Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jaume Cabré [Espagne]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeVen 10 Déc 2010 - 17:25

Jaume Cabré [Espagne] Cabre_10

Jaume Cabré i Fabré (Barcelone, 1947) est un philologue et écrivain catalan.

Licencié en philologie catalane à l’Université de Barcelone, professeur certifié en dispense d’activité et enseignant à l’Université de Lleida, membre de la section philologique de l’Institut d'Estudis Catalans.

Il a combiné pendant de nombreuses années, l’écriture et l’enseignement. Il a également travaillé à l’écriture de scénarios pour la télévision et le cinéma.
source et suite


Bibliographie

Citation :
Index: (cliquez sur les numéros de page pour y accéder directement)


1985 La toile d'araignée,
2004 Sa Seigneurie, Page 10,
2006 L'ombre de l'eunuque, pages 12, 13,
2009 Les voix du Pamano, Pages 1, 4, 5,
2013 Confiteor, Pages 1, 3, 4, 6, 10, 11, 14, 15 , 16,

Citation :
Mise à jour le 23/02/15, page 16


Dernière édition par kenavo le Mar 22 Mar 2016 - 20:47, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeVen 10 Déc 2010 - 17:25

Jaume Cabré [Espagne] Ab300
Les voix du Pamano
Citation :
Présentation de l'éditeur
« Les voix du Pamano est une saga catalane sur la haine et le meurtre, sur un amour presque monstrueux dont la violence perdure des décennies après la mort, sur une gigantesque falsification de l’Histoire, sur le pouvoir de l’argent dans les mains d’une femme fascinante mais aussi formidablement assoiffée de vengeance. Une vengeance née du terrible été 1936, lorsque la jeune Elisenda Vilabrù voit son père et son frère se faire brutalement tuer par les anarchistes de son village. [...] Ce roman est un mélange fascinant de temps, de personnages et d’événements. En une phrase, l’histoire peut avancer de 60 ans avant de revenir au point de départ. [...] Ce livre a un charme remarquable, il est éminemment poétique. Sans compter qu’il est rarissime d’avoir envie de relire un livre depuis la première page après avoir tourné la dernière. » (Ariane Thomalla, Arte)
toute la critique chez Arte

« Cabré raconte avec une habilité stupéfiante une histoire de sentiments et de passions qui, de 1944, nous emmène à la période actuelle comme s’il s’agissait d’un présent continu, captivant. » (Andrea Camilleri)

Cela va être difficile de mettre en mots mes impressions après cette lecture.
J’en ressors très enthousiaste et souhaiterais beaucoup de lecteurs à ce livre et cet auteur.

Faut s’accrocher au début, je l’accorde, il aime mélanger un peu les différentes années (entre 1936 et 2002) dont il parle dans ce livre et aussi les personnes qui prennent parole. Mais après 20 à 40 pages on suit le cours de cette récitation non linéaire. Et c’est un trait de génie ce que l’auteur a fait ainsi.

Presque dès le début on connait certains aboutissements d'événements qu'on n'a même pas encore eu la chance de connaître, mais néanmoins la lecture reste captivante et intéressante parce que, même en donnant un indice, il y a toujours une surprise qui l’accompagne et même si on pense avoir percé tous les secrets du livre, il en donne un nouveau tour de magie et on replonge dans cet opus.

Livre aussi très important concernant ce pays pour donner un aperçu des années 1936 jusqu’à 2002. Sans que Jaume Cabré donne un cours d’histoire, il revient sur beaucoup de faits qui se sont produits dans ces années noires en Espagne et il le fait de main légère sans pour autant oublier le poids de certaines tragédies.

Jaume Cabré [Espagne] Ab301

Naturellement sur 742 pages (j’ai lu la traduction allemande et en avait 100 de moins à lire Wink ) on ne peut pas éviter qu’il y a parfois des redits, des longueurs.. mais aucun moment de ce livre donne envie de le reposer, de ne plus y revenir. Une lecture qui fait du bien concernant les mots, la magie de la littérature, mais qui fait du mal à cause de certains sujets traités.

Chapeau à cet auteur et merci pour ce très bon moment de lecture.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
Maline

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeVen 10 Déc 2010 - 23:35

Merci pour cette présentation, kenavo. Comme la poussière commençait à s'assembler sur ce livre depuis plus d'un an honte je viens de le sortir pour immédiatement commencer par le lire miammiam Excellent, je ne peux que confirmer tes impressions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeJeu 24 Mai 2012 - 14:01

Les voix du Pamano


Ça commence par l'exergue :
Citation :
« Père, ne leur pardonne pas, car ils savent ce qu'ils font. » Vladimir Jankélévitch
et ça finit avec :
Citation :
Sais-tu mon fils ? Les cimetières de villages ont toujours fait penser aux photos de famille : tout le monde se connaît et tout le monde reste bien tranquille, à jamais l'un à côté de l'autre et chacun perdu dans son rêve. Avec leurs haines désorientées par tout ce calme.
(…) C'est incroyable, la vie.

Si j'en crois Les voix du Pamano, Jaume Cabré est un formidable conteur. Sur 760 pages, il nous émeut à parcourir les rues d'un village des Pyrénées espagnoles, marqué par les blessures de la guerre civile et du franquisme, blessures que nous allons voir au fil des années tenter de cicatriser, mais bien souvent se réouvrir, suppurer sous des couteaux vengeurs,. Ce sont ceux qui vont bientôt mourir, disent les anciens, qui entendent les « voix du Pamano », le ruisseau qui baigne Torena. Ce livre, où les personnages se partagent - se déchirent plutôt - entre traîtrise et fidélité, souvenir et vengeance, haine et amour est un extraordinaire jeux de piste parfaitement maîtrisé.


Vous savez les jeux de pistes, ces trucs machiavéliques qui tiennent en haleine, plein de rebondissements, qui vous emportent sur une fausse piste, où un petit élément vient éclairer rétrospectivement quelques informations que vous aviez jugées négligeables et qui prennent soudain toute leur importance? Ces récits où la vérité n'est pas livrée toute crue mais se gagne à la sueur bienheureuse de vos investigations ? Ces grands enchevêtrements élaborés par un inventeur scrupuleux et malicieux, qui se rit de vos petits raisonnements terre à terre pour élaborer une grande construction dont la cohérence se construit peu à peu, dont les structures éparpillées vont trouver, comme les pièces d’un puzzle qui se complètent, leur épanouissement dans l'évidence finale, où tout s’ explique, tout se tient, dans un tableau à l'intelligence brillante ?

Voilà le trésor que nous propose Jaume Cabré. Le livre se « gagne » assez difficilement au début, on est un peu désarçonné, perdu par la multiplicité des personnages, et surtout par le style très particulier de l'auteur – style si personnel qu’on va peu à peu le considérer comme un des personnages de l’histoire à lui tout seul. Pour lui le temps et l'espace sont des notions parfaitement éclatées : au milieu d'un paragraphe, d'une phrase même, on passe malicieusement d’ une scène à une autre, d'une époque à une autre, d'un personnage à un autre.
Jaume Cabré surfe sur les vagues du temps, enchaînant brillamment les grands écarts, définissant des correspondances, des filiations. Il nous livre les pensées derrière les paroles, les espoirs derrière les actes, pour mieux ciseler l’intimité complexe de ses personnages, prisonniers chacun à sa façon de la solitude de son destin.
Cela demande un temps d'adaptation, il ne faut pas se décourager dans les 100 premières pages, éviter de lire par petits morceaux, et petit à petit, les personnages se construisent, les correspondances se font, on s'installe délicieusement dans cette histoire à la fois lumineuse et sordide, on ne peut plus lâcher ce suspense haletant.

Par son histoire bouleversante perpétuellement surprenante, par sa narration unique, les voix du Pamano restera certainement l'un des livres-phares de mon année 2012.
Une fois de plus, merci, Igor !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeJeu 24 Mai 2012 - 20:43

Tout le plaisir est pour moi! Je n'avais pas remarqué ce fil bien mérité pour Jaume Cabré.
Vos commentaires sont parfaits. Soufflé par la force de ce livre, je suis bien incapable d'en dire quelques mots sinon: Lisez le!!!
Le jeu de ping-pong avec Topocl qui a fait que suite à cette lecture j'ai enchainé avec "La fête de l'ours" a créé une synergie assez particulière pour ces deux histoires finalement complémentaires malgré des formes très différentes.

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeSam 7 Juil 2012 - 22:22

Les voix du Pamano

Ceux qui m’ont précédé sur ce fil ont déjà fort bien et fort justement dit ce que l’on peut en dire, sans dévoiler trop l’histoire. Puisque l’auteur réussit comme un maître à maintenir jusqu’à la dernière ligne le suspense qui nous tient en haleine, il convient de le respecter.
Il le fait si magistralement que l’on a du mal à lâcher le roman en cours de lecture, il nous obsède dès qu’on le pose et nous appelle.
Et ses plus de 7OO pages lues, on n’a qu’une envie : revenir au début et le parcourir à nouveau, sans hâte puisqu'onl’on connaît la vérité, pour apprécier tranquillement la construction de ce monument littéraire et de cette histoire qui n’a rien de linéaire.

L’auteur nous entraîne à Torena, petit village de Catalogne, dans une histoire qui couvre plus de sept décennies, nous faisant passer sans ménagement de l’une à l’autre.

L’événement le plus ancien remonte à l’été 1936, lorsque la petite Elisenda Vilabrù voit son père et son frère se faire tuer par les anarchistes du village au cours de la guerre civile (1936-1939).
Est venu ensuite sur le Torena le temps de la dictature de Franco jusqu’en 1975. Avec le maire Valenti Targa, le monstre, le "bourreau de Torena".
Puis il y eut l’après, avec les haines, les vengeances, les mensonges, les secrets.

Années 2000 …
L’école de Torena va être détruite et Tina, une institutrice, découvre quatre cahiers, des lettres cachées dans une boîte de cigares, derrière le tableau noir.
Ce sont celles d’ Oriol Fontelles, l’instituteur maudit dans le village, connu pour son soutien apparent au maire, le sanguinaire Valenti Targa, pendant le franquisme.
L’instituteur est mort le 18 octobre 1944, abattu dans l'église dans des conditions troubles, béatifié depuis…
Ces lettres sont adressées à sa fille « dont il ne connaît pas le nom ».
Et l’institutrice, après les avoir lues, n’aura de cesse (une question de survie au cœur des drames qui sont les siens ?) de vouloir retrouver la fille de Fontelles et de faire éclater toute la vérité.

Les figures sont multiples et magnifiques dans ce roman de haine et d’amour. Toutes les figures du village, reliées ou séparées par les drames de l’Histoire. Dominées toutes par la figure d’Elisenda, belle, riche, intelligente, puissante et farouchement déterminée.

Un roman violent, ardu, passionnant et superbe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeDim 8 Juil 2012 - 14:03

coline a écrit:
Les voix du Pamano

Et ses plus de 7OO pages lues, on n’a qu’une envie : revenir au début et le parcourir à nouveau, sans hâte puisqu'onl’on connaît la vérité, pour apprécier tranquillement la construction de ce monument littéraire et de cette histoire qui n’a rien de linéaire.


Là, je suis bien d'accord, coline; la relecture doit apporter un plaisir certain à traquer les allusions et pistes diverses qu'on a laissées passer parce qu'on ne savait pas la fin!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeDim 8 Juil 2012 - 14:10

topocl a écrit:
coline a écrit:
Les voix du Pamano

Et ses plus de 7OO pages lues, on n’a qu’une envie : revenir au début et le parcourir à nouveau, sans hâte puisqu'onl’on connaît la vérité, pour apprécier tranquillement la construction de ce monument littéraire et de cette histoire qui n’a rien de linéaire.


Là, je suis bien d'accord, coline; la relecture doit apporter un plaisir certain à traquer les allusions et pistes diverses qu'on a laissées passer parce qu'on ne savait pas la fin!

Je te le conseille Topocl, toi qui l'as aussi tant aimé...Le relire fixe les choses et nous permet de retrouver tous les mystères et les indices semés qui nous ont fait palpiter à la première lecture, nous poussant à tourner les pages...Il est très fort Jaume Cabré!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeDim 8 Juil 2012 - 14:22

Quelqu'un a eu l'occasion d e lire d'autres livres de lui (de toute façon, j'ai l’impression qu'il n'y en a que deux en français; L'ombre de l'eunuque et Sa seigneurie)?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeDim 8 Juil 2012 - 14:32

A défaut de le relire immédiatement, voici un passage qui présente le personnage principal et qui est comme un mantra dans ce livre:
Citation :
madame Elisenda Vilabru Ramis (des Vilabru de Torena et des Ramis de Pilar Ramis de Tirvia, mi-pute, mi-mieux vaut pas en parler par respect pour ce malheureux Anselm)...

coline a écrit:
Il est très fort Jaume Cabré!
Oui, oui et re-oui!!!

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeDim 8 Juil 2012 - 18:12

topocl a écrit:
Quelqu'un a eu l'occasion d e lire d'autres livres de lui (de toute façon, j'ai l’impression qu'il n'y en a que deux en français; L'ombre de l'eunuque et Sa seigneurie)?
Sa seigneurie se trouve dans ma PAL et j'avais l'intention de le lire bien vite après ma première lecture si enthousiaste de cet auteur.. mais mes projets de lectures sont souvent chamboulés Very Happy
en allemand il y a un autre de lui qui vient de sortir fin de l'année 2011: Das Schweigen des Sammlers (Le silence du collectionneur) avec un sujet autour de violons, luthiers... 847 pages! Noté pour plus tard quand il sortira un jour en français

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeDim 8 Juil 2012 - 22:03

Ouh, c'est que ça pourrait m'intéresser ?

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeMer 5 Sep 2012 - 23:02

Les voix du Pamano

Je suis très attaché à l'histoire contemporaine de l'Espagne et cet imposant roman de Jaume Cabré creuse des traumatismes avec un remarquable élan romanesque. Les fantômes du passé bousculent les apparentes certitudes du présent et permettent de saisir l'ambiguïté des êtres, façonnés par leur époque, leur souffrance et leur regrets. Les révélations familiales sont certes prévisibles mais Cabré maintient une tension qui libère des antagonismes et révèle des fragilités.
Emporté par le récit, j'ai parfois trouvé que le style manquait de fluidité avec des effets de répétition trop insistants, sans que cette frustration ne devienne préjudiciable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeMer 5 Sep 2012 - 23:34

Avadoro ou l'art de résumer en 3 lignes un gros pavé Very Happy Le livre m'attend dans un coin depuis que vous en parlez ici (comme plein d'autres!!!).

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitimeDim 6 Oct 2013 - 21:43

Confiteor

Un roman à l'ambition immense. Il m'a beaucoup touché par sa musicalité et sa fluidité, à l'image d'un violon qui devient le centre d'un arc narratif....car non seulement celui-ci révèle un passé mais il incarne également les illusions et les souffrances d'un quotidien, un destin tracé que l'on doit repousser. L'expression d'une beauté et la perception d'une douleur deviennent alors intimement liées et le jeune Adria, que l'on accompagne tout au long de sa vie dans sa "confession", ne peut que poursuivre la recherche d'un apaisement.
L'intime, d'abord oublié, est alors l'enjeu d'une appropriation de soi et le dévouement amoureux, en forme d'absolu, permet de transcender une fuite en avant pour mieux combattre ses proches échecs.
L'écriture de Jaume Cabré m'a semblé ici très limpide malgré ses détours (mon enthousiasme me motive à me replonger dans Les voix du Pamano). Les basculements temporels au sein d'un même paragraphe sont toujours présents et apparaissent cohérents, miroir d'une quête personnelle.
L'évocation des périodes historiques, de l'Inquisition jusqu'à une focalisation sur Auschwitz, est forcément risquée tant Cabré se doit de lier le destin de ses personnages aux tourments d'une condition humaine. Il y parvient car la démarche d'Adria représente une émancipation des cauchemars de l'Histoire, une renaissance pour combler le vide affectif d'une enfance volée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Jaume Cabré [Espagne] Empty
MessageSujet: Re: Jaume Cabré [Espagne]   Jaume Cabré [Espagne] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jaume Cabré [Espagne]
Revenir en haut 
Page 1 sur 16Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Lentilles au chorizo(espagne)
» Coquinas ou tellines
» Bonne Vendredi
» Les boxes disponibles à l'étranger
» Expo maquette Bron 09/03/13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de l'Espagne et du Portugal (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: