Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Charles-Albert Cingria [Suisse]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMer 20 Avr 2011 - 21:43

Et puis - on en parle moins - il y a sa correspondance, plus de mille six cents lettres connues dont plus de mille deux cents publiées. De valeurs inégales, mais dans lesquelles on découvre de jolies choses comme ça au détour d'une lettre à son frère, en 1923 : «...As tu eu, d'une façon ou de l'autre, vent de tout ce qui s'est dit de stupide au sujet du mariage de la bonne Yolande de Savoie, avec un simple cavaliere, comme s'il devait y avoir quelque chose de méritant qu'une femme qui en somme s'emmerde trouve un garçon assez gentil pour l'épouser. On dirait que ces princesses - dures, vilaines et sans galbe, tous ces enfants de la Maison de Savoie - sont Dieu sait quoi. Je deviens radical socialiste. Les vrais princes, ce sont ces enfants naturellement fardés qui jouent au poker à onze heures et demie dans un bar soigné de la rue de la Gaîté...»
Revenir en haut Aller en bas
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 1 Mai 2011 - 18:02

La grande ourse

est un petit mélange fragmentaire à base de fragments plus ou moins inédits.

Citation :
Resté inédit jusqu'à ce jour (Mermod en publia cependant un fragment en 1929 dans sa revue «Aujourd'hui»), ce texte a de quoi faire pâlir nos raisons discursives. Des personnages? Difficile à dire. Une histoire? Plusieurs. Des causes, des conséquences? Aucune. «La Grande Ourse», comme de nombreux textes (inclassables) de Cingria écrits aux alentours des années trente, est un récit hors temps, composé de fragments, où comme dans une fugue, motifs variés et enchâssés se répètent pourrait-on dire sans fin. Il s'en faudrait de peu que l'on puisse commencer n'importe où. Un beau pari pour le lecteur.
extrait d'une bonne (et utile) présentation sur l'hebdo.ch

Dans une apparence ou une conséquence surréaliste se dessine un étrange mélange de fuite et de retour à un monde préhensible et serein, réconfortant au sens moral et accueillant. Tout est masqué par le jeu instantané de l'invention et de la possible autobiographie, la distinction entre le vrai et le faux ayant moins d'importance que l'immédiateté spirituelle (avec l'émotion) exprimée. Une lecture à la fois brève et complexe qui repose donc sur une impossible évidence. D'ailleurs la complexité n'empêche pas la recherche d'une relative simplicité (c'est plus mesuré ou réservé, bizarrement, que Bois sec, bois vert) pendant inévitable du dénuement recherché dans plusieurs des passages . Un dénuement qui rendrait palpable et possible une certaine vie, une certaine joie. C'est un des points d'attache qui rendent attachant et émouvant ce bizarre petit ensemble fissuré.

Énigmatique et particulier, et à relire sans doute. Ptet pas commencer par là ? comme quelqu'un de massif qui se tourne, pour tourner le dos, malgré cela accessible.

quatrième de couverture a écrit:
Inédit, La Grande Ourse témoigne à la perfection de ce qui fut, beaucoup plus qu'un thème littéraire des écrits de Cingria, l'un des ressorts de sa vie vouée par les astres à un perpétuel besoin de partir et de repartir.
C'est presque un récit de fiction pure (comme " démantibulé ", pour reprendre un de ses mots favoris), genre assez rare illustré par son œuvre su riche en imprévus. Autrement que fans ses chroniques, mais avec la même liberté, le même génie verbal, s'y donne libre cours par bonds, virages, caprices, coups de théâtre, un sens à la fois mystique, humoristique, pratique et sans doute autobiographique du merveilleux.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeVen 6 Mai 2011 - 23:21

petits extraits :
Citation :
C'est un lever de feu jaune. Ce n'est ni le soleil, car il est quatre heures, ni les automobiles qui - j'ai fini par comprendre cela - m'instantanisent au magnésium, moi et ma chambre, en virant de l'autre côté de l'Arve. Non c'est quelque chose de régulier que fait un homme levé bien tôt et gagnant sa journée. C'est un feu de bois de frêne - j'entends craquer cette belle matière - et de charbon de coke, puis de houille.
On ferme une cavette, on racle. Je trouve exquise cette compagnie. Je sens que cet homme doit avoir un accent doux et l'âme toute bonne.
Je me rendors.


Citation :
Est-ce tout ? Ah non. Quelquefois un oiseau se trompe et bat bien fort des ailes et du cœur croyant trouver un autre de son espèce à ces altitudes... mais comme il parle seul et que ce qu'il dit est saccadé, puis se détraque et qu'on n'entend plus... il est probable qu'il a eu froid ou bien peur...
Quelquefois aussi, mais à des périodes assez irrégulières à cause d'un calendrier en lunes qui n'est pas le nôtre, un lieutenant du gouvernement civil vient à six journées de cheval percevoir l'impôt. On lui le paye, il nous donne un reçu et s'en va. Je tiens à dire cela pour que l'on sache que nous sommes tous parfaitement en règle.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMar 23 Avr 2013 - 21:32

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 1791-010

Aria del mese

Dessins de Philippe Hélénon.

Citation :
Paris est une ville où on voit tout d’un coup des choses comme ça : un papillon qui sort du cerveau d’une statue, puis s’élève d’un lourd vol vaseux, puis plane. L’or est tiède sur les façades. Mille têtes en bas. Il traverse la place. Les gens croient que c’est un bout de papier ou bien ils ne le voient pas. Et puis le vent le roule au Nord-Est grassement sur les toitures. Peut-être qu’il ne mourra pas. Il y a de l’herbe tendre, de belles meules éternelles, pas si loin de Paris.

Jean Paulhan écrivait en 1937 à Gide : «Je ne serais pas très loin de voir en Cingria un grand écrivain – enfin, l’un de ces écrivains à qui l’on laisse, une fois invités, toute liberté de parler à leur gré.» Et c’est alors carte blanche qu’il lui donne au sein de la NRF où il livrera son Air du mois pendant plus de cinq années.

Dans une introduction à cette chronique Cingria écrivait : «Pour faire ce mois et le bien faire il faudrait être extrêmement attentif à tout. Un petit fait – pas rien qu’une chose vue, une chose lue dans le journal – se révèle brusquement intensément significatif. On remarque cela, on le raconte, et puis cela on le perd. Il ne faudrait pas, car c’est ça l’air du mois…» Et derrière ces anecdotes et cette vocation à discourir «positivment sur rien», on trouve un sens profond de l’être : celui des gens, des objets, des lieux, des époques. Une attention sans faille à ce qui est, et à ce qui est là.

Fata Morgana


Quelques petits textes de trois-quatre pages pour parler de tout et de rien. Ce n'est pas ce que je conseillerai pour découvrir l'auteur pourtant il n'y a pas de doute, c'est une langue merveilleuse et ce sera à la fois limpide et inaccessible.

Paris, la Suisse, les amis, la route, la bouffe, l'esprit farouche. Et cette pensée sans fin servie avec une légèreté incroyable par un personnage aux convictions très bourrues.

Des émerveillements et des râleries (sur le moderne !) avec l'irrésistible besoin d'emmener le lecteur tout ailleurs de là où il allait avant de le ramener pas tout à fait là où il serait arrivé.

Je ne sais pas ce qui fait que avec Cingria. Le personnage à quelque chose de fascinant et puis vient ce bonheur dès les premiers mots. Imprédictible, mobile, un peu monstrueux (dans l'érudition entre autres même si c'est un peu moins présent ici)... Une pensée vivante, entretenue, jusque dans le mouvement de la phrase.

C'est fabuleux, d'une manière.

La première page de Canicules sardes :

Citation :
Il s'élève, du gros gravier, une vibration qui se voit, tant l'air est sec et il fait chaud.
L'avenue où bombe ce gravier terrible part de rien, puisqu'il n'y a pas de clôture. Part alors d'un endroit convenu où les cailloux déposés commencent. Avant, il y a l'herbe, deux ou trois ruches crevées, puis les prés qui vont très loin qui sont à eux aussi (à Jean et à son frère) pleins de coups de meurtrissures rouges qui sont les pavots, jusqu'aux sapins - mais c'est loin - qui commencent et dès lors ne s'arrêtent plus de grimper.
C'est de là qu'arrive le grand chat, et il faut voir comme il marche, juste au milieu de l'avenue, en se secouant les pattes, l'une après l'autre, les quatre, délicatement, à cause de ce gros gravier qui brûle aux cimes.
Les bancs brûlent, les chaises brûlent, les tables sentent le mou vernis vert brûlant même longtemps encore après l'ombre.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMar 23 Avr 2013 - 21:54

Ah ! Parler d' un auteur comme Cingria, c' est la nécessité meme d' un forum !

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMer 4 Juin 2014 - 23:01

J'ai retrouvé le passage de Bois sec Bois vert qui me restait en mémoire. Mais plutôt que de vous le donner tout de suite, je vous livre ce qui précède :

Citation :
   Voici enfin la Loire, car ce n'est pas comme un lac ou une mer. De loin on ne voit rien et, même tout près. Pour avoir une certitude, il faut savoir qu'une chaussée sur quoi passe la route en tient les bords. Il faut donc monter - changer de vitesse si l'on est en automobile. On voit luire l'eau volumineusement.
   C'est curieux comme un grand fleuve, même dans les lieux les plus sauvages, fait toujours une animation en quelque sorte citadine. Oui, et ces bancs et ce gravier. Est-ce qu'une ville, au fait - disons Briare - ne serait pas dans ces parages. Ces gens qu'on voit, ainsi égrenés, drôlement courbés, qu'est-ce qu'ils font ? C'est disséminé et cruel. L'on dirait une frise d'un linoléum onaniste dans une chambre froide. Ce sont des groupes et peut-être une action, mais avec une distance entre eux - ce petit chien roux, cette dame, cet affreux vélocipédiste - qui fait penser à l'accablement du billard. Heureusement qu'il y a des incidentes. Des journaux envolés d'un banc trainent, rasent le sol à plat entièrement dépliés avec une grande vitesse, puis, juste où il faudrait, s'arrêtent, parent, se préparent, gesticulent, se démantibulent, virent, assènent. On dirait des pantalons sans corps qui feraient une joute. Mais l'un subitement se sauve, se dresse, enjambe le parapet puis s'envole et plane pour aller s'étendre avec délice sur l'eau le ventre renversé, juste au milieu de la Loire.
   Il restera là indéfiniment, car le courant est très faible et, même s'il avance, le remous des piles le maintiendra à cet endroit.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeMar 1 Juil 2014 - 22:02

Suite, LE morceau sur Le passage cruciforme de deux eaux qui se surmontent : l'une ocre dans son immense lent lit capricieux naturellement incliné vers ses bouches, l'autre mince et suspendue, boueuse davantage, prodige d'une canalisation continuatrice d'une entreprise cardinalice.

C'est un peu long, peut-être, cet extrait mais c'est un truc de dingue :

Citation :
L'imminence d'une ville est indéniable. Ce pont fabuleux que je vois ne partirait pas de la campagne. Rien, pourtant. Le lieu, malgré ces bancs, reste acide, agreste, paludéen. Le sable mêlé de boue ocre est bien plus fort que ces velléités. Enfin, dans les contre-bas, c'est bucolique. On sent cela. Ou bien, si l'on veut, c'est bucolique et banlieue à fois. Mais banlieue de quoi ? Certains ouvrages, en effet, certains contreforts et une puissante odeur de goudron. Une chèvre, maternellement assise sur les minces degrés d'un fol escalier de fonte froide semble lire une plaque où se détaillent les mérites des noms les plus éminents du Génie. Deslandes, de Boissanges Vincent, Placq, Malézieux, Bertin, Poulet et Morel de la Noé, Eiffel, Daydé, Pillé. 1889-1894. C'est là que ça commence, et là qu'un ton est requis pour célébrer sur un registre digne les fastes de l'architecture de fonte froide. Le passage cruciforme de deux eaux qui se surmontent : l'une ocre dans son immense lent lit capricieux naturellement incliné vers ses bouches, l'autre mince et suspendue, boueuse davantage, prodige d'une canalisation continuatrice d'une entreprise cardinalice. Richelieu creuse : Eiffel paraphrase. Les armes corporatives de Roanne sont de houille fixe, luisante. Des ramiers piaillent en multitude. Deux chalands sifflent pour réclamer le passage. C'est sur nos têtes - moi et ces chèvres. Un manuel qu'on achète qui est comme ceux qu'on a dans le Nord pour savoir les marées apprend que pour qu'il n'y ait pas d'embouteillage il a été prévu que le trafic s'effectuerait de Nevers à Nemours de trois heures à six heures et de neuf heures à midi; et que de quinze heures à dix-neuf s'effectuerait le trajet en sens adverse. Mais pour qu'il en fût ainsi en toute saison, le canal devait être éclairé. L'électricité paraissait indiquée. Non parce que c'est une nouveauté : parce qu'elle était pratique. Il s'agissait, au-dessus d'un fleuve très large, d'avoir une lumière fixe non susceptible de vaciller. L'éclairage au gaz semblait onéreux, si l'on comptait dans les deux cas le total des charges. L'éclairage électrique présentait l'avantage d'être indépendant des municipalités riveraines. Il restait entièrement dans les mains de l'administration du canal. De fait, entre le plan d'eau du nouveau bief et celui de l'ancienne branche, une chute de 7m. 94 était disponible. Donc au moyen d'une force motrice importante, l'éclairage électrique était assuré par deux turbines débitant, l'une et l'autre, en pleine marche, 190 litres, soit, ensemble, 380 par seconde. Cependant il y a un style de l'électricité. A l'origine, de même que les wagons ne firent que reproduire une ou plusieurs berlines collées ensemble, l'électricité plus ou moins continua dans ses lampadaires les formes qu'avait inspirées le gaz. Donc sur l'étendue de 1.391 mètres qui séparent les rives, non moins de 104 lampadaires témoins d'une laïque époque de piaffantes joueuses de croquet se dispensent à droite et à gauche dans un air cru dont c'est le premier contact avec l'histoire. Mais il n'y en a pas si l'on se refait originel. Le berger en chape amère qui traîne n'a considération que de l'utilité.

et ça continue...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sigismond
Agilité postale
Sigismond

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeSam 15 Aoû 2015 - 22:43

Merci, Animal bonjour !
Qu'ajouter à cela scratch  ?

Bois sec, bois vert (1948, nouvelles)

Quelques difficulté à entrer dans ce livre, déroutant.

Un style digressif et peu familier -original au point que je peine à trouver une analogie-, un certain onirisme léger, poétique et situationnel, ces nouvelles constituent un bel embarquement.

On sent beaucoup de liberté - il suffit de quelques roseaux, un sentier boueux, ou encore un coin de rue ordinaire, et c'est parti pour un dépaysement total.
Oui, à notre porte !
Là, Cingria travaille beaucoup les (pourtant, a priori, rares) endroits où endogène et exogène se rencontrent, se fondent et se mêlent. Comme il écrit eu "je", l'endogène a sa centralité.  

Sa langue a une fausse bonhomie (je marque "fausse" faute de mieux, en fait c'est fait à dessein, remarquablement), une apparence basique dans laquelle vient se ficher une tournure, une syntaxe, un mot rare, de façon sporadique une expression. Surpris, un peu narquois, on relit d'un coup d'œil. Un contrepoint. Puis, dans la narration, un contrepied.

Très doué pour amener le regard, Cingria, et pour ménager ses effets. Son air-de-rien, sa tendresse écarquillée d'auteur y concourent.

Observateur fin et précis, je vais jusqu'à méticuleux (par exemple des étoiles, de la campagne, d'un chaland, d'une place, d'un café, et que dire de Rome ?), on a l'impression d'être devant un prestidigitateur qui nous dit "suivez bien ma main droite..." tout en se demandant bien où va pouvoir nous entraîner sa main gauche (on ne devine jamais).

Je peux imaginer que ses coqs-à-l'âne, sempiternelles digressions maniérées, son art savant de se perdre en méandres puissent rebuter des lecteurs, peut-être nombreux.
Surtout bien sûr si vous aimez les travaux de plume linéaires, quitte à ce qu'ils soient un peu convenus, mais qui vous prennent, vous portent et vous déposent sans coup férir.

Avec Cingria il faut, parfois, un tout petit peu se cramponner, comme lorsqu'on aborde une terre mal connue, à cause de toute cette singularité.
Tranquillisons-nous, ça vaut le coup, au reste il y a toujours un point de départ et un point d'arrivée. Cingria invite au lâcher-prise, on grimpe sur un vélo douteux, on boit un alcool fort dans un petit verre, on contemple un couple ou un personnage, et, tout à coup, avec ce peu, on navigue dans les étoiles, ou bien on effectue une plongée par devers siècles dans l'Histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeSam 15 Aoû 2015 - 22:51

se cramponner ou s'arrimer solidement ? en tout cas merci Sigismond bonjour

tu décris très bien le phénomène (et ravive l'envie d'empoigner un des deux gros volumes bleus qui se tiennent sur une étagère).

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Aoû 2015 - 9:18

Je me proposais de lire Cingria (Cendrars y fait souvent référence)

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Aoû 2015 - 10:22

ils ont été potes un temps. Cingria avait beaucoup d'amis apparemment... dont certains qu'il a usés ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Aoû 2015 - 16:26

On devient vite un familier de Cingria quand on a lu quelques textes de lui. Et ce qui étonnait un peu au début dans son style, devient
ce qu' on aime chez lui.


Au hasard :

"Lausanne est une puissante ville, en somme, où l' on devrait se promener, paraitre, disparaitre : ne jamais écrire.
Ce que l' on y trouve échappe à la concision littéraire. Aussi est-elle piteuse quand elle s' y essaie.
Piteuse parce qu' étrangère et sans aboutissement, par atrophie, avec les grosses forces sourdes.

Je voudrais situer un héros à Lausanne, j' irais le chercher dans la brutalité, et alors sous les ponts, dans un monde qui existera toujours.
Pas dans le monde de la bonne éducation.

Celle-ci n' a guère de climat. La campagne, dit-on, la campagne aboutit à ces marchés et ne veulent rien savoir d' autre.
Là est l' héroisme et la quincaillerie."


Impressions d' un passant à Lausanne. In : Florides helvètes et autres textes. - L' Age d' homme

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Aoû 2015 - 16:28

Tiens merci pour ton commentaire Sigismond! Je vais me cramponner et essayer!

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Aoû 2015 - 16:46

Quelques dessins du peintre et illustrateur  Géa Augsbourg qui sut croquer la dégaine inimitable de Cingria.

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Gya10


Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Gya_ci10


Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Gya_ci11

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitimeDim 16 Aoû 2015 - 16:50

Et pour terminer, un dessin caricature des Cahiers Vaudois, 1918

Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Cahier10

Avec Cingria à gauche et Ramuz à droite.

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Charles-Albert Cingria [Suisse]   Charles-Albert Cingria [Suisse] - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles-Albert Cingria [Suisse]
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» Brioche suisse
» Les moyens et l'organisation du Génie Suisse
» Einstein, Albert
» Commande Sigma possible en SUISSE ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: