Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Thèmes abhorrés ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Lun 7 Juil 2014 - 20:27

HamsterKiller a écrit:
Comme mon bel oranger ou l'affaire Caïus ou dans la gueule du loup.
J'ai eu droit à La revanche de Képhalos et au Nain de Pount... 6ème/5ème je pense. il ne m'en reste pas grand chose mais ça vaut mieux. (après j'ai quand mêle du lire des trucs mieux, plus classiques, mais tant mieux certainement, ptet L'Etranger à un moment quand même, ça fait strange, on ne comprend pas tout, mais techniquement c'est accessible et du coup on peut en garder quelque chose tout en sachant qu'on n'a pas tout, et ça aussi c'est important).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maryvonne
Zen littéraire
avatar

Messages : 4259
Inscription le : 03/08/2009
Localisation : oui, merci.

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Lun 7 Juil 2014 - 20:37

Des souris et des hommes aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Exini
Zen littéraire
avatar

Messages : 3065
Inscription le : 08/10/2011
Age : 44
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Lun 7 Juil 2014 - 21:59

Et moi "Les bouts de bois de Dieu" d'Ousmane SEMBENE en 3ème. En fait, je ne peux pas dire que ça ne m'a pas plu, vu que je crois ne pas l'avoir lu (ou alors, il ne m'en reste rien).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Lun 7 Juil 2014 - 22:08

Chymère a écrit:
Notamment Zola, qui même si ça peinture de la société est bien "représentée", je trouve qu'au fond le message de ses livres est assez horrible et déprimant (que finalement, on ne peut pas se sortir de son héritage social et génétique, et qu'on peut s'élever au-dessus de ça... sans parler du déterminisme induit par la puissance financière etc... alors je sais bien que Zola dénonce, mais il ne propose aucune "solution", finalement...). Et je comprends que plus ou moins consciemment, les gamins n'aient aucune envie qu'on leur dise que la vie se résume à ça.  jypeurien 
Certes mais justement... un monde imaginaire peut être une forme bienvenue d'échappatoire à ce monde-ci, ou la possibilité d'y puiser des forces et des solutions pour pour soi-même.


Alors déjà tous les livres de Zola ne sont pas tous aussi noirs et déprimants, je pourrais citer Une page d'amour, La joie de vivre, Le rêve....Et certains livres de SF font paraître le monde de Zola presque riant, j'ai évoqué Le meilleur des mondes, et il existe un certain nombre d'autres dystopies assez atroces, tient Génocide de Thomas Disch, dans le genre horrible et déprimant....

Zola n'est pas l'écrivain du XIX que je préfère, même si je l'ai beaucoup apprécié étant plus jeune, il a un côté un peu systématique sans doute, qui peut faire paraître peut être ses écrits par moments un peu trop noirs, allant dans un sens, voire simplificateurs. Mais cela vient aussi de ce que ses livres n'étaient par choix pas élitistes, il a été très lu, par des publics divers, et pas seulement par une classe sociale favorisée. Il s'est beaucoup documenté pour écrire certains de ses livres, il est allé par exemple dans les mines, a observé, noté, a tenté de donner une image d'une réalité, dure et cruelle, que beaucoup ignoraient ou ne voulaient pas voir. Au-delà de son activité d'écrivain, il a été un homme engagé, qui a tenté de faire changer la réalité de son époque. Et ses livres participaient à son combat. Et si les choses ont changé depuis son époque, en sensibilisant les gens, en dépeignant, parfois en noircissant à l'extrême, en évoquant aussi parfois des moyens de lutter, et en donnant quelques belles figures, il y a contribué. Et je trouve injuste de ne pas reconnaître cette contribution.  

Et même si j'aime bien Le seigneur des anneaux, je ne vois pas du tout en quoi cela apporte des solutions à des problèmes de société actuels. Tu utilises le mot "échappatoire", d'ailleurs. Bien sûr, le besoin de rêver, de partir dans un ailleurs où des solutions existent, d'oublier les soucis et un quotidien déprimant, tout le monde l'éprouve. Et heureusement que des livres sont là pour ça. Mais on revient à la réalité à un moment donnée ou un autre, et personnellement je trouve aussi bien qu'il y ait des livres qui posent le réel, y compris avec ses aspects les moins agréables et gratifiants.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mar 8 Juil 2014 - 10:10

Ah mais je n'ai pas dit que telle ou telle sorte de livres ne devait pas exister... il faut de tout pour faire un monde. Ou pour faire avancer le monde, et c'est tant mieux.

Sinon, je trouve que justement, beaucoup de bouquins de SF - comme Le meilleur des mondes dont tu parles - sont justement des critiques ou des manières détournées de parler de notre société, ou de la société que l'on se prépare. Effectivement ce n'est pas toujours rose (même s'il y a une forme de "lueur d'espoir" à la fin, tout de même). Moi je trouve qu'il y a la même forme de "sociologie visionnaire" que dans un Zola (et encore une fois, je n'ai jamais dit que Zola c'était nul et qu'il ne méritait pas son statut de "grand écrivain", au contraire... je dis juste que, me concernant, ses thématiques me parlent moins. Mais c'est personnel).


Citation :
Et même si j'aime bien Le seigneur des anneaux, je ne vois pas du tout en quoi cela apporte des solutions à des problèmes de société actuels.

Ben, Le Seigneur des Anneaux décrit l'union de différents personnages, de différentes races, qui combattent un "Mal" ensemble (certains ont vu dans l'Anneau une métaphore de la bombe atomique, ou ont rapproché la Guerre de l'Anneau de la Seconde guerre mondiale, de même que les œuvres néfastes de Saroumane seraient une critique de la révolution industrielle, avec déjà une critique de la pollution et de la destruction de la nature...). En faisant fi de tout ce qui les oppose, et dépassant leurs peurs, leurs faiblesses et leurs égoïsmes pour œuvrer dans ce même but, chacun osant un sacrifice pour les autres...
Moi je trouve que dans le genre "solution à des problèmes de société actuels", c'est plutôt parlant...  jypeurien


Dernière édition par Chymère le Mar 8 Juil 2014 - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Max
Main aguerrie
avatar

Messages : 381
Inscription le : 21/03/2014
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mar 8 Juil 2014 - 11:18

Arabella a écrit:
Alors déjà tous les livres de Zola ne sont pas tous aussi noirs et déprimants, je pourrais citer Une page d'amour, La joie de vivre

Euh... je vois que je suis pas le seul à avoir des trous  Cool 
Ces deux-là sont parmi les plus tristes et sombres de la série...

Cite plutôt Pot-bouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mar 8 Juil 2014 - 11:23

C'est bien ce qu'il me semblait, j'avais le souvenir d'une certaine tristesse et acharnement dans La joie de vivre.

Par contre je retiendrais Le ventre de Paris et Au bonheur des dames comme plus réjouissants même si le lot de malheurs n'est pas totalement absent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mar 8 Juil 2014 - 12:19

Et bien, le moins que l'on puisse dire c'est que tout le monde n'a pas la même lecture des romans de Zola. Je persiste pour La joie de vivre, bien sûr il arrive des déboires aux personnages, et surtout à cette pauvre Pauline, mais malgré tout elle garde cette joie de vivre du titre. Comme si le bonheur ne dépendait pas des circonstances objectives, mais d'une sorte d'aptitude, d'état d'esprit (l'opposition Lazare - Pauline est essentielle), et que finalement le plus important c'est dans le regard que l'on porte sur soi et les autres. Et bien je trouve que c'est une vision optimiste.

Alors que Pot-bouille est pour moi peut être le plus sombre, je crois que dans aucun autre de ses livres Zola ne fait une telle galerie de personnages au vitriol, pas un pour sauver l'autre. Et je dois dire que je ne trouve rien de réjouissant dans Le ventre de Paris, ce pauvre homme renvoyé au bagne, les portraits des commerçants, les descriptions de bouffe à vous dégoûter de manger pendant des semaines....

Au bonheur des dames, oui, j'y avais d'ailleurs pensé. Là nous sommes d'accord, Darkanny.

Et je crois que personne ne trouve Le rêve noir et sombre ?  Au moins un qui pourra mettre tout le monde d'accord ? dentsblanches 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ArturoBandini
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2748
Inscription le : 05/03/2015
Age : 32
Localisation : Aix-en-Provence

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mar 24 Mar 2015 - 21:29

Comme pas mal sur ce fil je suis plutôt réfractaire à la fantasy, les romans de gare.
Après la SF et les polars ce n'est vraiment pas ma tasse de thé non plus, mais j'ai d'excellents souvenirs d'Agatha Christie ou de Barjavel par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mer 12 Oct 2016 - 15:48

Maryvonne a écrit:
Je n'aime pas trop les histoire d'amour entre caniches qui se déroule au 18ème.
Sinon, je suis assez ouverte.
jocolor
Cachemire a écrit:
Je ne lis pas de livres qui décrivent de grandes violences, des actes de barbarie ou des déviances sexuelles.

sentinelle a écrit:
J'ai remarqué que lire des romans ayant pour thème la pédophilie était des plus pénibles : quelle que soit la manière d'aborder ce thème, je pense notamment aux romans Lolita de Nabokov, Père des mensonges de Brian Evenson ou Courir avec des ciseaux de Augusten Burroughs, rien n'y fait. J'ai décidé de faire l'impasse définitivement sur ce sujet  jypeurien

Clairement moi. Je ne peux plus, en fait. Sauf comme je l'ai dis ailleurs, si l'écrit est documentaire. mais la fiction sous ces prismes, niet.
Par extension j'ai même beaucoup de mal avec les auteurs pessimistes ou cyniques. j'ai besoin d'être aidée à vivre.
Woolf me parait géniale, puissante, mais je ne lirai les textes d'elle qui me sont inconnus qu'à dose homéopathique. Elle n'est pas cyniqque mais sa lucidité m'est une pierre tombale.
Plus jeune j'ai pourtant lu énormément, et des rabats-joie des plus brillants sans doute.
J'ai jamais accepté de lire Lewis Caroll non plus. Lolita m'avait plu, je l'ai relu il y a un an (commencé à relire) et l'ai refermé. Non. merci bien.
S'il est dit que le goût est une norme, et bien sans scrupule je dirai que les critères de goût même institutionnalisés sont gonflés.
C'est très politique cette histoire, tiens.
Ou philosophique, ou sociologique. etc
Parce que le fond- la forme etc.. hein.


Dreep a écrit:


Je ne sais plus quel auteur avait bien réagit par rapport à un autre préjugé qui consiste à dire : "90% de la S.F. c'est de la daube."

Il a dit très sagement : "90% de tout est de la daube."
Très fine remarque.

shanidar a écrit:
yep, j'étais chargée (comme c'est bizarre) d'acheter un livre pour l'anniversaire d'une amie. Elle ne lit quasiment que des polars ou des bouquins de socio... j'avais donc envie de lui offrir quelque chose d'un peu décalé tout en restant attractif et finalement ce n'est pas si facile (la libraire, pour le coup, n'a pas été très efficace). Comme quoi ce n'est pas toujours évident, même avec le nombre d'infos qui nous traversent, de trouver ce qu'on cherche du premier coup.

Quand je suis déprimée c'est ma tendance. C'est bizarre de croire qu'un polar nous sortira des angoisses. Je lis les vieux, Simenon, ou des gentils, Atkinson. Et la socio pour surtout rester sur le plancher des vaches. ça n'annihile pas ma crise critique (déprime) mais ça me donne des outils réflexifs ou projectifs, pour tenter de dépasser l'impuissance (facteur de déprime). Bourdieu est mon dieu. Il sait très bien rassurer, stylistiquement. On ne peut pas sortir de son énoncé, rien d'éludé, que du concret.Précis.Je déprime quand je pars un peu trop loin dans mes idées sur le monde. Lui semble porté par l'ambition d'une exhaustivité universelle. miam

bix229 a écrit:

Dans le cas du polar noir actuel,  la critique que je lui ferais  serait, soit de se répéter, soit de surenchérir dans la violence et l' extreme.
Oui par contre j'ai plus de réticence envers la surenchère. Au fond dans le polar ce que j'aime c'est le tableau sociologique. Ou la paix qu'amène l'idée d'un parcours actif. Les héros y ont toujours quelque chose à faire malgré eux. La contrainte de l'impondérable quoi.


oceanelys a écrit:
A l'époque, j'aurais préférer Harry Potter à la place de Molière et de HUGO. Même s'il est intéressant de connaître au moins HUGO, je pense que ce n'est pas du tout à la portée des ascolescents (j'avais lu le DERNIER JOUR D'UN CONDAMNE)

j'ai apprécié , moi, devoir se coltiner des sujets pas sexys de l'ancien temps. ça m'aidait pour construire une idée des moeurs et époques abordés en Histoire.

Chymère a écrit:

Citation :
Certain bouquin ont cette ambition je crois non pas de nous présenter "un monde", mais de nous re-présenter "le monde", et ça n'a rien de Terre-à-terre.

Certes mais justement... un monde imaginaire peut être une forme bienvenue d'échappatoire à ce monde-ci, ou la possibilité d'y puiser des forces et des solutions pour pour soi-même.


Océanelys, je n'avais jamais pensé à cet aspect.C'est intéressant. Moins passif. j'avais un apprentissage passif, je bouffais des représentations, pour apprendre du passé. maintenant je suis consciente que l'art est une représentation avant que d'être un reflet du réel, j'attribue mes interdits actuels à un phénomène tardif d'émancipation envers des versions erronées d'un réel "estimable".? Un truc comme ça

HamsterKiller a écrit:
Animal a écrit:
le pire au collège c'était la littérature écrite exprès pour la tranche d'âge. aïe.

Comme mon bel oranger ou l'affaire Caïus ou dans la gueule du loup.

J'avais bien aimé ceux là, et j'avais été impressionné par ma prof de français qui avait dit l'avoir lu (L'affaire Caius) en une seule soirée !

Oh làlà je ne m'en souvenais plus. Oui comme certains l'ont souligné, j'avais aussi beaucoup aimé :

Maryvonne a écrit:
(J'ai pleuré ma race en lisant mon bel oranger en 6ème.
Mais il ne fallait pas l'avouer.)

Sa majesté des mouches était aussi un livre édité en collection jeunesse, il m'a marquée.
Pour le coup la violence dont il témoigne m'a tout de même été un enseignement ou miroir important.

Chymère a écrit:
HamsterKiller a écrit:

Pour reprendre Demian de Hesse, si tu es sensible/intéressé par l’ésotérisme et la quête spirituel, y'a pas de raison, je pense, que cela ne puisse te plaire. (Tu devrais essayer si tu n'as jamais tenté )

J'ai Le Loup des Steppes que j'ai trouvé dans une braderie... mais il est un peu fatigué. Je ne sais pas si je vais oser l'ouvrir, ou si je vais en retrouver un en meilleur état pour le lire...  laugh 

Moi j'avais lu il y a 10 ans "le matin des magiciens". j'avais eue l'impression de lire un truc ésotérique, et ça m'avait fais très peur car je n'y trouvais pas la logique rationnelle (pléonasme ?) j'étais un chouilla parano à l'époque donc je ne sais pas si j'avais tord. Mais enfin ça m'avait ébranlée qu'un livre aussi mal écrit, même , en terme de syntaxe, puisse être édité dans une collection aussi répandue. (la question des légitimités des sources, ah ah grande question.Le crédit des institutions etc) Il me fais toujours très peur ce livre.
Je l'avais abandonné dans la rue. Avec le chant de Maldoror, d'ailleurs. Que je n'avais pas adopté non plus. pour d'autres raisons.
Revenir en haut Aller en bas
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mer 12 Oct 2016 - 16:06

ça m'étonne toujours un peu qu'un livre puisse "faire peur", mais personnellement, Le Matin des Magiciens m'a toujours fascinée... certes, il est un peu daté maintenant, surtout sur certains thèmes, mais en même temps, je trouve qu'il a une place assez particulière, et fondatrice, dans la littérature du "grand bazar du bizarre"... D'ailleurs, ce n'est effectivement pas scientifiquement rationnel, c'est du réalisme fantastique, selon lequel ce qui nous apparaît comme paranormal/bizarre/fantastique/incompréhensible est en réalité une manifestation très "normal" de l'Univers qui nous entoure, mais que nous sommes incapables d'appréhender et de comprendre dans son entier et sa complexité (la métaphore du corbeau qui vole dans le brouillard au début du livre).
C'est une autre façon de concevoir et même de vouloir comprendre le monde, une façon pas très "rangée", ni institutionnelle, ni même scientifique, mais tellement plus libre et créatrice de sens pour moi... même si on se balade souvent à la limite de la folie ou du délirant, moi ça me parle beaucoup.

De toute façon, dès lors que l'on entre dans ce "grand bazar du bizarre", dans l'ésotérisme, dans le paranormal tout ça, je pense qu'il y a un moment où il faut accepter de dépasser les limites de la raison et des paradigmes rabâchés à l'école, du vrai, du faux, du possible, de l'impossible, du rationnel ou de l'irrationnel... il faut faire un peu exploser tout ça, au risque de s'y perdre parfois... mais c'est tout l'intérêt de la chose... content

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mer 12 Oct 2016 - 16:37

Je trouvais passionnants certains passages, lorsqu'un tout autre style apparaissait j'étais très ébranlée, un parti prit de miscellanées adoré mais par contre à la suite des séquences qui me semblaient démagogiques, carrément totalitaires.
Mais d'un total qui ne serait pas ficelé d'un point de vue strictement logique.
C'est ce mouvement qui m'a effrayée. j'ai trouvé que c'était un mouvement propagandiste et discutable que d'alterner comme par causalité des approches dites scientifiques, alchimiques, et oniriques.

Brrr
oui il me faisait peur, parce que je lui ai trouvé un pouvoir. Un pouvoir dangereux. Je l'admets je suis assez effrayée par le totalitarisme.
Tiens je vais aller regarder si il a un fil ce livre. parce que c'est vrai j'ai jamais compris de quoi il se revendique cet opus.
Revenir en haut Aller en bas
Chamaco
Zen littéraire
avatar

Messages : 4366
Inscription le : 10/03/2013
Age : 71
Localisation : là haut, vers Aix...

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mer 12 Oct 2016 - 17:26

Peur peut être parce que cela frôle les grands mythes chers au nazisme, cette impression de cotoyer une frontière interdite..?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aaronguide.com/
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 37
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Mer 12 Oct 2016 - 21:16

Nadine a écrit:

Dreep a écrit:
Je ne sais plus quel auteur avait bien réagit par rapport à un autre préjugé qui consiste à dire : "90% de la S.F. c'est de la daube."

Il a dit très sagement : "90% de tout est de la daube."
Très fine remarque.

(...)

Au fond dans le polar ce que j'aime c'est le tableau sociologique. Ou la paix qu'amène l'idée d'un parcours actif. Les héros y ont toujours quelque chose à faire malgré eux. La contrainte de l'impondérable quoi.
c'est le moment ou je prends mon air le plus innocent de peluche-panda pour glisser un, hum, ça pourrait donner envie de faire un tour chez William Gibson ce mélange. Cool

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   Jeu 13 Oct 2016 - 0:49

animal a écrit:

c'est le moment ou je prends mon air le plus innocent de peluche-panda pour glisser un, hum, ça pourrait donner envie de faire un tour chez William Gibson ce mélange. )
Ah bon ? content  ah ça alors. c'est un melange socio polar cette science fiction là ?  Ecoute, de toute façon je note. J'ai un mois avant la reprise, je vais lister un tas de trucs. Vos suggestions me montrent bien que j'ai peu lu. Je ne connais rien d'un tas de trucs ^^ (Barbatruc :3 )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thèmes abhorrés ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Thèmes abhorrés ?
Revenir en haut 
Page 7 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» avoir accès aux différents thèmes de discussions...?
» Thèmes supplémentaires
» Bébés lecteurs
» [Grand Thème] Urbanisme et logement
» [Grand Thème] La protection sociale, la santé, le handicap

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Café littéraire. :: Les goûts des parfumés-
Sauter vers: