Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Len Deighton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Len Deighton   Lun 28 Mai 2007 - 21:55



Citation :
Len Deighton est né à Londres en 1929. Photographe de la RoyalAir Force dès l'âge de dix-sept ans, il a occupé,après sa démobilisation de 1949, plusieurs petits emplois avant d'obtenir une bourse d'étude du Royal College of Art. Graphiste et illustrateur, Deighton a par la suite gravi les échelons du métier jusqu'à devenir directeur artistique d'une maison de publicité en 1969... non sans avoir fait, entre temps, quelques fois le tour du monde en bateau.
Son premier roman, The Ipcress File, publié en 1962, lui a valu un succès immédiat. Depuis, il n'a cessé de publier des romans d'espionnage, s'imposant comme l'un des grands maîtres du genre. Cette renommée ne l'a pas empêché de varier ses écrits et de publier aussi des romans historiques, des essais sur la Deuxième guerre mondiale, et même quelques livres de cuisine.

pioché ici : http://alire.com/Auteurs/Deighton.html

romans d'histoire et espionnage donc et essais... ses livres font partie de ceux qui m'ont longtemps intrigué sur les étagères du domicilie familial...

Le premier que j'ai lu Winter fut un choc. Ce roman suit le destin de de deux frères d'une famille assez aisée, ils sont allemands. L'histoire débute peu avant la première guerre mondiale et se finit à la fin de la seconde. Les deux combattent dans la première avec ce que cela implique de transformation dans leurs vies... vient ensuite la montée du nazisme, le départ de l'aîné pour les états-unis avec sa femme (de mémoire), le cadet reste et poursuit une carrière administrative dans l'armée... à la fois impressionnant voyage historique dans une Allemagne en quasi guerre civile avec la montée du communisme et étude subtile de caractères... centrée sur Paul Winter (le cadet) qui participe aux évènements, mélange de travail, de laissé faire pour cause d'oeillères volontaires mais aussi de courage car risque sa vie pour sauver des personnes d'une mort certaine (pour des raisons familiales/personnelles). Ce livre m'a marqué d'une part pour cette description de l'allemagne qui rend beaucoup plus difficile un quelconque jugement rapide sur le peuple allemand et d'autre part cette psychologie des personnages... on ne peut pas juger...

ce livre est vraiment fantastique et très bien écrit, malheureusement je ne sais pas si il a été traduit...

j'ai lu un autre de ses romans XPD ainsi que Fighter un essai très intéressant sur la bataille d'angleterre.

The Ipcress File a été adapté au cinéma avec Michael Caine.

un avis très subjectif : je le préfère de loin à des auteurs comme Ken Follet ou Jack Higgins...

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Len Deighton   Dim 10 Jan 2016 - 22:47

Il était de le faire revenir à la surface ce fil, et cette fois la lecture est fraîche !




Un ciel pour bombardiers

Roman ou docu-fiction comme on dirait aujourd'hui ?

En 250 pages Len Deighton entreprend de nous faire vivre une journée fictive de Juin 1943 inspirée par une dure réalité. Comme le titre et les premières pages le laissent deviner l'apothéose de cette journée sera un bombardement de nuit sur l'Allemagne.

Du petit matin jusqu'à la nuit nous alternons entre tranches de vies des équipages britanniques de ces gros bombardiers Lancaster et tranches de vie allemandes des pilotes de la chasse de nuit, d'un responsable de station radar ou du maire d'une petite ville sans enjeu stratégique.

D'un côté comme de l'autre, l'auteur montre des personnalités diverses et le mélange des classes et des rangs dues à la vie militaire. Personnalités diverses et motivations diverses entre ceux qui y croient, ceux qui font avec et se retrouvent à "faire leur boulot" pour la famille, les camarades, emportés et contraints par les circonstances.

Héros, presque héros ou hommes ordinaires avec leurs défauts et leurs faiblesses ? On trouve aussi des déceptions politiques ou humaines et puis en filigrane avant de devenir omniprésente, la peur.

Une peur supplantée seulement par le bombardement lui-même. Avec la totale, préparatifs, décollage, navigation, interceptions, bombardements, hasards, erreurs et actes désespérés. Dans un rythme de plus en plus rapide on passe des uns aux autres et c'est de plus en plus effrayant.

Pour ainsi dire rien ne se passe comme prévu, et ce que l'auteur semble dire c'est que c'est malheureusement trop ordinaire et représentatif. Et les détails tragiques, horribles, dans les avions ou au sol sous les bombes (et alors que la cible n'est même pas l'objectif) rencontrent des chiffres.

On est en fait assez loin du docu-fiction comme on l'entend aujourd'hui, il ne s'agit pas non plus de mauvais esprit préventif comme dans La Bombe, le fameux documentaire de Peter Watkins, plus dans une volonté de raconter ce qui apparaît comme une surréaliste aberration. J'ai retrouvé le point d'interrogation de la lecture de Fighter, moyens colossaux, pertes immenses et inutiles, drame omniprésent. Centaines de vies perdues dans l'histoire guerrière et l'histoire tout court. Le mélange effrayant de l'impensable avec le dérisoire.

Choquant car sans détours mais aussi efficace car il y a cette volonté de raconter et de rendre vivant. Le genre de lecture qui pourrait être alimentaire mais qui laisse des traces durables et profondes, qui fait réfléchir, apprend ou révèle des choses.

Mais horrible et choquant. Centaines d'avions et d'hommes, un mélange sophistiqués de bombes en quantité industrielles, des heures de bombardement. Les chances de survie infimes des hommes embarqués dedans et en-dessous. Glaçant. Fou.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Len Deighton   Ven 15 Jan 2016 - 22:46

Extrait. Âmes sensibles et phobiques de l'avion s'abstenir.
Citation :
Jusqu'à l'invention du radar, on ne soupçonnait pas le nombre de volatiles qui sillonnaient le ciel dans le noir. Cette nuit-là, une centaine de mouettes poussées dans les terres par la tempête, gagnaient les villages de pêcheurs de l'Ijsslemeer où séchaient les filets chargés de succulents résidus de poissons. Huit d'entre elles entrèrent en collision avec Katze cinq. Deux furent sectionnées par les hélices, trois furent happées par les moteurs et réduites en bouille, deux s'ouvrirent comme un œuf sur le bord des ailes et ce fut celle qui passa par la fenêtre entrouverte qui fit les plus gros dégâts. Elle n'avait plus ni ailes ni tête quand elle entra dans le cockpit et ce fut à peine une demi-livre de boule sanglante qui frappa Kokke au visage, plus un millier de plumes. Mais cette demi-livre projetée à 350 kilomètres à l'heure arracha les deux yeux du pilote, lui fractura le crâne, le nez, la pommette et lui disloqua la mâchoire. Impossible de faire la différence entre les restes de la mouette et le visage de Kokke. Il perdit instantanément connaissance, mais un réflexe venu de loin ordonna à ses mains de tirer sur le manche et elles tirèrent. Ni l'observateur ni le radar ne comprirent ce qui s'était passé, dans ce cockpit envahi de plumes blanches. Kokke se mourait, scientifiquement il était déjà mort, mais il maintenait l'avion avec la force d'un vivant.
Cela ne servit à rient. Il n'avait pas attaché son fil de radio à sa combinaison et la prise, débranchée sous le choc, avait glissé au sol et s'était engagée dans le trou par lequel passait le manche, coinçant celui-ci. Pour faire monter l'avion, il eût fallu pouvoir réduire sur l'instant la solide fiche de radio à l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Len Deighton   

Revenir en haut Aller en bas
 
Len Deighton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: