Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Thèmes abhorrés ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Jérémy
Envolée postale
avatar

Messages : 116
Inscription le : 08/09/2015

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Jeu 13 Oct 2016 - 6:04

Chez moi, pas de thèmes abhorrés. Seulement des auteurs.
De toute façon, prise sous cette angle, la notion de thème me semble imprécise.
N'est-ce pas proprement l'intérêt de la littérature, et ce qui l'oppose au reste, que sa capacité à tout aborder en même temps ?
C'est cette luxuriance qui permet l'analyse littéraire, exercice auquel se soumettrait difficilement le néant d'un Harlequin, par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Jeu 13 Oct 2016 - 14:06

Jérémy a écrit:

N'est-ce pas proprement l'intérêt de la littérature, et ce qui l'oppose au reste, que sa capacité à tout aborder en même temps ?
Oui Jérémy, tu as bien raison,
en m'exprimant là dessus c'est ce dont je me rends compte, c'est difficile parce que bien décrire là où l'on se situe dans notre réception des oeuvres ce n'est déjà plus parler littérature.
Revenir en haut Aller en bas
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 26

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Jeu 13 Oct 2016 - 18:51

Je ne sais pas si je l'ai déjà dis quelque part, mais un "thème" qui ne m'a jamais emballé, c'est bien celui des vampires. Je ne vais pas rejeter un livre qui en parle, mais je ne vais pas spontanément aller vers un livre qui, manifestement, en traite. Exit Bram Stoker, de toute manière, ce n'est pas bien grave. J'essaie malgré tout d'avoir un certain détachement par rapport à mes a priori. Comme ne pas rejeter un aliment à cause de son apparence ou de son odeur. J'ai tendance parfois à me méfier des romans qui abordent des sujets politiques, mais je réprime cette tendance, sachant qu'il reste toujours un objet littéraire, les autres problématiques sont extérieures ou secondaires et n'entrent pas nécessairement en compte dans mon appréciation.

Pourquoi l'exégèse, la critique, le ressenti ne pourrait pas faire partie intégrante de la littérature ?

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Jeu 13 Oct 2016 - 19:17

Dreep a écrit:


Pourquoi l'exégèse, la critique, le ressenti ne pourrait pas faire partie intégrante de la littérature ?

bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Ven 14 Oct 2016 - 9:36

Chamaco a écrit:
Peur peut être parce que cela frôle les grands mythes chers au nazisme, cette impression de cotoyer une frontière interdite..?

Hum... c'est vrai que Le Matin aborde (voire brode...) la question de l'ésotérisme et du nazisme (et il y a des vrais liens entre les 2, d'ailleurs. Le simple choix du symbole d'un swastika inversée n'est pas anodin), mais ce n'est pas l'entièreté du livre, et en aucun cas l'ouvrage semble "pour" toute forme de totalitarisme...
C'est clair qu'il y a des passages où on voit que c'est sans doute un peu - beaucoup Cool - capillotracté... après... dangereux ? Je n'arrive pas à voir où est le danger en fait... jypeurien


Dreep a écrit:

Je ne sais pas si je l'ai déjà dis quelque part, mais un "thème" qui ne m'a jamais emballé, c'est bien celui des vampires. Je ne vais pas rejeter un livre qui en parle, mais je ne vais pas spontanément aller vers un livre qui, manifestement, en traite. Exit Bram Stoker, de toute manière, ce n'est pas bien grave.

C'est pas bien grave certes, mais autant je veux bien croire que Twillight et compagnie, ne soit pas particulièrement "intéressant", autant LE Dracula de Stocker est un des rares bouquins que j'ai lu 2 fois...



Bon après, j'assume totalement mon attirance pour tous les sujets glauques ou tout ce qui va rebuter les autres parce que "ça fait peur", c'est "trop sombre", c'est "bizarre", c'est "morbide"... J'ai toujours eu l'impression que me confronter à ce qui fait peur a priori, c'était une manière de garder le contrôle et de comprendre la peur, l'incompréhension face à la violence, le "mal" tout ça... Donc, quand, pour moi, ce qui peut vraiment combattre la peur c'est la compréhension et la connaissance, pas la fuite.
Après, il ne faut pas que ça soit "gratuit", il faut que j'ai la sensation de comprendre le quelque chose qu'il y a derrière, ou à la limite que cela satisfasse ma curiosité (qui n'a que peu de limites), ou alors que ça m'amuse, sinon, cela me semble vain. jemetate

Ou, c'est comme quand je vois des gens dire spontanément "ah, le rayon ésotérisme/paranormal/spiritualité, c'est pas la peine" et s'en détourner totalement, comme si c'était un truc "sale" un peu... jemetate
ça me dépasse en fait. Je pige pas cette attitude de gens "normaux" qui surtout veulent le rester...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanta
Agilité postale
avatar

Messages : 723
Inscription le : 04/07/2014
Localisation : Vitrolles

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Ven 14 Oct 2016 - 9:51

Chymère a écrit:
Chamaco a écrit:
Peur peut être parce que cela frôle les grands mythes chers au nazisme, cette impression de cotoyer une frontière interdite..?

Hum... c'est vrai que Le Matin aborde (voire brode...) la question de l'ésotérisme et du nazisme (et il y a des vrais liens entre les 2, d'ailleurs. Le simple choix du symbole d'un swastika inversée n'est pas anodin), mais ce n'est pas l'entièreté du livre, et en aucun cas l'ouvrage semble "pour" toute forme de totalitarisme...
C'est clair qu'il y a des passages où on voit que c'est sans doute un peu - beaucoup  Cool  - capillotracté... après... dangereux ? Je n'arrive pas à voir où est le danger en fait...  jypeurien



Le choix de la svastika est très bien expliqué dans l'histoire secrète de la Gestapo. Goering ou Hitler je ne me rappelle plus est invité chez un noble suédois et il aperçoit ce symbole, le noble suédois explique qu'il s'agit d'un symbole de pureté, la forme en plus particulière et quasi hypnotique finira de convaincre Hitler de l'utiliser.
Mis il est tout à fait vrai que les nazis aimaient verser dans l'ésotérisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 26

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Sam 15 Oct 2016 - 22:11

Chymère a écrit:
Dreep a écrit:

Je ne sais pas si je l'ai déjà dis quelque part, mais un "thème" qui ne m'a jamais emballé, c'est bien celui des vampires. Je ne vais pas rejeter un livre qui en parle, mais je ne vais pas spontanément aller vers un livre qui, manifestement, en traite. Exit Bram Stoker, de toute manière, ce n'est pas bien grave.

C'est pas bien grave certes, mais autant je veux bien croire que Twillight et compagnie, ne soit pas particulièrement "intéressant", autant LE Dracula de Stocker est un des rares bouquins que j'ai lu 2 fois...



Bon après, j'assume totalement mon attirance pour tous les sujets glauques ou tout ce qui va rebuter les autres parce que "ça fait peur", c'est "trop sombre", c'est "bizarre", c'est "morbide"... J'ai toujours eu l'impression que me confronter à ce qui fait peur a priori, c'était une manière de garder le contrôle et de comprendre la peur, l'incompréhension face à la violence, le "mal" tout ça... Donc, quand, pour moi, ce qui peut vraiment combattre la peur c'est la compréhension et la connaissance, pas la fuite.
Après, il ne faut pas que ça soit "gratuit", il faut que j'ai la sensation de comprendre le quelque chose qu'il y a derrière, ou à la limite que cela satisfasse ma curiosité (qui n'a que peu de limites), ou alors que ça m'amuse, sinon, cela me semble vain.  jemetate

Ou, c'est comme quand je vois des gens dire spontanément "ah, le rayon ésotérisme/paranormal/spiritualité, c'est pas la peine" et s'en détourner totalement, comme si c'était un truc "sale" un peu...  jemetate
ça me dépasse en fait. Je pige pas cette attitude de gens "normaux" qui surtout veulent le rester...

Oui alors moi aussi j'aime beaucoup me heurter à l'étrange, à ma propre incompréhension que je finis par dépasser, pour voir les choses d'une autre manière. Mais les vampires, c'est sûrement un grossier a priori, mais ils sont pour plutôt du côté des choses éculées ou kitsch. Je ne pensais pas du tout à Twillight, que je ne connais pas... j'ai quasiment rien lu ou vu avec des vampires, peut-être juste une nouvelle de Théophile Gautier. Je ne sais plus si y en a dans les nouvelles d'Edgar Poe...

En tout cas, c'est pas pour rester tel que je suis, mais j'ai bien peur qu'y goûter ne me remue pas grand-chose en moi. Mais ce n'est pas un jugement pour autant, encore moins une critique de cet univers, plutôt une frilosité vraiment futile.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Sam 15 Oct 2016 - 22:51

En fait, les vampires, c'est intéressant, parce que c'est une sorte de mythe protéiforme qui a beaucoup évolué avec le temps et la littérature, et, en un sens, la littérature a fini par "recréer" le mythe dans l'imagerie populaire...
Au départ, dans les pays de l'Est, le vampyr est plus proche du zombie actuel, que de l'être malfaisant, pervers mais classieux que Bram Stocker a créé avec Dracula, en s'inspirant du personnage histoire de Vlad Tepes (un sacré numéro si vous voulez mon avis... tongue ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Sam 15 Oct 2016 - 23:03

Pourquoi futile, Dreep ? Peut-être que tu n'aimes pas les dents et l'idée d'être sucé de ton sang. Ou peut-être as- tu définitivement amertume à avoir eu interrelation avec un passionné des vampires etc.
Je parlais plus haut de ma peur face à une lecture : tu evoques, toi un désintérêt d'à priori, quelque soit notre réserve en un domaine, elle doit être accueillie et assumée comme manifestation d'une entité qui cherche à se trouver, s'affirmer, voir affirmer ses éthiques.

Chymère, tu sais je comprends ta position ou ta réaction. Si j'ai dis avoir été apeurée par un livre, c'est bien pour me donner la chance d'en comprendre la cause. Je n'aurais jamais pensé l'être, et dans bien d'autres domaines que la littérature, j'eus préféré ne jamais devoir abdiquer sur la question du volontariat.
Dreep me touche en cela, d'ailleurs, car j'ai eue, plus jeune, comme fer de lance de ne jamais arrêter quelque avis que ce soit -à priori.
Il a fallu quelques péripéties banales mais à résonnance existentielle pour que je me découvre vulnérable jusqu'à la réception des sens émis par l'Art. Evidemment que je me passerais d'être émue et fuyante face à un corpus créatif.
C'est cette mauvaise surprise de l'être, vulnérable, qui m'a sans doute , entre autre, forcée à ne plus tenir autant à être légitimement estimable dans mes opinions, goûts ou attitudes.
C'est un deuil. Sans nul doute. Que tu aies (ais) une curiosité indemne de censures est une grâce, et je suis heureuse de pouvoir lire ici tant d'avis différents, même si à présent je serais encline à ériger ce qui de droit peut aider à vivre. Et ce qui ne le peut pas.
l'aide est une chose . Pas un état. Pas une âme. Pas une éthique.
C'est bête. c'est humain. C'st vivant.
Renouer avec l'échange sur la littérature va me permettre d'avoir certainement, à nouveau un recul pour entendre tout. Peser, sans la peur qui étreint le quant à soi contraint. Vois-tu ce que je veux dire ?
je n'ai jamais voulu dire qu'avoir peur d'un livre était souhaitable. Ne pas le comprendre est un grâce, vers laquelle je compte bien tendre avec votre aide, par exemple, entre autre sel. A la bonne heure, peur, sors d'ici.
Et oui.

(Enfin je ne passe pasmon temps à avoir peur d'une lecture datée de 12 ans hein. J'explicite mais ça va. je suis assez peu peureuse. En plus.)


Dernière édition par Nadine le Dim 16 Oct 2016 - 0:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Sam 15 Oct 2016 - 23:46

Chymère a écrit:
Chamaco a écrit:
Peur peut être parce que cela frôle les grands mythes chers au nazisme, cette impression de cotoyer une frontière interdite..?

Hum... c'est vrai que Le Matin aborde (voire brode...) la question de l'ésotérisme et du nazisme (et il y a des vrais liens entre les 2, d'ailleurs. Le simple choix du symbole d'un swastika inversée n'est pas anodin), mais ce n'est pas l'entièreté du livre, et en aucun cas l'ouvrage semble "pour" toute forme de totalitarisme...
 jypeurien




exact, c'est plutôt abordé comme un documentaire, tel le passage sur la société de Thulé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
Dreep
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1435
Inscription le : 14/03/2014
Age : 26

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Dim 16 Oct 2016 - 8:52

Non, c'est beaucoup plus futile que ça, Nadine.

Je dis que ça l'est parce qu'il n'y a vraiment aucune raison profonde à cela, ni peur, ni amertume. Simplement comme quelqu'un peut ne pas aimer les chemises jaunes ou les chipolatas.

_________________
"Un instant, Ulrich hésita. Il était sans aucun doute un homme croyant, mais qui ne croyait à rien ; sa dévotion la plus totale à la science n'était même pas parvenue à lui faire oublier que la beauté et bonté des hommes proviennent de ce qu'ils croient, et non point de ce qu'ils savent." L'homme sans qualités, Robert Musil

Un long week-end avec Marcel Proust (Ronald Frame)
Le roman d'un enfant - Prime jeunesse (Pierre Loti)
La Trêve (Primo Levi)
Les Brigands (Friedrich von Schiller)
Les Fleurs du Mal (Charles Baudelaire) (relecture)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Dim 16 Oct 2016 - 12:54

Aïe, cette histoire de 'grâce' me ramène immanquablement à la récente lecture de Kertesz et à cette incompréhension en moi de ce que dit l'auteur par rapport à la grâce. Il va falloir que j'achète le livre et que j'arrive à comprendre ce 'truc'.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thèmes abhorrés ?
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» avoir accès aux différents thèmes de discussions...?
» Thèmes supplémentaires
» Bébés lecteurs
» [Grand Thème] Urbanisme et logement
» [Grand Thème] La protection sociale, la santé, le handicap

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Les goûts des parfumés-
Sauter vers: