Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Tran Anh Hung

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Esperluette
Sage de la littérature
Esperluette

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeLun 9 Avr 2012 - 20:54

Je viens de me renseigner sur le site de ma médiathèque et le dvd n'est pas référencé! No Je vais tenter une suggestion à tout hasard!
En tout cas, vos commentaires donnent envie de le voir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeLun 9 Avr 2012 - 21:48

Je peux faire circuler le DVD ...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
Esperluette

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeMar 10 Avr 2012 - 13:17

Marko a écrit:
Je peux faire circuler le DVD ...

joie woohoo impatient content bounce cheers

C'est vrai? surpris Je n'arrive pas à en croire mes yeux!! langue pendante Tu aurais droit à ma reconnaissance éternelle, alors!! aime Tran Anh Hung - Page 2 2603

joie woohoo impatient content bounce cheers

Comment fait-on? Tran Anh Hung - Page 2 2603

Tu es mon rayon de soleil aujourd'hui dans le ciel tout gris!! sunny

A bientôt alors!!!

byebye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeMar 10 Avr 2012 - 13:21

Il suffit de me donner une adresse en MP (message privé)... Ensuite soit tu me le retournes quand tu l'auras vu soit il part chez quelqu'un d'autre Very Happy

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
Esperluette

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeMar 10 Avr 2012 - 21:14

Marko a écrit:
Il suffit de me donner une adresse en MP (message privé)... Ensuite soit tu me le retournes quand tu l'auras vu soit il part chez quelqu'un d'autre Very Happy

D'accord Marko! J'arrive!!!
J'aime bien cette idée d'échanger des documents de cette façon!
Au plaisir!

byebye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esperluette
Sage de la littérature
Esperluette

Messages : 1660
Inscription le : 09/04/2012

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeLun 23 Avr 2012 - 18:22

Très emballée par le film que je viens de voir! aime

J’y ai retrouvé une certaine parenté avec Bleu de Kieslowsky lorsque Naoko fête ses vingt ans avec Wanabee. C’est impossibilité de dire les sentiments, le malaise se reflète dans les couleurs, Naoko est complétement prisonnière de sa folie, de sa frigidité. La seule scène d’amour qui devait être réussie est d’emblée condamnée par cette lumière bleue. Nous savons que Naoko va mourir, lorsqu’elle est allongée, elle ressemble à quelqu’un qui dort, qui est mort. Même les scènes sous la neige préfigurent la mort, lorsque Wanabee la quitte, elle sait qu’elle ne survivra pas à ce départ, l’enfermement dans la folie est présent, palpable. Les paysages ressemblent à des natures mortes, des estampes où tout est figé. Elles traduisent l’état émotionnel de Naoko, sa frigidité.
J’aime les longueurs de ce réalisateur, il prend le temps de traduire les sentiments, la perte d’un être aimée, le manque, la peur, l’incertitude, l’inexorable mélancolie de Wanabee, la folie qui s’insinue dans tous les pores de la peau de Naoko.

Une belle scène d’énergie, d’élan de vie quand Wanabee apprend qu’il peut rendre visite à Naoko et que la caméra le suit montant les escaliers dans un tourbillon de vie, de fougue, nous le suivons des yeux et ressentons sa joie ardente de retrouver celle qu’il aime. L’ivresse qui nous saisit lorsque nous nous rendons à un rendez-vous amoureux ! Je crois que c'est à peu près le seul moment dynamique du film.

La révolution de 1968 passe au travers de Wanabee qui est toujours filmé à part, comme extérieur à des événements qui le dépassent ! Il est comme absent, prisonnier de ses lectures. Il ne peut, ne veut pas grandir comme Naoko qui dit : "ce serait bien de pouvoir faire l’aller-retour de 18 à 19 ans sans jamais avoir 20 ans." Et de fait, elle abrège sa vie.

Midori est le rayon lumineux de ce film avec sa façon naturelle et spontanée d s’adresser aux garçons, à Wanabee. Elle veut faire l’amour ? Elle le lui demande sans complexe, à la piscine ou dans un bar, cela ne la gêne aucunement. Elle ne veut pas souffrir et le dit à Wanabee dans une belle scène enneigée : fin de l’amour entre Naoko et Wanabee ? départ d’une nouvelle vie ? Les amours semblent vécues au rythme des saisons.

La beauté renversante des plans, soulignée par la musique de Radiohead, est au service des sentiments qui agitent les personnages.

Le DVD est donc disponible si quelqu'un veut le visionner, faites-moi signe. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Mai 2013 - 18:45

Marko a écrit:
Donc oui il y a de l'artifice et des maladresses, parfois un peu d'ennui, mais le résultat est une proposition de cinéma passionnante. Je lirai le roman pour voir ce qui a été respecté et ce qui a fait l'objet d'interprétations.
Tu l'as lu depuis ? Si oui, ton avis a-t-il changé suite à cette lecture ?


Esperluette a écrit:
Une belle scène d’énergie, d’élan de vie quand Wanabee apprend qu’il peut rendre visite à Naoko et que la caméra le suit montant les escaliers dans un tourbillon de vie, de fougue, nous le suivons des yeux et ressentons sa joie ardente de retrouver celle qu’il aime. L’ivresse qui nous saisit lorsque nous nous rendons à un rendez-vous amoureux ! Je crois que c'est à peu près le seul moment dynamique du film.
C'est un défaut d'adaptation parce que normalement, les scènes avec Midori devraient apporter du dynamisme, un élan de vie, de par la joie de Midori. Elle incarne l'antithèse de Naoko, c'est une optimiste, pétillante, à mille lieues de la frigidité et des pulsions de mort de Naoko.

Autre défaut d'adaptation : la scène avec Reiko qui est en contradiction avec celle du roman... Dans le livre, c'est une belle scène, un moment convivial tandis que là, c'est juste glauque.


eXPie a écrit:
Ce n'est pas naturel, c'est fabriqué, à aucun moment les personnages ne sont vivants, c'est trop pensé, tout le temps, chaque plan, chaque mouvement de caméra, on ne peut pas l'oublier, et c'est une barrière que je n'ai pas pu franchir.
traversay a écrit:
D'un autre côté, le film est très beau, peut-être trop esthétique d'ailleurs, avec plusieurs moments de cinéma exceptionnels comme cette promenade accélérée dans les hautes herbes qui est une scène de révélation, aussi "essoufflante" pour les personnages que pour les spectateurs. Et que dire des gros plans d'actrices, d'une incroyable sensualité, à ressentir pratiquement le grain de peau ? Et de la somptueuse glorification de la nature à chaque saison ! Tout cela donne un magma de sensations, mais pas d'émotion véritable, comme une oeuvre virtuose, trop consciente de sa beauté, et qui a un peu oublié son sujet au passage.
nezumi a écrit:
Moi il m'a rasée tout court. Des images superbes et des actrices très photogéniques, mais à force de travellings leeeeents et de délayage de l'intrigue, la 2e heure devient limite insupportable. L'histoire est respectée (parfois à la lettre), mais pas l'esprit du roman, qui bien que contemplatif n'est jamais ennuyeux.
nezumi a écrit:
C'est un bel objet formel que ce film, un diaporama de très belles photos, mais il ne faut pas espérer y retrouver ce qui fait le charme nostalgique du roman...
Je vous rejoins mais je nuancerais un peu mon avis. Comme vous, j'ai été ennuyée par l'aspect contemplatif à l'excès mais d'un autre côté, on retrouve quand même une partie du charme et de la mélancolie du livre. C'était une histoire très difficile à adapter et je dois avouer que le réalisateur a tout de même réussi à garder son film à flot. Sur la fin, le côté trop esthétisant tape sur les nerfs et on décroche, c'est dommage. J'ai fini les 10 dernières minutes en avance rapide et ça ne m'empêchait même pas de lire les sous-titres, c'est dire à quel point c'est du ralenti de ralenti...

bailler

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 4 Mai 2013 - 19:25

Kannskia a écrit:
C'était une histoire très difficile à adapter et je dois avouer que le réalisateur a tout de même réussi à garder son film à flot. Sur la fin, le côté trop esthétisant tape sur les nerfs et on décroche, c'est dommage. J'ai fini les 10 dernières minutes en avance rapide et ça ne m'empêchait même pas de lire les sous-titres, c'est dire à quel point c'est du ralenti de ralenti...

bailler

C'est plus un film de Tran Anh Hung qu'une "simple" adaptation de Murakami, parce qu'on ne peut pas dire que Murakami Haruki ait une écriture esthétisante. Ni que ce soit lent et ennuyeux (même si, pour 1Q84 notamment, je ne puisse pas l'affirmer).
Le fait de garder sa personnalité dans l'adaptation d'un film n'est bien sûr pas une critique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
pia
Zen littéraire
pia

Messages : 6473
Inscription le : 04/08/2013
Age : 51
Localisation : Entre Paris et Utrecht

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 20 Sep 2014 - 16:28

Norwegian Wood de Tran Anh Hung

tiré du livre de Haruki Murakami La ballade de l'impossible

Les années 70. Ils ont 18 ans, se connaissent depuis l´enfance. Une fille et deux garçons. Kizuki et Naoko sont amoureux et Watanabe les suit partout. Puis Kizuki se suicide. Watanabe continue ses études et un jour rencontre Naoko par hasard. Il se revoit et font l’amour. Pour elle, c'est la première fois. Pourquoi ? Parce qu’elle ne peut pas. Et elle ne peut pas oublier Kizuki non plus. Tant et plus qu’elle se referme sur elle-même et doit finalement subir une sorte d'internement. Watanabe rencontre une autre fille qui elle, le veut, et ne fuit pas. Il tombe amoureux, mais se sent en devoir de vivre, pour s’occuper de Naoko jusqu’au bout.

Après avoir lu Au sud de la frontière à l’Ouest du soleil, je retrouve quelques  thèmes, peut-être récurrents, de l’œuvre de Murakami Haruki. La femme qui fuit, que l’on attend, qui souffre et qui fait souffrir. Et la perte irrémédiable. L’érotisme est très présent, on ne mâche pas ses mots. Dans ce film tiré du livre, l’amour physique est au cœur du problême. Dans Au sud de la frontière à l’Ouest du soleil (livre que j'avais aimé sans plus), l’érotisme donnait lieu à de belles scènes, hors du commun. Dans ce film, Les dialogues se font, mais les silences aussi. Les personnages n’évitent pas leur souffrance mais la laisse venir à eux. Les acteurs sont bons, jeunes beaux et extrêmement malheureux (enfin leurs personnages). Après avoir lu quelques livres d’auteurs Japonais et avoir vu quelques films aussi, je suis surprise du nombre de suicides..... intense reflexion  Un bon film dont j’ai aimé l’histoire.



J'ai lu vos commentaires. Certains de vous ont aimé, d'autres moins. Par contre, presque chacun de vous, a trouvé que le côté esthétisant était trop exagéré. ça ne m'a pas du tout génée.

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Sep 2016 - 0:36

Tran Anh Hung - Page 2 Eterni12

Il est redoutable de parler d'un film pareil parce que le parti-pris formel est tellement radical dans sa dimension sur-esthétisante et élégiaque (une sorte de Terrence Malick au ralenti), surannée et idéalisée, qu'on pourra autant le vomir que le trouver admirable.

Il faut déjà noter qu'Eternité est l'adaptation du roman d'Alice Ferney, "L'élégance des veuves", dont il cite en voix off de nombreux passages tandis que les acteurs parlent très peu souvent et de façon anecdotique.

Tran Anh Hung - Page 2 L-eleg10

Il s'agit donc de décrire l'éternel recommencement transgénérationnel de la vie, du désir, de l'amour, du bonheur, de la naissance puis du deuil, du détachement et de la mort. Sans mysticisme mais à hauteur humaine à travers des tableaux idéalisés qui empruntent beaucoup à la peinture impressionniste de la fin du XIXe siècle (on pense beaucoup à Manet) sur des musiques qui cherchent la retenue et la mélancolie de la forme sonate (de Bach, Haendel ou Liszt à Debussy, Ravel, Fauré, Hahn...). Il y a du Maupassant aussi dans cette histoire qui pourrait s'appeler également "Une vie".

Tran Anh Hung - Page 2 Eterni10

Ce qui déroute le plus est le fait que toute aspérité est rejetée en dehors de l'écran. Il n'y a que de la beauté (des personnages, des paysages, des intérieurs) et de la noblesse de sentiments. Pas de place pour l'adultère, la violence, l'alcoolisme... La guerre est évoquée mais reste hors champ. La mort d'un époux est suggérée de loin dans un paysage paradisiaque. Par contre il y a une récurrence de la figure de la Pieta avec des deuils successifs qui donnent le titre au roman d'Alice Ferney. C'est avant tout une histoire de maternité et de deuil.

Tran Anh Hung - Page 2 Eterni13

Un film qu'on pourra facilement trouver guimauve, gnagnan et chichiteux mais qu'on a le droit aussi de trouver élégant, émouvant, parfois puissant avec des acteurs excellents (Audrey Tautou est magnifique) et une bande son pléthorique dans le registre de la beauté classique éthérée (avec notamment un passage chanté de "L'heure exquise" de Reynaldo Hahn absolument merveilleux) entrecoupé de rares montées d'intensité avec le Requiem de Fauré. J'avoue avoir beaucoup aimé ce film ne serait-ce que pour ce concert qu'il m'a offert...


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Sep 2016 - 16:32

-Eternité-

Pour situer, on devait aller voir Franz avec des amies et une de nous préférait voir du "léger". Nous l'avons suivie sans savoir ce qui nous attendait... Et là, surprise, choc et même fou rire au regard de tout ce que je viens de vous dire avant!

Surprise, car c'est un film peu courant: les images, fabuleuses, il faut le dire, se présentent comme des tableaux de Renoir ou d'autres impressionnistes tels Manet, que tu cites, Marko. Tout est épuré, pas de guerre, de violence. On ne travaille pas non plus, on ne fait que vivre un bonheur idéalisé ( ces personnages ne se disputent jamais par ex, et ne travaillent pas) C'est une version très éthérée, accentuée par le fait qu'ils n'ont que très peu de dialogues, et que la voix off est quasi omniprésente. Donc peu de place pour l'émotion viscérale, tout ici est visuel et aussi auditif ( de très beaux morceaux classiques que je serais incapable de citer ) qui fait que l'on peut décrocher ( une de nous est partie avant la fin) Et puis il y a beaucoup de morts. On a à peine le temps de les identifier qu'ils tombent comme des mouches. Forcément puisqu'il s'agit d'un retour en arrière sur l'histoire d'une famille. Mais bien triste pour un film que l'on voulait léger ;-)

Je l'ai donc trouvé tout à la fois: gnangnan oui un peu. Disons hors temps. Mais aussi éminemment élégant, avec ces tableaux vivants de toute beauté, même si ce déroulé de vies ne m'a pas touchée dans le sens où je situe la véritable émotion. À voir pour les puristes, vous y trouverez votre compte, c'est certain. Et les autres, soyez avertis ( pas comme nous, je veux dire! )

Tran Anh Hung - Page 2 Eterni10

Tran Anh Hung - Page 2 Eterni11

Tran Anh Hung - Page 2 25902-10

Tran Anh Hung - Page 2 10593310
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
églantine
Zen littéraire
églantine

Messages : 6498
Inscription le : 15/01/2013
Age : 54
Localisation : Peu importe

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Sep 2016 - 16:45

Deux commentaires qui me donnent envie ! bonjour


S'il passe chez moi  , je le programmerai , je le savoure d'avance dans ces belles images que tu as choisies Aériale ! cheers

_________________
«Le chemin du milieu, c'est le seul qui ne mène pas à Rome»  
Schonberg:  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Sep 2016 - 16:46

Je pense que beaucoup de gens (de femmes surtout) entrent dans la salle parce qu'il y a de belles images et des actrices connues. Mais c'est un film planant, presque abstrait par la façon dont il montre quelques moments forts d'une vie (mariage, baptême, enterrement...) mais aussi tout ce qui fait le quotidien avec ces petits gestes insignifiants qui ne racontent rien d'autre que le temps qui passe et qu'on occupe autant qu'on peut. Donc toute narration traditionnelle est en partie écartée et on ne voit pas les événements pittoresques d'une vie. C'est un peu l'héritage de Hou Hsiao Hsien cette façon de ne montrer que la banalité apparente du quotidien. Il lui a d'ailleurs emprunté son chef opérateur (celui aussi de Wong Kar Wai époque In the mood for Love).

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aeriale
Léoparde domestiquée
Aeriale

Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Sep 2016 - 16:59

églantine a écrit:
S'il passe chez moi  , je le programmerai , je le savoure d'avance dans ces belles images que tu as choisies Aériale ! cheers

Oui, toi ne le rate pas Eglantine, tu vas adorer je pense!!!

Marko a écrit:
Je pense que beaucoup de gens (de femmes surtout) entrent dans la salle parce qu'il y a de belles images et des actrices connues. Mais c'est un film planant, presque abstrait par la façon dont il montre quelques moments forts d'une vie (mariage, baptême, enterrement...) mais aussi tout ce qui fait le quotidien avec ces petits gestes insignifiants qui ne racontent rien d'autre que le temps qui passe et qu'on occupe autant qu'on peut. Donc toute narration traditionnelle est en partie écartée et on ne voit pas les événements pittoresques d'une vie. C'est un peu l'héritage de Hou Hsiao Hsien cette façon de ne montrer que la banalité apparente du quotidien. Il lui a d'ailleurs emprunté son chef opérateur (celui aussi de Wong Kar Wai époque In the mood for Love).

Ca aurait été de toutes façons impossible de montrer la réalité, et ce n'est pas le but du cinéaste, c'est certain! Il montre surtout l'amour, la découverte de l'autre, ces gestes maternels, tendres ou ces regards aimants que des époux portent sur leur moitié. Et le désespoir contenu dans la perte. Il a assuré en prenant de très bons acteurs. Mais je tenterai quand même Terrence Malick à qui tu le compares et que je redoute car en fait, je ne me suis pas vraiment ennuyée tant la somptuosité des décors et des images compensaient le manque d'émotion et la retenu dans sa démonstration!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitimeSam 10 Sep 2016 - 17:02


_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Tran Anh Hung - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Tran Anh Hung   Tran Anh Hung - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Tran Anh Hung
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» CLIP 2 REG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: