Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Nicholson Baker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
infinitudes
Espoir postal
avatar

Messages : 29
Inscription le : 09/10/2010

MessageSujet: Nicholson Baker   Sam 9 Oct 2010 - 11:32



Citation :
Nicholson Baker est né en 1957 et a fréquenté l'école de musique « Eastman School » ainsi que « Harverford College ». Il a déjà publié 5 romans et 3 essais dont l'un, intitulé Double Fold fut couronné par le National Book Critics Circle Award. En 1999, il a fondé le « American Newspapers Repository », une collection de journaux des 19e et 20e siècles. Il vit dans le Maine avec sa femme et ses deux enfants.
présentation de Christian Bourgois éditeur

Tout d'abord, je suis désolée si ce message fait doublon, j'ai cherché dans le forum et n'ai trouvé que Chet Baker avec l'entrée "Baker" (le "que" de "que Chet Baker" n'est pas péjoratif, j'adore ce musicien).

J'ai découvert cet auteur un jour en manque d'inspiration, présenté comme coup de coeur des libraires chez Mollat à Bordeaux. C'était pour son livre "La Mezzanine". Je l'ai donc pris et me suis régalée, c'est complètement barré : un gars veut refaire son lacet et ce lacet se casse, c'est le début de l'élaboration de théories complexes sur l'usure des lacets, la flottaison des pailles dans le soda, de passages totalement hilarants sur ce que ressent un homme qui n'est pas seul aux urinoirs...

Complètement jubilatoire et ponctué d'interminables notes de bas de page de plusieurs pages, totalement déjantées, comme un pied de nez aux ouvrages érudits.

Un bonheur.

Ce soir, je vais attaquer un autre de ses romans (il ne me reste que deux pages de "Karitas, sans titre" à lire), "A servir chambré"; voici sa 4e :

"Un après-midi d'automne, de trois heures un quart à trois heures trente-cinq, Mike, rédacteur à temps partiel pour une société d'imagerie médicale, donne le biberon à sa "Puce" de six mois. Vingt minutes qu'il s'emploie à s'interroger sur le fonctionnement de ces miracles d'aménagement intérieur que sont les climatiseurs individuels dans les avions, sur la vitesse de propulsion d'un flot d'air chaud sorti du nez d'un homme respirant régulièrement dans un rocking-chair qui se balance selon un rythme de deux secondes, sur la possibilité de retenir son souffle plus de deux minutes en se concentrant sur la vue d'un objet sans risquer une embolie cérébrale, sur le rôle de la virgule comme agent actif dans le processus de modernisation de la civilisation, sur le pouvoir de l'amour à transformer les fonctions les plus organiques en sources d'émerveillement permanent"


Dernière édition par kenavo le Dim 27 Mai 2012 - 21:48, édité 2 fois (Raison : ajout bio et photo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Sam 9 Oct 2010 - 15:04

Tout d'abord merci pour ce fil, j'adore cet auteur cheers

infinitudes a écrit:
Tout d'abord, je suis désolée si ce message fait doublon, j'ai cherché dans le forum et n'ai trouvé que Chet Baker avec l'entrée "Baker" (le "que" de "que Chet Baker" n'est pas péjoratif, j'adore ce musicien).
la fonction "recherche" n'est pas toujours fiable, en cas de doute pour les auteurs on a un index auteurs mise à jour régulièrement, qui se trouve ici

Et en ce qui concerne l'auteur, je l'ai connu avec son roman Le point d'orgue, il s'agit d'un roman « porno-littéraire » avec l'aspect littéraire au plus bon du terme. Etonnant et sublime ce qu'il en a fait à partir du fait qu'une personne se trompe de numéro..

depuis il s'est calmé Cool et j'ai eu autant de plaisir de le découvrir avec un tout autre genre, aussi réussi: Une boîte d'allumettes,
Citation :
Présentation de l'éditeur
Prenez un rédacteur médical de quarante-quatre ans en pleine crise existentielle, placez-le tous les matins, « à l’heure où l’aube noircit la campagne », face à ses pensées et à l’âtre de sa petite maison perdue dans les frimas de l’hiver, ajoutez-y l’évocation tendrement triste de sa famille, les mille et un objets domestiques qui encombrent son esprit et son intérieur bourgeois, les souvenirs pseudo-nostalgiques de sa jeunesse sans relief, un chat, une cane domestique, et même quelques ratons-laveurs… ne reste plus alors qu’à craquer une allumette au début de chacun des trente-trois chapitres pour voir s’animer à la lueur incertaine de la flamme tout le drôle de petit monde ainsi créé par Nicholson Baker pour son anti-héros. Un monde miniature, qui tiendrait dans une boîte d’allumettes, qui serait comme le négatif de l’immense fresque de Proust : Brièvement, je me suis levé de bonne heure ! Un monde aux profondeurs insoupçonnées, où ouvrir le lave-vaisselle équivaut à découvrir les manuscrits de la Mer Morte, où regarder un canard battre des ailes revient à méditer sur la condition humaine, et où partir en promenade c’est s’exposer à une chute vertigineuse en atteignant l’horizon. Le monde d’un magicien de l’ordinaire, qui initie son lecteur aux mystères de la petite lampe vert du détecteur de fumée, aux beautés de la goutte d’eau qui glisse sur la paroi d’un gobelet, aux délices de l’achat d’un frigo miniature pour la chambre d’amis. Ce monde, si familier et surréel, c’est le nôtre. Et si nous sommes invités à en parcourir les replis les plus insignifiants et les plus drôles, c’est pour mieux apprivoiser le désespoir et la mort qui le hante, qui nous hante.

Extra drunken


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 10 Oct 2010 - 19:37

Contrecoup. 2004. Traduit de l'américain par Claro. 118 pages Edition le Cherche Midi.

La pièce commence ainsi :
Citation :
"Mai 2004
Hôtel Adèle et Suites
Washington DC"

Jay a appelé un ami, Ben, qu'il n'avait plus revu depuis des années. Ben enregistre la conversation à la demande de Jay. Jay projette d'assassiner le président des Etats-Unis, George Bush. "George Double Vécé" (page 74)

Citation :
"Ben : Visiblement, il y a un truc qui te tracasse.
Jay : C'est vrai.
Ben : Tu pourrais commencer par ça.
Jay : Entendu. Euh, je vais… d'accord, je vais juste le dire. Hum.
Ben : C'est quoi : Je vais assassiner le Président." (page 12)
Plus loin :
Citation :
"Jay : Et tu t'es mis à la photographie.
B : Oui.
Jay : ça aide d'avoir un passe-temps. J'ai un hobby moi aussi.
Ben : Jay, assassiner le Président n'est pas un hobby.
Jay : C'est sûr qu'on ne me paie pas pour ça. C'est pro bono tout du long." (Page 36)

Jay dénonce la mauvaise foi de l'armée américaine :
Citation :
"Jay : Tu te rappelles la photo de cette gamine, la gamine qui court ?
Ben : Quelle gamine ?
Jay : La gamine au Vietnam qui fuit le napalm ? Elle est nue, elle pleure.
Ben : Oh, ouais, ouais.
Jay : ils ont utilisé le napalm en Irak, tu sais.
Ben : Ca me dit vagement quelque chose.
Jay : Ils ont pas hésité une seconde. Au début, ils ont nié la chose. Alors un porte-paroel du Pentagone a écrit une réponse indignée. "Nous n'avons PAS utilisé le napalm, nous nous sommes débarrassés de nos stocks il y a des années, c'est une GROSSIERE INEXACTITUDE et un MAUVAIS SERVICE RENDU A VOS LECTEURS", et cetera, et cetera. Ben, alors, bien sûr il se trouve que, bon, euh, oui, ils balancent des missiles pleins de cette saloperie qui déclenche de violents incendies, et bon, ils s'en servent pour brûler vif les gens, et, euh, oui, tous nos chefs militaires appellent ça du napalm, mais techniquement, ce'est pas du napalm parce que c'est pas du naphta-poly-yoly-moly-js'ais pas quoi. Bref, la formule de ce truc quand ils l'ont mis au point à l'époque […]." (page 19).

Et hop, on bascule dans la théorie du complot.
Citation :
"Jay : Tu sais, je commence à comprendre maintenant que toutes les théories de la conspirations, même les plus dingues, sont fondées. C'est pas uniquement que Roosevelt était au courant pour Pearl Harbor. Ou que le Japon était d'accord pour arrêter de combattre avant qu'on balance la bombe. C'est que, bon, ils ont mis au point le sida lors d'expériences de guerre bactériologique en Afrique, ces singes qui se sont échappés. (page 39)

Mais le complot va encore plus loin, et là c'est rigolo !
Citation :
"Jay : Et l'art abstrait ! Enfin quoi, c'était… c'était vraiment le bouquet avec la CIA. La peinteure abstraite, promue par des barbouzes du gouvernement fédéral pour prouver à quel point notre démocratie tolérait la laideur. Tout cet art immonde, qui vous fait gerber à coup sûr, rien que d'être dans la même pièce, pendant des décennies – cinq longues décennies -, que nous imposait cette triste clique d'andouilles de la CIA de mon cul ! Enfin quoi, c'est dingue ! C'est totalement et complètement cinglé ! Et pourtant, c'est vrai" (page 40).

Parfois, ça sonne un peu comme un documentaire qu'on verrait à la télé, sur les dessous de la politique internationale, catégorie "tous pourris" :
Citation :
"Ben : Bon, tu sais, le truc bizarre avec ce gouvernement, en fait, c'est que les huiles sont déjà des figures historiques. Ils ont été réanimés.
Jay : Comme Cheney.
Ben : Cheney faisait partie de la Maison-Blanche sous Nixon ; idem pour Rumsfeld. Tu peux aller à la bibliothèque Gerald R. Ford et demander à voir les dossiers Cheney. Ils sont là-bas." (page 46).

"Jay : […] Y a tout ce discours su la "léthalité" et la "léthalité extrême". Ils vendent ces armes et ces avions de chasse partout, et les pays qui les achètent, comme la Turquie, ils les achètent avec l'aide financière des Etats-Unis. Donc, en d'autres termes, nous payons d'autres pays pour qu'ils achètent ces machines à Lockheed. [...] La femme de Cheney a fait partie de l'équipe dirigeant de Lockheed de 1994 à 2001. Elle palpait cent vingt mille dollars par an pour aider à guider et superviser ce marché de malheur. Lynne Cheney, cette marchande de MALHEUR multinational, merde alors. C'est ahurissant quand tu prends le temps d'y réfléchir pendant plus de douze secondes. Et la voilà qui se met dans tous ses états à propos des paroles salaces d'Eminem. (pages 72-73).

Quitte à faire le ménage, faut-il le faire jusqu'au bout ?
Citation :
"Ben : Bien, et Dick Cheney ? On va le tuer lui aussi ?
Jay : On devrait certainement le tuer.
Ben : Il est plus rusé, il est plus corrompu, je veux dire par là qu'il a eu plus de temps pour capitaliser sur ses corruptions, il a pompé dans les achats de matériel militaire… (page 48).

A propos des fameuses photos :
Citation :
"Jay : […] En fait, non, les photos de prison sont jolies comparées à la laideur de la guerre. Si les prisonniers avaient eu sur eux des vêtements, même des vêtements pleins de sang, les républicains auraient dit : "Eh, parfois il faut casser quelques œufs, vous savez". C'est la nudité qui en a fait un scandale. [...]
Enfin quoi, être tout nu avec un capuche sur la tête pendant qu'un chien aboie devant votre bite, c'est horrible, mais quand votre maison se prend un missile c'est quand même pire, parce que vous risquez de devoir porter vos enfants hors des décombres." (pages 56-57)

Impeachement ou pas ? Un peu d'analyse politique.
Citation :
Ben : Bon, alors… il faudrait l'inculper ou pas ? Mon sentiment, c'est qu'il devrait peut-être l'être, si on examine son cas de façon isolée. Mais on peut pas faire ça. Si nous l'inculpons maintenant après tout ce cirque avec Clinton, alors on va se retrouver dans un tape-cul cauchemardesque où chaque camp essaie d'inculper l'autre, avec le pays qui s'enfonce encore plus dans la merde." (page 62)

Petite analyse économique, maintenant, sur ce qui est réellement fait aux Etats-Unis :
Citation :
Jay : "Qu'est-ce qu'on fabrique ? Hein ? Est-ce qu'on fait des télés, est-ce qu'on fabrique des taies d'oreillers, est-ce qu'on fabrique des moteurs électriques ? Est-ce qu'on fabrique des radios ? Des horloges ? Des assiettes ? Des fourchettes ? Des couteaux ? Qu'est-ce qu'on fabrique ? Des marteaux ? […]
Ben : Du matériel militaire ?
Jay : Tu l'as dit." (page 76).

La pièce était franchement provocatrice au moment où elle est sortie. D'ailleurs, elle a fait scandale, et elle est indéniablement efficace.
Mais qu'en restera-t-il dans quelques années ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
infinitudes
Espoir postal
avatar

Messages : 29
Inscription le : 09/10/2010

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 7 Nov 2010 - 14:24

J'ai fini "A servir chambré" et ai beaucoup aimé : ce livre couvre 25 minutes de la vie d'un personnage, celles qu'il passe à donner le biberon à sa fille lors de la sieste.
On suit le fil de ses pensées avec lui et cela nous entraîne sur une multitude de chemins tous totalement loufoques, cela rend le livre très difficile à résumer.
On passe de son souhait de produire une monographie de la virgule à l'évocation des besoins naturels dans la vie d'un couple aux cartonnettes colorées trouvées dans les vêtements et répertoriant chaque étape de fabrication, aux ventilateurs individuels des avions, aux mensonges à ses parents...
C'est en surface très léger, mais on se trouve aussi à réfléchir sur ces minuscules "détails" qui n'en sont peut-être pas totalement et sur lesquels on ne prend habituellement jamais le temps de réfléchir : rafraîchissant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 7 Nov 2010 - 16:33

Aussi bien le livre dont eXPie parle que celui dont tu nous parle me tentent.. voilà des nouvelles pistes de lecture pour continuer avec Baker bonjour

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
infinitudes
Espoir postal
avatar

Messages : 29
Inscription le : 09/10/2010

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Mer 27 Avr 2011 - 8:12

Hello!

J'ai lu la pièce, dialogue entre un homme qui veut tuer le président et son ami, un passage m'a bloquée pour la suite et le livre m'a énervée, c'est quand il compare le droit à l'avortement à un génocide, sinon, c'est plutôt bien écrit, enlevé.

Puis comme je ne suis pas rancunière, j'ai lu "Le point d'orgue" et j'ai retrouvé l'auteur des autres livres : beaucoup de passages désopilants!

C'est l'histoire d'un homme qui dispose d'un pouvoir surnaturel et de la manière dont il s'en sert, ce qu'il en fait. Il explique les différents procédés et outils qu'il a fabriqués pour invoquer ce pouvoir, c'est réellement très drôle, très détaillé à la façon de l'auteur qui décortique tout. Il utilise ce pouvoir pour assouvir ses fantasmes sexuels, ces derniers peuvent être totalement incongrus (mettre de la craie bleue dans le nombril de l'enseignante de la même façon qu'on en met sur une queue de billard) mais aussi carrément pornographiques (certains passages le sont réellement, donc, un conseil, évitez de lire ce livre dans un métro ou un bus bondé, vous vous attirez des regards obliques, c'est du vécu dentsblanches ).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 27 Mai 2012 - 11:05

Je veux essayer Nicholson Baker car il vient dans ma médiathèque en juin dans le cadre des Assises internationales du roman. Vous me conseillez quoi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 27 Mai 2012 - 16:42

hm.. choix difficile.. surtout si on n'a pas lu tout de lui..
bon, de ceux que j'ai lu de lui, je pense que le côté "chaud" (jusqu'à très chaud) ne vont pas te plaire..
sinon, il reste Une boîte d'allumettes (lu) (résumé un peu plus haut dans un de mes messages sur ce fil) et La mezzanine (dans ma PAL)

Citation :
Présentation de l'éditeur
Parce qu'il casse son lacet de chaussure, un jeune cadre new-yorkais - le narrateur de cet ébouriffant roman - part, à l'heure du déjeuner, en acheter une paire neuve. En chemin, il va voir comme se liguer contre lui mille objets usuels : un escalier mécanique, des chaussettes, un horodateur, une bouteille de lait, un séchoir à main, deux téléphones... Mais il ne s'agit pas d'un simple inventaire à la Prévert. Confronté à cette armada hyperréaliste de choses, le jeune homme va faire de surprenantes découvertes sur l'amour filial ou les raisons de l'isolationnisme américain.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 27 Mai 2012 - 16:58

kenavo a écrit:

bon, de ceux que j'ai lu de lui, je pense que le côté "chaud" (jusqu'à très chaud) ne vont pas te plaire..

Je suis démasquée...
bon je pense que ce sera la mezzanine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 27 Mai 2012 - 17:02

topocl a écrit:
Je suis démasquée...
Wink mais non, c'est un sujet qui plait ou ne plait pas.. et c'est un droit de lecteur de ne pas en vouloir..
je ne suis pas avide de ce genre de lecture, mais il a (dans 2-3 livres que j'ai lu de lui) montré bon goût de présenter cela.. mais je n'en voudrais pas non plus tous les jours Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 27 Mai 2012 - 18:22

kenavo a écrit:
topocl a écrit:
Je suis démasquée...
Wink mais non, c'est un sujet qui plait ou ne plait pas.. et c'est un droit de lecteur de ne pas en vouloir..
je ne suis pas avide de ce genre de lecture, mais il a (dans 2-3 livres que j'ai lu de lui) montré bon goût de présenter cela.. mais je n'en voudrais pas non plus tous les jours Very Happy

Sinon, il y a Nory au Pays des Anglais, j'avais trouvé le livre sympatoche lorsque je l'avais lu, même si ça aurait pu être mieux (je ne te le "vends" pas très bien, j'en ai peur).
Citation :
Pour une petite Californienne de 9 ans comme Nory, l'Angleterre c'est l'exotisme absolu ! Des cathédrales gothiques, des châteaux centenaires, une certaine manière de chanter à l'église, un moine chinois fou et des scarabées horloges de la mort... Cette Alice des temps modernes est dotée d'un imaginaire en forme de kaléidoscope. Nory raconte des histoires délirantes. Tout y passe parce que tout l'étonne : Shakespeare, Achille, Dieu, sa meilleure amie et même son père qui " écrit des livres qui aident les gens à s'endormir ".
(source ici). Mais ce n'est pas forcément le plus représentatif de l'auteur.
La Mezzanine, que je n'ai pas encore lu, doit être plus ambitieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Nicholson Baker   Dim 27 Mai 2012 - 19:07

Moi aussi je n'ai lu que Le point d'orgue, mais quel point d'orgue !
Il a un sacré talent.
Le porno rigolo et bien écrit, ça le fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nicholson Baker   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nicholson Baker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bastian Baker
» biscuits au chocolat Baker's
» MAC Fall 2013 Rick Baker Collection – Automne 2013
» Brooke Davis Baker ? Insta
» CHET BAKER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: