Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Pieter Aspe [Belgique]

Aller en bas 
AuteurMessage
Chouette
Posteur en quête
Chouette

Messages : 86
Inscription le : 30/06/2010
Age : 67
Localisation : Belgique

Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeSam 5 Fév 2011 - 16:09

Pieter Aspe [Belgique] A1166

Citation :
Pieter Aspe (nom de plume de Pierre Aspeslag) est un écrivain belge de langue néerlandaise, né à
Citation :
Bruges le 3 avril 1953
Pieter Aspe est devenu célèbre grâce à la série des enquêtes du commissaire Van In. Celles-ci mettent en scène les sympathiques policiers Pieter Van In, Guido Versavel et la substitute Hannelore Martens. La plupart des histoires se déroulent à Bruges et sont l'occasion de découvrir la ville, ses arcanes et sa vie sociale.
Les dix premiers volumes ont été l'objet d'une série télévisée de la chaîne flamande . La deuxième saison de cette série n'était plus basée sur les livres, mais toujours sous la supervision de l'auteur. Plus de 1,5 millions de ses livres ont été vendu aux Pays-Bas et en Belgique.


Pieter Aspe [Belgique] 56221
Je lis "Les Masques de la nuit" (une enquête du commissaire Van In ) de PIETER ASPE, auteur de romans policiers , traduit en français.
Tous les romans que j'ai lus se passent dans la ville natale de l'auteur, Bruges.
Parus dans la collection Le Livre de Poche (Policier) : "Le Carré de la Vengeance", "Chaos sur Bruges", "Les Masques de la nuit"
Le lecteur est plongé dans l'ambiance particulière des villes flamandes et de Bruges en particulier, mais pas la Bruges des touristes, celle des petites ruelles, de la corruption, des "magouilles"...de la bourgeoisie et de la prostitution.
Personnage central Pieter Van In, un brin iconoclaste, bon vivant, grand amateur de bières, son adjoint Versavel perspicace et homosexuel ainsi que la ravissante substitut du procureur, Hannelore Martens.
Excellent moment de détente, après cela il ne vous reste plus qu'à passer un weekend Pieter Aspe [Belgique] 489387 à Bruges... Pieter Aspe [Belgique] 683418 avec dans votre sac un roman de Pieter Aspe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeDim 6 Fév 2011 - 19:45

Des romans policiers qui se passent à Bruges, cela m'intéresse. Je note. Merci Chouette.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeDim 1 Avr 2012 - 16:17

Chaos sur Bruges

Cela fait longtemps que je voulais découvrir Pieter Aspe. Pas déçu, pas emballé non plus à 100%. Le commissaire Van In est un lointain cousin des héros de Mankell et Indridason, en plus déglingué encore, tenant à peine sur ses jambes vu sa consommation immodéré d'alcools divers. Aspe force pas mal le trait dans le politiquement incorrect mais sa description des moeurs des élites brugeoises est délectable et compense une histoire qui ne casse pas des briques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Invité
Invité



Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeDim 1 Avr 2012 - 21:41

J'avais commencé à lire La Quatrième Forme de Satan mais je l'ai rapidement abandonné, tant je le trouvais mauvais et mal écrit jypeurien
Heureusement qu'il y avait la ville de Bruges et ses us et coutumes mais cela ne m'a pas suffit du tout du tout...

Peut-être une mauvaise pioche pour un premier essai mais j'ai comme un doute, bref je ne suis pas pressée d'en lire un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée
Main aguerrie
Cassiopée

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeDim 4 Nov 2012 - 17:26

Pieter Aspe [Belgique] 97822212

Le message du pendu

Pieter Aspe a un style bien à lui, un mélange de clins d’œil coquins avec des allusions aux bonnes choses de la vie: une bière fraîche, une compagne en nuisette affriolante, de belles femmes à regarder (uniquement du bout des yeux !!), des enfants câlins, des amis complices ….mais aussi un aperçu pas si superficiel qu’il en a l’air sur la société belge, la ville de Bruges et les requins dans le monde de l’économie…
Panachez les deux, avec intelligence et discernement et vous obtiendrez un livre agréable à lire, pas compliqué (malgré les noms flamands aux consonances particulières qu’il faut repérer, ingurgiter et digérer) mais pas non plus totalement dépourvu de réflexions.

Pour ceux qui connaissent les protagonistes, nous retrouvons le commissaire Van In et son épouse Madame la Juge: Hannelore, l’adjoint Versavel (qui préfère les hommes) et une petite nouvelle, préposée pour aider Van In. Elle s’appelle Carine, elle a envie de faire « un bébé toute seule » (mais elle a une idée bien précise du futur géniteur) et elle est experte pour rater le café (même moi, qui ne bois que du thé, je suis capable d’en faire un acceptable, c’est dire si elle est nulle dans ce domaine !).Elle a un autre trait de caractère qui peut la définir, elle a « le sang chaud » et ne rate (ce n’est pas comme le café ;-) aucune occasion de le démontrer.
Elle va donc mettre son grain de sel (ou de sable c’est selon) dans le couple que forment nos deux héros et cela pimentera un peu plus leurs relations, qui sont déjà loin d’être lisses comme une eau calme. L’union juge/ commissaire (je la mets en premier car elle me semble porter « la culotte » malgré ses robes courtes….) est singulière et ne manque pas de piment, de rebondissements, d’anecdotes, qui apportent un plus à l’enquête menée de front par chacun d’eux.

Qu’en est-il cette fois ci de l’écheveau qu’il faut démêler ?
Une famille est retrouvée morte, décimée, le père semble s’être suicidé après avoir tué femme et enfants. C’est terrible mais que dire, que faire, les faits sont là. Sauf que Van In, malgré la chaleur qui l’épuise, remarque un petit détail…Fruit de son imagination ? Idée saugrenue à cause de la canicule qui fatigue ? Réalité à approfondir ? Il décide, malgré les airs goguenards de quelques uns autour de lui de creuser (il vaut mieux pour le lecteur …. dans le cas contraire, le roman se serait résumé à barbecue, galipettes et Duvel…) et d’aller plus loin à la découverte du mari et de sa belle-famille. Un témoignage d’une call (ou escort) girl apportera un autre éclairage, la rencontre avec d’anciens camarades d’études (dont le mort faisait partie) aussi.
Il fait chaud, très chaud et de Duvel en Duvel, notre commissaire avancera.

Citation :
« Les oiseaux migrateurs parcourent chaque année de longues distances pour répondre aux forces de la nature, les touristes font la même chose pour tuer le temps et lui, eh bien, il se déplaçait là où l’attirait la robe ambrée de la Duvel. »
Je ferai ici un petit aparté: Pieter Aspe reçoit-il autant de Duvel que de fois où il écrit le nom dans ses livres ? C’est impressionnant… De plus, cette incitation à boire de la bière… Un bon thé ou une eau gazeuse, c’est meilleur pour la santé et ça n’altère pas la perception des événements (on ne se retrouve pas au petit matin à se demander si …pendant la nuit….). Je termine ma parenthèse.

En progressant dans l’enquête, la société bien pensante brugeoise sera écornée, les groupes financiers mondiaux aussi …. mais tout cela par petites touches, cet opus restant malgré tout une lecture qui « coule » toute seule.
C’est le style Pieter Aspe et il faut le prendre pour ce qu’il est : un récit agréable, avec quelques touches sérieuses assez discrètes, de l’humour et un ensemble qui tient la route.
Amateurs de romans policiers apportant une réflexion profonde, passez votre chemin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
animal

Messages : 31548
Inscription le : 12/05/2007
Age : 38
Localisation : Tours

Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeDim 4 Nov 2012 - 18:13

c'est bon la Duvel ! par contre il y a peut-être une énigme linguistique autour de la couleur ambrée, ce n'est pas forcément l'adjectif qu'on choisirait pour la Duvel ?


_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie
Cassiopée

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeVen 31 Oct 2014 - 16:05

Pieter Aspe [Belgique] 48075811

La femme tatouée (octobre 2014)
305 pages


On ne change probablement pas une recette gagnante et Pieter Aspe utilise une fois de plus, habilement, la ville de Bruges mais aussi ses personnages récurrents pour nous tenir en haleine dans une nouvelle enquête de son policier préféré. Le commissaire Pieter Van In et son adjoint Guido Versavel ainsi que la charmante épouse du premier : Hannelore Martens qui est substitut du procureur, sont à nouveau nos compagnons le temps d’une lecture.
Pour pimenter le tout, le fameux Van In boit beaucoup (de la Duvel, une bière qui doit plaire à l’auteur pour la citer aussi souvent), n’est pas indifférent aux jolies femmes (dont la jeune Caroline qui travaille au commissariat et qui n’attend qu’une chose : que Van In craque pour elle), bref un homme avec ses faiblesses ce qui poussent certains de ceux qui le côtoient à se demander ce que sa gracieuse et magnifique épouse lui trouve…les mystères de l’amour sans doute…. Et puis tout cela ne nous regarde pas… N’empêche que cela apporte une touche d’humour non négligeable au roman et que certains dialogues sont de ce fait, assez truculents.

Cette fois-ci, la personne assassinée est une femme et il se trouve qu’elle a une rune tatouée sur la fesse… Pourquoi ? Appartenait-elle à un groupuscule d’extrême droite, avait-elle des idées bien marquées, ou son mari étant plutôt du style violent et jaloux, a-t-il dérapé ?
C’est à ces questions que notre brave héros va être confronté. Expédier l’enquête en deux temps, trois mouvements, serait bien pratique pour retourner faire la sieste avec sa belle ou boire des pintes (j’exagère, c’est parfois du vin blanc) avec ses copains mais ce ne sera pas si facile.

Lorsqu’un écrivain prend les mêmes lieux et protagonistes au long de ses romans, il se doit de se rester vigilant pour ne pas lasser ses lecteurs. Soit il fige ses héros dans un espace temps qui est toujours identique, soit il les fait évoluer. Pieter Aspe a choisi la seconde solution. Le couple improbable auquel il nous confronte, change au fil des histoires, vieillit, et c’est aussi une façon de fidéliser le lectorat (plutôt féminin ?) qui se demande ce qu’ils vont devenir et surtout si leur union va résister aux diverses tentations (et il y en a dans ce dernier opus ;-)
Il peut également y avoir la progression des relations professionnelles. C’est dans ces différents domaines que l’auteur excelle parce qu’il faut bien le dire, ses enquêtes sont toujours un peu menées de la même façon : interrogatoires des témoins ou personnes mêlées de près ou de loin au crime, déductions, filatures, repères, confrontations, retours sur le passé des uns et des autres (personnes tuées ou soupçonnées) rien de vraiment nouveau sous le soleil ou la pluie belges.
Mais fort heureusement, parallèlement à tout cela, on retrouve toujours Bruges et les villes environnantes que l’on sent vivre sous nos yeux tant elles sont bien campées, et l’étude d’un milieu (ici les néo nazis) avec des individus liés à ce dernier, manipulés par la « tête pensante » dont je ne vous dirai rien….

L’écriture est fluide, le style aéré avec de nombreux dialogues, parfois amusants, quelques sujets graves sont abordés (et auraient pu être creusés mais ce n’est pas le but de l’auteur) comme l’adoption ou les décisions de la justice après un accident mortel…

On peut donc conclure que cet écrivain belge est une valeur sûre qui a, sans doute, ses fidèles.
Que vous en soyez ou pas, ce dernier roman peut être lu indépendamment des autres et vous permettra de passer un bon moment en ces jours pluvieux d’automne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitimeSam 1 Nov 2014 - 14:56

La Duvel c'est pas mal! Et que cela se passe à Bruges n'a rien pour me déplaire.... Ils avaient fait une série tirée des livres qui étaient vraiment pas mal.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Pieter Aspe [Belgique] Empty
MessageSujet: Re: Pieter Aspe [Belgique]   Pieter Aspe [Belgique] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Pieter Aspe [Belgique]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Site-boutique de trucs bio en Belgique ?
» [Vente] Baccara, 03/1995, 180.000 km, noir, 1.500 € (Belgique)
» Master Edition Belgique
» Le D-Day en Belgique : 2 septembre 1944
» Marché de noël chez Fournier à Menin (jardinerie en Belgique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature belge et suisse (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: