Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Sybille Bedford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Sybille Bedford   Sam 27 Nov 2010 - 18:04



Née en 1911 à Charlottenburg (Allemagne), Sybille Bedford passe toute son enfance avec son père et développe grâce à lui une passion pour les grands vins dès son plus jeune âge. A sa mort, elle retrouve sa mère. Cette dernière l'emmène partout en Italie, en France et en Grande-Bretagne.
Au début des années 30, la mère et la fille s'installent à Sanary. Sybille Bedford y rencontre de nombreux écrivains et à partir de 1933, des auteurs allemands trouvant refuge en France comme Thomas Mann, Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Ernst Toller et Julius Meier-Graefe qui furent ses « mentors, exemples, séducteurs et amis ». Elle fait à cette époque la connaissance d'Aldous et Maria Huxley qu'elle considérait comme ses vrais professeurs et amis très proches.
Elle épouse Walter Bedford pour devenir citoyenne britannique mais le mariage fut de courte durée. Sa joie de vivre se retrouvait dans une curiosité sans limite envers les autres, un amour profond de la nature et son goût jamais démenti pour les grands vins.
Chroniqueuse judiciaire, elle a couvert le procès de Jack Ruby, l'assassin de Lee Harvey Oswald, pour le magazine Life, elle a suivi les procès d'Auschwitz en 1964 ainsi que de nombreux procès de restitution de biens dans l'Allemagne d'après-guerre. Elle a écrit deux livres sur ses expériences de chroniqueuse judiciaire : The best we can do (1958) qui retrace le procès d'un médecin accusé de tuer ses patientes et The faces of justice (1961), rapport sur les pratiques judiciaires en Angleterre, en France, en Allemagne et en Suisse.
Son premier roman A visit to Don Otavio, publié en 1953, relate l'année qu'elle a passée au Mexique. Trois ans plus tard, elle publie son chef-d'œuvre A legacy. Deux romans semi-autobiographiques suivent : A favourite of the Gods (1962) et A compass error (1968).En 1989 elle a publié Jigsaw, sélectionné pour le Booker Prize. Sables mouvants (Quicksands), ses mémoires, sont parus en Angleterre en 2005.
Sybille Bedford est morte à Londres le 17 février 2006.
source: éditeur


Partie de sa bibliographie:

The Sudden View: a Mexican Journey (1953) (republished as A Visit to Don Otavio: a Traveller's Tale from Mexico, a travelogue) /
Visite à Don Otavio : Tribulations d'une romancière anglaise au Mexique

A Legacy (1956) / Un héritage

A Favourite of the Gods (1963) / Une favorite des dieux

A Compass Error (1968) / Une erreur de compas

Jigsaw: An Unsentimental Education (1989) / Puzzle, Une éducation peu sentimentale

Quicksands: A Memoir (2005) / Sables mouvants


_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Sam 27 Nov 2010 - 18:07


Un héritage
Citation :
Présentation de l'éditeur
« J'ai passé les neuf premières années de ma vie en Allemagne, continuellement ballotée entre deux maisons », écrit la narratrice de ce récit de la nostalgie. Deux maisons, deux familles, dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale, en pleine ère wilhelmienne. Chez les Merz, famille de la grande bourgeoisie juive berlinoise, on étouffe sous les tentures ; on ne cesse de manger ; on se ferme aux événements du monde extérieur qui risqueraient de déranger un confort douillet. Les Felden, membres de l'aristocratie terrienne et catholique du Sud, cherchent eux aussi à fuir la réalité. Julius, l'un des fils, a épousé la jeune Mélanie Merz, qui ne tarde pas à mourir de la tuberculose. Il n'en reste pas moins très proche de sa belle-famille : trait d'union entre deux modes de vie, deux valeurs, deux traditions. Un scandale familial, qui n'est pas sans rappeler l'affaire Dreyfus, parviendra à peine à tirer les personnages de leur léthargie.
Brossant le tableau d'une époque évanouie, évoquant avec une ironie parfois cinglante la société allemande du début du siècle, Un héritage offre aussi un hommage à l'intelligence et à l'énergie des femmes, seules à prendre des décisions, face à l'apathie des hommes qui les entourent, véritables actrices du changement, qui introduisent le XXe siècle et la modernité dans un monde figé.

J'ai relu ce livre avec grand plaisir pour ouvrir ce fil. Et je n'ai qu'un envie, lire les trois suivants pour suivre la vie de Sybille Bedford et de ses parents/grands-parents et connaissances...

Ce roman se joue dans les années 1870-1914.
J'ai lu quelque part qu'il n'y avait pas vraiment un auteur à part Thomas Mann dans Boodenbrooks qui a aussi bien illustré cette bourgeoisie allemande de ces années. Et je veux bien l'admettre. C'est la description d'un monde à part, partie surtout depuis bien longtemps, mais que Sybille Bedford décrit si bien, on a l'impression de les voir devant soi.
Surtout une première partie très réussie, le roman devient un peu plus bavard vers la fin, mais reste néanmoins une lecture plaisante.

Je suis déjà en plein dans le prochain, Une favorite des dieux qui emmène le lecteur en Nouvelle-Angleterre et Italie pour décrire la famille de la mère de l'auteur (avec des bouts imaginés, mais beaucoup de faits réels).
C'est un pur plaisir de retrouver son écriture..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
domreader
Zen littéraire
avatar

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Sam 27 Nov 2010 - 18:19

Tentant ! content

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Dim 28 Nov 2010 - 19:29


Une favorite des dieux
Citation :
À la fin des années vingt, la belle Constanza, accompagnée de sa fille Flavia, fuit l'Italie de Mussolini pour Bruxelles, où un nouveau mari l'attend.
Un léger incident, et leur voyage est interrompu en France. Constanza prend alors la décision qui changera leurs vies, à l'image de sa mère Anna qui, des années auparavant, avait quitté les Etats-Unis pour suivre un prince italien. Publié pour la première fois en 1963, Une favorite des dieux est l'histoire extraordinaire de trois générations de femmes exceptionnelles, c'est aussi l'évocation d'une époque à tout jamais révolue, une véritable fresque européenne.

Pour ce livre "roman" s'applique mieux, on sort un peu des pas de la vie de Sybille Bedford, bien qu'elle a certainement tissé des souvenirs, des idées, des moment de sa vie entre les pages.

En quelque sorte c'est un roman à la Henry James, l'Américaine qui attérit en Europe et y reste à cause d'un mariage.
Le periple d'Anna, de sa fille Constanza et de sa petite-fille Flavia est décrit avec beaucoup de petits détails qui nous font revivre les années 1900-1920. Rome et Londres prennent couleur et on s'attache à ces différents destins.

Je n'en ai fait qu'une bouchée et j'ai déjà la "suite" à côté de moi (Une erreur de compas reprend quelques personnages de ce livre) miammiam

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Mer 1 Déc 2010 - 10:34


Une erreur de compas

Nous voici avec une sorte de suite à Une favorite des dieux.
Sybille Bedford mentionne dans sa préface (en version anglaise) qu'il s'agit pas de faits réels, à part qu'il y a quelques moments dans la vie de Flavia qui se sont aussi produits dans la sienne..
Je pense que chez cette auteure il y a toujours une sorte de semi-autobiographie dans ses écrits.

En tout cas dans ce livre on retrouve Flavia au moment où on l'a quitté dans Une favorite des dieux et on partage un été avec elle sur la Côte d'Azur.
Elle fait la connaissance d'un couple d'artiste et de leurs amis, elle est invitée de passer les dîners (et plus Wink ) avec eux..

Mais il y a surtout ce personnage d'Andrée qui apparaît au village et qui recherche sa compagnie.
On peut dire que c'est l'été de la perte de l'innocence de Flavia, dans plusieurs sens du terme.

Ecrit avec maîtrise, ce livre est, tout comme les autres, un plaisir à lire.
Il me reste encore le dernier, Puzzle qui redevient autobiographie en un sens

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IzaBzh
Agilité postale
avatar

Messages : 932
Inscription le : 19/05/2010
Age : 51
Localisation : Bourgogne/Paris

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Mer 1 Déc 2010 - 12:25

OK, je suis convaincue, je l'ai rajoutée à ma LAL bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avel-iza.blogspot.com
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Lun 30 Déc 2013 - 17:05

VISITE  A DON OTAVIO. - Phébus



Je suis en train de terminer Visite à Don Otavio. Ou les tribulations d' une romancière au Mexique.
Ce livre  est vraiment unique dans ce qu' on appelle roman de voyage.
Mais, en fait, ce livre est bel et bien un livre de romancière, et  de romancière  très douée. A partir des matériaux vécus et enregistrés dans sa mémoire, elle a écrit un livre lumineux d' intelligence, de malice,
de tendresse, d' observations fines et d' une drolerie extraordinaire.

Une réussite d' un bout à l' autre ! C' est pourquoi, à part un petit échantillon de son style, je vous
laisserai à votre plaisir de découvrir ce sacré livre !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie
Zen littéraire
avatar

Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Lun 30 Déc 2013 - 18:40

Kenavo a écrit:
Le roman se joue dans les années 1870-1914.
J'ai lu quelque part qu'il n'y avait pas vraiment un auteur à part Thomas Mann dans Boodenbrooks qui a aussi bien illustré cette bourgeoisie allemande de ces années. Et je veux bien l'admettre. C'est la description d'un monde à part, partie surtout depuis bien longtemps, mais que Sybille Bedford décrit si bien, on a l'impression de les voir devant soi.
Surtout une première partie très réussie, le roman devient un peu plus bavard vers la fin, mais reste néanmoins une lecture plaisante.
J'avais lu, sur tes conseils, Un héritage.
Effectivement quelle histoire ! C'est un peu loin pour en parler vraiment, mais j'avais beaucoup aimé, merci Kenavo!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Lun 30 Déc 2013 - 19:55

Marie a écrit:
J'avais lu, sur tes conseils, Un héritage.
Effectivement quelle histoire ! C'est un peu loin pour en parler vraiment, mais j'avais beaucoup aimé, merci Kenavo!
trop contente de lire que tu as aimé... tu devrais retrouver le même plaisir dans ses autres livres...
et tout cela me rappelle qu'il me reste toujours son Puzzle dans ma LAL Wink

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Sybille Bedford   Lun 30 Déc 2013 - 20:13

VISITE  A  DON  OTAVIO  (suite)

Deux dames éprises de paysages nouveaux décident d' aller visiter le Mexique. On est au début des
années 50, mais le Mexique d' alors est encore à des annés lumières de pays plus avancés.

Le Mexique vit dans un contexte a-historique, avec des paysages somptueux ou désertiques, une
pauvreté qui défie l' imagination, des vestiges de guerres et de révolutions innombrables. Et dont
rien n' est sorti de favorable pour les indiens.

Le rythme de vie, meme dans les villes, est plutot lent et tout le monde en subit les conséquences
avec une certaine philosophie qui déconcerte les deux voyageuses. Tout autant que les repas
pantagruéliques qu' on leur sert et les situations très paradoxales qu' elles vivent.

Le personnage clé de ce livre est Don Otavio et, quand je vous aurai dit qu' il est un hote  d' une gentillesse, d' une tolérance, d' une générosité sans pareilles, je n' aurai rien dit.
Sinon que les deux voyageuses vivent chez lui une période euphorique et  quasiment paradisaque.

Mais voià, il est bien connu qu' on ne sait garder ce que l' on a, et qu' on court derrière des chimères
juste pour se prouver  qu' on est libre et... déraisonnable...

Et donc, après un voyage dantesque dans un tain fou et surchauffé, les deux voyageuses parviennnent
 vivantes et avec seulement 17 heures de retard à Mazatlan. Une ville récente, mais déjà en état de décrépitude avancé.

Arrivées là elles apprennent que tous les voyages en avion sont complets jusqu' à Dieu sait
quand. Que le Southern Pacific ne passera que dans quelques jours, et que le port est ensablé.
 Les voilà donc coincées comme des rats dans un hotel délabré où un barman essaie de les consoler.

- "Pourquoi ne prenez-vous pas le train d' avant-hier, suggéra le barman ?

- C' est possible, fit E. ?

- Le train d' avant hier est en retard. Il n' est pas arrivé lundi (on était mercredi). On l' attend
pour ce soir. Si vous allez à la gare, tout à l' heure, vous ne pouvez pas le manquer.

... Le train d' avant-hier débarqua des Américains décomposés. Ils avaient faillir devenir fous, et après trois jours de réclusion, ils étaient épuisés...

Nous débarquames à Guadalaja le soir suivant avec seulement cinq heures de retard."  

Visite à Don Otavio, pp. 246-247

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sybille Bedford   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sybille Bedford
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sud :)
» 60ème anniversaire de la disparition du Sous-marin Sybille
» SIBYLLE
» RONDE DES BEBES -MAI (Paris)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés "ailleurs" qu'en Grande Bretagne-
Sauter vers: