Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 [BD] David Vandermeulen

Aller en bas 
AuteurMessage
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeMar 22 Fév 2011 - 11:02

[BD] David Vandermeulen Aa158
Citation :
BIOGRAPHIE
David Vandermeulen est un auteur pour le moins atypique. Né en 1968 à Bruxelles, il est l'un des représentants de l'Underground belge. Après avoir été renvoyé à deux reprises de différentes écoles d'Art, il fonde le café concert "Le Galactica" où il organise plusieurs expositions et pièces de théâtre. Cet endroit devient rapidement un haut lieu de la culture Underground belge. David se lance en 1997 dans la bande dessinée, sa passion de toujours, en créant sa propre structure éditoriale, "Clandestine Books" où il publie ses premiers albums. C'est à cette époque qu'il devient un auteur régulier du magazine " Ferraille " et imagine le personnage de Monsieur Vandermeulen, un vieux pédagogue Vieille-France, avatar avec lequel il a écrit de nombreux ouvrages destinés à la jeunesse perdue, comme le manuel scolaire " Littérature Pour Tous " paru aux éditions 6 pieds sous terre. On connaît aussi son " Initiation à l'ontologie de Jean-Claude Van Damme ou Le concept aware, la pensée en mouvement ". Il publie également divers autres albums pour les éditions Les Requins marteaux, mais " Fritz Haber " est son projet le plus ambitieux à ce jour.
source: Editeur


Fritz Haber Tome 3 : Un vautour, c’est déjà presque un aigle… (2010)

[BD] David Vandermeulen Fritz3

Résumé :
Citation :
« 1915 fut pour Fritz Haber une année fatidique, lorsque le 22 avril il lança son ordre de lâcher la première attaque aux gaz sur le front belge. 1915 fut aussi pour ses amis et "coreligionnaires" comme Einstein, Walter Rathenau ou encore Haim Weizmann, l'année de toutes les contradictions. Empêtrée dans le plus terrible des conflits internationaux, embrumée dans les miasmes d'une idéologie nationaliste ainsi que par un antisémitisme nouvellement exacerbé, la diaspora juive occidentale se voit contrainte de se remettre en question face à une Allemagne et une Europe mues par un romantisme frelaté.

Malgré leur profond sentiment d'appartenance à la nation allemande, Haber ainsi que les grandes figures intellectuelles juives qu'il fréquentait furent, lors des premiers signes d'enlisement du conflit, assimilés à une ploutocratie cosmopolite antinationale ne songeant qu'au profit. Ce troisième tome s'attarde sur cette funeste année 1915, où un certain esprit allemand voyait l'héroïsme de ses aigles corrompu par des vautours entraînant la patrie vers sa perte. »

Je ne sais pas du tout si cela porte préjudice à la lecture de cet album mais j’ai découvert la série Fritz Haber avec ce tome, troisième du nom…
Je n’ai pas senti de manque particulier. A mon avis, la lecture peut se faire indépendamment de celle des précédents tomes, même si je pense que les deux précédents épisodes permettent une meilleure compréhension de ce troisième.
Malgré tout, j’ai bien ressenti le manque de Wikipédia à portée de main lors de cette lecture… :face : (site que j’ai dû consulter a posteriori lorsque j’avais l’occasion de descendre dans la salle wifi… :humeur : ) Beaucoup de notions historiques sont nécessaires pour comprendre toutes les références faites dans les dialogues entre les personnages… La lecture de cet album est une lecture exigeante. Elle demande des prérequis ou des recherches, histoire de comprendre ce qu’est le mouvement völkisch, l’Organisation Consul, la BASF, ou qui sont Romain Rolland, Walter Rathenau ou encore Adolf Roth…
Bref, pas de BD-divertissement dans ce Fritz Haber mais plutôt de la BD-documentaire. Le style lui aussi se veut sobre et à l’image des années évoquées… Ambiance sépia et cinéma muet, sans phylactères mais avec des textes rapportés en bas des cases ou dans des cases à part, à la manière des titrages des films muets.

[BD] David Vandermeulen Fritz_haber_inside1

A ce sujet, un extrait d’une critique réalisée par Sud-Ouest : ICI

Citation :
Par sa technique picturale étonnante : l'auteur, tout en produisant une image très réaliste, utilise une encre sépia pour apporter des contours flous. Il emploie l'eau de javel pour diluer les tons et les formes. Ce procédé donne au dessin la consistance d'une photographie ancienne tout en force et en contraste.

Et David Vandermeulen, s’expliquant sur les raisons d’un tel choix :

Citation :
[…] J'aime le cinéma expressionniste allemand qui n'est plus vraiment à la mode. Cela apporte une autre temporalité, il faut du temps pour comprendre. Je voulais une BD qui se lise lentement, à contre-courant de cette consommation rapide qui s'est généralisée.

Ce troisième tome est également largement ponctué de références littéraires, culturelles et politiques. Plusieurs pages s’inspirent par exemple des Nibelungen qui coupent l’histoire et la narration en lui donnant un souffle qui permet au lecteur de mieux replonger dans la frénésie de l’année 1915 sitôt ce court répit accordé.

A ce sujet, un extrait d’un article de Rue 89 : ICI

Citation :
Album plus chronologique que les précédents, « Fritz Haber III » reste néanmoins fidèle à l'une des spécificités narratives de la série : au gré des pages, des dessins restituant des scènes des Nibelungen (les nains des légendes germaniques) interrompent le récit. Ce film muet de Fritz Lang, réalisé en 1924, retrace l'épopée médiévale du même nom qui met en scène les exploits du blond Siegfried, détenteur du trésor des Nibelungen.

Citation :
« Le lecteur comprendra dans les prochains épisodes pourquoi ces extraits traversent la série. Dans ce troisième tome, il y a plus de pages qui sont consacrées aux Nibelungen, tout simplement parce que les scènes que je voulais montrer étaient plus longues. J'ai pris mon temps pour les dessiner, par pur plaisir. Ces images constituent des annonces pour la suite, qui donnera plus de place aux moments poétiques. »

[BD] David Vandermeulen Fritz_haber_vignette

Chaque début de chapitre est accompagné d’une citation d’un écrivain, d’un homme politique ou d’un scientifique allemand plus ou moins contemporain de l’époque, et qui enrichit encore la compréhension du chapitre à venir et de l’évolution historique et politique du pays.

« Peu importe la femme, peu importe l’enfant,
J’ai bien d’autres soucis en tête.
Qu’ils aillent mendier, si la faim les tenaille,
L’Empereur, mon Empereur, prisonnier. »

Heinrich HEINE

« Ainsi va le monde : personne ne sait ce qu’on pourra faire un jour des choses. L’ouvrier qui a posé ces vitres ne pensait assurément pas que le plomb pourrait causer un violent mal de tête à l’un de ses arrière-neveux (et quand mon père m’engendra, au diable s’il se demande qui, des oiseaux du ciel ou des vers de la terre, mangerait ma carcasse !) »
Goethe, Götz de Berlichingen

Quant au style de l’écriture en lui-même, les dialogues sont brefs, percutants, mais s’autorisent quelques fois de très beaux passages un peu plus imagés, vecteurs d’émotions intenses qui s’accordent à merveille avec le dessin et l’ambiance de l’album.
Je vous laisse avec ces deux petits extraits…

« Seuls quelques rares buissons retiennent encore de petits halos de gaz fluorescents. Un épouvantable silence s’impose. Dans le no man’s land, on n’entend plus que les bottes allemandes foulant et écrasant la mort. Partout l’on découvre des cadavres d’oiseaux, de lapins, de taupes, de rats ; tous ces animaux qui, pour mourir, ont quitté leurs repaires. »

« C’est dans une époque comme la nôtre que l’on voit à quelle triste espèce animale nous appartenons ! Tout cet héroïsme sur commande me paraît si vil et méprisable… Je préfèrerais être taillé en pièce plutôt que de prendre part à cette abomination ! Le nationalisme allemand est une maladie infantile, c’est la rougeole de l’humanité ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: Re: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeMar 22 Fév 2011 - 11:07

merci Colimasson pour cette présentation exhaustive. Le dessin donne envie et l'Histoire de cette époque m'intéresse, je vais donc partir à la recherche de cette BD !

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: ajout   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeMar 22 Fév 2011 - 11:27

Et si tu commences par le tome 1, tu me diras s'il est important de suivre l'ordre chronologique des épisodes pour mieux comprendre le troisième... What a Face Laughing

Contente en tout cas que ça t'ait donné envie ! content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeMar 15 Mar 2011 - 15:08

Fritz Haber Tome 1 : L’esprit du temps (2005)

[BD] David Vandermeulen 20060220230820_t1

Présentation de l’éditeur :
Citation :
Fritz Haber est la première biographie en français jamais consacrée à un personnage clé de la science et de l’histoire contemporaines, et qui reste étrangement méconnu en France.

Dans les dictionnaires, Haber n’est référencé que pour son prix Nobel de chimie reçu en 1918, pour la mise au point d’une synthèse industrielle de l’ammoniac qui a donc permis la production massive d’engrais agricoles.

Ce que les dictionnaires ne disent pas, c’est qu’Haber reçut son Nobel sous les huées du public : quelques années auparavant, il avait aussi inventé les gaz de combat pour l’armée allemande.

Homme d’une gigantesque ambition et juif en proie au fort racisme de son époque, il choisit de se convertir au protestantisme pour assouvir sa soif de pouvoir. Nationaliste convaincu, il mit ainsi sa science au service de l’armée allemande et participa aux premiers pas du conglomérat I.G. Farben.
Source : ICI

Après avoir lu le Tome 3 de cette série, c’est en toute logique que je me suis dit qu’il serait peut-être utile de continuer par le début, histoire de vérifier que Vandermeulen n’avait pas fait une suite seulement pour faire joli…
Je confirme, il est utile de commencer cette série par le Tome 1… innocent

Ces 150 premières pages nous permettent de découvrir l’enfance de Fritz Haber et les premières difficultés qu’il rencontra lors de ses études du fait de ses origines juives. Malgré son talent pour les matières scientifiques, de nombreuses portes lui étaient fermées du fait de sa judaïté. De là est née son ambition qui expliquera en partie les raisons qui l’ont poussées à se contredire et à « trahir » son peuple et ses origines dans le futur.

[BD] David Vandermeulen Planche_bd_4914_FRITZ%20HABER

Ces premières pages dressent le portrait d’un homme tiraillé de toutes parts entre son histoire, entre l’Histoire et entre son ambition. Difficile de cumuler tout cela… On comprend mieux les évènements qui se produisent dans la suite et que l’on découvre dans les tomes suivants. Reprendre l’histoire de Fritz Haber par la lecture de ce premier tome m’a permis par exemple de comprendre le drame familial qui se produit dans le tome 3.

« Notre peuple, ce sont les allemands, Fritz ! Ce qui décide de l’appartenance à un peuple, c’est uniquement le cœur, l’esprit, le caractère et l’âme ! Nous sommes de race juive mais notre peuple est le peuple allemand ; notre patrie : le pays allemand ; notre foi, la foi allemande, et la foi en l’Allemagne est au-dessus des religions ! »

Sinon, au niveau du style graphique, on retrouve toujours la même ambiance vieillie à la sauce sépia-javel.

[BD] David Vandermeulen 20060220230820_t1

L’intérêt documentaire de l’album est tout aussi indéniable. En toute connaissance de cause, on repère les signes annonciateurs de la montée du nazisme. On en apprend également davantage sur le sionisme et l’état du progrès scientifique au début du 20e siècle.

En exergue, on retrouve toujours des extraits de textes importants, de personnages qui ont eu une importance extrême dans le climat politique et intellectuel du début du 20e siècle en Allemagne (Gobineau, Henrich Heine, Thomas Carlyle…).
Il faut à tout prix compléter la lecture de ces citations par les informations biographiques sur les auteurs qui sont fournies sur le site de Fritz Haber par Delcourt.
Site : ICI


Autre passage en exergue :

« Cet aveu que l’avenir appartient aux communistes, je le fais d’un ton d’appréhension et d’angoisse extrêmes. Ce n’est qu’avec horreur et effroi que je pense à l’époque où ces sombres iconoclastes parviendront à la domination ; de leurs mains calleuses, ils briseront sans merci toutes les statues de marbre de la beauté, si chères à mon cœur ; il fracasseront toutes ces babioles et fanfreluches fantastiques de l’art qu’aimait tant le poète ; ils détruiront mes bois de lauriers et y planteront des pommes de terre ; les lis, qui ne filaient ni ne travaillaient et qui pourtant étaient vêtus aussi magnifiquement que le roi Salomon dans toute sa splendeur, ils seront arrachés alors du sol de la société, à moins qu’ils ne veuillent prendre en main le fuseau ; les roses, ces oisives fiancées des rossignols, auront le même sort ; les rossignols, ces chanteurs inutiles, seront chassés ; et, hélas, mon Livre des Chants servira à l’épicier pour en faire des cornets où il versera du café ou du tabac à priser pour les vieilles femmes de l’avenir. Hélas, je prévois tout cela, et je suis saisi d’une indicible tristesse en pensant à la ruine dont le prolétariat vainqueur menace mes vers, qui périront avec tout l’ancien monde romantique. »
Henrich Heine

Encore une fois, une lecture enrichissante et agréable, ou comment s’instruire sans en avoir l’air…

Ne me manque plus que la lecture du 2e tome…

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: Re: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeVen 29 Avr 2011 - 10:06

fil créé avec des messages du One-Shot bonjour

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
shanidar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: Re: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeLun 30 Mai 2011 - 10:50

Fritz Haber 1 & 2

Un peu perdue dans la lecture de ces deux bédés. Je crois avoir trouvé ici le condensé de la plupart des raisons qui ne me font pas aimer certaines bédés. Les dessins trop figés, manquent totalement de vie, ils apparaissent comme des instantanés dénués de caractères (au point que je me suis souvent perdue dans les cases, ne sachant plus qui pouvait bien s'y trouver). Le choix d'un texte qui prend beaucoup de place est également un frein à l'allègement de l'objet, trop d'éléments s'offrent en même temps et noie le lecteur qui doit être extrêmement attentif s'il veut tout comprendre. Ceci pour l'esthétique car en ce qui concerne le fond, cette bédé est franchement intéressante. Rappeler à quel point l'idée du capitalisme et la guerre économique ont été les éléments moteurs de la première guerre mondiale, en prenant en exemple le cas de ce Fritz Haber dévoré d'ambition est très judicieux. Dès le départ, le personnage est présenté comme un arriviste capable de tous les compromis, voire les compromissions pour obtenir une bonne place au sein d'une société qui rejette les juifs. Le personnage, dont la vie ne tourne qu'autour de ses projets professionnels, projets qui doivent lui offrir un statut, une position sociale, un effacement de son origine est très bien décrit. Je regrette en revanche que Vandermeulen se soit un peu perdu dans une ribambelle de personnages sans forme aux noms connus mais dont j'aurais aimé qu'il nous donne plus de détails, qu'il les développe un peu plus (je pense en particulier à Walter Rathenau qui est très présent dans le second tome sans que jamais on ne parvienne à se faire une image persistante du bonhomme).

Une bédé un peu trop floue pour moi, trop figée, dans laquelle il manque un petit quelque chose, comme si l'auteur en choisissant un personnage pas vraiment aimable s'était coupé d'une certaine empathie, d'un certain plaisir narratif, d'une respiration de vie.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: Re: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeLun 2 Jan 2012 - 15:33

Fritz Haber – Tome 2 : Les héros (2007) de David Vandermeulen

[BD] David Vandermeulen Couv21


« Depuis qu’on a inventé l’ordre, toutes les grandes vertus sont devenues inutiles. Si un pauvre nous demande une aumône, un audit de la police nous commande de le livrer aux ateliers pour chômeurs. Si un important veut sauver le vieillard qui appelle au secours à la fenêtre d’une maison en flammes, la sentinelle postée à l’entrée le repousse et lui fait savoir que toutes les dépositions ont été prises. Si un jeune courageux veut prendre les armes contre l’ennemi qui menace sa patrie, on l’informe que le roi entretient une armée qui protège l’Etat contre de l’argent. Arminius eut la chance de trouver une époque plus grande. Que pourrait-il faire d’autre aujourd’hui, sinon devenir lieutenant dans un régiment prussien ? »
Henrich von Kleist


Le deuxième volume de la trilogie Fritz Haber poursuit la biographie du personnage à l’orée de la Première Guerre Mondiale, au cours de la période qui s’étend de 1908 à 1914. Le conflit est imminent, l’Allemagne veut se donner les moyens d’affirmer sa puissance militaire et Fritz Haber profitera de cette effervescence pour déployer ses talents scientifiques. A ceux qui craignent que ses origines juives ne soient un obstacle à sa volonté de coopération, Fritz Haber fera preuve d’une détermination sans faille, n’hésitant pas à renier ses origines et à abandonner sa famille lorsque le devoir l’appelle. La grandeur de ces hommes que l’on appelle héros est-elle vraiment absolue ? Il faudrait demander à leurs proches pour le savoir, et ne pas se contenter seulement du caractère éblouissant de leurs avancées et découvertes pour juger de leur qualité.

[BD] David Vandermeulen 1_310
La question de l’ambiguïté des héros se prolonge lorsque surgissent les personnages d’Einstein, de Rathenau ou de Weizmann, célèbre sioniste et futur président de l’Etat d’Israël. Engoncés dans un contexte et une situation dont ils maîtrisent mal tous les ressorts, ils se laissent conquérir par l’amitié de Fritz Haber, ce qui semble pourtant difficilement possible compte tenu du caractère nationaliste et belliciste de ce dernier.
Les interrogations soulevées par David Vandermeulen invitent à la réflexion et à porter un regard plus nuancé sur les personnages qui ont fait l’Histoire –qu’il s’agisse des héros qui donnent leur titre à ce 2e tome, ou de ceux qui s’y opposent et que l’on appelle parfois tyrans ou bourreaux.

[BD] David Vandermeulen 1_311

Malgré ce fond très riche et stimulant, qui se dégage surtout à l’issue de la lecture de l’album, ce tome des Héros est le moins réussi des trois au niveau dramatique. Le personnage de Fritz Haber est survolé, et ses rares interventions apparaissent comme froides, désincarnées, caricaturant presque le type du collaborateur –étonnant puisqu’un autre côté, Vandermeulen porte un regard beaucoup plus nuancé sur ses autres personnages.
L’esthétique de l’album est toujours aussi ravissante, mais porte malheureusement à la confusion. Les traits sont si flous et sombres qu’il n’est pas toujours facile de distinguer la foule des personnages qui remplissent cet album. Et comme d’habitude, la densité des informations à emmagasiner est très lourde. Pour que rien des subtilités qui ne peuplent ce livre ne nous échappent, le recours aux informations sur le site de la bande dessinée est indispensable.

[BD] David Vandermeulen 1_510
Encore une fois, David Vandermeulen propose une lecture stimulante et une vision de l’Histoire plutôt originale, même si elle n’est pas non plus révolutionnaire. C’est un album qui apporte du plaisir à la fois esthétique et intellectuel, mais dont le but n’est certainement pas de se divertir après une longue journée au boulot. La lecture de la trilogie de Fritz Haber se mérite, et il faut être prêt à y consacrer un peu de son temps.

[BD] David Vandermeulen 1_411

« Je suis persuadé que la plus grande déesse qu’il y ait parmi les hommes, celle qui a le plus de force et de pouvoir, c’est la vérité. On a beau, de tous côtés, s’élever contre elle, en vain toutes les probabilités semblent favoriser le mensonge, elle s’insinue et entre par elle-même, je ne sais comment, dans l’âme. »
Polybe

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: Re: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeLun 2 Jan 2012 - 15:39

Un des charmes les plus importants de la série Fritz, ce sont quand même les citations en exergue des chapitres...
Un petit palmarès issues du tome 2 ci-dessous :

« Tout esclavage est volontaire. La condition des esclaves ne s’explique pas par le pouvoir de leurs oppresseurs, pas plus que par quelque indigence qui serait inéluctable, comme la maladie, la vieillesse, la mort, mais plutôt en eux se trouve renforcée la complaisance obéissante de l’opprimé qui trouve son origine dans la peur… « Plutôt la mort que l’esclavage ! » dirait l’homme fort. »
Walter Rathenau


« Ce peu d’arbres là-bas, qui ne sont pas mon bien, me gâtent le plaisir de posséder le monde ! »

Goethe – Faust II


« Alice : Veux-tu que je te joue quelque chose ?
- Le Capitaine : Suprême ressource ! Oui, si tu veux bien laisser de côté tes marches funèbres et tes mélodies élégiaques… Toute cette musique tendancieuse. J’interprète toujours ce que tu joues : « Ecoutez comme je suis malheureuse. Miau ! Miau ! Ecoutez combien mon mari est affreux. Brum ! Brum ! Ah, s’il pouvait mourir bientôt ! Joyeux roulements de tambour, fanfares, final : la valse de l’Alcazar et galop du champagne. » A propos de champagne, il nous reste deux bouteilles, non ? Allons les chercher, faisons comme si nous avions des invités. »

August Strindberg, La danse de Mort


« La flamme dévore l’air ; elle se nourrit du bois. L’air est une condition indispensable à la vie des arbres ; dans la mesure où le bois élimine l’air en devenant flamme, il combat contre lui-même et contre sa propre source de vie. Et pourtant l’oxygène subsiste toujours dans l’air et les arbres ne cessent de verdir. De même l’homme qui se propose de bâtir une maison, prend d’abord une décision arbitraire ; mais les éléments doivent lui servir. Et pourtant la maison est faite pour protéger l’homme contre les éléments ; ceux-ci sont donc employés contre eux-mêmes, -ce qui ne signifie pas que la loi générale de la nature soit pour autant invalidée. »
G. W. F. Hegel


_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
colimasson
Abeille bibliophile
colimasson

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 28
Localisation : Thonon

[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: Re: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitimeLun 10 Mar 2014 - 14:21

Belle critique pour le 4e tome de Fritz Haber :


[BD] David Vandermeulen Fritz_10

Citation :
Dans ce quatrième volume de Fritz Haber, nulle trace quasiment du personnage titre, chimiste juif allemand, prix Nobel en 1919 pour ses travaux sur la fertilisation des sols, mais également sinistre concepteur de gaz de combats pour les tranchées de la Première Guerre mondiale. Non, ici, tout en narrant de loin l’enlisement de la Grande Guerre, David Vandermeulen s’intéresse à certaines figures de l’élite intellectuelle juive européenne, et la tentative de certains de fonder un État en Palestine.

Entamée il y a une dizaine d’années, la série Fritz Haber dépasse désormais la simple biographie d’un scientifique de talent qui a souvent fait de mauvais choix, dans sa carrière et dans sa vie personnelle. Car en dressant le portrait de ce juif reniant sa culture et clamant son amour de l’Allemagne, David Vandermeulen a élargi son spectre de recherche, mettant en lumière l’activisme sioniste de l’époque, décortiquant les relations entre scientifiques, penseurs et militaires allemands, où la question juive était toujours remise sur le tapis. Et de là, c’est sa propre judéité qu’il interroge (son père, né pendant la guerre, d’une mère belge et d’un soldat juif allemand, disparu sans laisser de trace).

C’est par cette démarche, superbement filmée par Nathalie Marcault dans le documentaire David & Fritz, que la titanesque entreprise de David Vandermeulen prend tout son sens, surtout quand on songe que l’auteur consacrera en tout près de 20 ans de sa vie à cette oeuvre (deux tomes sont encore à paraître…). Mais au-delà de ce singulier parcours d’artiste, lire Fritz Haber, c’est se confronter à une bande dessinée historique de haute volée, au dispositif visuel et narratif dense et fascinant : de grandes cases comme des clichés photos sépia, des textes comme des panneaux écrits de films muets. Le tout pour transmettre avec une précision quasi documentaire des faits historiques, tout en conservant une marge de fiction dans la description des des sentiments des protagonistes. Ceux qui ont osé franchir le cap d’un sujet difficile et d’un traitement ultra pointu, mais non dénué d’émotions, plongeront page après page dans une série unique à tout point de vue, un chef d’oeuvre brillant et intemporel.
Lien


[BD] David Vandermeulen Fritz_11

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




[BD] David Vandermeulen Empty
MessageSujet: Re: [BD] David Vandermeulen   [BD] David Vandermeulen Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[BD] David Vandermeulen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Photos de David Wenham
» John Lennon
» B comme bon
» (M) DAVID TENNANT -> lost along the way
» Jérémie Zimmermann

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Les Bédés et mangas-
Sauter vers: