Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Ruth Klüger

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ariane SHOYUSKI
Sage de la littérature
Ariane SHOYUSKI

Messages : 2372
Inscription le : 17/04/2014

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Avr 2015 - 0:29

Merci Eglantine !!
J'ai fort envie d'acheter ce livre, maintenant.
Ah, c'est cruel ce forum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeDim 5 Avr 2015 - 21:29

Perdu en chemin

Ruth Klüger - Page 2 Index23

Je suis carrément déçue par ce deuxième tome.
Ruth Klüger y décrit sa carrière universitaire aux États-Unis et en Allemagne, et, plus rapidement, l'échec de son mariage et le demi-échec  de sa relation avec ses enfants. L'objectif quasi exclusif est de montrer ce que son statut de femme-juive-revenue des camps lui a valu de brimades, propos désagréables, comportements malvenus voire grossiers. Malheureusement cela donne quelque chose de tout à fait descriptif, voir énumératif, où on ne retrouve que rarement l'humour,  la mise à distance, l'irrévérencieuse réflexion qu'on trouvait dans Refus de témoigner. Cela finit par être assez indigeste, et je n'aurais certainement pas fini le livre si je n'avais pas  été si accrochée par le premier, et s'il n'avait pas été  relativement court.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Invité
Invité



Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeDim 5 Avr 2015 - 21:37

Vingt ans se sont apparemment écoulés entre la rédaction de ces deux ouvrages. Ruth Klüger a changé…
Je ne lirai donc pas cet opus. J'avais justement été impressionné par le ton libre, irrévérencieux, qu'elle employait dans son Refus de témoigner, qui m'a profondément marquée. Dommage qu'elle ait abandonné ce mordant.
Revenir en haut Aller en bas
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMar 7 Avr 2015 - 20:55

Passionné et passionnant ton commentaire Eglantine. On lance la LC !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMer 8 Avr 2015 - 8:37

C'est un livre idéal pour une LC!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMer 8 Avr 2015 - 12:13

topocl a écrit:
C'est un livre idéal pour une LC!
Tu participerais Miss Topocl ?

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeLun 11 Mai 2015 - 18:37

Refus de témoigner

(J'espère que ce n'est pas trop confus, mais comme le soulignait églantine, ce livre est si riche qu'il est impossible de le réduire à quelques mots) :

Ce qu'il y a sans doute de plus frappant dans le récit de Klüger (en dehors de cette énergie incroyable, cet acharnement à dire, cette volonté de ne pas plier, de ne pas être réduite au numéro qu'elle porte sur l'avant-bras), c'est l'aller-retour permanent que se permet l'auteur entre hier et aujourd'hui, entre le temps du nazisme et celui de notre contemporanéité, celui de sa déportation et celui de son émigration. Pratiquement chaque scène, chaque évènement, chaque réflexion sont mis en regard avec le temps présent, analysés à l'aune de ce qu'est devenue cette femme, universitaire, spécialiste de la littérature allemande et témoignant ici de l'horreur qu'elle a vécue.

Ces aller-retour sont à la fois des électrochocs et des mises en demeure, des accusations et des demandes pressantes de liberté. Des affrontements. Et ce texte venu du passé mais écrit dans le présent nous renvoie à notre propre culpabilité, à notre désir de silence, d'enfouissement, de bannissement de la mémoire, de son devoir ; mais quel devoir pour quelle écoute ?

Il pose la question pertinente avec impertinence des témoignages, des images, des films, des photographies sur la Shoah, toutes ces entités que nous avons du mal à regarder en face, à accepter, parce qu'il s'agit d'une vérité.

Mais quelle vérité ? Celle à double sens unique de Klüger : je veux et je ne veux pas parler ? Car il faut bien aussi accepter l'idée qu'il s'agit du témoignage unique d'une femme qui a décidé (malgré elle ou en dernier recours) qu'elle n'était pas coupable d'avoir échappé à Auschwitz, qu'elle n'était pas responsable des morts qu'elle avait laissé derrière elle (malgré toutes les insinuations possibles, puisque si tu t'en es sortie c'est que tu as marché sur les morts),

mais

qu'elle avait cependant à vivre avec eux, avec tous ses fantômes qui la hantent, l'étreignent, qui la bousculent, vivre avec eux et avec leurs souvenirs, vivre avec eux et nous faire vivre avec eux (le temps d'un livre, mais plus encore, car si ce livre est une incarnation, il est bien celle des millions de fantômes qui hantent chaque mémoire, ayant peu ou prou à faire avec la guerre)et savoir comment nous nous arrangeons pour qu'ensemble, fantômes et vivants nous puissions vivre en paix. Un peu en paix...

Si le livre de Ruth Klüger n'avait qu'un seul mérite (mais il en a bien d'autres) c'est de passer un décapant sur nos bonnes consciences et nous faire toucher du doigt ce que veut dire : reconstruction, ou même réconciliation parce qu'il serait impossible de parler de pardon. Avec un franc parler qui arrive même parfois à faire sourire, une colère implacable envers sa mère, une difficulté extrême à vivre sa vie de femme, d'émigrée, Klüger nous offre le portrait d'un être dur, inébranlable mais qui ne cesse de poser et de se poser des questions sur sa vie, sa déportation, sa fuite, ce que veut dire la liberté, la mort, la faim, la soif, la peur. Personne ne peut sentir ce que cette petite fille a éprouvé, personne ne peut se mettre à sa place, personne ne peut prendre sur lui sa détresse, sa tristesse, son désespoir ; en revanche il est possible d'écouter les 'leçons' qu'elle nous donne, les sommations qu'elle nous impose, les réflexions qu'elle nous assène et de tenter, peut-être, de penser un instant cette notion du bien et du mal dont elle dit par exemple et de manière inattendue :

Simone Weil jugeait presque toute la littérature suspecte, parce que le bien y paraissait toujours ennuyeux et le mal intéressant, ce qu'elle estimait être une radicale inversion de la réalité. Peut-être les femmes en savent-elles plus long sur le bien que les hommes, qui aiment à le montrer sous un jour trivial. Simone Weil avait raison, je le sais depuis ce jour-là (où une détenue inconnue sauve Ruth Klüger de la mort) , le bien est incomparable et inexplicable, parce qu'il n'a pas d'autre cause véritable que lui-même et ne veut pas non plus autre chose que lui-même.

Battant en brèche toutes nos idées reçues, Ruth Klüger assène ses vérités : ainsi il est faux de penser que ceux qui ont pu échapper aux camps ont gagné une certaine élévation morale, non rien de bon n'a pu sortir des camps. Il est faux de penser que la vie n'y était pas si terrible (ce que l'on voudrait croire pour se donner bonne conscience) puisque certains s'en sont sortis. Non, les Allemands n'ont pas forcément brillé par leur organisation dans les camps, il est faux de croire que tout y était parfaitement organisé, car les nazis se fichaient éperdument de la lie de la société. Faux de penser que les gardiennes de camps étaient aussi féroces que leurs congénères masculins. Faux de croire que l'avilissement conduisait tous les détenus à devenir des loups les uns envers les autres.

Mais pour se faire entendre, Ruth Klüger sait très bien qu'il ne suffit pas d'affirmer les choses, c'est pourquoi elle tente des comparaisons, des comparaisons qui trouvent dans l'alternance de réflexions passé-présent, tout leur sens : car dénoncer les exactions passées sans soulever les problématiques contemporaines (ségrégation raciale, religieuse, socio-culturelles, sexisme...) serait une aberration de plus.

Refus de témoigner est donc l'œuvre d'une femme qui dit bien fort et bien haut tout ce que nous n'avons pas envie d'entendre, de prendre en compte, de regarder, aussi bien dans ce qui fut (les camps) que dans ce qui est (voir l'actualité). Un texte important. Un texte nécessaire. Un texte qui fait bouger les lignes et les consciences.

Pour finir sur une note positive (que l'on retrouve chez Levi comme chez Semprun), la culture, la littérature et en particulier la poésie ainsi que la curiosité ont sauvé des vies. Il ne faudrait pas l'oublier. Et ne pas oublier non plus : l'amitié.

-----------------------------------------------------

Contrairement à ce que l'on pourrait être tenter d'imaginer, le livre de Klüger n'est pas seulement le livre d'une femme en colère mais aussi un puissant stimulant intellectuel ; il n'est pas seulement le récit d'une vie mais incite à une réflexion historique, il n'est pas non plus seulement un essai (une matière littéraire) mais aussi la preuve que l'on peut encore écrire des mots après la Shoah, sans tomber dans le kitsch de l'interprétation sentimentale, ni dans l'imagerie fétichiste. Incroyablement intelligent, le livre de Klüger impose un dialogue salvateur et des questionnements qui n'épargnent personne.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeLun 11 Mai 2015 - 19:54

shanidar a écrit:
, ce livre est si riche qu'il est impossible de le réduire à quelques mots
Certes, mais je crois que nos approches respectives vont permettre peu à peu de le cerner.

En tout cas Merci à toutes de l'avoir lu, d'en avoir parlé ainsi, d'une façon qui donne vraiment à voir la qualité pas ordinaire de ce livre.

Armor tu ne pensais sans doute pas déclencher tout ça quand tu as mis un extrait sur le fil des citations à identifier dont je ne retrouve plus le nom. En tout cas un truc qui montre à quel point ce forum remplit bien son rôle de partage, transmission  et découverte de trésors  cachés.

Au lecteur suivant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Mai 2015 - 7:30

plus tard, il n'est pas à ma médiathèque !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Mai 2015 - 22:20

Quel avis enflammé Shanidar ! et la référence à Simone Weil exacerbe encore mon envie de le lire... je l'ai réservé à la bibliothèque.

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Invité
Invité



Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Mai 2015 - 22:38

topocl a écrit:

Armor tu ne pensais sans doute pas déclencher tout ça quand tu as mis un extrait sur le fil des citations à identifier dont je ne retrouve plus le nom. En tout cas un truc qui montre à quel point ce forum remplit bien son rôle de partage, transmission  et découverte de trésors  cachés.

Eh oui, les méchanismes qui font que notre intérêt est éveillé sont mystérieux ; ce n'était pas la première fois que j'en parlais, de Ruth Klüger. Et je confirme, je ne pensais pas que l'extrait posté "déclencherait tout ça".
Je suis en tout cas ravie de vous lire, vos commentaires enthousiastes donnent envie à d'autres parfumés de la découvrir, c'est génial. Elle a une voix à part, forte, une révolte et un ton sans concession qui invitent à la réflexion. Sur le sujet, c'est un livre capital.


Dernière édition par Armor-Argoat le Mer 13 Mai 2015 - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMar 12 Mai 2015 - 22:57

voilà vous êtes responsable de ma commande ! sourire

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeMer 13 Mai 2015 - 9:28

bravo Tu ne le regretteras pas!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeJeu 14 Mai 2015 - 17:38

colimasson a écrit:
Quel avis enflammé Shanidar ! et la référence à Simone Weil exacerbe encore mon envie de le lire... je l'ai réservé à la bibliothèque.

Je savais que l'association Weil + kitsch ne pourrait qu'éveiller ton intérêt, coli ! dentsblanches

@ Bédou : je suis sûre que ce livre va t'intéresser (et nous nous retrouverons ensuite pour lire Semprun...).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
Bédoulène

Messages : 17270
Inscription le : 06/07/2007
Age : 74
Localisation : Provence

Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitimeJeu 14 Mai 2015 - 18:23

oui Shanidar Semprun à mon retour !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Ruth Klüger - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Ruth Klüger   Ruth Klüger - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Ruth Klüger
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Témoignages-
Sauter vers: