Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Sigismund Krzyzanowski

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeLun 18 Avr 2011 - 12:04

Sigismund Krzyzanowski (1887-1950)



Sigismund Krzyzanowski  Krzyza10


Pas forcement beaucoup d’éléments d’information sur cet écrivain, qui n’a pas pour ainsi dire pas été publié de son vivant, et qui a vécu pendant une période troublée. Même sa tombe est semble-t-il introuvable. La présentation qui suit est plus ou moins un résumé de la présentation de l’auteur faite sur le site de son éditeur français, Verdier.


Il naît à Kiev, d’un père comptable, et fait des études de droit. Ses études lui prennent semble-t-il beaucoup de temps, et il les termine en 1912 par une tournée d’universités européennes (Paris, Heidelberg, Milan). Il semble avoir été polyglotte.

En 1914 il rentre dans un bureau d’avocat, on perd sa trace pendant la guerre, il réapparaît en 1919 à Kiev, donnant des conférences au Conservatoire Dramatique ou à l’Institut musical, se faisant connaître des milieux intellectuels. Il part en 1922 à Moscou, où il survit difficilement, il donne quelques conférences, écrit quelques articles, mais dès 1925 la censure rejette ses textes.

En 1950, suite à une attaque, il perd l’usage de l’alphabet, et meurt à la fin de la même année d’une crise cardiaque.

Il est découvert et édité par le russe Vadim Perelemouter, écrivain et historien de la littérature, et depuis traduit dans plusieurs langues, dont les éditions Verdier en France, depuis le début des années 90.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeLun 18 Avr 2011 - 12:05

Souvenirs du futur


Nous suivons le personnage principal, Maximilien Sterer, dans sa découverte et sa lutte avec le temps. Fasciné dès l’enfance par ce concept, il va tenter de le maîtriser, en construisant une machine qui lui permettrait de l’utiliser à sa guise, mais d’une certaine façon d’une façon plus conceptuelle que vraiment utilitariste. Mais le temps a plus d’un tour dans sa manche, et semble s’ingénier à déjouer les efforts de Max, aussi bien en faisant intervenir l’histoire (guerre, révolution…) que des moyens plus subtiles. Max arrive à faire un voyage grâce à sa machine, mais ne gagne pas pour autant.

Etrange livre à la mesure de cet étrange écrivain (j’avais déjà lu il y a fort longtemps Le marque-page, un recueil de nouvelles). Les références pleuvent, que ce soit sur la quatrième de couverture ou ailleurs. Welles et La machine à explorer le temps, certes, mais Krzyzanowski est infiniment plus complexe, ce n’est pas un exploit technique qui l’intéresse, ni la connaissance du futur en tant que tel, rien d’utilitariste ni de pragmatique, mais plutôt l’aspect métaphysique de la démarche, le questionnement sur ce qu’est le temps et quel est notre rapport avec lui. Ce qui n’empêche pas par moments le livre d’être une grande précision factuelle, de décrire l’enfant Max, ces rapports avec le monde, et aussi la société post-révolutionnaire. Pas grand-chose en apparence, juste un petit détail, mais qui sonne tellement juste, qui est une sorte de quintessence, et qui rend compte avec une économie de moyens extraordinaire. C’est une prose au millimètre près, rien de trop, mais tout a un sens, chaque mot signifie, c’est profondément pensé et senti. Un étrange voyage, aux confins du temps, des limites de notre compréhension, mais aussi de notre capacité à rêver le monde, à le vouloir autre que ce que les apparences laissent supposer de prime abord. Une façon aussi de voir le monde tangible devenir moins tangible, mais d’une certaine façon plus réel en même temps.

Un auteur d’une très grande originalité, qui a un univers dense et très personnel servi par une magnifique écriture, et une conception du monde d’une infinie complexité.


_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)


Dernière édition par Arabella le Mar 19 Avr 2011 - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeLun 18 Avr 2011 - 23:19

Arabella a écrit:
Un auteur d’une très grande originalité, qui a un univers dense et très personnel servi par une magnifique écriture, et une conception du monde d’une infinie complexité.

Hmm... c'est bien intriguant tout ça, je sens que je vais me pencher sur le bonhomme !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 8:21

Tu cours peu de risques en t'y penchant car c'est en principe très court. Je serais d'ailleurs curieuse de voir comment tu t'y prends pour faire un commentaire, parce que c'est tellement difficile à résumer, parce qu'un résumé factuel passe à côté du plus important, les petites phrases ou bouts de phrases qui suggèrent, qui ouvrent des horizons.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 8:28

Très tentant tout ça, je le note également Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 12:52

Ça intrigue en tout cas. Je note.

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 19:44

Je vous imagine tous les trois entrain de demander à votre libraire préféré un livre de Sigismund Kzryzanowski. En fait vous le prononcez comment ? dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 20:14

Arabella a écrit:
Je vous imagine tous les trois entrain de demander à votre libraire préféré un livre de Sigismund Kzryzanowski. En fait vous le prononcez comment ? dentsblanches

Tu essayes de nous tromper, là.
Parce que ce n'est pas Kzryzanowski, mais Krzyzanowski !
Ca n'est vraiment pas pareil !

(je m'en suis rendu compte en faisant un copier/coller, ça ne ramenait rien sur le site des bibliothèques...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 20:55

Tu as parfaitement raison, Kzrynanowski ça n'a rien à voir avec Krzyzanowski. dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 21:21

Je me souviens de son nom qui me fait grincer de dents et que je tape lettre après lettre...
Par contre j' ai oublié le livre que j' ai lu de lui, sans doute Estampillé Moscou...
A revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeMar 19 Avr 2011 - 23:00

Arabella a écrit:
Je vous imagine tous les trois entrain de demander à votre libraire préféré un livre de Sigismund Kzryzanowski. En fait vous le prononcez comment ? dentsblanches

Je donnerais le titre du livre !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeJeu 2 Juin 2011 - 18:36

Le Marque-page. Collection Slovo. Verdier. 160 pages.Nouvelles traduites du russe par Catherine Perrel et Elena Rolland-Maïski. Introduction d'Hélène Châtelain.
Le recueil comporte 6 nouvelles.
1/ Le Marque-page. 1927. 45 pages.
Citation :
"L'autre jour, comme j'examinais mes vieux livres et mes manuscrits rangés en piles étroitement ficelées, il se glissa de nouveau sous mes doigts : un corps plat, tendu de soie bleu pâle, piqué de broderies et terminé par une traîne à deux pointes. Nous ne nous étions pas revus depuis longtemps, mon marque-page et moi. Les événements des dernières années avaient été si peu livresques qu'ils m'avaient emporté loin des armoires pleines à craquer de significations jadis herborisées." (p.15).
Quelle lecture partager avec son vieil ami ? Aucun livre ne semblait convenir...
Citation :
"Je détachai les yeux des rayonnages et tentai de me souvenir : les lourds camions littéraires de ces dernières années roulant à vide traversèrent avec fracas ma mémoire. Encore une fois, pas de place pour mon marque-page. Un peu agacé, de long en large d'abord, puis les mains enfilées dans les manches du manteau : mon habituelle promenade vespérale." (page 17).
Et notre narrateur tombe sur un attrapeur de thème : un bonhomme qui part de n'importe quoi, une corniche, un copeau..., et il en fait une petite histoire vraiment intéressante, ça paraît magique (bien sûr que Sigismung Krzyzanowski a dû y passer plus qu'une seconde, mais l'effet est là : l'histoire semble jaillir spontanément).
Il parle d'un chat qui va rester coincé sur une corniche.
Citation :
"Le réflexe de la peur le hisse sur l'appui de la fenêtre - grande ouverte - après quoi il se laisse glisser sur ce rebord justement. L'exposition est terminée. D'ailleurs quelques retouches ne seraient pas inutiles. Rien de plus facile. On tire la maison par les cheminées : de quatre à trente étages. On rétrécit les rues, on tisse dans l'air la toile d'araignées des fils électriques, et, en bas, sur l'asphalte de la ville géante lustrée par les pneus, on lâche le tourbillon des centaines de milliers de voitures, et une foule de piétons pressés, le regard rivé au sol : des businessmen." (page 23).
L'objet, la chose vue, donne le titre de la nouvelle que le chasseur de thèmes développe sur-le-champ, et du titre naît l'histoire.
Citation :
"Si je voulais écrire sur celui qui tend sa gorge vers une corde ou une lame tranchante, je donnerais au récit ce titre archi-prosaïque : Arrêt facultatif." (page 30).
L'auteur s'en amuse, d'ailleurs. L'attrapeur de thèmes va raconter une histoire que quelqu'un lui a racontée, et il dit : "Il y a des choses qui ne s'inventent pas." (page 45).
Citation :
"A nouveau, nous marchions côté à côté dans les rues désertes des banlieues. Un pe plus tard, les parallèles lisses des rails de tramway vinrent à notre rencontre. Et soudain, tout contre mon épaule, un murmure :
- Si deux parallèles se croisent à l'infini... tous les trains qui partent pour l'infini courent à la catastrophe." (page 49).
Lorsque le narrateur revient chez lui, il a du mal à dormir :
Citation :
"Ce n'est que vers minuit que le signet noir du sommeil vint se poser entre un jour et un autre." (page 58).
Très bonne nouvelle.

2/ La superficine. 1926. 14 pages.
Notre héros, Soutouline, vit dans une boîte d'allumettes, ou quasiment : huit mètres carrés. Une petite pièce d'un appartement communautaire. Un jour, on frappe à sa porte. Le visiteur propose à notre héros un tube de superficine. Mais qu'est-ce donc ?
Citation :
"Alors voilà on a inventé (c'est encore un secret), un procédé pour faire grandir les pièces. Intéressant, n'est-ce pas ?" (page 62).
Pas de pacte satanique ici :
Citation :
"Le prix ? Voyons, gratis ! Juste pour la réclame." (page 62).
On ne dira bien sûr pas ce qu'il va arriver, à part que, bien sûr, le tube est très efficace !

3/ Dans la pupille. 1927. 39 pages.
Notre héros et sa copine se regardent dans les yeux...
Citation :
"Et c'est à ce moment-là qu'est apparue une troisième personne : il s'agissait d'un bonhomme minuscule qui me fixait depuis sa pupille, de mon doble miniaturisé qui s'était glissé là-bas. Le peti homme a répondu poliment Mais les yeux se sont détournées [...]" (page 76).
Comme dans Le Marque-page - et on se rend compte que c'est une caractéristique de quasiment toutes les nouvelles de ce recueil - , il y a en somme plusieurs histoires. Une nouvelle originale (on ne sait jamais ce qui va se passer), bien qu'un petit peu longue.

4/ La treizième catégorie de la raison. 1927. 10 pages.
Citation :
"C'est toujours la même chose : on commence par rendre visite à ses amis puis, quand le corbillard les emmène, on rend visite à leurs tombe." (page 115).
Le narrateur se rend donc au cimetière, et il discute avec le fossoyeur, qui a des histoires très curieuses à raconter.
Une petite nouvelle. Souvent, les dernière phrases des nouvelles de Krzyzanowski sont bien. Ici (je ne gâche rien, je crois) :
Citation :
"Puis, j'ai franchi le portail en pensant que le grand Léonard avait raison quand il disait que les taches de moisissure sont parfois plus riches en enseignement que les oeuvres d'un grand maître." (page 124).

5/ La métaphysique articulaire. 1935. 15 pages.
Sur un formulaire, à la question : "En quoi consiste le but de votre vie", quelqu'un répond "me mordre le cou". C'est le début de cette histoire délirante, basée sur un proverbe russe (c'est expliqué par l'une des traductrices) : "Ton coude est tout près, mais le mordre tu ne pourras jamais".
Citation :
"Le questionnaire fut transmis pour éclaircissements au secrétaire ; puis le secrétaire le soumit aux lunettes rondes à mouture noire du rédacteur." (pages 125-126).
On dépêche un reporter pour comprendre ce que signifie ce formulaire, le n°11 111.
Le lecteur assiste à la montée du coudisme, à un spectacle de cirque, à la gloire du n°11 111, et à tant de choses encore... Un bon délire très réjouissant.

6/ La houille jaune. 1939. 20 pages.
Une nouvelle qui tombe bien, vu la sécheresse qui arrive.
Citation :
"Sous l'action conjuguée des guerres et des éléments la planète s'était mise à dilapider toutes ses énergies. Les puits de pétrole avaient tari. La puissance énergétique des houilles noire, blanche, bleue et verte diminuait de jour en jour. Une sécheresse sans précédent, multipliant les équateurs par dix, avait, semblait-il, désorienté la terre exténuée." (page 141).
Il faut trouver une nouvelle source d'énergie. Le professeur Lekr, observant la mauvaise humeur générale, a une idée géniale. "Mon projet est simple : je propose d'utiliser l'énergie de la haine partagée entre un grand nombre d'individus." (page 145).
Comme dans la nouvelle précédente, Sigismund Krzyzanowski (à force d'écrire son nom, peut-être un jour n'aurai-je pas besoin de le recopier) va jusqu'au bout des implications de son idée.

Un excellent recueil de nouvelles, très bien écrites, originales, loufoques, étonnantes, burlesques ou poétiques.


Dernière édition par eXPie le Jeu 2 Juin 2011 - 18:41, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeJeu 2 Juin 2011 - 18:37

Adaptation de la nouvelle "La superficine" (Kvadraturin), par Valeri Kojine (2010). 6 minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeJeu 2 Juin 2011 - 20:09

Pas mal du tout ce petit film. Merci.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitimeJeu 30 Juin 2011 - 14:29

Le Marque-page

C'est énorme. Tellement ingénieux, drôle, ludique et en même temps désespéré. Krzyzanowski prend des histoires qu'il enchâsse les unes dans les autres à la manière des poupées russes, laissant un vertige au lecteur et l'impression que quoi qu'il veuille dire il le dit jusqu'au bout, jusqu'à l'absurde. C'est délirant, extraordinairement moderne, inventif et intelligent.

J'ai particulièrement aimé Dans la pupille car comme tous les amoureux je me suis un jour vue dans l'oeil de l'autre (avec un certain effroi et une certaine cocasserie) et que souvent le diamant de l'amour se transforme en charbon ou en oubli plus vite qu'on ne le voudrait. La métaphysique articulaire et La houille jaune entrainent le lecteur dans un réjouissant et intriguant jeu de l'esprit, jusqu'à démontrer l'absurdité des hommes sans pathétique mais sans désinvolture.

Réjouissant !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Sigismund Krzyzanowski  Empty
MessageSujet: Re: Sigismund Krzyzanowski    Sigismund Krzyzanowski  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Sigismund Krzyzanowski
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature russe-
Sauter vers: