Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Andrée Chedid

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012 - 17:34

Pour ré-écouter la voix et les mots d'Andrée Chédid: Une anthologie parlée. Un regard démesuré.

franceculture.fr/personne-andree-chedid]France Culture

C'est un rendez-vous radiophonique pour le moins déroutant que présente France Culture. Pour son émission La poésie n'est pas une solution, Franck Smith présente une anthologie parlée d'Andrée Chedid sur France Culture, à travers un recueil d'entretiens de la poétesse puisés dans les archives sonores de l'INA puis assemblés comme une longue discussion post-mortem. Andrée Chedid évoque son parcours, décline son processus de création et son rapport au verbe égrainant ses sources d'inspirations. Disparue le 6 février 2011, la romancière d'origine libanaise est la mère de Louis Chedid et la grand-mère du chanteur Mathieu Chedid pour qui elle a écrit la chanson Je dis aime...

L'émission démarre sur cette complicité transgénérationnelle. Elle partageait avec son petit-fils ce goût pour l'effervescence des mots conjugués aux maux existentiels. Une de ses chansons rend hommage à cette grand-mère pygmalion : Délivre, extrait de l'album Mister Mystère s'étire entre deux entretiens, comme une complainte. Romancière et poètesse née au Caire, elle s'installe à Paris en 1946. « Le désir d'être ailleurs m'a hanté très jeune... l'errance est indispensable pour un écrivain », ajoute-t-elle. Ses nombreux écrits questionnent la condition humaine, les liens entre l'homme et la marche du monde. Pour résumer son attachement viscérale à la poésie, elle cite Saint-John Perse : « A la question posée pourquoi écrivez-vous... il répondait « pour mieux vivre »... et c'est ainsi que je le ressens ».

Les entretiens s'enchaînent, entrecoupés d'extraits de ses textes et de musiques. On se laisse bercer par les mots à fleur de peau de cette grande dame jusqu'au terme de cette anthologie parlée passionnante, à poursuivre au fil des pages de ses livres.

Source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie
Cassiopée

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012 - 20:42

L’espérance

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.

Andrée Chedid


Demain, pré rentrée à l'école...
Dans leur pochette individuelle, mes enseignantes vont trouver ce poème...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
zazy

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 70
Localisation : bourgogne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012 - 22:18

Joli poème Cassiopée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeVen 31 Aoû 2012 - 13:55

Cassiopée a écrit:
L’espérance

J’ai ancré l’espérance
Aux racines de la vie

Face aux ténèbres
J’ai dressé des clartés
Planté des flambeaux
A la lisière des nuits

Des clartés qui persistent
Des flambeaux qui se glissent
Entre ombres et barbaries

Des clartés qui renaissent
Des flambeaux qui se dressent
Sans jamais dépérir

J’enracine l’espérance
Dans le terreau du cœur
J’adopte toute l’espérance
En son esprit frondeur.

Andrée Chedid


Demain, pré rentrée à l'école...
Dans leur pochette individuelle, mes enseignantes vont trouver ce poème...

Un beau message pour une pré-rentrée... content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeSam 16 Fév 2013 - 15:41

Les saisons de passage

« Nos saisons de passage vont, viennent, apparaissent puis disparaissent, périssent puis ressuscitent. Saisons de l’existence, des passions, du regard, des ténèbres ou de la joie…
Tous ces instants pêle-mêle incisent le tissu du passé. Réalité et imaginaire s’entrelacent. »


Dans ce livre écrit après la mort de sa mère à 96 ans, Andrée Chédid lui rend pudiquement un tendre et émouvant hommage .
Alice Godel*. Une femme magnifique, élégante, de culture limitée mais intelligente, indépendante, fantasque parfois…
Andrée Chédid cependant ne fait pas l’hagiographie de sa mère. Elle met en évidence aussi des éléments de caractères très forts dont elle eut à se protéger.
Mais Alice Godel fut douée d’un appétit extraordinaire pour la vie et le bonheur. Parce que « vivre, malgré tout, c’est si beau ! ». Et sa vie, jusqu’au bout, elle aura cherché à l’enchanter toujours, malgré ses angoisses devant la vieillesse et la mort. Ses angoisses qu’elle masquait pudiquement.

« Ai-je assez mesuré la peine qu’elle prenait pour ne pas alourdir ou entraver nos existences ? L’effort qu’elle s’imposait pour adopter ce ton assuré, réconfortant ? Ai-je assez apprécié le souci, l’attention soutenue que cela lui causait ? Ai-je assez reconnu le courage qu’elle déployait pour cacher cette détresse intime attachée à l’acte de vieillir ? » se demande Andrée Chédid.

Les souvenirs reviennent, sans aucun ordre chronologique. Parfois, dans le visage et les attitudes de la vieille dame, transparaît encore la belle et vive jeune femme qu’elle fut. Remontent les souvenirs…
Andrée Chédid évoque les lieux (L’Egypte, Paris) où elle partagea le temps de celle qui fut une mère, et plus encore qu’une mère, une « compagne » à qui elle doit beaucoup. Surtout, dit-elle, « cet esprit d'indépendance semé en moi comme un germe, de femme à femme. »

Les souvenirs sont ce qu’ils sont…On les voudrait fidèles mais ils ont été marqués par la force des émotions et de l’imaginaire.
« C’est vaste, un être humain, indéchiffrable. Inattendu.
On croit le saisir à travers mots et jugements, le façonner à la mesure de nos récits. Subitement, le voilà ailleurs ! Il nous devance sur des chemins imprévisibles ; raille notre outrecuidance, nos prétentions à le fixer en tel lieu, telle circonstance, tel chagrin ou telle joie.
Lorsque je crois t’étreindre, tu te dégages. Quand je te détermine, tu t’esquives. Si je t’enclos dans un souvenir, tu décampes. Quand je t’amarre à une page, tu fugues, tu t’en échappes, tu me nargues.
Tout cela me trouble ; mais me conforte en même temps.
C’est ainsi que je te souhaite : insaisissable, autonome, au large de toute définition. »


Andrée Chédid parle de sa mère, mais elle évoque aussi la discrétion de son père, « quelqu’un qui s’écarte de toutes les avant-scènes et se retire de la parade sur la pointe des pieds. ».
Est présent également le brillant second mari d’Alice Godel, elle qui osa, chose incroyable à l’époque, divorcer ! Pour un cardiologue, philosophe, helléniste et passionné des Indes.

Et sans vraiment le vouloir, c’est aussi d’elle que l’auteur parle, tout en nostalgie douce et poétique. De ce qu’elle a reçu, de ce qu’elle a voulu transmettre. D’elle arrivée déjà, au moment où elle écrit, à l’âge de la vieillesse :
« Ces plages de bonheur dont on prévoit le crépuscule ; cette heure ensoleillée sur laquelle plane la chape grise. J’échappe de moins en moins aux chouettes du temps, celles qui tissent en sourdine notre habit de vieillesse. »

« Peut-on s’en consoler ?
Il nous reste à changer de vitesse, à convertir notre regard ; à tenter de rejoindre cet autre soi avec lequel nous voisinions par moments.
Cet autre soi qui se rythme, loin des années, à l’autre versant de nous-mêmes. Cet autre soi plus intime, plus libéré, au revers de tous nos miroirs. »

Un très beau et touchant portrait de femme… ou plutôt de femmes… mère et fille liées tendrement, indépendantes et proches sur
« leurs propres et dissemblables chemins », fortes, différentes, opposées parfois mais sans rancune ni amertume et sachant l’essentiel : au cours de nos toutes nos saisons de passages : « Aimer la moindre chose, c’est ça le salut. Le seul ! »



•Des poèmes d’Alice Godel ont été publiés en 1981 et 1985 : L’aube ne ressemble pas à l’aube et L’Aube (éditions Cahiers des Brisants).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
zazy

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 70
Localisation : bourgogne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeJeu 21 Mar 2013 - 22:47

J'ai terminé "message". Qu'est-ce que j'aime lire les ouvrages de cette auteure !!!
Andrée Chedid - Page 2 Le-message

Tandis qu’elle avançait à grands pas la jeune femme sentit soudain, dans le dos, le point d’impact de la balle. Un mal cuisant, aigu, bref. Il lui fallait à tout prix arriver à l’heure dite. La rue était déserte. Elle continua sa marche, comme si rien ne s’était passé.
L’illusion ne dura guère.

Dès le début, nous sommes au cœur du sujet. Marie court rejoindre Steph à l’entrée d’un pont, comme s’il leur fallait passer de l’autre côté, sur l’autre rive, celle d’une nouvelle vie. Ils s’aiment et osent enfin se le dire en face.

Dans une avenue vide, Marie est fauchée par une balle dans le dos, tirée par on ne sait qui. Anton et Anya s’enfuient de leur immeuble, mais devant la détresse de Marie, Anton va veiller sur elle alors qu’Anya va au rendez-vous. La trame est simple : Unité de lieu, peu de personnages, c’est une tragédie antique qui se joue. Le lieu est indéfini, ce pourrait n’importe où dans le Sud, l’écriture se fait patiente, douce, baignée dans le soleil qui les brûle, comme les mots d’Anton et Anya pour soutenir Marie jusqu’à l’arrivée de Stéphane. Je les soutiens dans la lente agonie de la jeune femme, dans son désir de vivre jusqu’à l’arrivée de son amour, moi aussi, je l’espère.

Steph se voit dans les deux silhouettes Il leva les yeux vers Anton et sa femme, tous les deux debout à une certaine distance se tenaient par la main et les regardaient.
Il eut soudain l’impression de se refléter dans ce couple, qu’ils auraient pu devenir, si la vie leur en avait laissé le temps.

Anya se retrouve dans Marie lorsqu’elle court à la recherche de Steph : Anya dévore l’espace, dévore le temps. Ses rides se dissipent, ses mains se lissent, ses cheveux ne sont plus gris mais châtains. Son cœur s’électrise, s’enflamme. A-t-il jamais cessé de brûler ?

Gorgio, franc-tireur, peut-être celui qui a blessé mortellement Marie est un jeune homme de 20 ans tout au plus (un gamin pour moi) « sa bouche esquisse une moue enfantine, presque tendre » « Gorgio et sa mitraillette ne faisait plus qu’un ! Elle avait métamorphosé son existence » Ange déçu ou déchu ? Il s’est enrôlé dans le camp adverse des siens, vit en haut d’un immeuble déserté, dans un appartement bourré de livres qu’il feuillette pour en extraire des phrases complètes qu’il note sur un carnet qui ne le quitte jamais. Pour lui, la guerre n’a pas de visage puisqu’il vise et tire du haut de son « bunker » « Ayant décidé une fois pour toutes que ceux qui passaient dans cette rue étaient des ennemis, ou du moins des adversaires, Gorgio n’éprouvait aucun scrupule à les descendre, il en ressentait plutôt de la fierté. Ennemi de qui ou de quoi ? Il préférait ne pas trop s’interroger à ce sujet. ». Découvrant le visage de Marie, la guerre prend un autre sens pour lui, mais la rédemption est trop tardive.

Dans ce livre, Andrée Chedid démontre l’inanité, l’absurdité de la guerre. Des chapitres courts, une écriture nerveuse, sèche, sans fioriture sauf lorsqu’elle parle de l’amour. Tous les personnages de ce drame sont le noir ou le blanc : l’amour perdu et l’amour toujours, la jeunesse et la vieillesse, l’ange et le guerrier, la tendresse et la dureté. La poésie, pour mon plus grand plaisir, est encore et toujours présente dans ce livre.

Un livre court mais intense que j’ai aimé lire et que j’aurais aimé garder

Andrée Chedid - Page 2 Le-message
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
shéhérazade
Agilité postale
shéhérazade

Messages : 926
Inscription le : 01/11/2009
Age : 35

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeMer 10 Avr 2013 - 16:34

Je suis en plein dans Les saisons de passage et c'est beau que c'est beau ! J'ai envie de noter toutes les phrases, de toutes les relever !!
Ce livre est une merveille !! aime

_________________
"Vous me demandez quel est le supreme bonheur ici bas ? C'est d'écouter la chanson d'une petite fille qui s'éloigne après vous avoir demandé son chemin." Li-tai-Po
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
GrandGousierGuerin
Sage de la littérature
GrandGousierGuerin

Messages : 2669
Inscription le : 02/03/2013

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeMer 10 Avr 2013 - 17:18

Merci à shéhérazade de m'avoir donné envie de parcourir ce fil !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.girlsgogames.fr/jeu/lapine_dhiver.html
unmotbleu
Sage de la littérature
unmotbleu

Messages : 1329
Inscription le : 08/03/2013
Age : 60
Localisation : Normandie Rouen

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeMer 10 Avr 2013 - 21:31

Ah oui! Andrée Chédid...
je n'y pensais pas.
je vais tout de suite ajouter "les saisons de passage" et "le message"
à ma LAL.
quelle bonne idée d'avoir déroulé ce fil!
je m'aperçois que je n'ai jamais lu aucun de ses livres.
Embarassed

je vais me rattraper
miammiam

_________________
unmotbleu

"J'approuve par lassitude, je contredis par impatience." Jean ROSTAND
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
zazy

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 70
Localisation : bourgogne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeMer 10 Avr 2013 - 22:03

unmotbleu, parfum sert à nous faire connaître des auteurs, des livres. C'est une mine incroyable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeSam 13 Avr 2013 - 19:31

zazy a écrit:
J'ai terminé "message". Qu'est-ce que j'aime lire les ouvrages de cette auteure !!!
Andrée Chedid - Page 2 Le-message


Shéhérazade a écrit:
Je suis en plein dans Les saisons de passage et c'est beau que c'est beau ! J'ai envie de noter toutes les phrases, de toutes les relever !!
Ce livre est une merveille !! aime

Mais oui, chers Parfumés, Andrée Chédid est une grande dame de la littérature simple et humaine...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
zazy

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 70
Localisation : bourgogne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeSam 13 Avr 2013 - 22:13

Coline, tu prêches une convertie !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeDim 14 Avr 2013 - 20:53

zazy a écrit:
Coline, tu prêches une convertie !!!
Oui, j'avais remarqué! content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
swallow
Sage de la littérature
swallow

Messages : 1366
Inscription le : 06/02/2007
Localisation : Tolède. Espagne.

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Juil 2013 - 9:18

Andrée Chedid - Page 2 Andrae10

FOUILLES.

Fouiller les sols
Jusqu´à saisir leur âme

Se déplacer dans l´espace
De notre terre
Face à l´infini cosmos

Se mouvoir d´un lieu
À l´autre
Faire face à l´énigme
Dans sa complexité

Épouser ses silences
Découvrir ses replis
Plonger dans ses secrets
Accéder au mystère.

Andrée Chedid- L´Étoffe de l´univers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
coline

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitimeSam 6 Juil 2013 - 12:17

Andrée Chédid, j'aime beaucoup parce que je le ressens aussi fortement, est très imprégnée des lieux et de l'espace...

La moelle des villes

S’enfoncer dans l’étau d’une ville
Longer les parois de sa nuit
Marcher sur sa membrane d’asphalte
Avancer sous la dalle de son ciel
Arpenter ses méandres
Tressaillir de son cri

Forer l’os des solitudes
Se heurter au mutisme des seuils
Frôler l’arbre aux aguets

Se glisser dans la texture
Des pierres
Pénétrer la trame
Des murailles
S’imprégner des noces
Du fleuve et des pavés

Débusquer ses lueurs
Puiser sources sous son gravier
Faire émerger la Ville
De ses suaires

S’infiltrer dans sa moelle
Lui faire jour
Se faire jour !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Andrée Chedid - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Andrée Chedid   Andrée Chedid - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Andrée Chedid
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Zabeth, André Louis
» SECURITE
» LES HISTOIRES A BALISSON
» (F) Johanna J. Gleeson ||27 ans || Happy Ending || Andréa Joy Cook
» CHEVALIER PAUL (EE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: