Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 George Eliot

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 52
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: George Eliot    Ven 29 Avr 2011 - 13:03

Ma bibliothèque possède "Silas Marner", quelqu'un l'a-t-il lu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: George Eliot    Ven 29 Avr 2011 - 15:46

IzaBzh a écrit:
Ma bibliothèque possède "Silas Marner", quelqu'un l'a-t-il lu ?

Non, pas encore celui-ci pour ma part.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: George Eliot    Mar 18 Déc 2012 - 14:51

2 mots concis sur le Moulin sur la Floss, dans le petit village de St Ogg’s.

On a coutume de résumer l’ouvrage en parlant de l’amour indéfectible d’un frère et d’une sœur, Tom et Maggie.

Infiniment riche, le livre aborde aussi les mœurs provinciales du 19è siècle dans un monde rural clos, imperméable aux changements modernes (pourtant rapides à cette période industrielle) et installé dans des convictions d’honneur, d’apparence, de valeurs familiales puissantes.

Après la faillite et la mort de leur père, un bouillonnant meunier, Tom et Maggie doivent assumer les dettes et garder la face. Tom travaille et redresse la fierté clanique, tandis que l’attachante Maggie lutte in petto contre ses sentiments, la portant tantôt à l’amour platonique pour son frère et ses deux amis, Philip et Stephen, tantôt à l’amour mystique. C’est une exaltée, une amoureuse au sens noble, qui a bien du mal à réprimer ses élans du cœur, dans un monde calculateur et étriqué.

Je l’ai beaucoup aimée car elle a de la force, de la constance et une grande pureté intérieure. Mais si Maggie suscite de violentes passions, elle sacrifie sa vie et se heurte à son roc de frère, glacial et intransigeant. Tout cela se révélera fatal.

George Eliot, c’est un tout : une psychologie des profondeurs avec passage au scalpel des moindres émois, une vision spirituelle de l’être humain, de la causticité face aux âmes mesquines et empotées (de savoureux portraits de bourgeoises idiotes dans ce livre), de l’intensité (une scène de malédiction sur la Bible qui m’a marquée), un regard sur l’évolution du labeur, des techniques de commerce, la sclérose des mentalités etc...

Bref, un immense auteur, imbibé de sagesse classique et religieuse à la fois.

Trop bon. bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: George Eliot    Mar 18 Déc 2012 - 18:20

Merci Tina, c'est vrai que George Eliot est un immense auteur (une en fait), j'avais lu ce roman il y a une vingtaine d'années et j'avais adoré. Tu me donnes envie de le relire...

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: George Eliot    Jeu 1 Sep 2016 - 15:50

Harelde a écrit:

Wiki a écrit:
George Eliot, de son vrai nom Mary Anne Evans, est une romancière britannique née le 22 novembre 1819 à Nuneaton et morte le 22 décembre 1880 à Londres. Elle est considérée comme un des plus grands écrivains victoriens, tous sexes confondus. Ses romans, qui se situent dans une Angleterre provinciale, sont connus pour leur réalisme et leur profondeur psychologique. Elle prit un nom de plume à consonance masculine afin que son œuvre soit prise au sérieux. Bien que les auteurs féminins de cette période aient pu publier librement sous leur vrai nom, l'usage d'un nom masculin lui aurait permis de s'assurer que ses œuvres ne soient pas perçues comme de simples romans d'amour. Le fait d'avoir voulu préserver sa vie privée des curiosités du public et de sa relation scandaleuse avec George Henry Lewes pourrait aussi avoir influencé cette décision.

Mary Anne Evans dite George Eliot selon Historia aurait pris ce pseudo pour se protéger de l’esprit puritain de l’Angleterre de son époque, car elle vivait à l’époque maritalement avec George Henry Lewes, homme marié et père de famille, séparé de son épouse il n’en était pas divorcé. George Eliot était inspirée par Walter Scott père du roman historique.
Par la suite elle aurait inspiré Proust pour sa Recherche du Temps perdu et Beauvoir pour son feminisme

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: George Eliot    Jeu 1 Sep 2016 - 15:58

Et tu vas la lire ?

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 72
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: George Eliot    Jeu 1 Sep 2016 - 16:03

le fait qu'elle était adepte de Walter Scott m'incline à tâter de ses écrits, peut être a t'elle écrit un roman s'inspirant de l'Histoire...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 53
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: George Eliot    Jeu 3 Nov 2016 - 12:46

Le moulin sur la Floss




A vouloir m'économiser et entretenir ma paresse , j'ai choisi d'aborder George ELIOT par le plus petit ouvrage à ma disposition mais qui n'en constitue pas moins un minus pavé de plus de 700 pages Folio . Finalement je regrette de ne pas m'être lancée directement dans Middlemarch considéré comme son chef-d'oeuvre . Je suppose après avoir terminé Le moulin sur la Floss que les thèmes abordés se retrouvent de façon récurrente dans l'ensemble de son oeuvre tant on sent une volonté quasi-obsessionnelle d'orienter son lecteur sur un chemin de vie doté de valeurs fondamentales .
Et c'est probablement ce qui m'a gênée dès les premiers centaines de pages .
Nous sommes à des années lumières du monde Austenien et je suis très étonnée que certains puissent établir quelques parallèles .
Le moulin de la Floss , c'est avant tout une histoire d'amour fusionnelle entre un frère et une soeur ....Deux êtres que tout oppose en dehors de leur fraternité .
Que Georges Eliot s'identifie à la petite Maggie et se soit inspirée de son vécu pour créer ce personnage si volontaire et exigeant il ne fait nul doute : l'écriture si tendue , pointue , austère même dans les plus belles descriptions de paysage témoigne de cette fermeté d'âme qui ne cède en rien aux goûts du lecteur .
Dans cet état d'esprit Le moulin de la Floss ne laisse bien sûr rien au hasard donc : sans étiqueter cet ouvrage de roman réaliste, il déploie suffisamment d'analyse du contexte social pour le considérer comme un ouvrage important dans l'apport de la connaissance Victorienne : Georges Eliot dépeint très bien les grands bouleversements économiques et sociaux de l'époque et cette toile de fond a été travaillée avec suffisamment de minutie pour constituer une part majeure de roman . Il est à noter d'ailleurs que nous sommes bien loin des salons feutrés de Jane Austen : Georges Eliot nous immerge dans une réalité commune , le monde des petits Bourgeois ou des gens du menu peuple qui gagne sa vie à la sueur de son front .
Mais au delà de cet aspect purement sociologique , c'est avant une formidable étude psychologique travaillée avec une précision et un souci de profondeur tels que toutes les strates de la complexité psychique semblent être dépliées pour nous faire entrevoir le fond du gouffre pas toujours bien reluisant !
Certes l'humour n'est pas absent et apporte un peu d'aisance dans la lecture , les personnages sont croqués avec une tendre affection moqueuse mais l'empreinte morale et douloureuse de cette auteur proche du mysticisme quelquefois peut paraître pesante et oppressante : Le lecteur pris dans les mailles de ce filet littéraire aura bien du mal à garder légèreté et recul ; George Eliot prend à parti son lecteur , bouscule , oriente , et fait de son art un outil à fin éducative .
La place de la femme dans la société de l'époque , l'ignorance confinant à l'asservissement des masses , l'éducation et les mentalités étriquées , l'amour sous toutes ses formes ...Autant de thèmes travaillés au cordeau , sans fantaisie ,à travers un filtre moralisateur admirable( parce l'engagement est assumé )font de ce roman un incontournable pour qui s'intéresse à l'époque victorienne . Mais à l'heure du toujours plus vite il faut s'armer de patience pour rentrer dans les méandres d'une prose quelquefois complexe sans fioritures , avec une aridité insolite pour l'époque mais qui semble en accord parfait avec la personnalité de l'auteur . Une lecture riche , agaçante souvent et probablement inoubliable !
Et ...oui j'ai oublié de vous raconter l'histoire au final ????  A croire que ce n'était pas le plus marquant !
Bon et si j'allais me flageller un petit peu maintenant ? Histoire d'appliquer ce que j'ai retenu ? Rolling Eyes

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: George Eliot    

Revenir en haut Aller en bas
 
George Eliot
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Flyingkebab's Crew : Pixel [pukifee zoe] et son ami George le yéti au grand coeur
» Ecrire les histoires de nos vies « à la manière de George Sand »
» George Brassens
» Bijoux 3D George Sand de Evelyne18
» Lettre d'amour de George Sand à Michel de Bourges

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: