Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Benjamin Fondane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Benjamin Fondane   Mer 26 Juin 2013 - 16:22

Il y a parfois de la férocité rimbaldienne dans certains poèmes surréalisants de Fondane, Bédoulène. sourire
de même, dans la dernière strophe, peut-être fait-il référence aux acosmistes néanmoins, je ne me livrerais pas à une interprétation fantaisiste, au risque de trahir sa pensée connue pour sa rigueur.  jypeurien







Elégies



III





Que de fois les visages ont changé de visage !
que de fois j'ai cloué avec des clous de bois
l'heure entre chien et loup traînée par le halage
- l'âge du capitaine parti pour l'autrefois !


Les hommes sont partis un à un par les portes
par les fenêtres et par les cadres des photos.
Où sont-ils ? Nulle part ! Que de morts et de mortes.
que ne puis-je manger de votre oubli, Lotos ?


Si je pouvais tenter le voyage en arrière !
Stations charmantes peintes en ocre et en désir
Clara, Chava, Suzy, Stéphanie. C'était hier !
Et toute cette chair n'était que souvenir.


Un peu de moi se trouve en tous ces murs de brique.
A ce vestiaire un peu de mon fantôme pend.
Ne suis-je qu'une vieille usine où l'on fabrique
ce tissu sans sommeil que l'on appelle temps ?


Suis-je celui maintenant qui regarde en arrière ?
Celui qui dans la nasse prend des poissons absents ?
Mais je sais qui une chair
sur le quai, ce qui n'a qu'une ombre dans les eaux.


Toutes ces ombres n'est-ce qu'en moi qu'elles perdurent ?
Est-il possible, ô Dieu, que je ne fusse qu'un
miroir usé, qui garde un peu de son étain
pour les ombres futures ?


(Extrait de "Au temps du poème", in "Le mal des fantômes" / Verdier poche)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Benjamin Fondane   Jeu 25 Juil 2013 - 13:57

Benjamin Fondane et sa passion pour le cinéma.

Adaptation du roman de C.F Ramuz "La séparation des races", sous le titre "Rapt", en collaboration avec son auteur : ICI


"Tararira"(1936) (par Olivier Salazar-Ferrer)

"Tararira" est le seul film réalisé entièrement par Benjamin Fondane, à Buenos Aires en 1936 avec le "Cuarteto Aguilar", un quatuor de luths mondialement célèbre à l'époque. "Si j’étais libre, vraiment libre, je tournerais un film absurde, sur une chose absurde, pour satisfaire à mon goût absurde de liberté " avait déclaré Fondane en 1933.
Nous avons peu d’exemples dans le cinéma des années trente de tentatives pour perpétuer l’esprit dadaïste et sa puissance de subversion. Toute interprétation cinématographique, esthétique, philosophique du film est soumise à des hypothèses imposées par la disparition de toutes les copies du film. "


Pour en savoir plus sur le film "Tararira" : ICI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Benjamin Fondane   Mer 20 Nov 2013 - 13:46

.

Je ne suis pas le pilote
de ce bateau que les aubes ont lavé à grande eau
- et les soirs. Je n'ai pas
le droit de commander aux houles
ni mettre de côté
un peu d'écume pour mes vieux jours. Toutes ces autres
écumes, les mouettes,
obéissent à d'autres regards. Je n'ai pas,
voyageur toléré sur le pont, en partage
avec vous, que le droit d'être jeté dessus
le bord, à l'achevé du cycle. De ce droit
ce n'est pas mon dessein d'user. Je vous respecte
marins et vous pilote,
je vous serre la main, commandant. Sur ce pont
vous êtes tous chez vous. Oui, mais moi-même
je ne suis pas d'ici
et me laisse laver par les aubes. Je triche.
Je ne partage pas votre vie. Ma sueur
ne se joint pas à votre travail. Mon visage
est loin. Oui, mais le soir
sous la lampe j'exprime le jus de la journée
sous mon pressoir. Le temps est fini. On commence
un autre voyage. Mais là
nous voyageons ensemble
dans un poème dont je suis le pilote
en un temps, en un temps où il n'y a pas de temps.



(Extrait de "Au temps du poème" in "Le mal des Fantômes"/ Verdier poche)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire


Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Benjamin Fondane   Mer 14 Mai 2014 - 14:10



.

Parfois



Parfois il lui arrive d’envier
la mort d’un fruit, la chute d’une feuille,
le bruit d’un mot blessé qui se recueille
avant que de crier.


Parfois, il lui arrive de troubler
l’eau d’un étang, de son visage ;
c’est comme si un dieu voulait doubler
– pour empêcher la fuite – son image.


L’homme serait-il seul à ne rien
savoir quitter, épris de ses racines,
comme quelqu’un qui se souvient
à peine du pays qui l’avoisine ?


Parfois aussi il se demande si
ce lui serait très dur de disparaître
sans qu’il ait pu, dans l’eau des choses, être
le long reflet d’un calme réussi.


1944


(Extrait de "Au temps du poème", in "Le mal des Fantômes"/ Verdier poche)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Benjamin Fondane   Aujourd'hui à 16:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Benjamin Fondane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» l'étrange destin de Benjamin Button
» photo siege iseos BBconfort avec benjamin 1 mois et demi
» Benjamin Franklin
» Ocelot - Benjamin
» (M/LIBRE) BENJAMIN EIDEM ? Tomber dans ses yeux.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: