Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Guillevic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 10:27



Eugène Guillevic est né à Carnac (Morbihan) en 1907 et mort quatre-vingt dix ans plus tard à Paris (en 1997, donc).

Il passe un bac en mathématiques et obtient en 1935, une place de rédacteur principal au Ministère des finances.

De 1945 à 1947, il fait partie des cabinets de deux ministres communistes : Billoux et Tillion. Après leurs évictions, il poursuit sa carrière dans différents ministères dont celui de l'aménagement du territoire.

Il prend sa retraite en 1967.

Avant guerre, son ami Jean FOLLAIN l'introduit dans le groupe Sagesse et par la suite il intègre le groupe de l'Ecole de Rochefort.

Au PCF, il rencontre Paul Eluard et participe aux publications clandestines de Seghers et Lescure.

Ses oeuvres sont très nombreuses mais un livre posthume publié par sa femme en donne la plus grande partie :

Relier, poèmes de 1938-1996 (Gallimard)

notons la réédition en 2007 de :

Possibles futurs (Poésie/Gallimard)

Très amis avec des peintres, certains recueils de Guillevic sont illustrés de dessins, de gravures ou de lithographies de Fernand Léger, Dubuffet et bien d'autres...

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 10:38

La poésie de Guillevic est une philosophie du minéral, une réflexion serrée sur l'homme lié, relié, attaché à la nature, à la solidité de l'univers, au silence de la terre, à sa lourdeur, sa rugosité, sa rudesse, l'érection de ses pierres.

Homme de Bretagne, Guillevic est à la fois vents et marées, taiseux et appliqué, manifesté et silencieux. Dans sa poésie les corps sont comme des pierres, durs, peu loquaces, intenses et dressés. Il est celui qui désquame la langue pour en trouver l'os. Par la rigueur de ses mots, il atteint une profondeur de hauts fonds et une sécheresse de sel. La matière minérale est son effort, entre roches et galets, le poète construit l'autre, le relie à la vie, devient universel.

La poésie de Guillevic est organique et réfléchie, elle est itinérance et écoute de l'autre, souffle de soi dans sa structure aérienne, elle est également ancrée dans le sol.

Poète de la simplicité, de l'unicité et de l'épure, Guillevic cherche à trouver sa place dans la grande machine du monde et par sa langue rugueuse, pierreuse, sentir la terre, sentir le vent, la mer, le sable, la silice devient bonheur et ouverture.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 10:44

J'ai joué sur la pierre.

*
J'ai joué sur la pierre
De mes regards et de mes doigts

Et mêlées à la mer,
S'en allant sur la mer,
Revenant par la mer,

J'ai cru à des réponses de la pierre.

*
Ils ne sont pas tous dans la mer,
Au bord de la mer,
Les rochers.
Mais ceux qui sont au loin,
Egarés dans les terres.

Ont un ennui plus bas,
Presqe au bord de l'aveu.

*
Ne te fie pas au goémon: la mer
Y a cherché refuge contre soi,
Consistance et figure.

Pourrait s'y dérouler
Ce qu'enroula la mer.

*
Ne jouerons-nous jamais
Ne serait-ce qu'une heure,
Rien que quelques minutes,
Océan solennel,

Sans que tu es cet air
De t'occuper ailleurs ?

tiré du recueil Carnac

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 10:45

Rocher

J'ai besoin d'être dur
Et durable avec toi,
Contre tout l'ennemi
Que ta surface arrête,
Besoin que nous soyons
Complice dans la veille
Et la nuit passera
Sans pouvoir nous réduire.
tiré du recueil Avec

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 11:59

Très bonne idée que l'ouverture de ce fil! J'y copie un poème que j'avais posté il y a 2 ans pour la journée de la poésie:


Regarder

Avant de regarder
Par la fenêtre ouverte,

Je ne sais pas
Ce que ce sera.


Ce n’est pas
que ce soit la première fois.

Depuis des années
Je recommence

Au même endroit,
Par la même fenêtre.


Pourtant je ne sais pas
Ce que mon regard, ce soir,

Va choisir dans cette masse de choses
Qui est là,
Dehors.

Ce qu’il va retenir
Pour son bien-être.


Il peut aller loin.

Peu de couleurs.
Peu de courbes.

Beaucoup de lignes.
Des formes,

Accumulées
Par des générations.


Je laisse à mon regard
Beaucoup de temps,
Tout le temps qu’il faut.

Je ne le dirige pas.
Pas exprès.


J’espère que ce soir
Il va trouver de quoi :

Par exemple
Un toit, du ciel.

Et que je vais pouvoir
Agréer ce qu’il a choisi,

L’accueillir en moi,
Le garder longtemps.

Pour la gloire
De la journée.


Etier, 1978

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 12:02

Et un autre, posté un peu plus tard sur le fil Coup de coeur poétique.


Chanson

Pas par le plafond,
Pas par le plancher
Petit enfant sage,
Tu ne partiras.

Pas brisant les murs
Ou les traversant,
Pas par la croisée,
Tu ne partiras.

Par la porte close,
Par la porte ouverte,
Petit enfant sage,
Tu ne partiras.

Ni brûlant le ciel,
Ni tâtant la route,
Ni moquant la lande,
Tu ne partiras.

Ce n'est qu'en passant,
A travers les jours,
C'est à travers toi
Que tu partiras.


Sphère , 1963
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 12:55

ah oui, bonne idée ce fil
lors d'un de mes voyages en Bretagne, je suis revenue avec



et quand le "mal du pays" m'attrappe, je lis quelques lignes de lui Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 21:15

le message que j'avais fait sur le fil avec les poètes bretons









Je suis allé sur la plage.
J'ai marché le long des vagues.

Je vais et je marche
Pour être compagnon de l'océan,

Avec l'espoir qu'il m'aidera
À trouver comment écrire sur lui.

Et sans doute,
Me connaîtrai-je mieux alors.




Eugène Guillevic




Toile:
Caspar David Friedrich,
Mondaufgang über dem Meer/Lever de la lune au dessus de la mer, 1819

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Guillevic   Lun 15 Nov 2010 - 21:29

et un autre







Rêvé
D'un seul poème

Qui dirait la somme
De tes rapports avec le monde
Et ce toi-même en toi.

La somme que le tout
Doit dire à travers toi.




Toile:
Edward Hopper,
New York Movie

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Guillevic   Ven 27 Sep 2013 - 10:42


.








Parallèles



I



On va , l'espace est grand,
On se côtoie,
On veut parler.


Mais ce qu'on se raconte
L'autre le sait déjà,


Car depuis l'origine
Effacée, oubliée,
C'est la même aventure,


En rêve on se rencontre,
On s'aime, on se complète.


On ne va pas plus loin
Que dans l'autre et dans soi.




II



Vous criez dans l'espace
Qui doit vous séparer.


Vous criez aussi fort
Au moins vers l'autre espace
Que vous coupez en deux,


Comme si vous étiez
A tout jamais les seuls
A ne pouvoir vous rencontrer.



(Extrait de "Euclidiennes, in "Du domaine, Euclidiennes"/ NRF/Poésie/Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile


Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Guillevic   Ven 27 Sep 2013 - 11:01

C'est incroyable de voir à quel point l'économie des mots chez Guillevic ouvre sur l'infini, l'immense, l'universel.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Guillevic   Ven 27 Sep 2013 - 11:09

Excellente observation, shanidar. Je me retiens presque de lire Guillevic. Je me préserve pour les grandes occasions mais bon, y a un début à tout. Le poète québécois Gaston Miron fut influencé par Guillevic, et je ne sais pas pour Jacques Brault, mais j'en ai bien l'impression... J'aime bien les deux derniers choix proposés («Parallèles» et celui sans titre).

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Guillevic   Ven 27 Sep 2013 - 15:08

shanidar a écrit:
C'est incroyable de voir à quel point l'économie des mots chez Guillevic ouvre sur l'infini, l'immense, l'universel.
Sa poésie est toujours sobre, mais d'une lumineuse évidence métaphysique. oui 


jack-hubert bukowski a écrit:
Excellente observation, shanidar. Je me retiens presque de lire Guillevic. Je me préserve pour les grandes occasions mais bon, y a un début à tout. Le poète québécois Gaston Miron fut influencé par Guillevic, et je ne sais pas pour Jacques Brault, mais j'en ai bien l'impression... J'aime bien les deux derniers choix proposés («Parallèles» et celui sans titre).
N'hésite pas à remonter à la source Guillevic ... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jack-hubert bukowski
Zen littéraire


Messages : 5257
Inscription le : 24/02/2008
Age : 35

MessageSujet: Re: Guillevic   Sam 28 Sep 2013 - 7:03

Constance a écrit:
jack-hubert bukowski a écrit:
Excellente observation, shanidar. Je me retiens presque de lire Guillevic. Je me préserve pour les grandes occasions mais bon, y a un début à tout. Le poète québécois Gaston Miron fut influencé par Guillevic, et je ne sais pas pour Jacques Brault, mais j'en ai bien l'impression... J'aime bien les deux derniers choix proposés («Parallèles» et celui sans titre).
N'hésite pas à remonter à la source Guillevic ... content
J'y manquerai pas... le hic... je n'ai pas encore un seul recueil de sa part. J'y remédierai.

_________________
«L'amplitude des contradictions à l'intérieur d'une pensée constitue un critère de grandeur.»
De Gaulle, citant Nietzsche

Dixit celui qui écrivait plus vite que son ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Guillevic   Jeu 19 Déc 2013 - 10:47


.






Triangle scalène



Bon pour danser,
Virevolter


Sur ma base, sur mon sommet,
sur mes côtés, mes autres angles.

C'est que je suis toujours
Agité, tirailé,

Par des angles, par des côtés
Assemblés au hasard
Et sans égalité.









Triangle isocèle
                                                                                     

J'ai réussi à mettre
Un peu d'ordre en moi-même.                                                                    

J'ai tendance à me plaire.









Triangle équilatéral  



Je suis allé trop loin
Avec mon souci d'ordre.

Rien ne peut plus venir.



(Extrait de "Euclidiennes, in "Du domaine, Euclidiennes"/ NRF/Poésie/Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Guillevic   Aujourd'hui à 19:52

Revenir en haut Aller en bas
 
Guillevic
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: