Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Andrew O'Hagan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aeriale
Léoparde domestiquée
avatar

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Andrew O'Hagan   Mer 6 Avr 2011 - 16:29



Citation :
Andrew O'Hagan est né à Glasgow en 1968 et a grandi à Kilwinning, dans le North Ayrshire. Il a effectué des études d'anglais à l'université de Strathclyde. Son premier livre, The Missing, publié en 1995 a connu un grand succès critique et a figuré sur les dernières sélections du Prix Esquire, du Prix Saltire du meilleur premier roman écossais et du Prix Mc Vities récompensant le meilleur écrivain écossais de l'année. En 1999, il publie Our Fathers qui est retenu sur les listes du Booker prize et du Prix Whitbread, puis Personnalité en 2005. Il a également écrit un livre consacré au poète Robert Burn.
Il a rejoint le jury du prestigieux prix Robert Brun qui récompense chaque année les efforts d'une action humanitaire. En 2001, il a été nommé ambassadeur de bonne volonté par la branche britannique de l'UNICEF, organisation pour laquelle il s'attache désormais à lever des fonds. En 2003, Andrew O'Hagan a été distingué par la revue Granta comme l'un des 20 meilleurs jeunes romanciers britanniques. Il collabore régulièrement à différents journaux et magazines, dont la London Review of Books et la New York Review of Books. Il tient également une chronique consacrée au cinéma dans le magazine Esquire
Editions Bourgeois

Vie et opinions de Maf le chien et de son amie Marilyn Monroe



Resumé Evène
Citation :
La vie et les opinions de Maf le chien et de son amie Marylin Monroe' s'inspire d'un certain nombre de faits véridiques : en novembre 1960, Frank Sinatra offre à Marilyn Monroe un terrier maltais, très vite surnommé Maf.
Élevé par la cuisinière et le jardinier des peintres Vanessa Bell et Duncan Grant à Charleston, dans le Sussex, Maf a atterri aux États-Unis grâce à la mère de Nathalie Wood, spécialisée dans l'importation de chiens européens. Une fois ces événements rappelés, Andrew O'Hagan donne libre cours à son imagination et laisse la parole à Maf, qui devient le narrateur...


(Le vrai mais sans le son)

Citation :
Voilà ce que font les humains. Ils vous parlent. Disent des sottises. Ils vous parlent à vous et ils parlent pour vous -

En partant du regard de Maf (comme Mafia) l'auteur nous donne une version intimiste et touchante de Marilyn, être fragile et sans cesse en quête d'une reconnaissance, ce que l'on savait déjà, mais au travers de son quotidien ce qui est assez nouveau. Sa rencontre avec Kennedy chez Peter Lawford n'est pas par exemple sujet de révélations fracassantes, on les surprend à discourir sur les thèmes du moment, avec cette image naissante d'une gauche intellectuelle qui se cherche et se rêve ouverte et généreuse. Les soirées à Hollywood sont prétexte pour Maf de railler certaines personnalités du show biz, du monde littéraire ou des psy. S'il n'est pas d'accord il va même jusqu'à les mordre (scène drôlissime de la vieille dame qui s'enorgueillit du fait que Trotski n'ait pas été reçu aux USA) et ne se prive pas de donner son avis car Maf est un chien savant, il compare, fait des listes ( des dix Chiens les plus Importants) analyse la situation politique, se gausse de Sinatra "qui n'a d'autre but que lui même" et nous révèle une Natalie Wood capricieuse et accro aux coktails.

Bref on apprend beaucoup à la lecture de ce roman décalé et fantaisiste, mais principalement bourré de références et de digressions un peu trop systématiques, ce qui à mon avis alourdit le texte et ralentit le rythme. J'ai donc une impression mitigée, loin d'être mauvaise bien sûr, car l'ensemble est plutôt enlevé et malicieux, certains passages étant carrément passionnants ( notamment l'aparté Marylin et Carson McCullers!) Il est toujours fascinant de croiser des personnages mythiques tels Strasberg, Cukor et bien d'autres sous un angle différent, moins de s'en référer à Descartes ou Plutarque à la moindre réflexion. Maf le savant m'est apparu parfois pompeux et j'ai eu souvent l'impression d'un étalage culturel qui j'avoue m'a ennuyée à la longue. Mais l'idée reste originale et je crois qu'il pourra plaire à pas mal d'entre vous, notamment à ceux dotés d'une confortable culture américaine des ces années là ( Kena va adorer aussi je pense )

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Andrew O'Hagan   Mer 6 Avr 2011 - 16:45

merci pour ton commentaire.. et surtout pour ce fil Very Happy
Après ma lecture de Sois près de moi, je ne l'avais pas fait...

aeriale a écrit:
( Kena va adorer aussi je pense )
en tous les cas je le note..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Andrew O'Hagan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M) ANDREW GARFIELD ? together or not at all.
» Tournoi des VI Nations
» (M) Andrew Maxwell || 25 ans || Libre choix pour le groupe || Joshua Dallas
» Andrew Painter, regard sur le changement, le vrai !
» [Divers Navires amphibies] Les LST

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature écossaise et galloise-
Sauter vers: