Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ilarie Voronca

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Lun 3 Juin 2013 - 12:53



Hommes de l’avenir. Tout ce que je dis dans ce livre
sera-t-il un jour
Comme ces légendes que l’on écoute sans y croire ?
C’était pourtant l’époque où j’ai vécu,
La gloire était pour quelques-uns seulement et ils parlaient
de surproduction et de chômage et de statistiques,


Qu’ils faisaient fabriquer à leur gré en se moquant des
chiffres
Comme des hommes. Et ces sentences de mort et de faim
Ces diagrammes, ces graphiques, ces index numbers
Ils les faisaient établir par des pauvres qui signaient aussi
leur propre arrêt de misère.


Comment auraient-ils pu, ceux de mon temps, penser à
vous hommes de l’avenir.
Dénués de tout : agenouillés devant des gardiens
implacables
Comment auraient-ils pu penser encore ? Et pourtant
s’ils avaient regardé dans les champs
Ils auraient vu qu’il n’y a jamais trop de fleurs, si belles
dans leur simplicité.
Et les abeilles ? S’il y a trop de miel en sont-elles
malheureuses ?
Et les rossignols : s’ils chantent trop en résulte-t-il du
chômage ?


Vous ne saurez rien de tout cela, hommes de l’avenir
Vous pourrez voir, entendre, penser en toute liberté.


C’est ainsi que le soir je m’éloignais des habitants de la ville,
Qu’auraient-ils pu me faire, leur orgueil, leurs disputes ?
"Cet honneur, cette place sont à moi ", disaient-ils. Je sais
Mais dans les champs
Un espoir, comme une herbe fraîche, après la pluie,
reprenait vie.


La forêt n’était pas loin. On pouvait l’apercevoir
Comme une mer bien heureuse, aux arbres pareils à des
navires,
Entourés de l’écume des nuages. Ils se tenaient là
immobiles, ces arbres et cependant
Ils voyageaient à travers les saisons et les orages
innombrables.


Une vie âpre était en eux : délires des sens
Qui ne sont qu’une conséquence de la marche : vue,
odorat, ouïe.
Non, les arbres avaient mieux que cela : ils étaient mêlés
à l’argile
Et au ciel : comme un sens plus vaste comprenant tous
les sens
C’est là près de ces arbres que je voyais venir
Vers moi une autre forêt : celle des foules heureuses de
l’avenir.
Quand ce temps sombre aura disparu. Et tous les hommes
Et leurs pensées, leurs joies, seront comme des vases
communicants.



(Extrait de La poésie commune, in Poèmes choisis/Seghers)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Dim 23 Juin 2013 - 16:20

J’ai été vivant ...



J ’ai été vivant comme vous, mes amis, et dans les jardins
Tristes, provinciaux, j’ai fait de longues confidences
Et j’ai été aussi l’errant qui désire un toit familier
Et qui n’a pour tout vêtement que la lumière et la pluie.
Ô ! Être votre compagnon, vous reconnaître
Une fois encore. Ma vue pleine de choses de ce monde
Comme une eau très poissonneuse. Et ce regard du mourant
Bu par le visage, comme une rivière qui sèche.


De ce promontoire on aperçoit la mer,
Comme une fenêtre éclairée doucement
Derrière laquelle, très tard, dans une nuit d’hiver
Le poète cherche une aurore nouvelle parmi ses manuscrits,


Mais cette transfusion lente vers l’immobilité, vers la mort
Ces vases communicants – la vie et la mort – dont je prends conscience
Cette source qui est en nous dès notre naissance
Et qui ne jaillit qu’au moment même de notre mort,


Nous fera-t-elle enfin tout savoir ? Ces couleurs,
Et ce grand jour, sans aube, dont on s’approche
Le visage est ici mais son contour est ailleurs,
On peut s’en éloigner, on reste toujours proche.


Tout cela appartient à un autre temps, ô mes amis !
Et cette porte où l’on frappe. Et quand on l’ouvre
Il n’apparaît personne. Ô ! comme j’aurais voulu
Reconnaître celui qui est là sur le seuil,
Sans figure et sans voix. Car j’étais vivant comme vous.


Mais aujourd’hui, je suis celui-là même
Que vos yeux cherchent en vain,
Dans les ténèbres, par les portes béantes.
Entouré de grandes eaux comme des chiens invisibles
Dont on entend tout près le souffle qui halète.


La poésie commune (1936)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Dim 8 Déc 2013 - 20:29

.

Journée calme. Journée lumineuse,
Avec les semailles brillant à côté du soleil de bronze,
Avec la distribution juste des récoltes,
Près des vapeurs planant entre le foin et les vents d'airain.


Te voilà, toi, homme bon.
Serviteur ou chanteur avec les outils de midi,
Les chiens aboient joyeusement, les peupliers viennent
à ta rencontre
De ta voix, le salut s'élève limpide.


Peut-être est-il écume. Peut-être est-il oiseau.
O ! vous bêtes planant tout près comme des dieux familiers
Et toi, terre grattée, fouillée pour une miette de pain
L'argile restée sur le tranchant de la pelle
Comme une tristesse sur la lame d'un mot.


Où partir ? Où chanter ?
Où tracer un retour, un appel ?
Ce silence entre les chardons et le soleil de bronze
Et le sommeil comme un poème oublié et ensuite retrouvé,
le voilà.


(Extrait de "Patmos, 1934" in Poèmes choisis/ Seghers)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Lun 28 Juil 2014 - 12:29

.




Regrettant toujours



Ce sera peut-être comme dans cette vie :
Je m'écrierai : c'est ici que je veux demeurer,
Comme je m'exclamais autrefois devant un beau domaine,
C'est ici que je veux vivre, je dirai : dressez une tombe ici.

Mais la mort ne me laissera pas plus de répit que la vie.
Elle m'éloignera de tout ce qui me sera cher,
Les forêts, les mers avec leurs chevelures,
Resteront en arrière sur un rivage immatériel.

Parfois je reconnaîtrai le jardin calme
Que j'ai vu de la fenêtre en cette après-midi de printemps.
C'était la première fois que je pénétrais dans cette chambre
Où la jeunesse était enfermée avec son parfum de pommes
et de coings.

J'étais là à la fenêtre mais quelqu'un
Qui me ressemblait et qui pouvait être mon esprit
Planait parmi les branches de la saison, se drapait
Dans les voiles que tissaient de leurs chants les oiseaux.

Et je compris que le bonheur est cet instant
Où l'on se voit soi-même heureux sur une allée
D'un jardin et votre semblable vous supplie:
"Restons ici, dans ce paisible crépuscule".

Qu'importe alors, si l'on est vivant ou mort ?
C'est la mort ou la vie qui ouvre ces fenêtres,
Le printemps marche en robe de dentelles,
On veut le suivre, on est déjà trop loin.

Ainsi l'on traverse les contrées, les chambres.
Parfois l'on passe comme dans un moulin
Et la farine blanche d'une joie vous recouvre
Et on rit, on secoue ces neiges d'abondance.

Si l'on a tant de regrets, si l'on veut revenir,
C'est que celui qui vous ressemble et est vous-même
Vous suit d'un pas lent, le visage tourné
Vers le domaine où pousse une herbe inoubliable.

On les reverra certes, ce crépuscule
Et ce printemps, aux portes ouvertes d'un nuage,
Sans jamais s'arrêter et regrettant toujours
Ce bonheur qu'on a cru saisir, insaisissable.


(Extraits de Inédits, in Ilarie Voronca/ Poèmes choisis/ Seghers)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Lun 28 Juil 2014 - 15:18

que j'aime celui-ci mais il me fait mal aussi parce que le temps me fuit

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Lun 28 Juil 2014 - 16:39

Où sont les hommes ?
 
QUAND les marmites ne voudront plus obéir
Quand le bois comme un oiseau qui s'envole
Quand les pierres s'effriteront pour se moquer de nous
Quand dans les buffets, à la place des couverts, de longs serpents venimeux
 
Quand nous souhaiterons enfin une présence humaine
Quand nous aurons besoin d'une voix humaine
Quand l'homme que nous avons meurtri, crucifié
Pourra nous faire du bien avec son regard qui pardonne
 
C'est en vain que nous irons dans les prisons
C'est en vain que nous appellerons dans les chambres de torture
C'est en vain que dans les camps de la maladie et de la faim
Nous irons recueillir ce qui reste de l'homme.
 
Quand l'eau rira libre loin de nos lèvres,
Quand les murs comme de la fumée à notre approche
Quand les roches couvertes d'algues et de varech
Sortiront comme un troupeau hallucinant de l'océan
 
Quand la paix comme un fouet cinglera nos faces
Quand les arbres comme des rennes fuyant dans la nuit
Quand les chaises, les tables, les armoires, sans se gêner
Conspireront, en notre présence, pour nous perdre,
 
Quand la solitude demandera son salaire
C'est en vain que nous nous souviendrons de nos semblables
Dans les soutes, dans les cavernes, dans les casemates
Il n'y aura plus qu'un peu de sang et de rouille sur les chaînes
[/spoiler]
.

Remerciements sincères au site poétique Esprits nomades

_________________
L' imagination est l' histoire vraie du monde.
Roberto Juarroz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Constance
Zen littéraire
avatar

Messages : 4066
Inscription le : 27/04/2010

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Mar 29 Juil 2014 - 12:44

Bédoulène a écrit:
que j'aime celui-ci mais il me fait mal aussi parce que le temps me fuit


Qui n'a pas vécu ces quelques secondes d'éternité arrachées au temps qui passe, en l'espoir de les figer à tout jamais dans leur plénitude, Bédou ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bédoulène
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 17271
Inscription le : 06/07/2007
Age : 72
Localisation : Provence

MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    Mar 29 Juil 2014 - 14:11

bien sur Constance, mais difficile à figer et le temps est un voleur !

_________________
Celui qui ne dispose pas des deux tiers de sa journée pour soi est un esclave. » Friedrich Nietzsche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ilarie Voronca    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ilarie Voronca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: