Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ossip Mandelstam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Ossip Mandelstam   Dim 24 Avr 2011 - 18:30



Ossip Mandelstam
Poète russe (1891-1938)

« Un corps m’est échu. Qu’en ferai-je enfin,
Tellement entier et tellement mien ?
La douce joie de vivre et respirer,
D’où me vient-elle, et qui en remercier ? »
Ossip Mandelstam


« Un corps était échu à Ossip Mandelstam, un corps de vivant, fragile et désirant. Un corps passionnément parlant, bruissant de mots, de musicalité. Mais ses mots ont déplu, ils avaient l’insolence de la sagacité, de la justesse, de la mélancolie et de l’humour mêlés, et outrageusement celle de la liberté.
[...] Il a été condamné au silence et à l'exil, persécuté, réduit à la misère, et finalement envoyé en déportation. C'est au coursde son transfert vers la Kolyma, dans le camp de transit de Vtoraïa Retchka, aux portesde Vladivistok, que son corps qui n'était plus ni entier ni sien tant il était exténué, a perdu "la douce joie de vivre et respirer" dont il ne lui restait plus que des miettes. Il avait 47 ans. Sa dépouille a été jetéedans une fosse commune."»

(Sylvie Germain, dans Le monde sans vous.)


"En me privant des mers, de l'élan, de l'envol,
Pour donner à mon pied l'appui forcé du sol,
Quel brillant résultat avez-vous obtenu:
Vous ne m'avez pas pris ces lèvres qui remuent."
Ossip Mandelstam



"Un homme meurt. Le sable chaud se refroidit,
Et sur une civière noir le soleil d'hier est porté.

Dire ton nom est plus dur que soulever une pierre.
Il ne me reste qu'un seul souci sur terre,
Un souci d'or: porter le poids du temps."
Ossip Mandelstam



"Ma fatigue de vivre est mortelle
Et je ne veux plus rien de la vie,
Mais j'aime cette terre meurtrie
Car je n'en connais pas d'autre."
Ossip Mandelstam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Dim 24 Avr 2011 - 20:20

L'esthétique pure et le raffinement de sa poésie en font un auteur totalement à part, bien qu'elle puisse être rapprochée de celle de Tutchev ... ayant quelques-uns de ses poèmes en réserve, je me permettrai de t'accompagner sur ce fil, Coline ... bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Dim 24 Avr 2011 - 22:40

Constance a écrit:
je me permettrai de t'accompagner sur ce fil, Coline ... bonjour

J'avoue que je comptais un peu sur toi... Very Happy ...et quelques autres qui ont posté déjà des poèmes de Mandelstam (d'ailleurs je croyais qu'il avait déjà son fil lorsque j'ai voulu poster ce soir)...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tom léo
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2698
Inscription le : 06/08/2008
Age : 53
Localisation : Bourgogne

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Dim 24 Avr 2011 - 22:56

Par beaucoup de Russes il est considéré comme le plus grand poète du XX ième siècle... J'aime tout ce que tu cites, coline! Merci!

coline a écrit:


« Un corps m’est échu. Qu’en ferai-je enfin,
Tellement entier et tellement mien ?
La douce joie de vivre et respirer,
D’où me vient-elle, et qui en remercier ? »
Ossip Mandelstam


Là, c'est pour moi presque comme un clin d'oeil à la fête pascal d'aujourd'hui - merci!

Je profite pour rappeler l'existence d'un livre remarquable de Robert Littell sur la vie d'Ossip Mandelstam. A plusieurs nous l'avons présenté ici:

http://parfumdelivres.niceboard.com/t4316-robert-littell?highlight=robert+littell
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Dim 24 Avr 2011 - 23:06

Si vous voulez vraiment en savoir plus sur Mandelstam, il faut lire le témoignage de sa femme, Nadejda Mandelstam :Contre tout espoir.

C' est un livre bouleversant et magifique.
J' avais dit à Alexandre Zinoviev qu' elle était aussi grande
que lui et peut etre davantage...Il semblait assez d 'accord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Lun 25 Avr 2011 - 0:11

Je me souviens avoir feuilleté, avec beaucoup de plaisir, Les Poèmes de Moscou (1930-1934) à la bibliothèque.

Je reviendrai sur le fil.

Citation :
La mendiante



Tu n'es pas mort encore, tu n'es pas seul encore,

Tant que pour toi, pour toi et ton amie-mendiante,

Tu vis la majesté des plaines, l'immensité,

Tu vis la faim, la brume et les tempêtes de neige.

Fastueuse la pauvreté, grandiose la misère,

Tu vis seul, paisiblement et sereinement,

Tous ces jours et ces nuits entre tous sont bénis,

Et, le mélodieux labeur, si innocent.

Mais, malheureux celui qu'un aboiement effraie

Comme son ombre, et que le vent de l'hiver, fauche,

Et, misérable celui qui à peine vivant

Demande à son ombre, un peu de charité.



Traduit par Serge Venturini


Avec ces poèmes, comme avec ceux de langue étrangère, mais plus peut-être avec cet auteur, se pose la question de la traduction. J'ai choisi celle de Venturini, mais d'autres traductions donnent une vision bien différente du poème.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Lun 25 Avr 2011 - 12:29

bix229 a écrit:
Si vous voulez vraiment en savoir plus sur Mandelstam, il faut lire le témoignage de sa femme, Nadejda Mandelstam :Contre tout espoir.


Merci de vos apports divers...J'ai décidé de me pencher un peu plus sur ce poète...

A Nadedja Mandelstam nous devons de pouvoir lire aujourd'hui les poèmes de son époux. Elle les avait appris par cœur. Heureusement! Car tout a été brûlé des écrits de Ossip Mandelstam sur ordre de Staline.

A propos des [b]Poèmes de Moscou
:
comme si le dernier fragment traduit venait à peine d’être proféré ; poésie chaude, vibrante, à laquelle le fait d’avoir été sauvée en partie par l’amour d’une femme, par l’effort de mémoire auquel celle-ci a consacré son existence, confère en quelque sorte ce vibrato, ce tremblé de la voix, cette ferveur de la déclamation qui donnent vie à toute parole.
(Jean Marie Barnaud sur Remue.net)



La poésie de Mandelstam s'est faite politique, ainsi dans ces lignes qui lui valurent les camps et la mort:

Nous vivons sans sentir sous nos pieds de pays,
Et l'on ne parle plus que dans un chuchotis,
Si jamais l'on rencontre l'ombre d'un bavard
On parle du Kremlin et du fier montagnard,
Il a les doigts épais et gras comme des vers
Et des mots d'un quintal précis: ce sont des fers!
Quand sa moustache rit, on dirait des cafards,
Ses grosses bottes sont pareilles à des phares.
Les chefs grouillent autour de lui, la nuque frêle.
Lui, parmi ces nabots, se joue de tant de zèle.
L'un siffle, un autre miaule, un autre encore geint...
Lui seul pointe l'index, lui seul tape du poing.
Il forge des chaînes, décret après décret!
Dans les yeux, dans le front, le ventre et le portrait.

De tout supplice sa lippe se régale.
Le Géorgien a le torse martial.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Lun 25 Avr 2011 - 18:04

Après deux relectures des 32 pages du fil "Coup de coeur poétique" :3 ... (notre joyeux bric à brac Very Happy ), à moins qu'il n'ait échappé à ma vigilance, je n'ai trouvé aucun poème de Mandelstam ... avec le recul que confère cette lecture, quelques poètes de ce fil auraient mérité la création un fil spécifique ... sourire










Photo prise lors de sa première arrestation en 1934




Pour la gloire à venir, la gloire héréditaire,
La haute lignée des humains,
J'aurai perdu ma coupe à la table des pères,
La gaieté, l'honneur, tout enfin ...


Le siècle, loup-cervier, bondit sur mes épaules ...
Ô siècle, je ne suis point loup et je t'en prie,
Comme on fourre un bonnet dans une manche molle,
Mets-moi sous ta pelisse au chaud en Sibérie.


Cache à mes yeux la boue aux lâchetés cruelles,
Ainsi que cette roue aux sanglants ossements,
Pour que je voie, en leur splendeur originelle,
Les chiens bleus consteller l'immense firmament.


Emporte-moi là-bas où coule l'Iénisséi,
Où vers l'étoile d'or un haut sapin s'allonge,
Car je n'ai pas la peau d'un loup et je ne sais
Sans déformer ma bouche énoncer des mensonges.



(Dernier poème rapporté en Europe occidentale par une amie)

Anthologie de la poésie russe, traduction Katia Granoff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Lun 25 Avr 2011 - 18:32

Constance a écrit:
Après deux relectures des 32 pages du fil "Coup de coeur poétique" :3 ... (notre joyeux bric à brac Very Happy

C'est curieux...J'aurais juré pourtant...Merci Constance ! content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Lun 25 Avr 2011 - 19:16

coline a écrit:
Constance a écrit:
Après deux relectures des 32 pages du fil "Coup de coeur poétique" ... (notre joyeux bric à brac Very Happy

C'est curieux...J'aurais juré pourtant...Merci Constance !

Peut etre dans Un bon début... J' avais cité le début d' un récit du recueil La Rage littéraire :

Je me rappelle bien les années encloses de la Russie, les années 90, leur lent affaissement, leur calme maladif, leur provincialisme des fins fonds, eau dormante, dernier refuge du siècle agonisant.
Bavardages sur Dreyfus au thé du matin, évocations des colonels Esterhazy et Picquart, dicussions brumeuses au sujet de je ne savais quelle Sonate à Kreutzer et changements de chefs d' orchestre au dominant pupitre de la gare vitrée de de Pavlovsk, qui prenaient à mes yeux l' importance
d' un changement de dynastie.
Marchands de jornaux figés au coin des rues sans un cri, sans un mouvement, gauchment cloués à leur trottoir, fiacres étriqués avec le strapontin pour le troisième.
L' une dans l' autre, les années 90 s' agencent dans mon esprit à partir d' images éparses, mais intérieurement reliées par la douce indigence et le provincialisme souffreteux, condamné à l' avence,
d' une vie sur le déclin.

Musique à Pavlovsk

Curieusement, je trouve que la poésie de Mandelstam passe mieux en français dans ses textes en prose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odrey
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1958
Inscription le : 27/01/2009
Age : 39

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Lun 25 Avr 2011 - 22:37

Citation :
A propos des [b]Poèmes de Moscou:
comme si le dernier fragment traduit venait à peine d’être proféré ; poésie chaude, vibrante, à laquelle le fait d’avoir été sauvée en partie par l’amour d’une femme, par l’effort de mémoire auquel celle-ci a consacré son existence, confère en quelque sorte ce vibrato, ce tremblé de la voix, cette ferveur de la déclamation qui donnent vie à toute parole.
(Jean Marie Barnaud sur Remue.net)

Oh! Jean-Marie Barnaud a été mon prof de français au lycée! Très bon prof d'ailleurs.

Je ne connaissais pas Mandelstam mais vous me donnez envie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Lun 25 Avr 2011 - 23:22

odrey a écrit:
Oh! Jean-Marie Barnaud a été mon prof de français au lycée! Très bon prof d'ailleurs.

Ah...ça...il devait être passionnant!...J'adore l'écouter...
Il a son fil sur Parfum de Livres! ici!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Mer 27 Avr 2011 - 9:51



J'écoute une musique intense,
A mes yeux s'ouvre l'Infini.
Le vol des oiseaux de minuit
Traverse en planant le silence ...


Simple comme le ciel uni,
Et pauvre comme la nature,
Ma liberté m'est plus obscure
Que la voix des oiseaux de nuit.


Là-haut, blafard dans les étoiles,
Brille un croissant blême et languide;
Oui, je le fais mien, ô Grand Vide,
Ton univers étrange et pâle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Jeu 12 Mai 2011 - 10:05






Pourquoi mon âme est si sonore ?
Pourquoi si peu de mots charmants ?
Le rythme passe en coup de vent,
S'évanouit en météore.


Il lève les papiers légers
Dans un nuage de poussière
Puis, sans retour passe, éphémère
Ou bien revient, mais tout changé.


Pareil au vent du large, Orphée
S'éloigne au pays de la mer ...
Je berce une terre de fées
Où le "moi" s'oublie et se perd.


Au fond d'une forêt de fable,
Je trouve une grotte d'azur ...
Est-ce un jeu ? Suis-je véritable
Et mortel ? Est-ce vraiment sûr ?


1911
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
animal
Tête de Peluche
avatar

Messages : 31549
Inscription le : 12/05/2007
Age : 36
Localisation : Tours

MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   Dim 20 Mai 2012 - 14:36

Pas évident de laisser un mot sur le Bruit du temps.

Souvenirs de jeunesse mais pas tout à fait, un rapport de deux mondes une image d'Épinal de la Russie et une moderne et politique, révolutionnaire, concrète, palpable, des ombres qui se recoupent : famille, amis, personnalités, professeur. Une distance ironique, un flou léger comme un trop plein de lumière tellement l'écriture est précise.

En parlant de presque tout sauf de lui-même dans cette série de courts textes autobiographiques il rend une situation très présente, la sienne, ce qui pourrait être des circonstances de sa construction morale.

Très vif, sagace, prémédité. Notamment dans le rapport teigneux à la littérature et à des facilités d'esprit, d'imagerie en fait.

ça mérite d'être laissé à reposer.

_________________
Je suis snob, j'ai lu un Mickey Spillane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ossip Mandelstam   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ossip Mandelstam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: