Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Sonia Rykiel

Aller en bas 
AuteurMessage
Harmonuit
Posteur en quête
Harmonuit

Messages : 72
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : Ici ou là, au gré de mes fantaisies. (La plupart du temps, à Montréal)

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeVen 1 Juin 2007 - 17:51

Sonia Rykiel Sonia_10
Quelques mots empruntés à son site officiel:
Citation :
Biographie: Née dans les années 30, issue d'une famille d'immigrés juifs d'Europe de l'Est, elle crée en 1968, la marque Sonia Rykiel et ouvre sa première boutique rue de Grenelle, sur la Rive Gauche, à Paris. En 1976, elle invente les coutures à l'envers, le "pas d'ourlet" et le "pas doublé".

Elle est d’abord et avant tout une designer, mais je l’ai découvert, fortuitement, comme auteure avec son premier roman intitulé Et je la voudrais nue (1979).

Coup de cœur pour la simple raison qu’elle rend hommage aux rousses et que je suis une inconditionnelle d’elles. Wink
Dommage que l’orangé ne coule pas dans mes gènes…

Extraits:

Citation :
J’étais différente. Rousse. Ponctuée, accentuée, signalée.

J’ai vécu cette «anormalité» comme un combat.

Ma mère me répétait toujours : «Tu peux tout.»

Mais je ne pouvais rien puisqu’en fait je n’avais rien à faire pour être autre. Je l’étais naturellement. Naturellement, j’étais référée, marquée au fer rouge.

Rien ne me retenait, j’étais sans limite. Ma mère appelait cela «avoir du caractère».

Moi, je vivais à côté, du côté du rouge.

J’étais rousse. Rousse comme il n’est pas permis de l’être. Rousse sang. Pas d’une couleur orangée très vive mais d’un rouge flamboyant, un rouge rubis, un rouge hurlant.

J’étais extrême, couleur révolution. Rousse rouge, incandescente, chauffée au rouge, enflammée, éclatante, feu. Je n’avais peur de rien, rien ne me faisait rougir. J’étais comme rouillée, couverte de taches de rousseur et pour me dérouiller, toute petite, ma mère, à l’aube, m’emmenait me laver le visage dans l’herbe rosée du matin.

Rien n’y faisait. J’étais tachée, galvanisée, impudente.

Je vivais double.

L’intérieur, ma chair, mes os de petite fille, et l’extérieur vermillon ou carmin. Je ne pouvais les emmêler, j’étais en deux parties. J’aurais voulu me relier, me plaquer mais c’était impossible.

Si j’étais calme à l’intérieur, la provocation venait de l’extérieur, de ce rouge collé à ma peau, à ma tête, à ma vie.

Très vite, j’ai affirmé mes positions. J’ai joué l’avantage de cette différence, j’en ai fait un pôle plus, une évidence, un pouvoir. Je me sentais authentique, prête. Je tenais tête, je ne lâchais rien, jamais. Je voulais avoir raison, posséder, ne pas demander de permission, faire l'infaisable. (...)

Le rouge de mes cheveux, la tache sur ma tête. Je ne pouvais me cacher, j'étais toujours découverte.

J'éclaboussais comme le soleil, on me voyait partout.

Quand je suis née, on m'a frotté la tête à l'eau oxygénée parce qu'on croyait que j'étais couverte de sang. Non, c'était déjà moi, rouge sang.

Plus tard, maman m'a raconté qu'en me donnant le sein, elle répétait: «Pourquoi tu es rousse? Pourquoi tu es rousse?»

Est-ce moi qui l'ai voulu si profondément,si intimement dans le corps de ma mère, que j'ai pu, seule, dans l'eau de son ventre, me repigmenter la tête.

Citation :
Petite, je détestais les vêtements. Je ne les aimais que vieux et portés. J’aurais pu garder un an le même pull et la même jupe. C’était la guerre entre ma mère et moi. A la fin devant moi, elle les déchirait. Ou les cacher pour les donner.

Je retournais la maison pour retrouver l’endroit des vêtements à donner. J’aurais payé de mon sang pour découvrir mon vieux pull. Je la soupçonne, maintenant, de les avoir jetés dans l’heure qui suivait la prise.

Un jour, j’ai cherché une jupe longtemps. Sans me prévenir, ma mère l’avait donnée. Je lui ai dit « Très bien, maman, je sors nue ». J’ai ouvert la porte et je suis sortie. Elle m’a rattrapée dans le jardin.

Elle n’a plus jamais donné mes vêtements sans me prévenir. Mais, moi, je serais sortie nue, vraiment.

Je détestais les robes, les chaussettes, les culottes. Je n’aimais que les pulls étroits, étriqués qui me collaient au corps, me connaissaient par cœur.

Je les aimais parce qu’ils ne grandissaient pas avec moi, qu’ils restaient eux-mêmes et que c’était mon corps qui les espaçait.

C’était maman qui les tricotait. Ils étaient superbes, multicolores, crevés de dessins. Ou rouges, ou bleus tout simplement. Longtemps, j’ai réclamé à maman un pull noir mais elle ne me l’a jamais fait.

Je portais des jupes larges pour pouvoir bouger, grimper aux arbres, écarter les jambes. Le plus souvent, elles étaient complètement désassorties de la couleur du pull mais, moi, je trouvais ça complémentaire.

Je vivais totalement ce vêtement-corps . C’était mon uniforme de petite fille pas sage, pas réglementée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeVen 1 Juin 2007 - 18:00

J'ignorais totalement qu'elle avait écrit un livre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harmonuit
Posteur en quête
Harmonuit

Messages : 72
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : Ici ou là, au gré de mes fantaisies. (La plupart du temps, à Montréal)

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeVen 1 Juin 2007 - 18:15

Plus d'un.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeVen 1 Juin 2007 - 18:33

Harmonuit a écrit:
Plus d'un.

Ah oui!...

Bibliographie

1979 Et je la voudrais nue de Sonia Rykiel aux éditions Grasset.
1988 Célébration 20 ans de mode de Sonia Rykiel aux éditions des femmes.
1989 La collection de Sonia Rykiel aux éditions Grasset.
1993 Tatiana, acacia livre de contes pour enfants de Sonia Rykiel illustré par Charles Matton aux éditions Flammarion 4.
1996 Les lèvres Rouges de Sonia Rykiel aux éditions Grasset (en 2000 publication au Japon aux éditions Kodansha).
1999 Paris sur les pas de Sonia Rykiel de Sonia Rykiel aux éditions Garde Temps (en 2000 publication au Japon aux éditions Shueisha).
2005 L'envers à l'endroit de Sonia Rykiel aux éditions Fayard.
2005 Casanova était une femme livre de correspondances entre Régine Deforges et Sonia Rykiel illustré par Claire Bretécher aux éditions Calmann-Lévy.

Moi je m'étais arrêtée à ses petits pulls... :) Très beaux...Trop chers...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeSam 2 Juin 2007 - 9:58

je la connais seulement de nom, pour la mode.
Est-ce que son écriture est tout le temps dans cette immédiateté (c'est le seul mot qui me vient à l'esprit), je la trouve très interessante, mais j'ai peur que sur la durée celà puisse être... rébarbatif.
tu peux m'en dire plus Harmonuit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeSam 2 Juin 2007 - 16:49

Queenie a écrit:
je la trouve très interessante, mais j'ai peur que sur la durée celà puisse être... rébarbatif.
tu peux m'en dire plus Harmonuit ?

Suis un peu comme Queenie. Je trouve les passages que tu nous cites intéressants et même captivants, mais j'ai peur que ce style haché ne tienne pas sur la durée...
Ses textes sont-ils tous ainsi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Babelle
Zen littéraire
Babelle

Messages : 5065
Inscription le : 14/02/2007
Localisation : FSB

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeSam 2 Juin 2007 - 18:08

Je n'ai pas lu ses textes mais il y a quelques années j'ai eu l'occasion de l'entendre à travers un documentaire qui lui fut consacré, et j'ai trouvé son profil très intéressant. J'ai eu le sentiment que Rykiel est une femme qui a quelque chose à dire. Un parcours singulier l'amène à la DEMODE : elle suggère aux femmes de rechercher ce qui leur convient dans la mode plutôt que d'appliquer cette dernière à la lettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://macrofictions.blogspot.com/
Harmonuit
Posteur en quête
Harmonuit

Messages : 72
Inscription le : 11/05/2007
Age : 32
Localisation : Ici ou là, au gré de mes fantaisies. (La plupart du temps, à Montréal)

Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitimeDim 10 Juin 2007 - 20:29

J'ai seulement lu Et je la voudrais nue qui est écrit avec le même rythme que l'on retrouve dans les extraits, soit un rythme-staccato.

Personnellement, cela n'a pas nui à ma lecture, mais puisque le roman compte un peu plus de 200 pages, le style peut, en effet, mettre un frein au plaisir des yeux...

Voilà!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Sonia Rykiel Empty
MessageSujet: Re: Sonia Rykiel   Sonia Rykiel Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Sonia Rykiel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation de Sonia
» 4 mariages pour une lune de miel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: