calmement et désespérément l’issue fatale.

Malte s’est suicidé jeune. Alice n’était pas encore née et elle cherche aujourd'hui à rencontrer un ami de cet oncle dont elle ignore tout sauf qu’il a été homosexuel.

Raymond est le mari d’Alice, il traverse tel un pilier rassurant les 4 autres nouvelles. Sa mort est nettement moins acceptable pour Alice que celle des autres. Une part de lui reste vivante pour elle mais quelle part. Et c’est peut-être la quintessence de ce livre, que les morts ne disparaissent pas, ni vivent simplement dans nos souvenirs mais qu’ils subsistent en tant qu’ombres dans le monde à tout un chacun.
Spoiler:
 

« Alice » est un beau livre tranquille décrivant ce que mourir veut dire pour les proches et comment ils vivent le temps de l’attente de cette mort. Il est écrit du point de vue d’une femme sans être un livre féminin.

Judith Hermann a un ton très personnel, des phrases succinctes, elliptiques, franches et précises. Toute l’atmosphère de ses nouvelles s’y retrouve. J’ai personnellement lu et relu « Alice » purement et simplement parce que ce style m’a semblé trop épuré cetts fois-ci. Mais cette densité incroyable m’a fascinée et emporté dans son récit. C’est une méditation pas seulement sur la mort, oui, mais je me suis sentie un peu privé de quelque chose, de bons moments de lecture, une nouvelle c’est quand même moins frustrant que la vie.


Dernière édition par Maline le Lun 23 Jan 2012 - 8:53, édité 1 fois (Raison : Réparer les dégâts d'un voleur de lettres)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Lun 23 Jan 2012 - 0:15

Un commentaire vraiment inspiré, Maline !

J' avoue que je l' attendais un peu après avoir été mis en appétit par l' article de la Quinzaine. Je crois que je commencerai par Rien que des fantomes, qui figurait déjà sur mes listes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Lun 23 Jan 2012 - 8:52

Rien que des fantômes contient les nouvelles qui se sont effacées dans mes souvenirs. Par contre, je me souviens facilement des récits de Maison d'été, plus tard, c'est à mon humble avis le livre le plus aisé pour aborder Judith Hermann. Au fait trois livres en 11 ans, on ne peut pas dire que notre auteur est prolifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Ven 2 Nov 2012 - 18:14

Alice

J'ai retrouvé avec plaisir la langue fragile, menue, la langue précise de Judith Hermann, plaisir de retrouver son atmosphère délétère, cette manière sensible, à peine perceptible de faire passer un trouble, une émotion, la mort.

Mais là où comme dans la plupart des nouvelles de Rien que des fantômes, l'émotion et l'écriture par leur légère densité donnait au texte une forme d'assise ténue, libre, aérienne, la mort omniprésente dans la vie d'Alice laisse un sentiment lourd, difficile, presque irrespirable, une pesanteur des gestes, une gravité qui n'est en rien compensée par les choses de la vie. Bien sur, Judith Hermann a raison, sa manière d'exprimer la relation aux morts est ainsi, faite de souvenirs qu'on voudrait oublier et qui surgissent sans crier gare, à cause d'un son, d'une odeur, à cause d'un morceau de croissant retrouvé dans une poche. Les morts sont toujours et partout, dans les interstices de la vie, même si on ne les rêve plus, même s'ils ont échappé à toute matérialité, ils sont là, tapis. Mais aussi, comme le souligne Maline, Alice se lit un peu comme on avale une gorgée d'eau glacée, qui fait grincer des dents et fige l'œsophage, la lecture est proche d'une douleur cotonneuse, enfouie, douleur due aux absents, à cette imminence de la mort qui vient, emporte et ne laisse que quelques traces. De ces traces, Judith Hermann fait une sorte de roman un peu éprouvant, un peu difficile.

Un beau livre malgré tout, d'atmosphère, de retenue, de silence.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Dim 10 Aoû 2014 - 11:42

cheers  Dans la semaine qui vient Judith Hermann va publier son premier roman Aller Liebe Anfang (Le début de tout amour). A quand la traduction française ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Dim 10 Aoû 2014 - 15:10

merci pour l'information, j'ai bien envie de découvrir...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   Jeu 14 Avr 2016 - 15:56

Là voici la traduction française de Aller Liebe Anfang : Au début de l’amour, traduit de l’allemand par Dominique Autrand.


Une histoire de stalking où un inconnu harcèle une jeune femme par sa présence seule dans la rue où elle habite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Judith Hermann [Allemagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Judith Hermann [Allemagne]
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» Erdogan en Allemagne exige...
» OGM : L'Allemagne interdit à son tour le maïs transgénique de Monsanto
» vedette MBOOT (Allemagne)
» Etudes pour travailler dans les bibliothèques en Allemagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: