Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Sophie Divry

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 51
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Sophie Divry   Mer 27 Oct 2010 - 10:54


Citation :
 Entre 2004 et 2010, elle a été journaliste au journal La Décroissance.

Bibliographie
La Cote 400,2010
Journal d’un recommencement , 2013
La Condition pavillonnaire, 2014
Quand le diable sortit de la salle de bain, 2015

La cote 400, édité chez Les Allusifs, 2010.

"Elle rêve d’être professeur, mais échoue au certificat et se fait bibliothécaire. Esseulée, soumise aux lois de la classification Dewey et à l’ordre le plus strict, elle cache ses angoisses dans un métier discret. Les années passent, elle renonce aux hommes, mais un jour un beau chercheur apparaît et la voilà qui remet ses bijoux. Bienvenue dans les névroses d’une femme invisible. Bienvenue à la bibliothèque municipale, temple du savoir où se croisent étudiants, chômeurs, retraités, flâneurs, chacun dans son univers. Mais un jour ce bel ordre finit par se fissurer."

Pour les non-initiés, je signale à tout hasard que Melvil Dewey est l'inventeur de la classification des livres en bibliothèque, classification qu'on retrouve dans le monde entier. J'ajouterai que la cote 400 est l'endroit où on peut trouver les livres de linguistique.

Ce petit opus de 64 pages contient le monologue ébouriffé d'une bibliothécaire, tout d'une traite, pas de paragraphe ! J'ai d'ailleurs parfois dû le poser pour reprendre mon souffle.

Divorcée, seule dans son travail autant que dans sa vie privée, elle a l'air un peu hargneuse, comme ça, mais aime profondément la mission des bibliothèques, ces bibliothèques qui ne serviraient à rien sans les lecteurs. Elle a ses têtes (n'aime pas les architectes qui l'ont condamnée à travailler dans un sous-sol sans lumière, les collègues de l'étage supérieur qui la snobent) mais parle avec tendresse des érémistes et SDF qui fréquentent sa salle et avoue même une préférence pour le beau Martin, chercheur auquel elle n'ose pas adresser la parole. Finalement, elle aimerait bien combler son vide affectif autant que le vide laissé par les documents déplacés dans la cote 400.

Si le début me faisait parfois tiquer (quoi, nous autres bibliothécaires serions des maniaques du livre qui déborde d'un demi-centimètre sur l'étagère et les lecteurs seraient tous des déprimés ?), j'ai été sensible à son amour de la culture, de l'élévation comme elle le dit, et son humanité vis-à-vis de son public de lecteurs. Un très joli petit livre bourré d'humour.

Citations :

"En vérité, la bibliothèque est le lieu de la plus grande solidarité. L'humanité, l'humanité souffrante, l'humanité déprimante, la plus belle en somme, celle des pécheurs, des chômeurs et des réfugiés climatiques, elle est là, autour de moi. Frappez, on vous ouvrira, demandez, on vous servira".

"Tout se joue dans les premiers jours, la première fois qu'on entre, qu'on passe le seuil de la bibliothèque. Tout commence là. Le début de la civilisation. La naissance. La scène primitive. Avant ce jour, pour le dire franchement, tout lecteur n'est qu'un puceau. Oui, un puceau. Et moi j'aime bien le dépucelage en bibliothèque."

"Un jour, par exemple, dans les waters, j'ai lu un graffiti sur le mur : jeune homme cherche jeune femme aimant Critique de la raison pure pour aventure kantienne. Il y avait même un numéro de portable. Vous ne le direz pas au conservateur, mais en-dessous, c'est moi qui ai barbouillé en réponse : femme mûre cherche homme jeune appréciant Critique de la raison dialectique pour aventure sartrienne."

Celle que je préfère pour la fin : "Il y a un ennemi des bibliothèques plus grand que l'archiviste, c'est l'architecte." Devinez pourquoi (entre autres) ? A Paris, il existe une bibliothèque dessinée par un architecte qui détestait les livres... et il a fait tout son possible pour dissimuler les bouquins à la vue, un comble !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 27 Oct 2010 - 11:03

IzaBzh a écrit:
La biographie de Sophie Divry va être rapide.
j'ai encore ajouté une photo content

et merci pour ta présentation de ce livre qui se trouve sur ma liste parce que je note en principe tous ceux publiés chez Les Allusifs, maison d'édition que j'adore Very Happy
en tout cas ton commentaire me donne envie de le faire passer de la LAL à la PAL Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 51
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 27 Oct 2010 - 12:10

Tant mieux ! Je doutais que mon commentaire soit très éclairé après avoir été réveillée à 3h du matin par ma mimine fouet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 27 Oct 2010 - 14:42

Il est très bien ton commentaire Izabzh!
Et tout comme Kenavo et sans le savoir, j'ai moi aussi un gros faible pour cette maison d'édition qui fait que je reluque toujours les nouveautés...

Je note aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chatperlipopette
Zen littéraire
avatar

Messages : 7679
Inscription le : 24/02/2007
Age : 51
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 27 Oct 2010 - 22:56

ça donne envie de le lire impatient content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chatperlipopette.blogspot.com
Babelle
Zen littéraire
avatar

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 22 Déc 2010 - 21:58

Merci pour ton beau commentaire IzaBzh!
Je crois en effet qu'il faut lire ce petit texte si vous fréquentez souvent, lecteur assidu ou travaillant sur place, votre bibliothèque... On parle déjà un peu des bibliothécaires sur le fil "De retour de la bibliothèque, clic"
Ce sera l'occasion de dire ce que vous en pensez.
J'ai souri à certaines évocations, mais je regrette ce portrait tombé en désuétude.
Sophie Divry nous tisse le profil de la bibliothécaire des années 60! Elle est journaliste, semble-t-il, et je me demande dans quelle petite et pauvre bibli de la France profonde elle est allée s'inspirer.
Et si la Dewey n'a pas fondamentalement changé (faute d'avoir trouvé un système universel plus à même de retrouver chaque document au domaine et sous domaine seyant à son contenu), elle a commis une faute impardonnable : celle d'occulter complètement ce qu'est ce nouveau métier aujourd'hui, intimement lié aux nouveaux outils interactifs et, en découlant, aux nouvelles demandes et exigences des lecteurs.
Si vous croisez dans vos bibli une vieille fille pleine d'amertume cloitrée dans un sous-sol et nostalgique de la désertion de la linguistique dans les "400", prévenez la médecine et l'inspection du travail !
Depuis 1981 les sous-sol sont réservés à la maintenance de la chaufferie et on n'y descend plus qu'en vitesse pour tirer un titre de la réserve!
Quant à la supériorité des "étages" réservés à la fiction, ces dernier ont perdu leurs lettres de noblesse depuis que les responsables des fonds documentaires doivent avoir la capacité de cataloguer en Rameau (Rameau : cet inconnu du bataillon fiction, capable de vous pondre sur les Opac des nuages de tags où cliquer pour vous rapprocher des requêtes les plus folles).
Seuls quelques lecteurs, toujours les mêmes (ceux qui sont là chaque jour et jusqu'à la dernière heure) n'ont pas changé : celui qui s'endort, celui qui vient pour être au chaud, la phobique qui cherche l'erreur, celui qui est amoureux de la fille qui fait les inscriptions, celle qui ne veut pas rembourser le roman Poche qu'elle nie avoir fait tomber dans une flaque d'eau, l'ingrat qui veut emprunter la revue qui justement ne doit pas sortir, etc...

La bibliothécaire du 21e (il me semble que LE bibliothécaire émerge aussi, peu à peu), amoureuse, ne vous parlera pas seulement de la nuque de Martin.

L'idée était bonne et non encore exploitée il me semble. Mais c'est raté. Dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 22 Déc 2010 - 22:09

Merci IzaBzh ! Tu me tentes énormément avec ce commentaire. Je vais essayer de trouver le livre à la bibliothèque... Ce n'est peut-être pas trop tard pour le père noël
Very Happy

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 24 Fév 2016 - 0:29

La condition pavillonnaire .

Le titre annonce déjà la couleur .
D'ailleurs ça ressemblerait presque à un traité de sociologie si Sophie Divry n'avait pas pris la peine de nous planter une Emma Bovary des temps modernes .
Comme quoi , finalement rien n'a bien changé : l'insatisfaction permanente de la gente féminine !
Ah bon ? Faut-il s'arrêter à cela en lisant les jérémiades de MA (oui , excusez du peu , c'est son coup de génie à Miss Divry , entendez "Emma" bien sûr . Sous entendu que tout le monde connait ses classiques ) ?
Ou alors entendre la plume qui grince furieusement , enfin le clavier maintenant balançant des phrases sêches , courtes , teintée d'humour noir penchant plus volontiers vers le vitriol .
En quelques 300 pages "emballé c'est pesé ', Sophie Divry nous raconte la vie de cette MA , de son enfance jusqu'à son dernier souffle .

Alors pour les grandes âmes romantiques qui ont percuté "Flaubert" à l'évocation d'Emma , passez votre chemin : C'est une narration très factuel , sans sentimentalisme et recherche d'analyse psychologique . Agrémenté de quelques petits dialogues caricaturés assez jubilatoires où chacun s'y reconnaitra hélas dans le trivial de sa vie .

Et elle excelle dans l'art de forcer le trait , d'appuyer sur le pathétique de nos miséreuses vies de peu : grandir , s'affranchir de l'autorité parentale et donnant à nos parents le droit d'être fier de leur progéniture avec un bac plus quelque chose , tomber amoureux et se reproduire ....une fois , deux fois , trois fois ....il faut bien passer le temps , combler le vide . Alors les couches à changer , les biberons , et les crises d'ados , ça occupe . Vient un moment d'essoufflement quand même et de flottement . Et comme la nature à horreur du vide , voilà notre MA  qui s'offre la grande parenthèse de sa vie , une grande (ou sordide) histoire d'amour (ou de c..) avec le DRH  de l'entreprise où elle bosse . Mais on sait bien que "les histoires d'amour finissent mal en général " si vous connaissez vos classiques musicaux des années 80 , alors quand il s'agit d'une banal histoire de c.... , c'est tué dans l'oeuf .N'en déplaise à ceux qui souhaiteraient voir notre MA rebondir dans une autre aventure sulfureuse ou dans le repentir de la mère de famille juste victime de la crise de la quarantaine , c'est dans le développement personnel et les associations caritatives ( Ben voyons , allons y jusqu'au bout dans la caricature et puis  faut bien "donner du sens ", c'est tendance  ! ) que notre héroine des temps modernes tentera un dernier sursaut pour pimenter sa petite vie dans sa petite maison de petit quartier de petite ville de petite province . La suite ? je vous laisse deviner . Regardez autour de vous . Bingo vous avez gagné
Et si on reprenait la même histoire et on l'écrivait avec un autre regard ? Je vous laisse imaginer et j'ose espérer deviner un sourire sur vos lèvres et des yeux remplis de plénitude . Mais cette histoire là n'intéresse pas Sophie Divry .
Bon , je ressors plombée
Pas convaincue par la facilité de l'exercice de Sophie Divry . Même si , comme diraient certains , "tout n'est pas à jeter". clown
Car Sophie Divry se vautre dans le désenchantement avec un appétit féroce, et c'est ce qui lui confère un certain talent .
Préparez la tablette de chocolat , les anxiolitiques quand même si d'aventure vous vouliez en savoir plus .

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 24 Fév 2016 - 6:53

si tu ressors "plombée" ton commentaire lui est stimulant ! sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
avatar

Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 24 Fév 2016 - 8:13

T'es plombée parce que tu ne t'es pas laissée plomber! dentsblanches

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 24 Fév 2016 - 8:39

On va partir en courant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
églantine
Zen littéraire
avatar

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 51
Localisation : Peu importe

MessageSujet: Re: Sophie Divry   Mer 24 Fév 2016 - 9:48

Bédoulène a écrit:
si tu ressors "plombée" ton commentaire lui est stimulant ! sourire
Malgré ses facilités ou peut-être à cause , elle a effectivement quelque chose de stimulant sinon je n'aurais pas fait de commentaire .( feignasse comme je suis ) .J'avais besoin d'en parler car c'est assez ambivalent ce que je ressens et vos avis m'intéresseraient !  Wink
On retrouve d'ailleurs ce "peps" dans Quand le diable sortit de la salle de bain, son dernier opus qui se veut  une fantaisie littéraire distrayante (là encore plus ou moins réussi).
C'est une jeune auteure qui se cherche je pense . En tous cas elle ne se laisse pas indifférent .
Invitée à ma Médiathèque prochainement , je serais curieuse de l'entendre .

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sophie Divry   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sophie Divry
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Préparer son accouchement, de Sophie Gamelin
» Recette sauce spaghetti façon Sophie, agrémentée à ma façon.
» Vente de fermeture de jouet de garderie (Sainte-sophie)
» Sophie la girafe est peut-être toxique
» Crème brûlée au foie gras et espumas pomme verte d'Anne Sophie Pic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: