Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Luigi Guarnieri [Italie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Luigi Guarnieri [Italie]   Lun 31 Jan 2011 - 13:24


Citation :
Luigi Guarnieri (Catanzaro, 1962) vit à Rome. Il est l’auteur de plusieurs scénarios de films, de biographies et de romans, en particulier "La Double Vie de Vermeer" (Actes Sud, 2006 ; Babel, 2007) et "La Jeune Mariée juive" (Actes Sud, 2007 ; Babel, 2010). "Les Sentiers du ciel" a été finaliste aux prix Viareggio 2008 et Città di Bari 2008. Il a remporté, la même année, le prix Grinzane Cavour.



_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Luigi Guarnieri [Italie]   Lun 31 Jan 2011 - 13:25


La Double Vie de Vermeer

Hans Van Meegeren, né aux Pays-Bas en 1889, reste dans l’Histoire comme le plus célèbre faussaire d’art. Il ne s’est pas contenté de copier des toiles célèbres, il a tout bonnement créé des tableaux n’existant pas. En ce premier quart du XXe siècle, cet artiste talentueux étrillé par l’ensemble des critiques – qui ne pouvaient souffrir son mauvais caractère et le tenaient pour un peintre raté – décida de se venger en prouvant que les critiques n’étaient que des incompétents imbus d’eux-mêmes et que la renommée et le talent d’un peintre ne tenaient qu’à leurs jugements partiaux et arbitraires.
Alors que le monde redécouvrait Vermeer, peintre de géni peu considéré de son vivant et tombé dans l’oubli depuis sa mort en 1675, Van Meegeren a l’idée de créer des faux tableaux en s’inspirant du maître de Delft : il copie sa technique, utilise les mêmes pigments, préparés de la même manière, peint sur d’authentiques toiles de l’époque trouvées chez des antiquaires. Il ne copie pas l’œuvre existante et déjà sortie de l’ombre, il se substitue à l’artiste et poursuit son œuvre en peignant des toiles que celui-ci n’a jamais peintes. Et la supercherie fonctionne bien mieux que ce que Van Meegeren espérait. Tous les plus grands spécialistes mondiaux s’y laissent prendre et authentifient les œuvres comme étant des Vermeer. Elles atteignent des sommes folles et les collectionneurs se les arrachent. Les musées nationaux hollandais acquièrent le premier faux de Van Meegeren (Le souper à Emmaüs) pour 520.000 florins et lui accorde la place d’honneur. Cette frénésie, cette précipitation s’explique grâce à l’engouement important et subi des passionnés pour Vermeer, mais aussi par le spectre du nazisme arrivé au pouvoir en Allemagne. Les Nazis, en effet, pillent les pays qu’ils occupent. Les toiles de Vermeer, considérés comme de véritables trésors, doivent impérativement être rapidement mises à l’abri et beaucoup sont exportées aux USA. C’est donc une course contre la montre. On cherche, on examine, on certifie, on achète et on exporte le plus rapidement possible. Van Meegeren profite de cette précipitation.
Ce livre ne m’apparaît pas comme un roman. C’est d’un essai qu’il s’agit. Le croisement des biographies de Vermeer, de Van Meegeren, de Goering et de Proust réalisé par l’auteur pour décrire ces évènements est un travail particulièrement minutieux. Le livre fourmille de dates : dates de naissance, de décès, de vente, d’exposition… Les dizaines de noms, d’acheteurs, de collectionneurs, de critiques, de peintres, de lieux… Difficile souvent de s’y retrouver. J’imaginais durant ma lecture, me trouver dans une salle obscure écoutant un homme sur l’estrade exposant d’un ton docte et savant les péripéties qui ont conduit à ce retentissant procès de 1947. J’avoue m’être plus d’une fois perdu : j’ai même manqué d’abandonner au milieu. Mais j’ai tenu bon et j’ai réussi à achever ce livre très instructif grâce auquel j’ai appris beaucoup de choses.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Luigi Guarnieri [Italie]   Lun 31 Jan 2011 - 13:34

Merci pour ce fil, j'avais lu ce livre avant de rejoindre le forum Wink

Harelde a écrit:
Le livre fourmille de dates : dates de naissance, de décès, de vente, d’exposition… Les dizaines de noms, d’acheteurs, de collectionneurs, de critiques, de peintres, de lieux… Difficile souvent de s’y retrouver. J’imaginais durant ma lecture, me trouver dans une salle obscure écoutant un homme sur l’estrade exposant d’un ton docte et savant les péripéties qui ont conduit à ce retentissant procès de 1947. J’avoue m’être plus d’une fois perdu : j’ai même manqué d’abandonner au milieu.
hm, dommage, je trouvais que c'était un vrai tourne-pages et j'avais vraiment de la peine de le mettre de côté pour faire autre chose que lire..
mais comme tu dis, en plus de la lecture, on apprend énormément de choses Wink


La jeune mariée juive, son 2e roman traduit chez Actes Sud, n'a malheureusement pas eu ce souffle. Là aussi il s'est choisi le milieu de la peinture, Rembrandt, mais c'était beaucoup moins intéressant, plutôt fade..
mais je vais lui donner bien encore une chance avec un autre livre Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harelde
Zen littéraire
avatar

Messages : 6465
Inscription le : 28/04/2010
Age : 42
Localisation : Yvelines

MessageSujet: Re: Luigi Guarnieri [Italie]   Lun 31 Jan 2011 - 13:42

kenavo a écrit:
hm, dommage, je trouvais que c'était un vrai tourne-pages et j'avais vraiment de la peine de le mettre de côté pour faire autre chose que lire..
Je vais, en gros, diviser le bouquin en 3 parties.
La première, tout à fait passionnante concerne Van Meegeren et Vermeer himself.
La seconde que l'auteur consacre à Proust notamment et qui me semble un peu en marge du livre, même s'il explique que Proust a participer à développer l'engouement pour Vermeer en consacrant (au moins) un passage de la Recherche au peintre. Je me suis vraiment ennuyé. Et cette partie a failli m'être fatale.
Puis dernière partie dans laquelle ont retrouve le faussaire : de nouveau très intéressant.

_________________
Etre un écrivain, c'est braver l'observation de Darwin voulant que, plus une espèce se spécialise, plus elle risque de disparaître.
[Joyce Carol Oates - J'ai réussi à rester en vie]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.senscritique.com/BibliOrnitho
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Luigi Guarnieri [Italie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Luigi Guarnieri [Italie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» La storia dell'Unità d'Italia per ragazzi a fumetti - L'histoire de l'unification de l'Italie pour les enfants en bande dessinée
» l italie a moto
» Recherche d'un emploi d'ingénieur système orienté Linux... En Italie
» venise (italie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: