Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Aldous Huxley

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Sieglinde
Posteur en quête
avatar

Messages : 67
Inscription le : 08/03/2008
Age : 27
Localisation : Val d'Oise

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Jeu 24 Avr 2008 - 20:52

Bon je crois que je n'ai plus qu'à ajouter ce livre à ma liste Wink

Et autrement je comprends assez ce que tu veux dire. C'est vrai que ce livre peut rebuter. Ce n'est pas de la grande littérature, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais je pense que passés les premiers chapitres (l'indigeste description des traîtements chimiques subis par les embryons au deuxième chapitre notamment) et une fois familiarisé avec le style de l'auteur, ce n'est finalement pas si désagréable à lire. :)

Et puis c'est un roman qui apporte tellement de choses et qui est la source d'une telle réflexion intérieure après coup qu'on pardonne aisément à son auteur les faiblesses de sa prose^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cachemire
Sage de la littérature
avatar

Messages : 1998
Inscription le : 11/02/2008
Localisation : Francfort

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Mar 24 Juin 2008 - 23:25

J'ai beaucoup aimé le meilleur des monde. Je pense que ce livre n'a rien perdu de son intérêt et qu'il est toujours d'un effrayante actualité...voyez les manipulations génétiques, le clonage et la surveillance des individus toujours plus serrée... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 69
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Mer 25 Juin 2008 - 6:57

J'ai en son temps beaucoup aimé Contrepoint. Peut-être étais-je dans les conditions propices. Histoire d'amour, si je me souviens....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
Menyne
Agilité postale
avatar

Messages : 864
Inscription le : 26/04/2008
Age : 47
Localisation : dis z'y mieux !

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Jeu 6 Nov 2008 - 21:41

Je viens de terminer Le meilleur des mondes.
Après la lecture de vos commentaires, je vois que les avis sont partagés.
En ce qui me concerne, j'ai bien aimé.
Certains passages m'ont un peu échappé , trop longs, trop je ne sais quoi qui fait que j'avais plutôt envie de les survoler.
Mais dans l'ensemble, un bon petit livre pour réfléchir sur nos sociétés, nos vies. Une sorte de conte philosophique.

La société décrite par Huxley n'est pas violente mais sacrément effrayante. Tout n'est que plaisir mais sans reflexion. C'est un abrutissement total par dressage dès la conception. Puis un abrutissement par dose de soma tout au long de la vie ! Fantastique programme.
Les émotions fortes sont interdites : pas de peur mais pas d'Amour non plus.
On ne peut s'empêcher parfois de faire le lien avec notre propre univers : consommons, jouissons, ne vieillissons pas, ne souffrons pas ...

Citation :
- Et c'est là, dit sentencieusement le Directeur, en guise de contribution à cet exposé, qu'est le secret du bonheur et de la vertu, aimer ce que l'on est obligé de faire. Tel est le but de tout conditionnement : faire aimer aux gens la destination sociale à laquelle ils ne peuvent échapper.

J'avais noté de nombreux extraits mais bon ... plus le courage et ni le temps de tout recopier (je dois rendre le livre demain), tant pis. En gros, je voulais presque recopier les chapitres 16 et 17 qui correspondent à une discussion entre le 'sauvage ' et sa Forderie ! Un vrai régal .

Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire
avatar

Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 46
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Ven 7 Nov 2008 - 14:18

Je n'ai lu que Les portes de la perception, à un moment bien particulier. J'en retiens la phrase qui a inspirée le titre de cet essai :
Citation :
« Si les portes de la perception étaient nettoyées, toute chose apparaîtrait à l'homme telle qu'elle est, infinie »
de William Blake.

Et Huxley se servait de différentes drogues pour nettoyer ces portes de la perception. Il croyait, me semble-t-il, en l'utilité des drogues notamment pour lutter contre la douleur, physique et morale.

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baklava
Espoir postal
avatar

Messages : 41
Inscription le : 19/09/2011
Age : 59
Localisation : Bordeaux

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Lun 19 Sep 2011 - 22:09

Bonjour tous

Je jubile, j'ai toujours pensé que le Meilleur des Mondes et 1984 constituaient à eux deux un sacré jeu de clés pour comprendre notre siècle.
Et je lis ici à peu près cela.

Sauf qu'à mon humble avis, ce n'est pas plutôt l'un ou plutôt l'autre, mais bien les deux ensemble qui décrivent nos dérives sociétales.

Vous l'avez dit d'ailleurs. La société de consommation cherche à nous donner le bonheur par la vacuité, jusqu'à l'écoeurement.
Et en même temps la souffrance la violence et la douleur sont toujours les attributs des totalitaires de tout poil.

Regardez donc votre lucarne téhentéenne. Vous y verrez entre 20:30 h et 21:00 h le remake instantané des deux romans en même temps : Horreur et futilité.


Brave new world, that has such people !
Caliban, la tempête, Shakespeare.

Bonjour chez vous. ;-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
toma
Main aguerrie
avatar

Messages : 302
Inscription le : 10/02/2009
Localisation : cantal

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Mar 20 Sep 2011 - 0:48

Le Meilleur Des Mondes et 1984, moi aussi je les trouve indissociables... et j'ajouterai peut-être La Pyramide de Kadaré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
FleshOvSatan
Espoir postal
avatar

Messages : 30
Inscription le : 02/09/2012
Age : 27
Localisation : NancY

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Ven 14 Sep 2012 - 15:16

Les portes de la perception

Que dire de ce livre qui a (en partie) formé un pan entier de la personne que je suis actuellement. Ma première lecture remonte lorsque que j'avais à peu près 15 ans, je l'ai depuis relu 2 fois, et je le relis actuellement d'ailleurs.

On va dire qu'Huxley a sur ce coup fondé une part et acquiescé une partie de ce que je pensais déjà, le concept de perception, le portes etc... Donc ça a été un bouleversement pour moi, de voir qu'un type avait écrit ce que je pensais 60 ans avant que j'y pense.

Morceaux choisis :

- Elle donne accès à la contemplation, - mais à une contemplation qui est incompatible avec l'action, ni même avec la volonté d'action, avec l'idée d'action. Dans les intervalles de ses Révélations, celui qui prend de la mescaline à tendance à sentir que, bien qu'en en un sens tout soit suprêmement ce qu'il doit être, en un autre sens il y a quelque chose qui cloche.

Et qui est pour moi une révélation du malaise suprême de la condition d'humain, cette part "qui cloche" en tout temps, mais que la Mescaline réveille à Huxley.

- C'est ainsi qu'il faudrait voir, répétais-je encore. Et j'aurais pu ajouter : Voilà le genre de choses qu'il faudrait regarder. Des choses sans prétention, satisfaites d'être simplement elles-mêmes, suffisantes en leur réalité, ne jouant pas un rôle, n'essayant pas, d'une façon insensé, d'"y aller" seules, isolées du Corps-Dharma, en un défi luciférien à la grâce de Dieu.


- J'étais revenu dans un monde ou tout brillait de Lumière Intérieure et était infini dans sa signification.


Ou la sublimation de l'esprit par l'expérience du point de vue extérieur, de l'angle différent, la surbrillance, la survalorisation des nuances, et cet aspect quasi-omniscient de l'intérieur et de l'extérieur.


- Ou plutôt à être moi en eux; ou, pour être plus précis, à être mon non-moi, dans le non-moi qui était mon fauteuil.


Passage qui illustre très bien que l'angle intérieur de vision apporté par la Mescaline apporte aussi une vision différente sur l'extérieur.

Je pense que "Les portes de la perception" est le plus grand livre du monde parce que j'ai entrevu une partie de ces portes, de l'Istigkeit. Néanmoins sa force réside dans le fait qu'il est aussi un grand livre pour tout le monde, même si ce tout le monde n'est pas attiré par les expériences du genre "à la recherche d'un angle de vue différent sur mon moi profond".
Les expériences d'Huxley valent le coup d'être lues, pour les curieux qui voudraient en savoir plus, ou si vous avez vous-mêmes fait ce genre d'expérience(s).

Les visions hallucinogènes sont au final un traumatisme pour Huxley comme pour ceux qui en ont pris, un cataclysme, un chamboulement parfois positif et parfois négatif (comme il le dit lui même : "Mais l'homme qui revient après avoir franchi la Porte dans le Mur ne sera plus jamais tout à fait le même que celui qui y est entré"), et je trouve que personne n'a su décrire ce phénomène aussi bien que lui, car chaque mot et d'une précision lumineuse. Lumineux, justement, comme si chaque chose prenait un grain sacré avec la vision extérieur de son propre "moi", des sensations qui sont au final bien proches de la réalité. On sent vraiment chaque chose comme lui l'a perçue, et ça, c'est très fort. Alors bien sûr, la faute à la caractéristique scientifique de l'écrit, et aux multiples réflexions de l'auteur (visibles dans les essais suivants...) peut rendre la lecture complexe, et demande à l'esprit pas mal de concentration pour se représenter ce que l'auteur veut nous dire.

Mais comme l'expérience psychoactive (ça n'engage que moi, mais bon...), on ressort de ce livre plus riche intérieurement qu'on ne l'était au départ.

MasterPiece.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.thrashocore.com/
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 30
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Ven 27 Déc 2013 - 20:14


(Le meilleur des mondes)

Ce livre incarne la vision effrayante d'un futur peut être pas si lointain où Huxley met en balance un bonheur futile et une liberté potentiellement douloureuse. Les rails de réflexion intérieure qu'il permet de mettre en place ou de réactiver sont primordiaux dans les contextes scientifiques et politiques actuels, de plus en plus problématiques éthiquement parlant. L'histoire autour du sauvage a moins d'intérêt que la description de ce monde dystopique mais cette dernière vaut, à elle seule, le détour. Et comme le disait Menyne, la présence du sauvage prend tout son sens dans les chapitres 16 et 17 qui sont brillants.

Aeriale a écrit:
Je pense que ce genre de romans , tout comme ceux d'Orwell , font partie du patrimoine général et que chacun devrait les garder bien en tête , à tout moment de leur vie , histoire de garder nos consciences bien éveillées car cette prise de pouvoir insidieuse ne paraît pas déranger au départ tout un chacun et peut toujours resurgir...

C'est ce que je veux retenir de ce Meilleur des mondes : une lecture importante si ce n'est essentielle.


En somme, vous réclamez le droit d'être malheureux.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22888
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Sam 28 Déc 2013 - 9:15

C'est vraiment un livre qui avait marqué mon adolescence.
Le relire ?
Il a l'air de bien vieillir en tout cas.

Lire un autre ?
(J'avais tenté avec Contrepoint, mais abandonné - il me semble qu'Arabella l'a lu et apprécié ?
J'aimerais essayé un autre livre de lui !)

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 30
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Dim 29 Déc 2013 - 11:46

Il y a deux personnes sur le fil qui parlent en des termes assez positifs de Les portes de la perception (dont l'avis juste au-dessus du mien). Tu peux peut être tenter celui-là. Sinon, oui, tu pourrais relire Le meilleur des mondes, il a très bien vieilli.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
avatar

Messages : 22888
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Dim 29 Déc 2013 - 11:53

Heyoka a écrit:
Il y a deux personnes sur le fil qui parlent en des termes assez positifs de Les portes de la perception (dont l'avis juste au-dessus du mien). Tu peux peut être tenter celui-là. Sinon, oui, tu pourrais relire Le meilleur des mondes, il a très bien vieilli.

Yepa !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Dim 29 Déc 2013 - 11:59

De Huxley, j'ai lu Le meilleur des Mondes et Retour au meilleur des mondes (qui est plus une sorte d'essai explicatif sur le roman, de mémoire), et comme avec 1984, à la lecture, j'ai eu la sensation que cet homme avait tout compris du monde dans lequel nous, nous vivons...
Au fond, c'est vraiment la grande force de la SF de pouvoir parler de manière détournée et symbolique de notre société...


Sinon, je projette de lire Les Portes de la perception parce qu'il a inspiré les premiers travaux de Stanislas Grof sur les drogues psychédéliques et les débuts de la psychologie trans personnelle, donc ça m'intéresse bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
avatar

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 30
Localisation : Suède

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Dim 29 Déc 2013 - 12:41

Oui, la SF va de pair avec une réflexion sociétale.
J'espère que tu nous feras part de ton avis au sujet de Les Portes de la perception.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
colimasson
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 16258
Inscription le : 28/06/2010
Age : 27
Localisation : Thonon

MessageSujet: Re: Aldous Huxley   Jeu 20 Fév 2014 - 20:38

La philosophie éternelle (1948)




On trouverait aisément des preuves marquant le clivage existant entre les grandes religions du monde ; trouver leur dénominateur commun est moins aisé. Les textes et leurs interprétations prolifèrent et créent un parasitage intense. Celui qui les découvre et cherche à les comprendre doit se placer dans une disposition d’esprit telle que l’apparition des similarités devra être son premier objectif. Qui cherche trouve ? Oui, mais cela ne réduit en rien la portée de cette Philosophie éternelle qui, au même titre que les théories schismatiques, se veut avant tout disposition d’esprit de l’observateur.


Aldous Huxley, que l’on connaît surtout pour son Meilleur des mondes, se fait l’auteur d’une anthologie regroupant près de150 auteurs dont les pensées convergent vers la Philosophie éternelle. Au-delà de la pensée théorique, cette philosophie est une expérience de l’unité et de l’indifférence cosmique à l’égard de l’individu, ceci afin d’exacerber le rôle significatif d’un ensemble participant à une même nature. Quel que soit le nom que l’on donne à cette nature qui nous échappe parce qu’elle dépasse le dicible (« Ce dont on ne peut parler, il faut le taire » écrivait aussi Wittgenstein pour décrire le mystique), les auteurs que l’on rencontre dans cet ouvrage, éclairés par les commentaires d’Aldous Huxley, s’accordent malgré les différences de concepts.


Inutile d’en écrire davantage sur ce livre. Sans vouloir faire preuve d’hermétisme, son propos ne s’adressera qu’à une catégorie de personnes dont les expériences de vie personnelles auront déjà su rendre aptes à la perception de cette dimension d’éternité. Aldous Huxley écrit simplement :
« Le progrès spirituel s’effectue par la connaissance croissante du moi, en tant que rien, et de la Divinité en tant que Réalité embrassant toutes choses. (Une telle connaissance, bien entendu, est sans valeur si elle est simplement théorique ; pour être efficace, il faut qu’on en ait conscience à titre d’expérience immédiate, intuitive, et qu’on agisse d’une façon appropriée) »


Rien de religieux derrière tout cela –à moins que l’on qualifie de « religieux » tout ce qui ne relève pas des mécanismes de pensée routiniers et dans ce cas, les sciences ou la philosophie sont aussi religieuses que la pensée d’un Lao Tseu ou d’un Maître Eckhart, pour n’en citer que deux. On retrouve aussi les idées de L’éthique de Spinoza dans cette philosophie éternelle qui cherche à abolir l’immédiateté des passions de l’individu ; on y trouve des concepts propres à la physique quantique, ainsi Eckhart écrivant que « Dieu devient et dé-devient » ; ou encore une architecture fractale de l’univers, Yung-chia Ta-Shih écrivant : « Une seule Réalité comprenant toutes choses, renferme en elle-même toutes les réalités ». L’univers devient ainsi vaste réseau d’échanges informationnels, le tout interrogeant ses parties, les parties influençant le tout, le tout déterminant à nouveau les parties ( «Parce que nous sommes libres, il nous est possible de répondre bien ou mal aux interrogations de la vie »).


Il ne sera pas question d’actualité politique ni de rumeurs historiques, pour le plus grand soulagement du lecteur qui perçoit le parasitage existant entre son expérience quotidienne et ses intuitions plus profondes. Si Aldous Huxley n’invente rien de particulier dans cette Philosophie éternelle, il faut toutefois saluer un travail honorable qui passe par les étapes d’un éclectisme culturel le faisant cheminer de Maître Eckhart à Chiang Chih-chi, de Fénelon à Huang Po, de William Law à Abou Sa’id, sans que ni les divergences chronologiques, ni l’éloignement géographique, n’inscrivent ces pensées dans des étaux culturels distincts ; par un ordonnancement structuré et progressif de ces textes permettant de mettre en valeur leur dénominateur commun, par-delà les luttes d’instantanés et d’égocentrismes. Aldous Huxley se fait maître passeur des idées de la philosophie éternelle sans jamais se montrer plus fier et vindicatif que ne le permet la nature même de cette pensée.



Une réflexion que Wittgenstein n'aurait pas reniée :

Citation :
« Chaque fois que, pour une raison quelconque, nous désirons penser au monde, non pas tel qu’il apparaît au sens commun, mais en tant que continuum, nous constatons que notre syntaxe et notre vocabulaire traditionnels sont totalement insuffisants. »

La révolution somatotonique :

Citation :
Et d’une façon presque soudaine dans l’espace de ce dernier quart de siècle a été consommée ce que Sheldon appelle une « révolution somatotonique » dirigée contre tout ce qui est caractéristiquement cérébrotonique dans la théorie et la pratique de la culture chrétienne traditionnelle. Voici quelques symptômes de cette révolution somatotonique.
Dans le christiannisme traditionnel, comme dans toutes les grandes interprétations religieuses de la Philosophia Perennis, il était axiomatique que la contemplation fût la fin et le but de l’action. Aujourd’hui, la grande majorité même des chrétiens avoués considèrent l’action (dirigée vers le progrès matériel et social) comme la fin, et la pensée analytique (il n’est plus question de pensée intégrale, ou contemplation), comme le moyen en vue de cette fin.
Dans le christianise traditionnel, comme dans les autres formulations de la Philosophia Perennis, le secret du bonheur et le chemin du salut devaient être recherchés, non dans le milieu extérieur, mais dans l’état d’esprit de l’individu par rapport au milieu. Aujourd’hui, la chose capitale n’est pas l’état d’esprit, mais l’état du milieu. […]
Dans l’éducation chrétienne traditionnelle, on insistait constamment sur la retenue ; avec l’ascension récente de l’ « école progressive », on insiste exclusivement sur l’activité et l’ « expression de la personnalité ».

Et ses conséquences modernes :

Citation :
« Aujourd’hui, les jeunes proclament sans arrêt à quel point ils « aiment » et « adorent » différentes catégories d’aliments et de boissons ; les adolescents et les adultes parlent des « frissons » qu’ils tirent de la stimulation de leur sexualité. La philosophie populaire de la vie a cessé d’être fondée sur les classiques de la dévotion et les règles de la bonne éducation aristocratique, et elle est maintenant façonnée par les auteurs de slogans publicitaires, dont l’idée unique est de persuader à tout le monde de devenir aussi extraverti, aussi gourmand sans retenue, que possible, puisque, bien entendu, ce sont uniquement les possessifs, les agités, les distraits qui dépensent de l’argent pour les choses que les annonciers désirent vendre. Le progrès technologique est, pour une part, le produit de la révolution somatotonique, et pour une autre part, la cause et le soutien de cette révolution. »


Florilège...

Maître Eckhart a écrit:
« Plus Dieu est en toutes choses, plus Il est en dehors d’elles. Plus Il est au-dedans, plus Il est au-dehors. »


Saint Jean de la Croix a écrit:
« L’inquiétude est toujours vanité, parce qu’elle ne sert à rien de bon. Oui, même si le monde entier était jeté dans la confusion, ainsi que toutes les choses qu’il renferme, l’inquiétude à ce sujet serait vanité. »


Aphorisme soufi anonyme a écrit:
« Quand le cœur pleure sur ce qu’il a perdu, l’esprit rit sur ce qu’il a trouvé. »


William Law a écrit:
« Quel besoin y a-t-il de tant de nouvelles du dehors, alors que tout ce qui concerne soit la vie, soit la mort, s’effectue et fait son œuvre en nous ? »


Djalal-eddine Roumi a écrit:
Pourquoi as-tu dit : « J’ai tant péché,
Et Dieu, dans Sa miséricorde, n’a point puni mes péchés » ?
Que de fois je te frappe, sans que tu le saches !


Benoît de Canfeld a écrit:
« Plus un homme œuvre, plus il est et existe. Et plus il est et existe, moins il est et existe de Dieu en lui. »


*peinture d'Andrew Wyeth

_________________

J’ai presque vingt ans ! Me voici à la fin de ma vie, et je n’ai rien accompli !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://colimasson.over-blog.com/#
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aldous Huxley   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aldous Huxley
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les lunettes à grilles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature de culture anglaise et (ou) gaëlique (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: