Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Alain Badiou [Philosophie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Alain Badiou [Philosophie]   Sam 23 Oct 2010 - 20:34


Citation :
Philosophe majeur de la scène intellectuelle française contemporaine, Alain Badiou enseigne pendant trente ans à l'université Paris VIII, avant de dispenser des cours en tant que professeur émérite à l'Ecole normale supérieure de la rue d'Ulm. Le professeur est aussi membre du Collège international de philosophie, dont il est le fondateur et le président. Auteur d'une oeuvre riche et complexe, Badiou signe nombre d'essais, aussi bien consacrés à des questions ontologiques que politiques et métapolitiques comme 'La Théorie du sujet', 'L' Etre et l'événement' - son ouvrage phare, publié en 1988 - ou 'Court traité d'ontologie transitoire'. La pensée politique de cet ancien militant maoïste s'inscrit dans un engagement très marqué à gauche, comme en témoigne plusieurs ouvrages pamphlétaires comme 'De quoi Sarkozy est il le nom ?' et différentes réflexions autour de la réhabilitation du communisme dans des titres comme 'L' Hypothèse communiste', paru en 2009. Ces prises de position radicales suscitent régulièrement la polémique et lui valent de recevoir de nombreuses critiques. Lui-même auteur d'une oeuvre romanesque et théâtrale, une partie de sa production philosophique traite des questions esthétique et artistique. C'est le cas de ses essais critiques 'Rhapsodie pour le théâtre' ou de 'Beckett, l'increvable désir'. Sa carrière littéraire est marquée par des romans comme 'Almagestes', publié en 1964 ou 'Calme bloc ici-bas', paru en 1997 et par des pièces de théâtre parmi lesquelles 'Ahmed le subtil, Scapin 84', inspirée des célèbres fourberies, créée pour le Festival d'Avignon en 1994, 'Ahmed philosophe' ou encore 'Les Citrouilles'. Intellectuel controversé, Alain Badiou n'en demeure pas moins un philosophe reconnu, écouté avec attention sur la scène internationale.
source : www.evene.fr

De quoi Sarkozy est-il le nom ?

quatrième de couverture a écrit:
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes – souverains – qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas.
Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe – de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », selon la qualification donnée par cette série de livres) ; Badiou reste ferme quant au soupçon qu’il y a lieu de porter sur l’opération démocratique du suffrage électoral (Voir Circonstances 1). Mais, clairement, il tient à dire ceci aussi : même l’élection de Sarkozy au poste de président de la République, pour inquiétante ou décourageante qu’elle soit, n’est pas de taille à permettre qu’on dise que quelque chose s’est passé, a fortiori qu’un événement est survenu. « Oui, continue-t-il, je pense que Sarkozy à lui seul ne saurait vous déprimer. Donc, ce qui vous déprime, c’est ce dont Sarkozy est le nom. Voilà de quoi nous retenir : la venue de ce dont Sarkozy est le nom, vous la ressentez comme un coup que cette chose vous porte, la chose probablement immonde dont le petit Sarkozy est le serviteur. »

Alors que ce cache-t-il là dedans ? un peu de provoc facile autour des élections et quelques épisodes peut-être ratés dans la présentation du paysage politique et/ou un horizon réduit :

Citation :
Et la technique, dont on veut faire le sens ultime et la nouveauté, resplendissante ou catastrophique, de notre devenir, reste presque toujours au service des plus antiques procédures. De ce point de vue, le "moderne" convaincu, qui voit du progrès partout où le capitalisme dispose ses machines, et l'écologiste à demi religieux qui se cramponne, contre l'artifice productif, au phantasme de la bonne nature, partagent une identique niaiserie.

mais il faut reconnaitre qu'il est également capable de nuancer certains points (science). et que finalement la présence de Sarkozy sur la couverture et dans les pages est plutôt secondaire. Pour faire bref (pas que le livre soit long) : il oppose une/la démocratie parlementaire instrument du capitalisme/mondialisation au communisme. communisme dont il faut inventer (positivement) une troisième phase après deux phases historiques avortées (révolution française et apparition de l'idée) puis russie et chine (et mai 68) (organisation capable de tenir le pouvoir et de se mettre en pratique). après un break libéral et catastrophique. inventer la suite.

avant ça explication de la version démocratique actuel : peur instrumentalisée (droite) et peur de la peur (gauche : bête et soumise aussi aux capitalistes). rien de forcément neuf pas forcément non plus inintéressant sous tous ses aspects. la notion de pétainisme, terme pratique pour imager, vaut mieux que de s'arrêter au mot choisi. mais dans tout ça on a des hauts et des bas. on a beau lire et relire des mots comme dialectique et analytique on peut se permettre d'être sceptique sur les raisonnements et démonstrations qui tiennent un peu du dogme et qui par leur forme ne s'écarte pas forcément beaucoup de celle dénoncée.

on doit aussi ajouter quelques opacités (résolues en pirouettes d'ailleurs : "ce n'est pas le sujet") notamment sur l'accession au pouvoir d'un autre pouvoir (meilleur) surtout que l'Idée qui doit le motiver (qui est celle à définir ou inventer, communiste) a l'air de sous-entendre un probable endoctrinement (ce n'est pas dit comme ça) et que le phantasme ou la nostalgie d'une organisation "militaire" et forte (pour arriver à mettre en place le mieux) est très présent.

le plus intéressant est le chapitre sur les huit points :
- égalité des ouvriers de toutes origines (étrangers)
- l'art comme création est supérieur à la culture comme consommation
- la science l'emporte sur la technique
- l'amour doit être réinventé et défendu
- tout malade doit être soigné le mieux possible
- tout fragment de politique d'émancipation doit être tenu pour supérieur à toute nécessité de gestion
- un journal de riche/manager n'a pas à être lu par celui qui ne l'est pas
- il y a un seul monde

Et dans les explications qui les accompagnent il y a de vraies choses concrètes. ce qui contraste avec des positions plus étranges ou manquant de contexte si on est pas familier de l'auteur ? (doute quand même). Il montre un très grand optimisme ou angélisme en ce qui concerne la bonté de l'humanité et n'a pas l'air très regardant sur certaines dérives : pour caricaturer on dit que l'extrême gauche aimerai récupérer du pouvoir, de la force, de certains mouvements qui sont plutôt portés sur la religion. ce genre de réserve devant faire de moi un rat petit bourgeois apeuré recherchant le faux confort de la démocratie (parlementaire) et oppresseur des plus faibles.

ça se lit vite en tout cas. notamment et ça me permet d'insister et de revenir sur l'étiquette philosophique malgré tout de la chose. pour du qui se gratte avec du raisonnement c'est pire que léger. c'est en référentiel trop fermé et l'accumulation et la suppression d'autres hypothèses ne remplace pas le raisonnement complet.

on ne peut pas jeter tout le livre qui propose des éclairages intéressants (voire justes) mais se sentir gêné ça doit être normal aussi. ne pas s'en contenter et ce même si on partage le but proposé (qui est assez vague après tout). je l'espère en tout cas.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 17:47

Comment un homme aussi intelligent qu' Alain Badiou peut-il ainsi défendre le communisme... Au point d' aller le chercher dnas La Républiqe de Platon, et de lui attribuer une défroque et un langage actualisé pour les besoins de sa cause.
Je sais bien que Platon fait partie de ces utopistes potentiellement dangereux, mais quand meme !

Comment Badiou peut-il justifier encore en présent une idéologie atrocement meutrière qui, non seulement a exterminé des millions de personnes, mais encore a brisé les illusions et les espérances de millions d' autres ?

Je pense effectivement que Badiou est un "professeur du découragment"selon la formule de Pierre Pachet.

Alain Badiou : La République de Platon. - Fayard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 20:49

Le livre est intéressant il se lit vite.
Le communisme en lui-même n'a jamais réellement existé, il n'est qu'une utopie mais il est vrai que si elle ne peut être mise en pratique autant la mettre de côté.
Les philosophes métaphysiciens sont souvent de mauvais politiques.
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 21:37

Merci pour ce fil Animal. Je ne connais pas Alain Badiou, jamais rien lu de lui, mais voilà qui éclaircit un peu ma lanterne.

animal a écrit:

le plus intéressant est le chapitre sur les huit points :
- égalité des ouvriers de toutes origines (étrangers)
- l'art comme création est supérieur à la culture comme consommation
- la science l'emporte sur la technique
- l'amour doit être réinventé et défendu
- tout malade doit être soigné le mieux possible
- tout fragment de politique d'émancipation doit être tenu pour supérieur à toute nécessité de gestion
- un journal de riche/manager n'a pas à être lu par celui qui ne l'est pas
- il y a un seul monde

Et dans les explications qui les accompagnent il y a de vraies choses concrètes. ce qui contraste avec des positions plus étranges ou manquant de contexte si on est pas familier de l'auteur ? (doute quand même). Il montre un très grand optimisme ou angélisme en ce qui concerne la bonté de l'humanité et n'a pas l'air très regardant sur certaines dérives : pour caricaturer on dit que l'extrême gauche aimerai récupérer du pouvoir, de la force, de certains mouvements qui sont plutôt portés sur la religion. ce genre de réserve devant faire de moi un rat petit bourgeois apeuré recherchant le faux confort de la démocratie (parlementaire) et oppresseur des plus faibles.

Gloups, tout cela ressemble fort au délire d'un déconnecté de la réalité. L'idée de "l'art comme création est supérieur à la culture comme consommation" est intéressante, mais pour ce qui est de "l'amour doit être réinventé et défendu", je suis sceptique... jemetate Un exemple de mesure concrète que Badiou propose pour parvenir à mettre en place cette idée ? Je me demande déjà qui doit redéfinir l'amour, et une fois qu'il sera redéfini en termes acceptables, qui sera chargé de le défendre...
"Tout malade doit être soigné le mieux possible" : oui, bon, c'est vaste aussi, ça ne se fera pas du jour au lendemain...

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 22:03

je n'ai plus le bouquin et le souvenir est flou. ... peut-être comme l'énoncé des mises en pratique et les compromis ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 22:05

animal a écrit:
je n'ai plus le bouquin et le souvenir est flou. ...

Bon, ça ne devait vraiment pas être terrible alors.
Si je vois le bouquin à la bibliothèque je l'emprunterai pour me marrer. Le passage de "l'amour" doit être tordant.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 22:11

pas exceptionnel non, pas sans intérêt non plus même si bien trop bancal pour être intéressant uniquement par lui même. je ne me souviens pas non plus en détail du passage sur l'amour mais il ne m'en reste pas une impression pire que du reste, la notion était ptet abordée de façon pas absolument originale mais pas triviale non plus. présentée comme un pivot au sens large ? (un repère de valeur(s) dont le sens peut mériter d'être épluché ?).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 23:05

j'ai lu aussi ce livre de Badiou et après avoir lu le commentaire d'animal je ne voyais rien à ajouter. Il s'agit surtout d'un résumé rapide et donc succinct des utopies de l'auteur, sans beaucoup d'implication possible dans la vie quotidienne (hormis le boycott des journaux, bon...). J'ai lu également, côté littérature : Calme bloc ici bas , extraordinairement indigeste et fastidieux à lire, même si certains passages ont pu me sembler intéressant (sur la guérilla urbaine, ou sur une maladie sexuellement transmissible tuant majoritairement les femmes et les pauvres...), rien de très nouveau non plus de ce côté-là du bloc...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Mer 18 Jan 2012 - 23:19

Badiou, le communisme (qui "n' existe pas", mais qui tue et qui pue), Badiou, donc, le maoisme l' a tuer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   Jeu 19 Jan 2012 - 7:31

Là où Badiou des choses interessantes c'est sur l'évènement, il a écrit deux livres dessus compliqués mais intéressants.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alain Badiou [Philosophie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alain Badiou [Philosophie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Communiqué d'Alain Lambert.
» Alain Genestar.
» alain dit chocho
» Le bal du cercle de philosophie et lettres
» Alain Le Vern en a décidé ainsi...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: