Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Nâzim Hikmet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Nâzim Hikmet    Sam 19 Mar 2011 - 11:35




Citation :
Poète et dramaturge, Nâzim Hikmet est l’une des figures majeures de la littérature turque du XXe siècle. Né à Salonique dans une vieille famille de dignitaires ottomans, il poursuit ses études à Istanbul. En 1921, il rejoint les partisans de Mustafa Kemal en Anatolie et découvre l’intérieur du pays, source de son inspiration à venir. On le retrouve étudiant à Moscou en 1922, où il réside deux ans et devient communiste. De retour en Turquie en 1925, il est condamné à plusieurs reprises pour ses opinions politiques. Il écrit une grande partie de son œuvre au cours de sa longue incarcération, notamment Paysages humains de mon pays. Libéré en 1950 au terme d’une grève de la faim qui aura des retentissements dans le monde entier, il choisit de s’exiler en URSS en 1951 ; déchu de sa nationalité, il meurt à Moscou en 1963. Familier dès son enfance de la culture française, il entretint des rapports réguliers avec des artistes du monde entier et notamment quelques auteurs français (Tristan Tzara, Aragon), grâce à l’entremise de son ami Abidine Dino, peintre et écrivain turc établi à Paris. (Imec)




Livres disponibles en français :


Il neige dans la nuit et autres poèmes, traduction de Münevver Andaç et Guzine Dino, Poésie/Gallimard, Paris, 1999.
Nostalgie de Nâzim Hikmet, trad. Münevver Andaç, Fata Morgana, Paris, 1989.
Pourquoi Benerdji s'est-il suicidé ? Éditions de Minuit, Paris, 1980.
C'est un dur métier que l'exil..., Le Temps des Cerises, Paris, 1999.
La vie est belle mon vieux, coll. « Littératures étrangères », Parangon, Paris.
Il neige dans la nuit, Parangon, Paris.
De l'espoir à vous faire pleurer de rage, Parangon, Paris.
Paysages humains, Parangon, Paris.
 


Son poème le plus célèbre et le plus souvent cité :





Voilà



Je suis dans la clarté qui s'avance
Mes mains sont toutes pleines de désir, le monde est beau.


Mes yeux ne se lassent pas de regarder les arbres
les arbres si pleins d'espoir, les arbres si verts.


Un sentier ensoleillé s'en va à travers les mûriers.
Je suis à la fenêtre de l'infirmerie.


Je ne sens pas l'odeur des médicaments.
Les oeillets ont dû s'ouvrir  quelque part.


Et voilà, mon amour, et voilà, être captif, là n'est pas
la question,
la question est de ne pas se rendre ...



(Extrait de Poèmes lyriques, in Il neige dans la nuit et autres poèmes/NRF/ Poésie/Gallimard)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 19 Mar 2011 - 12:06

J'aime beaucoup ce poète dont j'ai le recueil C'est un dur métier que l'exil. Tout ce qu'il a écrit sur l'enfermement et la façon de s'en évader par l'imaginaire est très beau. C'est qu'il a passé de nombreuses années en prison.


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 19 Mar 2011 - 12:17

Oui, Hikmet est un grand parmi les grands ... oui ... Nous serons donc au moins deux "parfumés" à alimenter ce fil, Marko ... cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 19 Mar 2011 - 12:36

Constance a écrit:
Oui, Hikmet est un grand parmi les grands ... oui ... Nous serons donc au moins deux "parfumés" à alimenter ce fil, Marko ... cheers

Je vais extirper le recueil de sa pile (c'est acrobatique) et je mettrai quelques extraits.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque


Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 19 Mar 2011 - 14:37

Merci pour ce fil dédié à Nazim Hikmet, Constance...
Qui lutta toute sa vie pour la liberté des autres et le paya par des années de prison...

Et détrompe toi, nous sommes plus de deux à l' aimer. Je n' ai céssé de citer des poèmes de lui
sur les Coups de coeur poétqiues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Mar 22 Mar 2011 - 11:49

bix229 a écrit:

Et détrompe toi, nous sommes plus de deux à l' aimer. Je n' ai céssé de citer des poèmes de lui
sur les Coups de coeur poétqiues.


Aujourd'hui, un tantinet flemmarde, je ne me sens pas le courage de relire toutes les pages du fil "Coup de coeur poétique", alors peut-être as-tu déjà placé ceui-ci ... jypeurien






La plus étrange des créatures


Comme le scorpion, mon frère,
Tu es comme le scorpion
Dans une nuit d’épouvante.
Comme le moineau, mon frère,
Tu es comme le moineau,
dans ses menues inquiétudes.
Comme la moule, mon frère,
tu es comme la moule
enfermée et tranquille.
Tu es terrifiant, mon frère,
comme la bouche d’un volcan éteint.
Et tu n’es pas un, hélas,
tu n’es pas cinq,
tu es des millions.
Tu es comme le mouton, mon frère,
Quand le bourreau habillé de ta peau
quand l'équarisseur lève son bâton
tu te hâtes de rentrer dans le troupeau
et tu vas à l’abattoir en courant, presque fier.
Tu es la plus étrange des créatures, en somme,
Plus drôle que le poisson
qui vit dans la mer sans savoir la mer.
Et s’il y a tant de misère sur terre
c’est grâce à toi, mon frère,
Si nous sommes affamés, épuisés,
Si nous somme écorchés jusqu’au sang,
Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non,
Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.


(1947)


(In C'est un dur métier que l'exil, Ed.Le temps des cerises)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Mar 22 Mar 2011 - 11:54

Constance a écrit:
Aujourd'hui, un tantinet flemmarde, je ne me sens pas le courage de relire toutes les pages du fil "Coup de coeur poétique", alors peut-être as-tu déjà placé ceui-ci ... jypeurien
rien n'empêche de re-poster un/des poème(s) à partir du moment qu'on a un fil pour l'auteur Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Mar 22 Mar 2011 - 12:00

Esprit logique, Kenavo ... sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Ven 1 Avr 2011 - 12:16



IBrahim Balaban (Mapushane Kapisi)




Sur un tableau d'Ibrahim Balaban



Six femmes étaient là, devant la porte de fer,
L'une debout, cinq assisses par terre.


Huit enfants étaient là devant la porte de fer
et leur bouche ignorait encore le sourire.


Six femmes étaient là, devant la porte de fer,
tristesse aux mains, pieds patients comme la pierre.


Huit enfants étaient là, devant la porte de fer,
les bébés au maillot regardent comme des djinns.


Six femmes étaient là, devant la porte de fer,
leur voile très serré pour cacher leurs cheveux.




Huit enfants étaient là, devant la porte de fer,
l'un deux gardait croisées les paumes de ses mains.


Un gendarme était là, devant la porte de fer,
ni ami ni ennemi, la garde est longue, l'air chaud.


Un cheval était là, devant la porte de fer,
sur le point de pleurer.


Un chien était là, devant la porte de fer,
le museau noir, le poil jaune.


Il y avait dans les paniers des poivrons verts,
du charbon dans les sacs, de l'ail et des oignons dans
les besaces.


Six femmes étaient là, devant la porte de fer,
et derrière la porte de fer, bon sang, il y avait cinq
cents hommes !


Tu n'étais pas l'une de ces femmes, mais
l'un de ces cinq cents hommes, c'était moi ...




(Prison de Bursa, 28/12/1949)


Extrait de "Poèmes lyriques", in "Il neige dans la nuit et autres poèmes" / NRF poésie Gallimard)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile


Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 25
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Ven 1 Avr 2011 - 21:34

De la poésie qui ne me laisse pas insensible, pour une fois...

Merci Constance !

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Marie
Zen littéraire


Messages : 9564
Inscription le : 26/02/2007
Localisation : Moorea

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 2 Avr 2011 - 1:51

La plus étrange des créatures, tu es comme le scorpion, a été mis en musique ( je ne sais pas par qui?) et interprété par Yves Montand.
On peu l'entendre ici
Et merci Constance pour ce beau souvenir!

_________________
J'appelle bonheur tout espace de temps où la joie paraît immédiatement possible.
André Comte-Sponville
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 2 Avr 2011 - 14:22

colimasson a écrit:
De la poésie qui ne me laisse pas insensible, pour une fois...

Merci Constance !



Limpidité de la poésie de Nazim Hikmet, Odrey ... sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 2 Avr 2011 - 14:22

Marie a écrit:
La plus étrange des créatures, tu es comme le scorpion, a été mis en musique ( je ne sais pas par qui?) et interprété par Yves Montand.
On peu l'entendre ici
Et merci Constance pour ce beau souvenir!




Merci pour l'écoute du poème, Marie ... bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Mar 26 Avr 2011 - 9:43





Angine de poitrine



Si la moitié de mon cœur est ici, docteur,
L’autre moitié est en Chine,
Dans l’armée qui descend vers le Fleuve Jaune.

Et puis tous les matins, docteur,
Mon cœur est fusillé en Grèce.

Et puis, quand ici les prisonniers tombent dans le
sommeil
quand le calme revient dans l’infirmerie,
Mon cœur s’en va, docteur,
chaque nuit,
il s’en va dans une vieille
maison en bois à Tchamlidja
Et puis voilà dix ans, docteur,
que je n’ai rien dans les mains à offrir à mon pauvre
peuple,
rien qu’une pomme,
une pomme rouge : mon cœur.
Voilà pourquoi, docteur,
et non à cause de l’artériosclérose, de la nicotine, de la
prison,
j’ai cette angine de poitrine.

Je regarde la nuit à travers les barreaux
et malgré tous ces murs qui pèsent sur ma poitrine,
Mon cœur bat avec l’étoile la plus lointaine.



1948


(Extrait de poèmes lyriques, in Il neige dans la nuit et autres poèmes, NRF Poésie Gallimard)

Illustration : Autoportrait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    Sam 14 Mai 2011 - 9:11








Sur la vie



La vie n’est pas une plaisanterie,
Tu la prendras au sérieux,
comme le fait un écureuil, par exemple,
Sans rien attendre hors de la vie ni au-delà de la vie,
C'est-à-dire : vivre sera tout ton souci.
La vie n’est pas une plaisanterie,
Tu la prendras au sérieux,
Mais au sérieux à tel point,
Que les mains liées, par exemple, dos au mur,
Ou dans un laboratoire
en blouse blanche, avec d'énormes lunettes,
Tu mourras pour que vivent les hommes,
Les hommes dont tu n’auras même pas vu le visage.
Et tu mourras tout en sachant
Que rien n’est plus beau, que rien n’est plus vrai
que la vie.
Tu la prendras au sérieux,
Mais au sérieux à tel point
Qu’à soixante-dix ans, par exemple, tu planteras des oliviers
Non pour qu'en héritent tes enfants, non,
Mais parce que tu ne croiras pas à la mort
Tout en la redoutant,
mais parce que la vie pèsera plus lourd dans la balance.



1947


(Extrait de Poèmes lyriques, in Il neige dans la nuit et autres poèmes / NRF / Poésie / Gallimard)

Illustration "Oliviers avec ciel jaune et soleil" (1889) de Vincent Van Gogh













Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nâzim Hikmet    

Revenir en haut Aller en bas
 
Nâzim Hikmet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: