Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Anatole France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Anatole France   Jeu 20 Jan 2011 - 12:33



Anatole France
(16 avril 1844 – 12 octobre 1924),
photographie par l’Atelier Nadar

Citation :
Jacques Anatole François Thibault, de son vrai nom, écrivain français, dont le père était libraire. Il commence sa carrière par la poésie avant de s'orienter vers la prose. D'abord bibliothécaire au Sénat, il collabore à diverses revues puis rédige les chroniques littéraires du journal "Temps", de 1866 à 1893.

Anatole France acquiert la notoriété avec "Le crime de Sylvestre Bonnard" (1881). Au fil des ans, il s'intéresse de plus en plus aux problèmes politiques. Avec son ami Emile Zola, il signe la pétition des intellectuels en faveur d'Alfred Dreyfus. Dans "Histoire contemporaine", il décrit de manière très fine les problèmes de son temps tels qu'il les perçoit en animant le Salon de Mme de Caillavet, son égérie. "L'île des pingouins" (1908) est une vive critique des professionnels de la politique. Il publie également des romans historiques : "Les dieux ont soif" (1912), "Le petit Pierre" (1918).

Son œuvre littéraire est plus classique, moins progressiste que ses engagements politiques et humanistes. Mais son sens de la formule est aiguë (« On croit mourir pour la patrie et on meurt pour des industriels »). Son scepticisme et son ironie transparaissent à travers ses romans où il dépeint un monde que le fanatisme rend cruel. Anatole France participe au mouvement de la Libre Pensée (on y trouve des athées, des agnostiques et des rationalistes). Dans la "Révolte des Anges", il exprime ses idées sur la religion, sur Dieu, sur la vie.

Il est élu à l'Académie Française en 1896 et reçoit le Prix Nobel de littérature en 1921.
[Source : http://atheisme.free.fr/]

Bibliographie partielle :
Alfred de Vigny (essai, 1868), Poèmes dorés (1873), Jocaste et le chat maigre (nouvelles, 1879), Le crime de Sylvestre Bonnard (1881), Balthazar (nouvelles, 1889), Thaïs (1890), La rôtisserie de la Reine Pédauque (1893), Le lys rouge (1894), Le jardin d'Epicure (1894), L'orme du mail (1897), Histoire contemporaine (4 volumes de 1897 à 1901), L'affaire Crainquebille (1903), L'Eglise et la République (1905), Sur la pierre blanche (1905), L'île des pingouins (1908), Les dieux ont soif (1912), La révolte des anges (1914), Le petit Pierre (1918), La vie en fleur (1922).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Anatole France   Ven 21 Jan 2011 - 21:07

et une (ou plusieurs) recommandation(s) particulière(s) ?

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: Anatole France   Ven 21 Jan 2011 - 21:17

Je les ai imprimés en gras : La révolte des anges, Les dieux ont soif, L'île des pingouins, Le lys rouge, Le crime de Sylvestre Bonnard.

A voir si le style d'Anatole France tient la route sur le long terme innocent et ne pas oublier que quelques collègues écrivains ont sorti des jugements sévères à son sujet (je ne voulais pas dire des vacheries, mais Aragon p.ex. ne fut pas tendre avec lui).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Anatole France   Ven 21 Jan 2011 - 22:09

Anatole France, à une époque (révolue) considéré comme l'écrivain le plus important de son époque en France, et ensuite en effet beaucoup de vacheries sur son compte. Je me suis fait les trois premiers tomes de la Pléiade, donc la majorité de ses romans. Cela laisse étonnement peu de souvenirs ces machins. Ce qui subsiste, c'est Le crime de Sylvestre Bonnard et Thaïs, mais ce dernier peut être à cause de l'opéra de Massenet. Cela dit, ça se lit tout seul, cela glisse comme un bon lait chaud en hiver.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Anatole France   Ven 21 Jan 2011 - 22:29

Crainquebille... Sinon des extraits qu' on nous lisait en CM 1 de Sylvestre Bonnard...

ça me paraissait épatant à l' époque, comme presque tout ce qu' on nous lisait...
Heureuse époque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
toma
Main aguerrie
avatar

Messages : 302
Inscription le : 10/02/2009
Localisation : cantal

MessageSujet: Re: Anatole France   Ven 21 Jan 2011 - 22:47

"la révolte des anges" m'intrigue avec ses titres de chapitre à la Cervantès... chapitre 12 : "Où il est dit comment l’ange Mirar, en portant des grâces et des consolations dans le quartier des Champs-Elysées, à Paris, vit une chanteuse de café-concert, nommée Bouchotte, et l’aima"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Anatole France   Sam 22 Jan 2011 - 0:23

Terrain vierge pour moi... Va pour Le crime de Sylvestre Bonnard à l'occasion alors!

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Le crime de Sylvestre Bonnard   Mar 25 Jan 2011 - 22:45

Comme quoi l’ouverture d’un fil sur le forum peut amener à la relecture d’un livre d’Anatole France. Samedi dernier, j’ai donc sorti « Le crime de Sylvestre Bonnard » de ma bibliothèque juste pour le feuilleter et relire la 1ère phrase, le 2e … et ainsi de suite car une petite mélodie s’est installée. Elle m’entraine souvent dans un classique comme la baguette magique d’une bonne fée.

J’ai beaucoup apprécié cette relecture imprévue d’un roman dont je ne gardais qu’un lointain souvenir. Beaucoup d’ironie, pas mal d’humour, de la légèreté et, finalement, de beaux portraits. Une belle écriture, un style facile à lire.

Le livre est écrit sous forme du journal de Sylvestre Bonnard, vieil érudit, bibliomane et collectionneur de manuscrits, et bien ancré dans la sociologie et la réalité rigoureuse de son temps, la fin du XIXe siècle. Tout le suspense du roman réside dans le fait que le lecteur ne cesse de se demander quel peut bien être ce crime commis par le brave homme et annoncé dès le titre. Je ne vais pas le dévoiler ici.

Deux citations en exemple de phrases que j’ai fait miennes depuis bien longtemps et dont je ne me rappelais plus où je les avais lues pour la première fois.
« Je ne sais pas de lecture plus facile, plus attrayante, plus douce que celle d’un catalogue. »
« Pourquoi, me dis-je, pourquoi ai-je appris que ce précieux livre existe, si je dois ne le posséder, ne le voir jamais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Anatole France   Dim 11 Déc 2011 - 20:45

toujours pas pris le temps de le lire, mais j'en ai un sur mes étagères, c'est avec intérêt (que je partage donc ici) que j'ai lu dans l'introduction aux Propos de Sam Howard que Vercors a été dans sa jeunesse un lecteur acharné d'Anatole France.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anagramme
Agilité postale
avatar

Messages : 909
Inscription le : 29/08/2008

MessageSujet: Re: Anatole France   Lun 12 Déc 2011 - 20:11

C'est le modèle principal de Bergotte dans "A la recherche du temps perdu" de Proust.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Anatole France   Ven 28 Juin 2013 - 23:56

Les dieux ont soif

Citation :
Les dieux ont soif est un roman d’Anatole France paru en 1912. En 1950, ce roman fut inclus dans la liste du Grand prix des Meilleurs romans du demi-siècle. Dans sa préface de l'édition Gallimard-folio, Marie-Claire Bancquart écrit :

« Les dieux ont soif, roman de la Terreur, depuis sa naissance jusqu'à son effacement par la réaction thermidorienne, est un des plus beaux romans historiques qui aient été écrits sur cette époque »
wikipedia.org

Voilà qui présente assez bien les choses et permet de commencer par saluer la qualité de la préface qui éclaire la genèse de l'œuvre et l'écrivain et donne des clés pour aborder la lecture sans toute fois trop en raconter. Pour cette période complexe et parfois très brumeuse ça permet de prendre ou reprendre des marques, et pendant la lecture les notes (en fin de bouquin) prennent le relais, pour la plupart précisent les noms de rues et les noms propres rencontrés avec souvent ce qu'il faut pour dessiner le contexte.

Le livre d'Anatole France étant très documenté c'est très pratique pour ne pas dire indispensable. Surtout que les références sont utilisées et parfois déformées à dessein.

Après cette entrée en matière venons en au cœur du sujet. Et derrière une écriture vive voire incisive le lecteur est bien servi. Deux personnages principaux, deux hommes et les femmes qui gravitent autour sont les fils conducteurs. Un artiste peintre un peu raté, Évariste Gamelin, idéaliste enfiévré s'engage toujours plus loin dans la frénésie politique et son "métier de juré". Brotteaux, noble et intellectuel ruiné, fait des marionnettes, philosophe et se console par la beauté des femmes. Les hommes et les femmes riches et moins riches suivent leurs tentations et intrigues pour leurs intérêts.

Cette révolution, cette période de la Terreur brasse une belle quantité d'énergies primaires ce qui est déjà beaucoup mais ne fait qu'une moitié de ce qui constitue le livre. Pour que la nébuleuse soit complète et que les rouages du texte se mettent en mouvement il faut le flair et le goût de couvrir et d'incarner les gestes et les pensées dans une esthétique rendue palpable. Autant que par les paroles et les pensées des protagonistes vivant dans un état de crainte et d'incertitude physique et morale c'est par ce sentiment esthétique qu'est observé et confronté le mythe (de justice historique, sociale, rousseau-iste ?).

Roman historique d'une histoire rendue possible par les passions mais aussi indifférence réciproque des passions et de l'histoire. Il reste cependant un mythe de la justice, un mythe historique relativisé pour ne pas dire mis à mal. Et mis à mal certes avec ironie mais sans parti pris sauvage.

Il y a une grande part d'incertitude et de vanité qui s'efface, rien n'est palpable que les victimes ou les bourreaux devenus victimes. Partant de l'élan politique engagé le roman glisse en même temps que vient l'écœurement vers une vie plus simple et qui continue sans justice (ou autrement) avec ses nécessités et ses consolations.

La cohérence évidente et soignée des niveaux de tensions et de représentations donnent une force incroyable à cette lecture passionnante surtout que nombreuses sont les fulgurances tranquilles, douces-amères.

ça se rangerait dans des étagères à côté de Malraux et ce genre d'auteurs si ce n'est qu'il faut reconnaitre que l'action est au passé mais que l'action, la volonté du texte, est au présent.

Il est difficile de décrire la vision du fanatisme qui se légitime et crée son mythe, son histoire, avec les meilleurs intentions du monde (et une belle dose d'aveuglement et de faiblesses). Forcément pertinent, toujours pertinent. Et une porte d'entrée vers cette esthétique, ces représentations du XVIIIème siècle. Des notions fondatrices de liberté, de justice secouées sans cynisme mais avec une grande et patiente insistance pour ne pas se contenter de ce qui est le passé.

La fin est plus confuse peut-être mais cette lecture est dans l'ensemble aisée et surtout fascinante, terriblement marquante. Une défiance de la pensée sans lourdeurs. On peut sans doute parler de tragédie aussi, avec un après.

Je suis extrêmement impressionné. J'encourage à tenter l'expérience (fondamentale ?).

D'autres thèmes ou images qui font partie de nous comme un certain culte du martyre sont très bien amenés, on pourrait dire avec une grande évidence mais sans jamais devenir abstractions.


_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

MessageSujet: Re: Anatole France   Sam 29 Juin 2013 - 1:04

Quelle envolée et lyrisme !
A nous faire sentir, j'aspire aussi à goûter ...
Dans ma LAL.
A l'occasion, pourrais-tu nous fournir une petite citation pour se donner une idée du style ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Anatole France   Sam 29 Juin 2013 - 9:54

GrandGousierGuerin a écrit:
Quelle envolée et lyrisme !
A nous faire sentir, j'aspire aussi à goûter ...
Dans ma LAL.
A l'occasion, pourrais-tu nous fournir une petite citation pour se donner une idée du style ?

J'ai eu la même frustration hier soir en lisant la prose du Panda!
diablotin 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Anatole France   Sam 29 Juin 2013 - 10:01

En attendant plus il va falloir vous contenter de ce qui est passé sur un autre fil :

Citation :
Enfin, c'étaient des hommes, ni pires ni meilleurs que les autres. L'innocence, le plus souvent, est un bonheur et non pas une vertu : quiconque eût accepté de se mettre à leur place eût agi comme eux et accompli d'une âme médiocre ces tâches épouvantables.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

MessageSujet: Re: Anatole France   Sam 29 Juin 2013 - 10:04

animal a écrit:
En attendant plus il va falloir vous contenter de ce qui est passé sur un autre fil :

Citation :
Enfin, c'étaient des hommes, ni pires ni meilleurs que les autres. L'innocence, le plus souvent, est un bonheur et non pas une vertu : quiconque eût accepté de se mettre à leur place eût agi comme eux et accompli d'une âme médiocre ces tâches épouvantables.

J'apprends à devenir patiente ici. J'attendrai donc ta propre sélection.
Merci de ce court extrait. Je ne sais pas pourquoi je pense à Victor Hugo en lisant cette citation.
intense reflexion 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anatole France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Anatole France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» présentation d'Anatole
» [Les ports militaires de métropole] TOULON au début des années 60

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: