Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Julien Blanc-Gras

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Julien Blanc-Gras   Jeu 25 Nov 2010 - 9:23


©Sylvie Biscioni

Source : Au Diable Vauvert
Citation :
Julien Blanc-Gras est né en 1976 à Gap, une très jolie petite ville. Très jolie. Mais petite. A 18 ans, il va faire ses études à Grenoble. Il obtient par miracle un deug d’histoire puis une maîtrise en journalisme, alors qu’il sèche tous les cours pour jouer de la basse dans un groupe de pop dont le succès s’étendra presque jusqu’à Valence. Tirant un trait sur cette poussive carrière musicale, il fait ses premières piges au Petit Bulletin, un journal culturel grenoblois, et au Dauphiné Libéré, où il sera menacé de mort pour s’être moqué d’une équipe de pétanque.

Soucieux d’élargir ses horizons, il profite du programme Erasmus pour aller étudier à Hull, la ville la plus moche d’Angleterre. Il y joue de la guitare dans les clubs et se fait des amis venus des quatre coins du monde, ce qui lui sera bien utile pour squatter à droite à gauche par la suite.

A l’automne 2001, au moment où le monde s’écroule, il entreprend un périple avec son sac à dos qui durera finalement un an. Mexique, Cuba, Guatemala, Bélize, USA : ce voyage nourrira son premier roman, Gringoland, qu’il écrit retranché derrière une montagne de l’Oisans où il peaufine son niveau en snowboard.

Durant ses années de branleur, il a aussi exercé les professions d’employé municipal, poissonnier, boulanger, barman, animateur en club de vacances, prof de guitare, horticulteur, distributeur de tracts, traducteur, embouteilleur d’eau minérale à la chaîne, contrebandier de cigares cubains, télé-enquêteur, archiviste, figurant à Bollywood, rédacteur de publi-reportages pour l’industrie porcine (de magnifiques sujets sur la boyauderie et les pieds paquets, notamment)…

En 2003, armé d’un manuscrit et d’un compte en banque négatif, il s’exile à Paris. Il pige alors pour la presse magazine et la télé (L’Express, Technikart, Nova, Max, Standard, Jasmin, Canal +, Tracks…) pour essayer de payer le loyer de son studio de 20 m2 à Ménilmontant. Ses reportages le conduisent sur les cinq continents (Inde, Colombie, Chine, Australie, Turquie, Maroc, Groland…), mais quand même plus souvent à Boulogne-Billancourt.

Gringoland sort en 2005. Julien est content : des gens lui disent bravo, on le prend en photo, on lui donne même des prix.
En 2006, il ne se souvient plus de ce qu’il a fait.
En 2007, son éditrice le kidnappe dans une résidence camarguaise pour achever Comment devenir un Dieu vivant, un roman qui aura moins de succès que le Da Vinci Code mais qu’il vous recommande quand même.

A 31 ans, Julien Blanc-Gras trouve qu’écrivain baroudeur est un métier cool, même si ce n’est pas un métier. A cet âge-là, Paul Mc Cartney avait déjà quitté les Beatles, mais on peut pas vraiment comparer.


_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Comment devenir un Dieu vivant   Jeu 25 Nov 2010 - 10:00


Comment devenir un Dieu vivant.

William Andy vend des journaux à la Criée, à une sortie de bouche de métro (qui pourrait bien être Porte de Clignancourt ou un truc dans le genre).
Au milieu de la faune urbaine :

Citation :
Je vendais mes journaux au milieu du bordel urbain. C'était ça mon job, annoncer les titres un peu fort, interpeller le chaland, vendre les mauvaises nouvelles. L'endroit était stratégique, j'avais de la concurrence. Parce qu'on y trouvait d'autres business à la sortir de ma station. On y vendait de la drogue de mauvaise qualité, du maïs transgénique grillé, des gadgets made in China et des provisions de spiritualité. Pas simple de se faire entendre, l'humanité est bruyante.
- Arrêtez de tuer les juifs. La paix pour les juifs !
Lui, il venait tous les jours (sauf le samedi) psalmodier pendant une heure, les mains vers le ciel, le regard pénétré, façon Mur des lamentations. Son texte tournait en boucle, c'était sa méthode pour sauver son peuple. D'après les titres de mes journaux, ça marchait pas vraiment. J'ai vu des gens lui laisser des pièces, je ne sais pas si c'était par antisémitisme mesquin ou parce que le spectacle leur plaisait.
Puis on avait les autres là, les born again, toujours par deux avec leur chemise blanche bien repassée et leur petit badge, qui demandaient aux putes si elles avaient déjà entendu parler de Jésus-Christ. Eux, parfois, ils se faisaient casser la gueule.
Puis on avait des musulmans qui venaient faire leur prière dans le parc à côté, avec leur djellaba et leurs Nike. Le principal défaut des musulmans, c'est le sens de l'orientation. Ça faisait des mois qu'ils s'inclinaient en direction de Reykjavik en pensant se tourner vers la Mecque. Personne ne les prévenait. Je ne sais pas si c'était par islamophobie latente ou pour ménager leur susceptibilité.
Bref, Dieu était mort puis ressuscité. J'avais déjà entendu cette histoire quelque part.

Un jour, parce qu'il s'ennuie, parce que ses journaux ne se vendent pas... William part dans une imitation de l'annonciateur de Fin du monde (qui est absent) tout en annonçant ses unes.

-Nouvelle hausse du chômage. Tous aux abris antiatomiques.

-Britney Spears a fait une fausse couche. La civilisation occidentale périclite.

-Trois cents morts dans une catastrophe ferroviaire en Inde. Repentez-vous.

Et ça fonctionne. Les gens s'arrêtent. Le regardent. Mais personne n'achète de journal. Dès qu'il termine son "spectacle" ils s'enfuient presque. Sauf un puis deux puis trois, qui deviennent son "équipe" : Tim, le supra-geek , Max le gars baraqué au bonnet péruvien orange qui veut se lancer dans le spectacle, et Lucy la rebelle en lien direct avec le monde d'aujourd'hui.

Et ils créent un spectacle.
Ça fonctionne si bien ce côté C'est la fin du monde et alors ? que de fil en aiguille ils deviennent célèbres, ont une émission de tv, des tee-shirts à leur effigie, forment un groupe de rock, ont des fans hystériques... etc...

William devient un dieu vivant, le messie venu annoncer l'apocalypse. Venu aider l'homme à avancer sereinement vers la fin de son existence. Il n'apporte aucune solution, il est là pour Vivre mieux Maintenant.

On suit l'évolution de ce petit groupe, entre alcool, drogue, envie d'exister et d'en profiter un maximum, tout en laissant une place à l'humanité : celle de s'exprimer, d'avoir son petit espace de vie, de liberté.

Julien Blanc-Gras décrit parfaitement la mentalité de notre monde d'aujourd'hui. En quelques lignes il décrit une situation, avec plein de cynisme et de raccourcis caricaturaux qui font rire. Il grossit le trait, on le sait, et c'est drôle.


Petits portraits des 4 hurluberlus :

Citation :
On vit dans un monde de merde, j'ai une petite notoriété, une gueule de bois, un téléphone-console de jeux portable offert par l'attachée de presse de la veille, et pas du tout d'emploi.
Oui, et j'ai une femme à mes côtés.
Cette femme s'appelle Lucy, elle sait pour le monde de merde, mais ça ne la désespère pas du tout. Elle est dans l'action, tiraillée entre sa volonté de réussite sociale (ses parents étaient des réfugiés, elle a la niaque) et des élans humanitaires qu'elle sait voués à l'échec. Elle a un travail aliénant, un tempérament d'acier, le sourire constant, des seins en silicone (elle a avoué) et une petite robe vraiment choupinette.
Max a faim en permanence, pas plus d'emploi que moi, une voix de stentor, et une chaussure sous le bras qu'il caresse périodiquement. Max est un ogre. Il n'attend rien de la vie parce qu'il n'aime pas attendre.
Tim est un mystère. Je fréquente ce garçon depuis quelques semaines et je n'arrive pas trop à comprendre ce qui est enfoui sous cette carcasse neurasthénique. Il semble détaché du réel et dénué de la plupart des émotions habituellement observables chez ses contemporains. Mais il peut aussi s'illuminer comme un enfant, sans prévenir, pour des raisons obscures, quand un de ses Aloysius Polo (avatars virtuels) réalise un bon coup. Un jour, il nous a annoncé d'un air pas peu fier qu'il venait d'acheter dix hectares sur Pluton pour une bouchée de pain.

Ce livre est vraiment une perle à dévorer tranquillement. Ça fait rire, ça a un petit air de BD, et de profondément jeune et révolté tout en ayant l'intelligence de la fainéantise.
Ça va vite et loin dans les situations rocambolesques, improbables. Dans le sexe, la violence, et l'absurdité. Mais on y croit, parce qu'on s'aperçoit que ce n'est pas si irréel que ça.


_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Jeu 25 Nov 2010 - 10:04

Vidéos de fausses pub faites par Julien Blanc-Gras et ses potes :






_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Jeu 25 Nov 2010 - 10:49

Ouah, mais c'est que ça m'a l'air très intéressant tout ça ! Very Happy J'avais vu la couverture du bouquin à la FNAC et si le dessin m'avait attirée, le titre, en revanche, m'avait aussitôt fait fuir, par crainte de me retrouver face à un énième bouquin en forme de manuel débile. Voilà à quoi me conduisent mes préjugés : à passer à côté de textes intéressants malgré l'impression qu'on peut en avoir au premier abord (même si, dans certains cas, je suis sûre que ces mêmes préjugés m'auront permis d'économiser pas mal de temps What a Face )

J'aime beaucoup la description des personnages ! Very Happy
Merci pour ce fil Queenie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Jeu 25 Nov 2010 - 17:15

la pub vidéo genre "shopping TV" mdr2 mdr2

ce livre mérite certainement attention et tu nous le confirme Queenie, merci

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suny
Main aguerrie
avatar

Messages : 522
Inscription le : 17/02/2007
Age : 32
Localisation : Rhône

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Jeu 25 Nov 2010 - 19:31

Je l'avais noté dans ma lal en voyant la première phrase du bouquin que tu as citée dans je-ne-sais-plus-quel-fil...
Ben il vient de remonter dans les priorités Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecturesdesuny.canalblog.com/
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Lun 29 Nov 2010 - 13:25

Contente d'attirer votre intérêt sur ce livre.

Un autre bout d'extrait pour le plaisir.

Citation :
Comme chacun sait, les suicides collectifs à grande échelle sont le principal hobby des sectes apocalyptiques. Allez les gars, on s'allonge par terre en étoile, Bobby va cherche le jerrican et on se fait un barbecue pour aller rejoindre les extraterrestres, une fois que vous m'avez donné vos coordonnées bancaires.
Mais le plus souvent, le suicide, c'est une apocalypse individuelle. Et c'est un luxe de riche. Il faut avoir le temps de réfléchir et de s'ennuyer. Quand on passe sa vie à survivre, on ne se rend pas compte qu'elle est absurde.
Regardez l'Afrique. Je me souviens du comptoir de mon bistrot à une heure avancée de l'apéro. Mon voisin, un Togolais hilare et passablement ivre, m'abreuvait de ses considérations sur le continent noir : "L'Africain, il se suicide pas, mon frère. Enfin, ça peut arriver, mais alors il en faut beaucoup." Bien.
Regardez les Finlandais. Ils sont grands, beaux, ils ont un système social formidable, le meilleur taux de connexion internet du monde, ils ont même le Père Noël. Ça ne les empêche pas de se suicider à tour de bras.
Tout ça pour dire qu'on est des sacrés morses.
Nous savons que nous courons vers le précipice et nous courons quand même.
Goo goo goo joob.

Vous noterez comme c'est "facile" et plein de choses lues et revues un peu partout, mais avec une petite touche impertinente, et sourire en coin assumé.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Lun 29 Nov 2010 - 14:12

Rien que sa biographie donne envie de le lire! rire

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 26
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Lun 29 Nov 2010 - 19:27

Queenie a écrit:


Vous noterez comme c'est "facile" et plein de choses lues et revues un peu partout, mais avec une petite touche impertinente, et sourire en coin assumé.

C'est vrai que l'idée en elle-même ne révolutionne rien, mais c'est tellement bien écrit qu'on ne peut être que de connivence avec lui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Suny
Main aguerrie
avatar

Messages : 522
Inscription le : 17/02/2007
Age : 32
Localisation : Rhône

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Jeu 9 Déc 2010 - 21:58

Mon verdict : trop bon.
C'est un gros délire ce truc, mais au final pas tant que ça... la fin est très belle. Et puis tout ce qu'il y avant la fin est juste poilant. Il y a certes pas mal de déjà vu (un savant mélange de plein de trucs déjà vus en fait), mais c'est tellement bien écrit qu'on a l'impression que c'est nouveau et que c'est à peine exagéré (parce que quand même, des fois, il exagère rire ).
J'adore sa façon d'écrire, ça se lit tout seul sans être simpliste et ça fait paf dans les neurones, et puis il y a toujours un petit détail qui tue. Le passage sur les morses, par exemple, m'a fait pleurer de rire...
En conclusion : trop trop bon (Gringoland in the LAL, hop!) woohoo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecturesdesuny.canalblog.com/
Suny
Main aguerrie
avatar

Messages : 522
Inscription le : 17/02/2007
Age : 32
Localisation : Rhône

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Mar 5 Avr 2011 - 19:04

Gringoland



Citation :
"Ma retraite cathodique était un échec. La télé ne rend pas seulement con, elle rend surtout malheureux. J'en suis venu à penser que les derniers hommes étaient ceux qui se passaient de télévision. Je suis monté au premier étage de la Tour Eiffel et j'ai balancé mon Philips coin carré. Le monde est vaste et accessible. J'ai vendu mon sofa et j'ai acheté un billet d'avion."
Lassé d'être un légume cynique observant négligemment le chaos contemporain, la narrateur part vérifier qu'un autre monde est possible. Sur les routes de l'Amérique latine et des Etats-Unis, il croise des travellers égarés, des rebelles zapatistes, des stars d'Hollywood et des chamanes foireux, pas mal de cinglés et un peu d'amour... Comment prendre ce monde au sérieux ? Y a-t-il un ordre caché dans le bordel ambiant ?

Une histoire différente de Comment devenir un dieu vivant, mais mon commnentaire serait quasiment le même : c'est cynique, drôle, dynamique, engagé, assez caricatural mais en même temps très réaliste... Toujours un style qui fait paf, qui raconte tout ce qu'il y a à raconter en quelques mots. Bref, gris kif encore ^^

Vivement le prochain (mais j'ai pas réussi à trouver quoi ni pour quand... pourvu qu'il y en ait un prochain!) swing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecturesdesuny.canalblog.com/
zazy
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 68
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Mar 5 Avr 2011 - 22:52

Tiens, tiens, tiens, mais ma lal va grossir avec ce bouquin. Allez, je l'adopte joie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Mer 6 Avr 2011 - 9:10

Suny a écrit:
Vivement le prochain (mais j'ai pas réussi à trouver quoi ni pour quand... pourvu qu'il y en ait un prochain!) swing
Touriste, prévu pour le 13 mai 2011 Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 37
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Mer 6 Avr 2011 - 9:13

J'avais ratée tous tes com' Suny, désolée... (des fois j'ai la tête en cacahuètes...)

Faut que je me commande Gringoland !


_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suny
Main aguerrie
avatar

Messages : 522
Inscription le : 17/02/2007
Age : 32
Localisation : Rhône

MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   Mer 6 Avr 2011 - 19:55

kenavo a écrit:
Suny a écrit:
Vivement le prochain (mais j'ai pas réussi à trouver quoi ni pour quand... pourvu qu'il y en ait un prochain!) swing
Touriste, prévu pour le 13 mai 2011 Very Happy
Pour bientôt alors, trop cool swing merci Kenavo Trouve-Tout! bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lecturesdesuny.canalblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Julien Blanc-Gras   

Revenir en haut Aller en bas
 
Julien Blanc-Gras
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lanquetot JULIEN GODEFROY > 1811
» Calendrier julien
» SÉMAPHORE - SAINT JULIEN - QUIBERON (MORBIHAN)
» Julien Courbet
» Julien Doré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: