Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Andrée Chedid

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Andrée Chedid   Dim 8 Mai 2011 - 18:25



Née en Égypte mais d'origine syro-libanaise le 20mars 1920, Andrée Chedid est mise en pension chez les Soeurs du Sacré-Coeur à l'âge de 10 ans. Elle apprend l'anglais et le français mais exprime sa tendresse en mots arabes. A 14 ans, elle gagne l'Europe puis revient au Caire pour étudier dans une université américaine. En 1942, elle part vivre au Liban avec son mari et publie l'année suivante un premier recueil de poèmes en anglais. En 1946, elle s'installe définitivement à Paris. Pour y avoir vécu et fait des études, elle connaît aussi intimement le Moyen-Orient que la France et l'Occident en général, et son oeuvre entière porte les marques de ce multiculturalisme. De même, la plupart de ses intrigues se situent en Orient, notamment dans son pays d'origine, le Liban. L'oeuvre d'Andrée Chedid est une éternelle quête d'une humanité, un questionnement ardent sur la condition humaine entrevue à travers les heurts de civilisations du monde méditerranéen. Tous ses livres sont habités d'une foi profonde en l'homme, d'un espoir que l'on rencontre, par ailleurs, dans ses nouvelles (' Le Corps et le Temps', 1979) et dans son théâtre (' Bérénice d'Egypte', 1968). Aujourd' hui elle occupe une place de choix parmi les auteurs français contemporains. Romancière, nouvelliste, dramaturge et surtout poète, ses nombreux ouvrages en prose ou en vers lui ont valu d'importants prix littéraires, dont le Goncourt de la nouvelle, le Prix Louise Labé et le Prix Goncourt de poésie en 2003.
Elle décède à Paris le 6 février 2011


Le message



Citation :
En été, dans un pays en guerre, une jeune femme est blessée par une balle alors qu'elle essayait de rejoindre Steph, qui habite de l'autre côté de la ville. À vingt minutes à pied d'ici, Steph l'attend. Dans sa dernière lettre, il lui demande de laisser de côté leurs vieilles querelles et de vivre l'indéfectible amour qui, depuis toujours, les unit. Arrêtée dans sa course par la balle d'un franc-tireur, Marie n'a qu'une seule idée en tête : lui faire parvenir un message pour lui dire qu'elle venait... qu'elle l'aime.

C’est court, c’est intense, et c’est fort. Je rencontre Andrée Chedid avec ce roman magnifiquement écrit.
J’ai couru avec Marie qui allait au devant de son amoureux, j’ai peiné avec Marie à terre, une balle dans le dos. J’ai couru à nouveau avec Anya à la recherche de Steph. J’ai espéré avec Anton pour Marie. J’ai encore couru avec Gorgio à la recherche d’une ambulance. J’ai couru avec Steph à la recherche de Marie.
Chacun court, chacun cherche, chacun lutte à sa façon au nom de l’amour.
Andrée Chedid réussit à mettre le rythme idéal dans son écriture en fonction des situations. Celle ci se fait lente dans les bras d’Anton, et s’accélère dans les rues de cette ville dont on ne connaît ni le nom, ni la localisation, lorsqu’il s’agit d’aller à la rencontre de Steph, ne pas le manquer.
Pour mieux fixer le lecteur sur ses personnages, qui chacun à leur façon débordent d’humanité, André Chedid s’affranchit des contraintes temporelles et spatiales. A peine si nous avons qu’ils connaissent Souchon et Chedid parce qu’Anya les chante…Sinon c’est au lecteur de faire appel à son imagination.
L’important pour Marie est que Steph ait son message, que Marie sache que Steph ait son message. Dans cette ville en guerre civile, le reste n’est que pur détail.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Jeu 12 Mai 2011 - 9:23

C´est court et c´est intense, comme j´aime, comme le dit justement Mimi:




Multiple


Je fonce vers l’horizon
Qui s’écarte
Je m’empare du temps
Qui me fuit

J’épouse mes visages
D’enfance
J’adopte mes corps
D’aujourd’hui

Je me grave
Dans mes turbulences
Je pénètre
Mes embellies

Je suis multiple
Je ne suis personne
Je suis d’ailleurs
Je suis d’ici

Sans me hâter
Je m’acclimate
A l’immanence
De la nuit.




Andrée Chédid. ( RYTHMES).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Jeu 12 Mai 2011 - 11:12

J'aime beaucoup...Ces mots me parlent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Jeu 12 Mai 2011 - 11:14

alors que d'ordinaire je suis assez peu portée sur la poésie formalisée ( je la préfère dans les mots de tous les jours, dans la musique ou dans la peinture...)...celle-ci me parle plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Jeu 12 Mai 2011 - 13:31

Antidote contre les tracas et soucis quotidiens, c´est bien aussi ce que me procure la poésie et ce que j´attends d´elle.
Quelques vers et puis ça y est, le tour est joué, je suis ailleurs...


L´antidote:

Poésie, mon antidote,
Quand la vie me met sous hotte,
Quand le cœur est en pelote,
Quand l’âme freine et puis capote,
Je t’invite, secret pilote !
A tes signes, je m’orienterai.

(Andrée Chedid)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Jeu 12 Mai 2011 - 13:51

Ah...c'est dit...je commande un recueil de poèmes d'Andrée Chédid...Il y a longtemps que je voulais le faire... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
avatar

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mer 25 Mai 2011 - 22:58

Le sixième jour



Citation :
On fait sa vie. II faut vouloir sa vie. La volonté d'aimer, de vivre est un arbre naturel... " Pour Hassan, enfant beau et vigoureux il y a peu, aujourd'hui ratatiné comme un pruneau sec et bleu, la vie est un combat depuis que le choléra a posé sur lui son masque cruel. Dans cette course contre la mort, Saddika est là, grand-mère attentive, qui fait un barrage. Contre ceux qui l'épient, qui se méfient, qui veulent lui prendre l'enfant par peur de la contagion. Mais la vieille le sait. S'ils l'emportent, elle ne le reverra jamais. Alors il faut tenir. Jusqu'au sixième jour ! Le sixième jour, ou bien on meurt, ou bien on ressuscite..

Indiscutablement il y a de l’orient dans ce roman. Je ne sais trop l’expliquer, mais la manière de décrire les choses, l’ambiance dépaysent le lecteur. La sensualité à fleur de peau de cette grand-mère, j’oserais dire la « maternalité » puisqu’elle fait office de mère pour Hassan est palpable à chaque page, chaque ligne presque. C’est le combat de sa vie, envers et contre tout, elle veut sauver cet enfant, et crois dur comme fer que passé le sixième jour, il ressucitera.
Ce qui frappe également c’est l’optimisme, la foi en l’avenir, la foi en la vie.
« A présent, Hasssan et le choléra étaient uns. Il fallait les prendre ensemble. L’un avec l’autre. La mort avec la vie. On ne pouvait plus rien séparer. Il fallait traverser cela. Ensuite tout serait bien. »
L
’enfant est au centre de cette courte, mais intense histoire. Andrée Chedid, réussit, avec peut de texte, des phrases courtes, claires et efficaces à instaurer un climat intime qui plonge le lecteur au cœur de sa lecture, sans l’en détourner. Elle utilise une belle langue tantôt poétique, tantôt chantante.

« La vieillesse est une terre plusieurs fois labourée, et cela est juste mon Dieu…Mais un enfant !... »

La force de caractère, la foi à toute épreuve n’exclut pas le doute, et une certaine forme de révolte. La dualité est présente dans ce roman, comme elle est l’essence même de la vie.
C’est le second livre d’Andrée Chedid que je lis. J’apprécie sa plume, la concision et densité de ses écrits.

A noter, que le livre a été adapté, il y a un bout de temps, au cinéma par Youssef Chahine, avec Dalida dans le rôle principal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
MartineR
Main aguerrie
avatar

Messages : 364
Inscription le : 10/09/2010
Localisation : essonne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Jeu 26 Mai 2011 - 9:44

Le sixième jour: la magie des mots et du style; un très bon souvenir de lecture qui est toujours dans un coin de ma mémoire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pourtouteslesaig.canalblog.com/
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mar 28 Juin 2011 - 16:59

Bon ça y est...Je suis à mon tour "plongée"...que dis-je? ...immergée dans l'oeuvre d'Andrée Chédid!

J'aime tout particulièrement ses poèmes, lusdans:
- Rythmes
- Au coeur du coeur (poèmes choisis et préfacés par Matthieu Chédid et Jean Pierre Siméon)


J'ai lu aussi plein de nouvelles dans ces trois recueils (l'écriture est simple, les personnages en sont divers, attachants...):
- La femme en rouge et autres nouvelles
- L'artiste et autres nouvelles

En ce moment, je lis Le message que certains d'entre vous ont déjà évoqué.

" Les sujets que je choisis sont en général marqués par la tragédie et par l'espérance. Je veux garder les yeux ouverts sur les souffrances, le malheur, la cruauté du monde; mais aussi sur la lumière, sur la beauté, sur tout cequi nous aide à nous dépasser, à mieux vivre, à parler d'avenir." (Andrée Chédid)

Je me souviens

"Je me souviens
D'ombres plus denses que le plomb
De regards impassibles
De rivières fourbues
De maisons rongées
De coeurs blanchis
D'hirondelles torpillées

Et de cette femme hagarde
sous l'explosion des armes.

Je me souviens du tumulte des sèves
De l'envolée des mots
Des plaines sans discorde
Des chemins de clémence
Des regards qui s'éprennent

Et de ces beaux amants
sous les feux du désir

De tout ceci
De tout cela
Je me souviens
Je me souviens.


A part

« A part le temps
Et ses rouages
A part la terre
En éruptions
A part le ciel
Pétrisseurs de nuages
A part l’ennemi
Qui génère l’ennemi

A part le désamour
Qui ronge l’illusion
A part la durée
Qui moisit nos visages

A part les fléaux
A part la tyrannie
A part l’ombre et le crime
Nos batailles nos outrages

Je ta célèbre ô Vie
Entre cavités et songes
Intervalle convoité
Entre le vide et rien »

Andrée Chédid

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 69
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mar 7 Fév 2012 - 23:34

Je viens de terminer un très beau livre :

Les quatre morts de Jean de Dieu
Andrée Chedid
Editions Flammarion
177 pages
ISBN : 9782081233515



4ème de couverture :

"Elle aurait aimé crier, se battre, soustraire Jean à cette fin. Elle aurait tant voulu prolonger leurs âges, vivre jusqu'au bout. Qu'ils s'accompagnent mutuellement, longuement, le plus longuement possible et entrer dans la nuit ensemble en se tenant la main.
Maintenant il fallait peu à peu envisager, admettre, accepter le poids de cette main froide, qui n'avait plus de vie, qui n'avait plus de sens. Admettre, accepter, se résigner. Non. Jamais. Ce serait comme trahir."
De la guerre d'Espagne à la chute du mur de Berlin, Andrée Chedid fait le portrait d'un enfant du siècle dans ce roman profond et émouvant qui est comme la quintessence de toute son œuvre.


Biographie d’André Chedid :

Elle est née le 20 mars 1920 au Caire (Égypte) et morte de la maladie d’Alzheimer1 le 6 février 2011 à Paris. Femme de lettres et poète française d’origine libanaise. Elle est la mère du chanteur Louis Chedid, de la peintre Michèle Chedid-Koltz et la grand-mère du chanteur M.


----------------------

Jean de Dieu, c’est son prénom, vit dans une famille bourgeoise espagnole très catholique pratiquante au point qu’il envisage la prêtrise. Sa jeune cousine lui fit découvrir une autre facette de la vie et c’en est fini de la future carrière dans les ordres. Ce fut sa première mort. La seconde est son exil en France suite à la prise du pouvoir par Franco et à la mort du Front Populaire. Il ne reverra plus jamais l’Espagne. La chute du Mur de Berlin sonnera la fin de son idéal communiste. Voici qu’arrive « la Salope » c’est ainsi qu’il appelle sa maladie. Victime d’un Alzheimer, il luttera pour reculer l’échéance de sa troisième mort. La quatrière fut l’ultime et l’inéluctable.

J’oserais dire qu’il y en a une cinquième, même si elle n’est pas directe, mais induite : le désespoir d’Isabelita, sa femme.

Jean de Dieu a fait de belles rencontres qui ont changé sa vie, entre autre, le Père Amédée, ce curé, ancien légionnaire qui le confortera dans la perte de la foi.
« La nature ayant horreur du vide, Jean chercha à s’évader du conservatisme de sa Sainte Mère l’Eglise et des pesanteurs familiales en fréquentant secrètement des milieux athées et anarchistes. » Son camarade de foot, Miguelito, lui présente son père, un ébéniste prénommé José que l’on appelle « José le Bolcheviste ». Il deviendra son père spirituel. Il le suivra et deviendra à son tour ébéniste. Ils se réfugieront à Paris où il épousera Isabelita épousera et à qui il vouera un amour infini.


Avec un style fluide, direct, tour à tour poétique, humoristique nous raconte la vie de Jean de Dieu, nous parle de cette seconde moitié du XXème siècle. En toute simplicité, elle nous pose quelques questions sur la vieillesse, la mort, les convictions, l’amour.

Les quatre morts de Jean de Dieu, c’est le roman d’un homme simple et intègre ou d’un homme tout simplement. Un superbe livre qui, une fois fermé reste dans la mémoire car on peut se reconnaître ou reconnaître un proche. C’est un vrai roman d’amour, un roman d’amour de la vie et des autres.

Quelques extraits :

« Si l’on considère que le poème est porteur d’un certain questionnement sur le monde à travers la langue, cela implique que la poésie intervient dans cet espace au sein duquel se joue notre rapport au monde et au sens.
En poésie comme en science, c’est l’étonnement, l’émerveillement devant le réel qui se révèle source de sens. »
« Ces grammairiens paranoïaques ont construit une forêt d’obstacles à l’envol des mots. C’est pourquoi nous avons l’immense, le surprenant, le miraculeux bonheur d’avoir hérité une merveilleuse volière dans laquelle chantent et battent des ailes des millions de captifs heureux : les poétiques mots-oiseaux. »
« La vie, il faut la saisir au collet depuis son plus jeune âge. Avec sérénité, mais avec appétit féroce ».
« En avançant elle tendait l’oreille pour entendre la rumeur de la mer. Elle se remémorait la vision azurée, ample, luisante, étoilée de points lumineux de leur Méditerranée.
- Un bleu incomparable, affirmait Jean.
Sa voix semblait surgir des entrailles d’Isabelita, se perdre dans sa cage thoracique, se débattre pour franchir le larynx, pour éclore sur sa bouche et naître enfin au bord de ses lèvres.
- Ce bleu d’entre les bleus, disait-il, ce bleu moucheté de lumière, ce bleu enluminé, chatoyant, moiré colorié. Cette moisson de lueurs, cette magie de reflets… «

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mer 8 Fév 2012 - 13:43

C'est drôle que tu postes juste aujourd'hui sur Andrée Chédid...
Ce roman étant à peu près le seul ouvrage d'Andrée Chédid que je n'aie pas lu cette année...
Et je dis "c'est drôle" parce que hier soir l'atelier de lecture à voix haute que j'anime présentait justement une lecture publique de textes d'Andrée Chédid (sélection de poèmes+ une nouvelle: Le grand boulevard.

Toute l'oeuvre de cette femme tourne autour de sa recherche de «la beauté de l’amour sous les désastres
On a dit d’elle qu’elle était « la volonté d'aimer ».
Je dis Aime, c'est d'ailleurs le titre d'une chanson qu'elle a composée pour son petit-fils, Matthieu Chédid.

Andrée Chédid, d'une grande lucidité, avait une foi inébranlable en l'homme et un goût de la vie inaltérable:
«Je veux garder les yeux ouverts sur la cruauté du monde mais aussi célébrer la vie et tout ce qui aide à parier sur l'avenir».


"La peine est de ce monde, ô mes amis que j’aime,
Mais chaque fleur d’orage porte la graine de demain."


"Aimons les rayons du soleil menacé ; qu’il nous soit cher l’étang qui retient sa part de ciel
« L’amour est toute la vie », il est vain de prétendre qu’il y a d’autres équilibres.
Le dénué d’amour trace partout des cercles dont le centre n’est pas."



"La vie est trop nombreuse, la barque trop fragile
Pour traverser seul les images et le temps.
Mais toujours on trouve une voix pour la sienne,
Mais toujours on trouve un regard pour sa peine,
Je chante le visage triomphant."



"Oser encore recourir à l’espoir
Oser encore
Porter l’instant et le rendre à lui-même
Répondre quel qu’il soit
Au baiser de la terre,
Vouloir ce plus loin dont on ne sait le nom."



"Elisons encore la vie
Au sommet du jour blessé."




Pour survivre

Tu auras pour survivre
Des collines de tendresse
Les barques d’un ailleurs
Le delta de l’amour

Tu auras pour survivre
Le soleil d’une paume
Le tirant d’une parole
L’eau du jour à jour

Tu dresseras pour survivre
Des brasiers des terrasses
Tu nommeras la feuille
Qui anime le rocher

Tu chanteras les hommes
Transpercés du même souffle
Qui accomplissent leur songe
Face à l’éclat mortel !







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 69
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mer 8 Fév 2012 - 13:47

Son écriture est tellement belle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mer 8 Fév 2012 - 13:58

zazy a écrit:
Son écriture est tellement belle

Les mots sont simples (en apparence), sa poésie est donc facile d'accès...Les idées pleines de profondeur et d'humanité.

Il y a des matins…

Il y a des matins en ruine
Où les mots trébuchent
Où les clés se dérobent
Où le chagrin voudrait s’afficher

Des jours
Où l’on se suspendrait
Au cou du premier passant
Pour le pain d’une parole
Pour le son d’un baiser

Des soirs
Où le cœur s’ensable
Où l’espoir se verrouille
Face aux barrières du regard

Des nuits
Où le bleu bute
Contre les murailles de l’ombre

Des heures
Où les terrasses
Sont toutes
Hors de portée
………



Saisir

Recueillir le grain des heures
Etreindre l’étincelle
Ravir un paysage
Absorber l’hiver avec le rire
Dissoudre les nœuds du chagrin
S’imprégner d’un visage
Moissonner à voix basse
Flamber pour un mot tendre
Embrasser la ville et ses reflux
Ecouter l’océan en toutes choses
Entendre les sierras du silence
Transcrire la mémoire des miséricordieux
Relire un poème qui avive
Saisir chaque maillon d’amitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 69
Localisation : bourgogne

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mer 8 Fév 2012 - 14:16

Très beau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
swallow
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Mer 8 Fév 2012 - 14:24

Andrée Chédid, la magicienne des mots!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Andrée Chedid   

Revenir en haut Aller en bas
 
Andrée Chedid
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le frère André canonisé
» Zabeth, André Louis
» André Santini n'aime pas les natifs du signe Poisson.
» Zabeth d' André Louis
» Bonne fête André

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: