Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Hartmut Lange [Allemagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Hartmut Lange [Allemagne]   Dim 24 Oct 2010 - 21:15


Hartmut Lange est un écrivain allemand contemporain. Il est né en 1937 et vit à Berlin. Il a écrit des pièces, des essais, des romans, et des nouvelles et travaillé notamment pour le cinéma. Les Editions Fayard ont publié : Le Récital, Une Fatigue, La Promenade sur la grève, Le Voyage à Trieste, L'Immolation, Le Houx.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Dim 24 Oct 2010 - 21:17

Le récital“ d‘Hartmut Lange est un court roman très particulier puisque les héros en sont des âmes mortes. Le jeune Lewanski a été assassiné à l’âge de 26 ans alors que l’attendait une prometteuse carrière de pianiste. Madame Altenschul, après avoir été déportée, tuée et jetée dans une fosse commune, reçoit dans sa grande maison l’élite juive cultivée berlinoise décédée afin de leur faire profiter de la virtuosité du jeune pianiste et oublier ainsi grâce à la beauté de la musique sa fin cruelle. Elle est soutenue par son ami, le peintre Liebermann, seul décédé lui de mort naturelle à l’âge avancé de 90 ans. La dame organise un grand concert où le pianiste pourra enchanter le public de sa virtuosité. Pourtant l’étrange écrivain Schulze-Bethmann joue les troubles-fêtes. Il semble poursuivi par son assassin comme Lewanski lui-même et accepter de le recevoir et de lui parler…

Je ne dévoile pas la suite pour ne pas rompre le charme de la lecture de ceux qui seraient intéressés par cette oeuvre.

Ce livre très réussi est une histoire incroyable! C’est aussi une profonde réflexion sur le pardon qui pose des questions comme « Doit-on pardonner ? » « Peut-on pardonner ? » mais aussi sur le regret, la fidélité. Et puis « le concert » est un livre où « s’entend » d’une certaine manière la musique de Beethoven… Fascinant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Dim 24 Oct 2010 - 21:25

Merci pour ce fil Cachemire,
je n'avais pas pensé qu'il y avait autant de ses livres traduits!
J'en ai lu un ou deux.. mais cela fait bien longtemps.. mais je vais le renoter, je voulais toujours revenir vers lui Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Dim 24 Oct 2010 - 22:01

Je ne connaissais pas du tout...
Je note... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Lun 25 Oct 2010 - 8:24

Je note aussi, mais cela n'a pas l'air facile de le trouver!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Lun 25 Oct 2010 - 21:42

Il est noté, et je peux le trouver en bibliothèque. Wink

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Dim 15 Avr 2012 - 11:57




Le Houx (die Stechpalme, 1993). Traduit par Bernard Kreiss. Fayard. 140 pages.

Il s'agit d'une longue nouvelle qui commence par la réception d'une lettre.
Citation :
" « Qu'est-ce que c'est que cette lettre ! »
Manfred Eichbaum avait pâli et tendait à sa femme une enveloppe ouverte.
« Tu sais qui a écrit ça ?
- Non », répondit Carla, et elle quitta la chambre car elle était en train de ranger la vaisselle. [...]" (page 7).
Manfred Eichbaum relit les "lignes écrites sur un papier terne, fibreux.
Cher Eichbaum,
Tu vas avoir soixante ans et le fait que ta femme n'en ait que quarante et un ne saurait te laisser indifférent.
" (pages 7-8 ).

Eichbaum dirige une petite maison d'édition qui se porte plutôt bien. Mieux que lui qui, pour le moment, a une jambe dans le plâtre.
Citation :
"Depuis combien de temps était-il diminué de la sorte après s'être cassé la jambe ? Près d'un trimestre déjà. Et si l'on ajoutait à cela le premier accident, cela faisait quatorze mois que Manfred Eichbaum n'était plus en pleine possession de ses moyens." (page 8 ).

Sa femme Clara a ouvert une petite galerie d'art, dans laquelle elle expose principalement les autres, mais aussi ses oeuvres à elle, parfois.

Rapidement, page 25, notre pauvre Eichbaum reçoit une nouvelle lettre. Et là, les détails personnels sont vraiment plus précis, et même impossiblement précis, si l'on peut dire. À la limite de la magie.
Il se demande qui donc lui envoie ces lettres... et dans quel but ? Enfin, le but semble évident : le faire douter de la fidélité de sa femme, et le faire douter de lui-même, de ses capacités physiques... A-t-il affaire à un jaloux ?
Et, il a beau se le nier, le but est atteint : il commence à avoir des soupçons au sujet de sa femme, à redouter l'arrivée du courrier... Est-ce que tout va vraiment bien entre Eichbaum et sa femme ?
Et que penser du comportement étrange du houx qu'il a planté, et qui semble se développer anormalement vite ? Est-il là pour montrer que le monde se dérègle ? Que symbolise-t-il ? J'avoue ne pas bien maîtriser la symbolique du houx.

A plusieurs reprises, Eichbaum pense à quelque chose qui semble important, comme le clef du problème :
Citation :
"[...] il lui vint alors à l'esprit... Oui, qu'est-ce qui lui vint à l'esprit, au juste ?" (page 94).
Bonne question.
Dans cette optique-là (on ne nous dit pas tout), la fin du livre est un peu frustrante, mais il était impossible qu'il en fût autrement.
Finalement, Eichbaum veut-il vraiment savoir ? Manifestement non, son comportement le démontre à plusieurs reprises.

Mais l'histoire est bien menée et les personnages, très bien dessinés, existent.

C'est un bon livre.


P.S. : j'ai changé la photo du fil, car il s'agissait d'un homonyme (un acteur né en 1956).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Dim 15 Avr 2012 - 18:12

eXPie a écrit:


C'est un bon livre.

P.S. : j'ai changé la photo du fil, car il s'agissait d'un homonyme (un acteur né en 1956).

Oups! Embarassed Errare humanum est!

Ton commentaire me donne bien envie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   Sam 28 Avr 2012 - 20:28


Le Voyage de formation (Die Bildungsreise, 2000). Traduit par Michel François Demet. Editions Jacqueline Chambon. 120 pages.
Citation :
"Müller-Lengsfeldt était assis au bord du Palatin et regardait le Forum à ses pieds. C'était une place qui donnait l'impression d'être fortement en pente." (page 5).
Müller-Lengsfeldt, "éducateur artistique" de son état - il est professeur de dessin à Berlin - s'est inscrit à un voyage organisé.
Citation :
"« Faites connaissance de manière directe avec Rome », disait le prospectus en caractères gras. Müller-Lengsfeldt avait saisi cette occasion sans hésiter." (page 6).
Le but de ce voyage d'études est de suivre les traces du fameux historien d'art Johann Joachim Winckelmann, décédé en 1768 (on pourra lire la très intéressante notice biographique sur Wikipedia, ici, mais bien sûr, du coup il y aura moins de découvertes à la lecture du roman).

Un certain M. Schmeer, qui aura son importance, fait aussi partie du groupe.
M. Schmeer dispose d'un livre qui reproduit les principaux lieux et monuments de Rome tout en permettant de les voir avec les couleurs d'origine.
Citation :
"Il avait placé la feuille de plastique multicolore sur la photographie du Circus Maximus, mais cette fois Müller-Lengsfeldt refusa d'y jeter un regard.
« Quel manque de goût », se contenta-t-il de dire et Müller-Lengsfeldt laissa sans commentaire la remarque de M. Schmeer selon lequel ce qui importe, vulgaire ou pas, c'est de rendre la vie à l'Antiquité en regardant ses ruines." (page 9).
Le petit groupe est conduit par Mme Ziegler.
M. Schmeer semble poursuivre Mme Ziegler de ses assiduités. Il est aux petits soins avec elle. Son comportement agace Müller-Lengsfeldt. Car Müller-Lengsfeldt n'est lui-même pas insensible au charme et à l'intelligence de Mme Ziegler.
Il se sent supérieur à ce balourd de Schmeer. Il reste que Schmeer s'est mieux préparé à ce voyage que Müller-Lengsfeldt. Il a emporté des livres.

Citation :
"Sur l'aire dégagée par les mauvaises herbes et au centre d'un petit tertre herbu, tous virent un grand oiseau s'élever, comme si on l'avait effarouché. [...]
« Un faucon pèlerin », dit quelqu'un.
Personne ne releva la remarque et Mme Ziegler continua à expliquer comment roulaient les chars dans la Rome ancienne et pourquoi c'était dangereux." (page 9).
Ce faucon pèlerin a un comportement étrange. Il semble indiquer un dérèglement du réel, ou plutôt du réel perçu par Müller-Lengsfeldt. Ce volatile est une menace. Peut-être. Ou un avertissement.
Mais Mme Ziegler continue.
Citation :
"M. Schmeer, mais d'autres aussi, prenait des notes et, au bout d'un quart d'heure, on savait que les grandes oeuvres du Ve et du IVe siècle avant Jésus-Christ, les sculptures de Phidias, Polyclète et Praxitèle, et plus particulièrement l'Apollon du Belvédère, produisaient chez le spectateur une impression qui était autre chose qu'un agrément ne tirant pas à conséquence.
« On peut, Winckelmann en était convaincu, susciter, surtout chez les jeunes gens, l'enthousiasme pour le Beau et le Vrai. »" (page 22).
(là, je me permets une digression en copiant/collant un passage trouvé sur wikipedia (à lire ici) à propos de cette oeuvre :
"Claude Duneton, dans son ouvrage La Puce à l'oreille tend à établir un lien entre la statue de l'Apollon du Belvédère et l'expression « un navet » que l'on attribue aux œuvres d'art jugées médiocres, et plus particulièrement aujourd'hui aux films. Selon Duneton, à la fin du xviiie siècle, les jeunes étudiants en art de passage à Rome, agacés par les concerts de louanges entretenus autour de l'œuvre, la nommèrent « le navet épluché », eu égard « à la forme allongée et lisse de ses membres, dont la musculature n'apparaissait pas ». La plaisanterie gagna Paris lorsque l'œuvre y fut transférée en 1798 lors des campagnes napoléoniennes. Le terme de navet s'appliqua progressivement non seulement aux sculptures, mais aussi aux dessins et peintures dont on désirait contester la qualité. Il passa au xxe siècle de la toile peinte à l'écran de cinéma, désignant aujourd'hui un film sans intérêt." )

Alors que chez les autres membres du groupe il y a "cette familiarité un peu trop rapide qui s'instaure inhabituellement entre des gens qui voyagent ensemble" (page 24), Müller-Lengsfeldt reste sur son quant-à-soi.

Le voyage touche à sa fin :
Citation :
"Au lieu de découvrir pourquoi Winckelmann avait brusquement quitté Rome, en prenant les jambes à son cou pour ainsi dire, et avec tous les signes d'une crise nerveuse, on avait préféré prendre l'avion pour Berlin." (page 62).
C'est donc trop rapide. Il faut continuer à enquêter, à suivre la trace, froide depuis longtemps, du passage du grand historien.
C'est ce que va faire Müller-Lengsfeldt de façon obsessionnelle.

C'est très étrange : Winckelmann est un historien d'art connu, et il existe forcément des livres bien renseignés qui racontent sa vie par le détail, ainsi que les circonstances entourant sa crise nerveuse, son décès. Mais Müller-Lengsfeldt va se lancer à corps perdu - et à santé mentale perdue - dans une enquête. Tout seul. Winckelmann et sa vie occupent tout son esprit. Tout le monde doit s'intéresser à Winckelmann.

L'atmosphère objective de dérèglement mental est très bien rendue.

Le faucon pèlerin semble remplir un rôle un peu analogue au houx du roman Le Houx. On sent qu'il a une importance symbolique négative.
Les deux livres décrivent un dérèglement mental, mais Le voyage de formation va plus loin.

Curieux roman.
Très curieux, même.
Perplexité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Phedre
Espoir postal
avatar

Messages : 22
Inscription le : 08/03/2014
Localisation : Paris, Perpignan, Barcelone, St Pierre

MessageSujet: Hartmut Lange   Lun 7 Juil 2014 - 8:46

Je viens de découvrir Hartmut Lange dans un recueil de 50 évocations d'écrivain : A ma mère.
La vie de la mère de l'auteur m'a bouleversée. Quel courage. Je vais lire cet auteur. Parfum de livres est une des rares références... en français. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hartmut Lange [Allemagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hartmut Lange [Allemagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» duo lange amplitude qui connait ? bon plan achat ?
» mélange à crêpe maison
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» Erdogan en Allemagne exige...
» OGM : L'Allemagne interdit à son tour le maïs transgénique de Monsanto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: