Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Henri Barbusse

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 18:53

GrandGousierGuerin a écrit:

A mon sens, Barbusse tenait beaucoup trop à tailler un beau costard au poilu pour en faire un héros bien malgré lui ...


ça va pas tellement dans le sens de ce qu'il dit à la fin de son livre:

"Des héros, des espèces de gens extraordinaires, des idoles ? Allons donc ! On a été des bourreaux. On a fait honnêtement le métier de bourreaux. On le r'fera encore, à tour de bras, parce qu'il est grand et important de faire ce métier-là pour punir la guerre et l'étouffer. Le geste de tuerie est toujours ignoble-quelquefois nécessaire-mais toujours ignoble. Oui de durs et infatigables bourreaux , voilà ce qu'on a été. Mais qu'on ne me parle pas de la vertu militaire parce que j'ai tué des allemands."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 18:59

GrandGousierGuerin a écrit:
Il va falloir que je le relise car dans mon souvenir Le Feu de Barbusse était vraiment un ton en dessous par rapport A l'ouest, rien de nouveau de Remarque ou encore Orages d'Acier de Jünger ...
A mon sens, Barbusse tenait beaucoup trop à tailler un beau costard au poilu pour en faire un héros bien malgré lui ...
A relire donc ....
Et récupérer surtout Le Brave Soldat Chvéïk de Hasek qui met de jolis grelots bien tintinnabulants sur tous les casques à la cantonade  dentsblanches


Pas vraiment un beau costard, plutôt une rude tenue de prolétaires, de types un peu brutaux, pas très futés, qui se retrouvent dans les tranchées parce qu'ils n'ont pas les appuis, ni l'entregent suffisant pour se retrouver chez les planqués. La vision de Barbusse ne me semble pas idéaliser le poilu et une scène résume pour moi parfaitement la misère sociale de ces braves soldats : lorsque les poilus passent une journée en ville et se voient contraints de renier leurs valeurs d'hommes guerriers et valeureux, parce que 'ceuss de l'intérieur' ne veulent pas voir leur malheur et qu'au fond à chacun son métier. Cette scène de renoncement à dire l'horreur de la guerre, des tranchées, de la boue, de la pluie, du froid, des cadavres qu'on empile les uns sur les autres comme des troncs d'arbres, exprime à elle seule toute l'impossibilité de ces soldats à raconter leur histoire et il fallait bien un Barbusse pour leur redonner une voix et quelle voix, parce qu'il a un sacré talent, le bonhomme !!

(oh darkanny a répondu plus vite mais comme nous ne disons pas exactement la même chose je laisse mon message)

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 19:01

GrandGousierGuerin a écrit:
Arabella a écrit:
C'est L'Enfer que l'on peut peut être comparer à A l'ouest, rien de nouveau, pas Le feu.
Explique car je ne comprends pas ... Le feu et A l'ouest ...traitent bien du même sujet, non ?

Tu as raison, j'ai confondu les deux titres.  Embarassed 

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 19:02

darkanny a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:

A mon sens, Barbusse tenait beaucoup trop à tailler un beau costard au poilu pour en faire un héros bien malgré lui ...


ça va pas tellement dans le sens de ce qu'il dit à la fin de son livre:

"Des héros, des espèces de gens extraordinaires, des idoles ? Allons donc ! On a été des bourreaux. On a fait honnêtement le métier de bourreaux. On le r'fera encore, à tour de bras, parce qu'il est grand et important de faire ce métier-là pour punir la guerre et l'étouffer. Le geste de tuerie est toujours ignoble-quelquefois nécessaire-mais toujours ignoble. Oui de durs et infatigables bourreaux , voilà ce qu'on a été. Mais qu'on ne me parle pas de la vertu militaire parce que j'ai tué des allemands."

shanidar a écrit:
Pas vraiment un beau costard, plutôt une rude tenue de prolétaires, de types un peu brutaux, pas très futés, qui se retrouvent dans les tranchées parce qu'ils n'ont pas les appuis, ni l'entregent suffisant pour se retrouver chez les planqués. La vision de Barbusse ne me semble pas idéaliser le poilu et une scène résume pour moi parfaitement la misère sociale de ces braves soldats : lorsque les poilus passent une journée en ville et se voient contraints de renier leurs valeurs d'hommes guerriers et valeureux, parce que 'ceuss de l'intérieur' ne veulent pas voir leur malheur et qu'au fond à chacun son métier. Cette scène de renoncement à dire l'horreur de la guerre, des tranchées, de la boue, de la pluie, du froid, des cadavres qu'on empile les uns sur les autres comme des troncs d'arbres, exprime à elle seule toute l'impossibilité de ces soldats à raconter leur histoire et il fallait bien un Barbusse pour leur redonner une voix et quelle voix, parce qu'il a un sacré talent, le bonhomme !!

(oh darkanny a répondu plus vite mais comme nous ne disons pas exactement la même chose je laisse mon message)


Comme quoi je dois le relire  dentsblanches
Je propose un cessez-le-feu  dentsblanches


Dernière édition par GrandGousierGuerin le Mer 11 Déc 2013 - 19:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Sigismond
Agilité postale
Sigismond

Messages : 875
Inscription le : 25/03/2013

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 19:08

En ajout à votre liste de livres majeurs sur la première guerre mondiale, l'excellent "Le grand troupeau" de Jean Giono, on sait peu que c'est l'ouvrage qu'il a mis le plus de temps à écrire, et qu'il le plus travaillé et re-travaillé, parce qu'au final il a, somme toute, un rien disparu -à tort, selon moi- des titres-phares de Giono.
A en reparler un jour sur le fil had hoc  tchintchin  ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 19:13

Arabella a écrit:
GrandGousierGuerin a écrit:
Arabella a écrit:
C'est L'Enfer que l'on peut peut être comparer à A l'ouest, rien de nouveau, pas Le feu.
Explique car je ne comprends pas ... Le feu et A l'ouest ...traitent bien du même sujet, non ?

Tu as raison, j'ai confondu les deux titres.  Embarassed 

Bouuuuuh !

Darkanny & Shanidar, ce que vous dites de Le Feu donne envie.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 19:32

Sigismond a écrit:
En ajout à votre liste de livres majeurs sur la première guerre mondiale, l'excellent "Le grand troupeau" de Jean Giono, on sait peu que c'est l'ouvrage qu'il a mis le plus de temps à écrire, et qu'il le plus travaillé et re-travaillé, parce qu'au final il a, somme toute, un rien disparu -à tort, selon moi- des titres-phares de Giono.
A en reparler un jour sur le fil had hoc  tchintchin  ?

Dans ma PAL, j'ai aussi la Main Coupée de Cendrars ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 19:38

Au commentaire de Shanidar si évocateur, j'ajouterais aussi celui où les soldats en cantonnement ne sont pas vraiment accueillis comme des héros, réduits à l'état de véritables mendiants pour se voir "louer" une cave infâme, malodorante, vétuste où ils doivent se parquer en achetant à la logeuse (si bien intentionnée) du vin ou d'autres produits à des prix exhorbitants, celle-ci leur rétorquant qu'ils leur coûtent cher et qu'ils détruisent tout....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 19:47

Et des moments bien drolatiques aussi dans ce fameux cantonnement où l'équipe à Volpatte était retranchée. Le vieux qui habitait là qu'ils ont pris pour un original légèrement délabré qui passait son temps à chercher un trésor aux abords de sa ferme. Finalement ils apprirent beaucoup plus tard que le vieux en question, il l'avait trouvé son foutu trésor !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaliz
Main aguerrie
Aaliz

Messages : 424
Inscription le : 07/11/2012
Age : 39
Localisation : Paris

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 20:39

darkanny a écrit:
Au commentaire de Shanidar si évocateur, j'ajouterais aussi celui où les soldats en cantonnement ne sont pas vraiment accueillis comme des héros, réduits à l'état de véritables mendiants pour se voir "louer" une cave infâme, malodorante, vétuste où ils doivent se parquer en achetant à la logeuse (si bien intentionnée) du vin ou d'autres produits à des prix exhorbitants, celle-ci leur rétorquant qu'ils leur coûtent cher et qu'ils détruisent tout....

Oui ! Comme j'ai été choquée de constater que des civils avaient fait du commerce sur le dos des poilus ! Quelle honte !
J'ai même relevé cette citation :

Citation :
La mégère se retourne, agressive :
- Vous ne voudrez pas qu'on se ruine à cette misère de guerre ! C'est assez de tout l'argent qu'on perd à ci et à ça.
- A quoi ? insiste Barque.
- On voit que vous n'risquez pas vot' argent, vous.
- Non, nous ne risquons que not' peau.

Beaucoup de passages m'ont marquée aussi comme celui où Poterloo raconte son escapade en zone occupée pour revoir sa femme, celui où Eudore raconte sa permission ( le pauvre !).
Barbusse brasse un peu tous les aspects de cette guerre. En retranscrivant le parler argotique, il rend son récit tellement vivant qu'on a l'impression d'être avec eux et c'est aussi, je pense, ce qui les rend si attachants pour le lecteur. Et toutes ces notes d'humour, certaines répliques sont vraiment drôles. C'est vraiment un récit touchant, marquant. J'ai presque envie de le relire.

_________________
" S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ..." (devise Shadoks)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://booksandfruits.over-blog.com
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 20:51

Aaliz a écrit:
darkanny a écrit:
Au commentaire de Shanidar si évocateur, j'ajouterais aussi celui où les soldats en cantonnement ne sont pas vraiment accueillis comme des héros, réduits à l'état de véritables mendiants pour se voir "louer" une cave infâme, malodorante, vétuste où ils doivent se parquer en achetant à la logeuse (si bien intentionnée) du vin ou d'autres produits à des prix exhorbitants, celle-ci leur rétorquant qu'ils leur coûtent cher et qu'ils détruisent tout....

Oui ! Comme j'ai été choquée de constater que des civils avaient fait du commerce sur le dos des poilus ! Quelle honte !
J'ai même relevé cette citation :

Citation :
La mégère se retourne, agressive :
- Vous ne voudrez pas qu'on se ruine à cette misère de guerre ! C'est assez de tout l'argent qu'on perd à ci et à ça.
- A quoi ? insiste Barque.
- On voit que vous n'risquez pas vot' argent, vous.
- Non, nous ne risquons que not' peau.

Beaucoup de passages m'ont marquée aussi comme celui où Poterloo raconte son escapade en zone occupée pour revoir sa femme, celui où Eudore raconte sa permission ( le pauvre !).
Barbusse brasse un peu tous les aspects de cette guerre. En retranscrivant le parler argotique, il rend son récit tellement vivant qu'on a l'impression d'être avec eux et c'est aussi, je pense, ce qui les rend si attachants pour le lecteur. Et toutes ces notes d'humour, certaines répliques sont vraiment drôles. C'est vraiment un récit touchant, marquant. J'ai presque envie de le relire.

A tout ce que tu soulignes Aaliz (humour, argot, vie réelle, pusillanimité...), il faut aussi ajouter le choix stylistique de Barbusse (un choix très dangereux) puisqu'il décide de relater au plus près la vie des poilus, leurs langages, leurs manières, leurs attitudes, tout en gardant la distance qu'impose sa différence de classe et qui lui permet d'avoir de temps en temps un regard porté sur la couleur du ciel, l'odeur de la terre, ses éventrations, la rigueur du vent et la manière dont ses hommes frustes vivent cette guerre. Sans jamais être clinique, puisqu'il vit avec eux, Barbusse donne de la vie des tranchées une vision sans misérabilisme et sans panache, au plus près des hommes, leurs odeurs, leurs horreurs, entre loustics et petits voleurs, hâbleurs ou tires aux flancs, la plupart sont de 'bons' gars plongés dans une horreur dont ils connaissent parfaitement l'aboutissement.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
darkanny

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 21:03

Je vous écouterais des heures...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaliz
Main aguerrie
Aaliz

Messages : 424
Inscription le : 07/11/2012
Age : 39
Localisation : Paris

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeMer 11 Déc 2013 - 23:41

shanidar a écrit:


A tout ce que tu soulignes Aaliz (humour, argot, vie réelle, pusillanimité...), il faut aussi ajouter le choix stylistique de Barbusse (un choix très dangereux) puisqu'il décide de relater au plus près la vie des poilus, leurs langages, leurs manières, leurs attitudes, tout en gardant la distance qu'impose sa différence de classe et qui lui permet d'avoir de temps en temps un regard porté sur la couleur du ciel, l'odeur de la terre, ses éventrations, la rigueur du vent et la manière dont ses hommes frustes vivent cette guerre. Sans jamais être clinique, puisqu'il vit avec eux, Barbusse donne de la vie des tranchées une vision sans misérabilisme et sans panache, au plus près des hommes, leurs odeurs, leurs horreurs, entre loustics et petits voleurs, hâbleurs ou tires aux flancs, la plupart sont de 'bons' gars plongés dans une horreur dont ils connaissent parfaitement l'aboutissement.

Tout à fait ! J'ai aussi été très impressionnée par l'habileté de Barbusse jonglant entre les dialogues en argot/langage courant et la narration littéraire avec des passages poétiques très intenses. Je crois d'ailleurs que ça lui a valu des reproches à l'époque. J'ai lu qu'un certain Jean Norton Cru avait vérifié et classé par ordre de fiabilité tous les récits-témoignages sur la guerre et il avait placé Le Feu parmi les moins fiables. Je n'ai pas réussi à trouver exactement pour quelles raisons, certains disent que les descriptions faites par Barbusse de certains aspects du combat de tranchées ne sont pas exactes, d'autres que Jean Norton Cru n'avait pas accepté le côté littéraire de l'oeuvre de Barbusse l'accusant d'édulcorer la réalité. Mais quand on lit justement le chapitre où un camarade de Barbusse vient le voir en lui demandant s'il a l'intention de rapporter fidèlement tous leurs propos y compris les gros mots, je me dis que ce reproche ne peut vraiment pas être justifié.
Je trouve que Le Feu est un très bel hommage rendu par Barbusse à ses camarades d'escouade entre témoignage et dénonciation de l'absurdité de la guerre.
Encore un livre qu'on devrait faire lire aux élèves de lycée.

_________________
" S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème ..." (devise Shadoks)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://booksandfruits.over-blog.com
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeJeu 12 Déc 2013 - 14:56

après tout ce que nous avons librement évoqué (et j'espère que nous n'avons pas fait fuir GGG !?!), je n'ai pas vraiment envie de me lancer dans un grand commentaire mais je vais laisser la parole à Barbusse. Je cite rarement un auteur, je trouve que c'est toujours compliqué et risqué de sortir un paragraphe de son contexte, mais la prose de Barbusse se prête aux découpages, sans doute grâce à son côté journalistico-poétique.

extrait de la page 197 a écrit:

Sur le terrain vague, sale et malade, où de l'herbe desséchée s'envase dans du cirage, s'alignent des morts. On les transporte là lorsqu'on en a vidé les tranchées ou la plaine, pendant la nuit. Ils attendent -quelques-uns depuis longtemps- d'être nocturnement amenés aux cimetières de l'arrière.

On s'approche d'eux doucement. Ils sont serrés les uns contre les autres ; chacun ébauche avec les bras ou les jambes un geste pétrifié d'agonie différent. Il en est qui montre des faces demi-moisies, la peau rouillée, jaune avec des points noirs. Plusieurs ont la figure complètement noircie, goudronnées, les lèvres tuméfiées et énormes : des têtes de nègres soufflées en baudruche. Entre deux corps, sortant confusément de l'un ou de l'autre, un poignet coupé et terminé par une boule de filaments.

D'autres sont des larves informes, souillées, d'où pointent de vagues objets d'équipement ou des morceaux d'os. Plus loin, on a transporté un cadavre dans un état tel qu'on a dû, pour ne pas le perdre en chemin, l'entasser dans un grillage de fil de fer qu'on a fixé ensuite aux deux extrémités d'un pieu. Il a été ainsi porté en boule dans ce hamac métallique, et déposé là. On ne distingue ni le haut, ni le bas de ce corps ; dans le tas qu'il forme, seule se reconnaît la poche béante d'un pantalon. On voit un insecte qui en sort et y rentre. 

et un dialogue pour montrer le fabuleux travail d'oreille de Barbusse :

extrait des pages 53-54 a écrit:

- On s'embête, dit Volpatte.
- On tient ! ronchonne Barque.
- Faut bien, dit Paradis.
- Pourquoi ? interroge Marthereau, sans conviction.
- Y a pas besoin d'raison, pis qu'il le faut.
- Y a pas d' raison, affirme Lamuse.
- Si, y en a, dit Cocon. C'est... Y en a plusieurs, plutôt.
- La ferme ! C'est bien mieux qu'y en aye pas, pis qu'i faut t'nir.
- Tout d' même, fait sourdement Blaire, qui ne perd jamais une occasion de réciter cette phrase, tout d' même, i's veul'nt not' peau !
- Au commencement, dit Tirette, j'pensais à un tas d' choses, j' réfléchissais, j' calculais; maintenant, j' pense plus.
- Moi non plus.
- Moi non plus.
- Moi j'ai jamais essayé. 

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitimeJeu 12 Déc 2013 - 15:12

shanidar a écrit:
après tout ce que nous avons librement évoqué (et j'espère que nous n'avons pas fait fuir GGG !?!),

Mais non  dentsblanches 
En lisant les extraits, je revois mon jugement et me dis que tout cela est plutôt engageant !
A mon avis, il va falloir que je finisse mes commentaires sur le fil mémoire défaillante  clown 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
Contenu sponsorisé




Henri Barbusse - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Henri Barbusse   Henri Barbusse - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Barbusse
Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: