Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Fatou Diome [Sénégal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Fatou Diome [Sénégal]   Lun 18 Oct 2010 - 11:36



Fatou Diome est une écrivaine franco-sénégalaise, née à Niodior en 1968.

Biographie
Fatou Diome est née en 1968 sur la petite île de Niodior, dans le delta du Saloum, au sud-ouest du Sénégal. Elle est élevée par sa grand-mère.
Contrairement à ce qu'exigent les traditions de sa terre natale, elle côtoie les hommes plutôt que d'aller aider les femmes à préparer les repas et assurer les tâches ménagères. Toujours en décalage avec le microcosme de l'île, elle décide d'aller à l'école et apprend le français. Sa grand-mère met un certain temps à accepter le fait qu'elle puisse être éduquée : la petite Fatou doit aller à l'école en cachette jusqu'à ce que son instituteur parvienne à convaincre son aïeule de la laisser poursuivre. Elle se passionne alors pour la littérature francophone.
À treize ans, elle quitte son village pour aller poursuivre ses études dans d'autres villes du Sénégal tout en finançant cette vie nomade par de petits boulots : elle va au lycée de M'bour, travaille comme bonne en Gambie et finit par entamer des études universitaires à Dakar. À ce moment, elle songe à devenir professeur de français, loin de l'idée de quitter son pays natal.
Mais à vingt-deux ans, elle tombe amoureuse d'un Français, se marie et décide de le suivre en France. Rejetée par la famille de son époux, elle divorce deux ans plus tard et se retrouve en grande difficulté, abandonnée à sa condition d'immigrée sur le territoire français. Pour pouvoir subsister et financer ses études, elle doit faire des ménages pendant six ans, y compris lorsqu'elle peut exercer la fonction de chargée de cours durant son DEA, fonction qui lui apporte un revenu insuffisant pour vivre.
En 1994, elle s'installe en Alsace. Elle est étudiante à l'université de Strasbourg où elle termine aujourd'hui son Doctorat ès lettres sur Le Voyage, les échanges et la formation dans l'œuvre littéraire et cinématographique de Sembène Ousmane, tout en donnant des cours.
Elle se consacre également à l'écriture : elle a publié La Préférence nationale, un recueil de nouvelles, aux éditions Présence africaine en 2001. Le Ventre de l'Atlantique est son premier roman, paru en 2003 aux éditions Anne Carrière.
Son second roman, Kétala, paraît en 2006.

source: Wikipedia




_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Mar 12 Avr 2011 - 9:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Fatou Diome [Sénégal]   Lun 18 Oct 2010 - 11:37

Le commentaire d'Emmanuel Caminade hier sur le fil avec nos lectures de le rentrée 2010 pour le nouveau livre de Fatou Diome, m'a fait réalisé qu'on n'avait pas encore de fil pour elle et puisque j'ai bien aimé les deux lectures d'elle.. le voilà Wink


Le ventre de l’Atlantique
Citation :
Présentation de l'éditeur
Salie vit en France. Son frère, Madické, rêve de l'y rejoindre et compte sur elle. Mais comment lui expliquer la face cachée de l'immigration, lui qui voit la France comme une terre promise où réussissent les footballeurs sénégalais, où vont se réfugier ceux qui, comme Sankèle, fuient leur destin tragique ? Comment empêcher Madické et ses camarades de laisser courir leur imagination, quand l'homme de Barbès, de retour au pays, gagne en notabilité, escamote sa véritable vie d'émigré et les abreuve de récits où la France passe pour la mythique Arcadie ? Les relations entre Madické et Salie nous dévoilent l'inconfortable situation des " venus de France ", écrasés par les attentes démesurées de ceux qui sont restés au pays et confrontés à la difficulté d'être l'autre partout. Distillant leurre et espoir, Le Ventre de l'Atlantique charrie entre l'Europe et l'Afrique des destins contrastés, saisis dans le tourbillon des sentiments contraires, suscités par l'irrésistible appel de l'Ailleurs. Car, même si la souffrance de ceux qui restent est indicible, il s'agit de partir, voguer, libre comme une algue de l'Atlantique. Ce premier roman, sans concession, est servi par une écriture pleine de souffle et d'humour.

C'est très loin, trop loin d'en parler encore... mais je garde le souvenir d'une belle écriture et surtout pour ce roman un côté biographique qui nous rapproche de l'auteur.



Kétala
Citation :
Présentation de l'éditeur
Que restera-t-il de nous ? Peut-être des souvenirs, magnifiés, interprétés, réinterprétés ou, pire, falsifiés. Inanimés, nos meubles, nos habits, nos objets familiers jalonnent le sillage de notre vie. Ils sont les témoins silencieux de nos joies et peines. Pourtant, lorsque quelqu'un meurt, nul ne se soucie de la tristesse de ses meubles. Le Kétala, le partage de l'héritage, disperse tout ce que possédait celui ou celle qui n'est plus. Attristés par leur séparation imminente, des meubles et divers objets cherchent un moyen d'éviter l'éparpillement des traces de Mémoria, leur défunte et aimée propriétaire. Masque propose à ses compagnons d'infortune une stratégie fondée sur la parole " Je viens d'une civilisation où les hommes se transmettent leur histoire familiale, leurs traditions, leur culture, simplement en se les racontant, de génération en génération [...] Comme nous ne pourrons pas empêcher les humains de nous disperser, je propose que chacun de nous raconte aux autres tout ce qu'il sait de Mémoria. Ainsi, pendant les six nuits et les cinq jours qui nous séparent du kétala, nous allons tous, ensemble, reconstituer le puzzle de sa vie [...] On ne peut pas toujours emmener les siens avec soi, mais on part toujours avec sa mémoire. " Ecrit dans une langue belle et musicale, Kétala est un roman virtuose.

À la suite des bonnes expériences avec Le ventre de l’Atlantique, j'ai tout de suite enchainé avec ce roman qui m'a tout à fait enchantée par son idée et je garde pour tous les deux livres de bons moments de lecture.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Fatou Diome   Mar 19 Oct 2010 - 9:40

J'ai été à la fois émerveillée et bouleversée par Inassouvies nos vies, le premier livre de Fatou Diome que j'ai lu. J'ai voulu ensuite lire Ketala dont l'originalité du sujet m'attirait, mais je n'y ai pas retrouvé le style qui m'avait enthousiasmé . J'ai trouvé ce roman lourd, maladroit , laborieux et n' ai même pas eu le courage de le finir ! Du coup , je n'ai pas eu envie de lire les précédents ...


Inassouvies, nos vies, Fatou Diome, Flammarion août 2008

Dans Inassouvies, nos vies , Fatou Diome file une métaphore maritime pour mener une réflexion parallèle sur la vie et l'écriture, Comment vivre ? Rester au port ou se laisser dériver, accepter le tangage et ramer à contre-courant vers des horizons sans cesse repoussés ?
Betty, la narratrice, cherche anxieusement la réponse dans le mystère des personnages qui l'entourent. Mais, pour y accéder, elle devra passer par trois étapes de l'écriture...

Et dans ce roman initiatique, la langue de Fatou Diome se fait musique océane : elle est bercement d'un clapotis mélancolique ou roulis de houle qui malmène le coeur, elle est fracas exubérant des vagues qui se brisent en  éclaboussant du sel de leurs embruns ou écume poétique miroitant à la surface de l'eau, toujours ponctuée du refrain lancinant du ressac.
«Ouïr le vacarme du vivant en soi» : Fatou Diome accueille cette mélodie «comme on accueille un hôte invisible». Egrénant ses mots sur les cordes d'une kora, elle chante une musique «qui soulage le coeur» des humains, en portant «jusqu'aux oreilles des dieux» les peines de ces pauvres mortels aux désirs inassouvis.
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
avatar

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Re: Fatou Diome [Sénégal]   Mar 19 Oct 2010 - 9:47



J'ai été très déçue par Celles qui attendent (Flammarion août 2010, 330 pages, 20 €) , un livre qui ne répond pas aux attentes suscitées par le précédent roman de Fatou Diome ( Inassouvies, nos vies, 2008).
L'auteure y mène pourtant une réflexion pertinente sur l'émigration sénégalaise en Europe grâce à une approche inhabituelle. Elle aborde en effet le phénomène de l'intérieur, par le biais des habitants – et surtout des habitantes – de son île natale de Niodor .
Elle y confirme, de plus, l'originalité de son écriture, une langue pleine de verdeur, imagée,concrète et souvent familière, riche de maximes et d'aphorismes rafraîchissants.

Mais ce roman ne fonctionne pas car Fatou Diome a manqué d'exigence.
Elle n'a pas su se contraindre à la rigueur de ce genre littéraire et s'est laissée aller à des débordements stylistiques nombreux. Deux défauts culminant vers la fin du livre, quand elle se met à dévier également de son approche initiale, dans ce qu'il faut bien appeler des dérapages ...
Une auteure qui s'ingénie à gâcher son talent et a souffert de l'absence d'un regard extérieur avisé . Un éditeur qui ne remplit pas son rôle et ne juge pas utile non plus de recourir aux services d'un correcteur fiable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Fatou Diome [Sénégal]   Mar 19 Oct 2010 - 13:43

Emmanuelle Caminade a écrit:
J'ai été à la fois émerveillée et bouleversée par Inassouvies nos vies, le premier livre de Fatou Diome que j'ai lu. J'ai voulu ensuite lire Ketala dont l'originalité du sujet m'attirait, mais je n'y ai pas retrouvé le style qui m'avait enthousiasmé . J'ai trouvé ce roman lourd, maladroit , laborieux et n' ai même pas eu le courage de le finir ! Du coup , je n'ai pas eu envie de lire les précédents ...
je vois qu'il me faut alors noter Inassouvies nos vies puisque Kétala m'a quand donné un bon moment de lecture Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Fatou Diome [Sénégal]   Mar 19 Oct 2010 - 14:26

je n'ai pas trop apprécié "Inassouvies nos vies" par contre, je voulais le ventre de l'Atlantique mais lors de ma rencontre avec elle, il n'était pas disponible.

J'avais sans ouvrir de fil sur cette auteure dit quelques mots dans un fil mais je ne me souviens plus où.

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Menyne
Agilité postale
avatar

Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 46
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Fatou Diome [Sénégal]   Sam 22 Fév 2014 - 10:45

kenavo a écrit:



Le ventre de l’Atlantique
Citation :
Présentation de l'éditeur
Salie vit en France. Son frère, Madické, rêve de l'y rejoindre et compte sur elle. Mais comment lui expliquer la face cachée de l'immigration, lui qui voit la France comme une terre promise où réussissent les footballeurs sénégalais, où vont se réfugier ceux qui, comme Sankèle, fuient leur destin tragique ? Comment empêcher Madické et ses camarades de laisser courir leur imagination, quand l'homme de Barbès, de retour au pays, gagne en notabilité, escamote sa véritable vie d'émigré et les abreuve de récits où la France passe pour la mythique Arcadie ? Les relations entre Madické et Salie nous dévoilent l'inconfortable situation des " venus de France ", écrasés par les attentes démesurées de ceux qui sont restés au pays et confrontés à la difficulté d'être l'autre partout. Distillant leurre et espoir, Le Ventre de l'Atlantique charrie entre l'Europe et l'Afrique des destins contrastés, saisis dans le tourbillon des sentiments contraires, suscités par l'irrésistible appel de l'Ailleurs. Car, même si la souffrance de ceux qui restent est indicible, il s'agit de partir, voguer, libre comme une algue de l'Atlantique. Ce premier roman, sans concession, est servi par une écriture pleine de souffle et d'humour.
C'est très loin, trop loin d'en parler encore... mais je garde le souvenir d'une belle écriture et surtout pour ce roman un côté biographique qui nous rapproche de l'auteur.

Je viens de lire Le ventre de l'Atlantique. Je ne connaissais pas cette auteure. Je confirme qu'il s'agit d'un roman très autobiographique.
Fatou Diome décrit l'obstination de son petit frère prêt à tout pour venir en France. Son objectif étant d'être repéré en tant que footballeur. Il appelle régulièrement sa soeur qui vit au pays de l'Eldorado afin de savoir où elle en est dans ses démarches pour lui venir en aide. Et cette dernière, essaye par tous les moyens de le faire changer d'avis. Elle ne lui détaille pas ses conditions de vie en France mais elle tente de lui faire comprendre que cela ne marchera pas et qu'il aura toujours la couleur de peau qui ne conviendra pas.
On visualise bien les conflits qui peuvent naître entre ceux qui rêvent de partir et ceux qui ont réussi à s'exiler mais qui n'osent pas raconter que leur quotidien ne ressemble à rien à ce dont ils rêvait. L'avouer signifierait montrer l'échec de leur nouvelle vie.
Alors, restés en Afrique, les autres les jalousent, les envient, les accusent d'être égoïstes.
Et puis il y a les racines, les liens du sang ... quand on vit dans un autre pays est-on vraiment accepté ? Quand on retourne dans son pays d'origine est-on vraiment reconnu ?
C'est un roman qui soulève aussi des centaines de questions à propos de l'immigration et de l'identité.

Pour conclure, je dirai que j'ai aimé le fond de l'histoire mais j'ai parfois trouvé qu'il y avait des longueurs, notamment des précisions sur des matches de foot et cela ne me semblait pas essentiel.
Par contre, j'ai apprécié son style avec des métaphores très 'sénégalaises' : des descriptions de paysages, de couleurs, d'odeurs ... Un vocabulaire que je ne maîtrisais pas toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fatou Diome [Sénégal]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fatou Diome [Sénégal]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fatou Diome - Le Ventre de l'Atlantique
» [Divers les B.A.N.] Base secondaire aéronavale d' ISTRES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature africaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: