Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Thomas B. Reverdy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Emmanuelle Caminade
Envolée postale


Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Thomas B. Reverdy   Mar 21 Juin 2011 - 18:35



Je viens de le découvrir avec son quatrième livre, et c'est à mon sens un écrivain avec lequel il faudra compter.
La montée des eaux (Seuil 2003, Points 2010), Le ciel pour mémoire (Seuil, 2005) et Les derniers feux (Seuil, 2008) qui reçut le Prix Valery Larbaud , étaient une sorte de cycle assez autobiographique et intimiste, mais avec le dernier, L'envers du monde, Thomas B. Reverdy a, à ses propres dires, liquidé sa biographie, son être social; il lui a donné une forme, des mots et l'a transformé en style.

Vous trouverez sa biographie complète sur
son site


Dernière édition par Emmanuelle Caminade le Mer 22 Juin 2011 - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Emmanuelle Caminade
Envolée postale


Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 66
Localisation : Drôme provençale

MessageSujet: Thomas B. Reverdy   Mar 21 Juin 2011 - 18:38


Thomas B. Reverdy, L'envers du monde, Seuil ,août 2010, 265 p.


A New York, un jour d 'été caniculaire de 2003, on découvre le cadavre d'un inconnu dans un trou de pompage du gigantesque chantier de Ground Zero, le site des attentats du 11 septembre : un ouvrier arabe, si l'on en croit le badge qu'il porte sur son gilet orange,  et sans doute un assassinat...
L'inspecteur O'Molley, toujours à la recherche de la vérité, mène son enquête. Une enquête qui va s'affirmer comme la quête identitaire d'un pays déboussolé, d'une Amérique qui a changé. Et c'est un magnifique portrait de l'Amérique et de New York qui se dessine dans ces pages, un portrait lucide, ironique et tendre...
L'envers du monde est aussi, beaucoup plus largement au travers de ses trois héros attachants - deux Américains et un écrivain français - un roman sur la perte et l'absence , sur le chaos introduit par la mort . Mais il n'a rien de désespérant car c'est aussi un roman sur la reconstruction, par l'amour et par l'écriture.
C'est un "roman choral" très maîtrisé , magistralement conduit grâce à une narration fluide et mouvante reliant le patchwork d'une multitude de courts chapitres alternant les personnages et variant les angles de vue , un "puzzle complexe" qui se reconstitue progressivement nous tenant en haleine jusqu'à la fin.
A lire absolument !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Dim 19 Jan 2014 - 15:45

-Les évaporés-



Citation :
"Il faut que vous sachiez d'abord qu'ici, au Japon, un adulte a légalement le droit de disparaître.
- Il n'y a pas d'enquêtes de police.
- C'est comme une fugue. On dit yonige, ça veut dire "fuite de nuit". Dans le fond, c'est une sorte de déménagement, mais sans laisser d'adresse."


Kaze, employé dans une grosse société japonaise, et proche de la retraite, disparaît un soir sans laisser de traces. Sa fille Yukiko, installée à San Francisco dans l'espoir de devenir comédienne, convainc son ex, poète un peu trop rêveur reconverti en détective privé,  de retraverser l'océan avec elle dans l'espoir de le retrouver. Richard, toujours amoureux de la jeune femme, et convaincu que les indices se révéleront d'eux mêmes, se lance alors dans une improbable enquête...

Un roman bourré de charme, où le mystère et le réel jouent de concert dans un mélange subtilement dosé par Reverdy.  Les destins et les solitudes se croisent, les  rêves et les dévastations (le tsunami de 2011, Fukushima et ses dérives, le parc d'Ueno où tentent de survivre des rescapés) les héros et les mafieux, dans un monde gangréné par la corruption. L'auteur nous révèle la face cachée d'un Japon en crise et cela pourrait être triste ou sordide, pourtant ça ne l'est jamais. Au contraire, le texte est porté par une sorte de grâce qui tient beaucoup à l'écriture de Thomas Reverdy et à la tendresse qu'il a pour ses personnages, tous prêts à se réinventer pour un nouveau départ. Un bien joli roman et un jeune auteur prometteur, j'espère que vous y viendrez aussi Wink

" la vie est complètement hors de contrôle " comme dit Richard Brautignan à qui Reverdy dédie ce texte. Et c'est si vrai!

...

A propos de L'envers du monde, Emmanuelle Caminade dit:

Citation :
L'envers du monde est aussi, beaucoup plus largement au travers de ses trois héros attachants - deux Américains et un écrivain français - un roman sur la perte et l'absence , sur le chaos introduit par la mort . Mais il n'a rien de désespérant car c'est aussi un roman sur la reconstruction, par l'amour et par l'écriture..

Je retrouve les mêmes thèmes dans ce dernier roman:  une disparition suivie d'une enquête, prétexte à la radiographie d'un pays en pleine mutation et d'une reconstruction identitaire. Emmanuelle parle de lucidité, de tendresse et de maîtrise, des aspects que j'ai moi aussi beaucoup apprécié dans cette lecture.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pia
Zen littéraire


Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Dim 19 Jan 2014 - 16:09

Tiens, ça me dit bien !  sourire 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Dim 19 Jan 2014 - 16:32

Merci pour ce beau commentaire Aériale! J'aurais du me remuer avant pour donner mes impressions sur un auteur que j'ai nominé ce mois.

Aeriale a écrit:

" la vie est complètement hors de contrôle " comme dit Richard Brautignan à qui Reverdy dédie ce texte. Et c'est si vrai!

Il fait plus que le lui dédier car il l'a en fait intégré à son roman sous la forme de Richard B. le détective-poète.
Comme son modèle, c'est un homme de l'Ouest américain rude, pataud mais tendre, épris de poésie, de whisky, de grands espaces et de "pêche à la truite" (nom d'un roman de Brautigan). Les beaux passages en italiques censés être les notes de Richard B. sont en fait des extraits d'écrits que Brautigan a consacrés au Japon (The Tokyo-Montana Express, Journal Japonais, The sombrero fall-out, a Japanese novel) . Et que ce livre m'a donné envie de découvrir!

Dans ce roman, le Japon apparaît une fois de plus comme un pays fascinant l'étranger lost in translation et lui demeurant à jamais opaque, énigmatique, à l'image de la belle Yukiko aux "longs cheveux japonais" pour laquelle notre Richard B.  nourrit un amour obstiné mais sans espoir.

Mais aussi comme la terre qui depuis des centaines d'années, a connu des catastrophes particulièrement destructrices. Le roman, par ailleurs réaliste, offre ainsi deux magnifiques balades oniriques, l'une dans les ruines de Fukushima, lors d'une nuit de neige, et l'autre dans un Kyoto désert et fantomatique, baigné des brumes de l'aube. Le promeneur-lecteur y entendra le chant d'une geisha aveugle:

Citation :
Les tremblements de terre ont toujours été fréquents.[...]C'est comme si le pays n'en finissait pas de sortir des eaux, menacé par les vagues et les soubresauts de ses profondeurs.[..] Il y a toujours eu des catastrophes. Des gens meurent, des maisons sont écrasées ou s'effondrent, des villes sont anéanties par le feu, emportées par des tsunamis. On faisait des fosses communes, on n'avait aucun moyen d'identifier les cadavres après quelques semaines. C'est, à chaque fois, plusieurs années de guerre en un jour. Parmi les corps, dans la boue, dans la cendre, comment distinguer ceux qu'on retrouve, mais qu'on ne reconnaît pas, des parents, amis qu'on connaissait mais qu'on ne retrouve pas. [...] Il y a tous les survivants, les riches et les pauvres, remis à égalité par le malheur [...]. Ce sont des temps où chacun peut refaire sa vie, repartir de zéro. Les cartes du destin sont rebattues, ce sont des temps d'espoir, malgré tout. On les voyait ainsi, autrefois.

Cet "autrefois" est-il révolu ? Thomas B. Reverdy nous laisse ici entendre que la corruption fleurissant sur les décombres du tsunami aurait fini par avoir raison de cet état d'esprit résilient qui a permis au Japon de se relever tant de fois de ses cendres...
Revenir en haut Aller en bas
Aeriale
Léoparde domestiquée


Messages : 18120
Inscription le : 01/02/2007

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Dim 19 Jan 2014 - 16:43

nezumi a écrit:
Il fait plus que le lui dédier car il l'a en fait intégré à son roman sous la forme de Richard B. le détective-poète.
Comme son modèle, c'est un homme de l'Ouest américain rude, pataud mais tendre, épris de poésie, de whisky, de grands espaces et de "pêche à la truite"!

C'est exact, je me suis mal exprimée, tu as raison de préciser, Nezumi Wink

Et j'ai aussi pensé à Lost in translation. Il y a des moments drôles, lorsque notre détective hors pair nous confie qu'il préfèrerait pêcher la truite que partir à la découverte d'improbables restos, à manger des sushis muni de baguettes. Il est complètement déconnecté, tout comme le héros du film joué par Bill Muray. Et cela ajoute de la poésie en même temps, ce décalage...

nezumi a écrit:
Cet "autrefois" est-il révolu ? Thomas B. Reverdy nous laisse ici entendre que la corruption fleurissant sur les décombres du tsunami aurait fini par avoir raison de cet état d'esprit résilient qui aura permis au Japon de se relever tant de fois de ses cendres...

Merci à toi pour ton com qui complète parfaitement le mien.

Pia, il faut le lire, je suis certaine qu'il pourrait te séduire, vu tes choix de lecture.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Dim 19 Jan 2014 - 16:55

Oui, il plairait certainement à Pia!

Aeriale a écrit:

Et j'ai aussi pensé à Lost in translation. Il y a des moments drôles, lorsque notre détective hors pair nous confie qu'il préfèrerait pêcher la truite que partir à la découverte d'improbables restos, à manger des sushis muni de baguettes. Il est complètement déconnecté, tout comme le héros du film joué par Bill Muray. Et cela ajoute de la poésie en même temps, ce décalage...

En effet c'est tout à fait Bill Muray ! Faire une enquête au Japon, le cauchemar du détective occidental! Je cite le passage suivant en spoiler, non pas parce qu'il dévoile des éléments essentiels, mais afin de ne pas en dire trop à ceux qui aiment découvrir par eux-mêmes. On y retrouve les notes de Richard B., et donc une citation de la véritable prose brautiganienne

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
pia
Zen littéraire


Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Sam 15 Mar 2014 - 13:11



Un ami d’enfance, Guillaume, disparait. Nous suivons Thomas pendant les années qui suivent cette disparition.

Il a une belle écriture, très descriptive qui pourrait être poétique si elle me touchait.

Je ne suis pas émue par cet homme qui se traine dans la vie mollement, sans à coup, sans nervosité et qui ne réfléchit qu’en fonction de ce que les choses ou les gens lui apportent comme plaisir. Je ne me retrouve pas dans cette vie sans réelles difficultés, passée entre amis et où il semble que pour combler le manque de ressenti on s’invente des peines qui semblent surannées, et dont l’expression est d'une sentimentalité que je trouve guimauve.

La disparition de Guillaume devrait tirer Thomas de sa nonchalance, et l'auteur veut nous faire croire que l’absence de l’absent pendant presque tout le livre, est justement synonyme de souffrance muette. Mais je n’y ai pas cru tant il était occupé à lever son verre et à jouir de la vie au lieu de réagir.

Avançant dans la nuit de décor vers la table seule illuminée d’où grossissaient de nouveaux rires et des exclamations, je me disais c’est une nuit comme celle-là qu’il est parti, nous offrant un banquet pour nous faire ses adieux, Guillaume, mon adolescence. Et ma mère aussi. Je marmonnais, mais où étais-je, la nuit où elle est morte ? Est-ce que toujours nous dormons, est-ce que nous sommes ivres, lorsque les choses arrivent ? Et puis je me tus, sans réponse, alors que je m’approchais.

Je fais une critique assez négative du bouquin mais je suis consciente que, peut-être la raison pour laquelle je n’ai pas pu entrer dans ce bouquin et l’apprécier est peut-être très personnel. Surtout que, vous avez eu l’air Nézumi, Aériale et Emmanuelle Caminade de lui trouver beaucoup de charme (désolée donc!). Je ne suis peut-être pas très prudente puisque c’est, il me semble, un bouquin autobiographique. J’admet donc que tout le monde a son propre système de résilience.



_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Lun 17 Mar 2014 - 8:30

pia a écrit:

Je fais une critique assez négative du bouquin mais je suis consciente que, peut-être la raison pour laquelle je n’ai pas pu entrer dans ce bouquin et l’apprécier est peut-être très personnel. Surtout que, vous avez eu l’air Nézumi, Aériale et Emmanuelle Caminade de lui trouver beaucoup de charme (désolée donc!).

Je n'ai pas lu ce livre que tu chroniques. C'est aux Evaporés, son nouveau roman, que j'ai trouvé du charme.  sourire Tu aurais peut-être dû lire celui-là à la place.
Revenir en haut Aller en bas
pia
Zen littéraire


Messages : 6474
Inscription le : 04/08/2013
Age : 48
Localisation : Entre Paris et Utrecht

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Lun 17 Mar 2014 - 10:42

Peut-être que j'aurais dû. Mais maintenant je ne sais pas si j'ai envie de tenter, je suis passée à autre chose. Enfin qui sait! 

_________________
Celui qui veut imiter la démarche de l'autre ne fait que perdre la sienne. Proverbe Persan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steven
Zen littéraire


Messages : 4499
Inscription le : 26/09/2007
Age : 44
Localisation : Saint-Sever (Landes)

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Mer 26 Aoû 2015 - 22:03

Les évaporés

« Ici, lorsque quelqu’un disparaît, on dit simplement qu’il s’est évaporé, personne ne le recherche, ni la police parce qu’il n’y a pas de crime, ni la famille parce qu’elle est déshonorée... »

Ici, c’est le Japon et s’évaporer, c’est ce que va faire Kaze en proie aux persécutions des Yakuzas. Pour protéger sa femme, il va disparaître et déclencher ainsi la trame policière qui va conduire le lecteur tout au long du roman.
Yukiko, sa fille exilée aux Etats-Unis, va rentrer au Japon pour essayer de le retrouver ; en compagnie de Richard B., poète, détective privé, ancien amant encore amoureux et bouleversé par leur rupture. Richard B. inspiré par Richard Brautigan - Reverdy parsème le roman d’extraits de son œuvre :

« Elle dormait et ses cheveux dormaient avec elle, longs et sombres à ses côtés. Ses cheveux rêvaient d’être peignés avec beaucoup de soin le matin. »

Richard B, poète avant d’être détective, dévasté par un tsunami personnel part à la découverte de ce pays d’après catastrophe. Dans sa quête et celle de Yukiko, le roman oscille entre mystère et charme. Et c’est le Japon qui s’ouvre, ses différentes strates sociales, des plus aisés aux plus misérables ; ce sont le individus croisés, qui rappellent que le plus important est dans les relations qui se nouent… Et s’affirme que parfois la nécessité de prendre la fuite est plus forte que tout.
Un roman charmant et très poétique !

_________________
La seule chose que je sais, c'est que je ne sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Sam 3 Oct 2015 - 15:59

Il était une ville



Thomas B Reverdy adopte un style flamboyant et prenant pour décrire la décrépitude d'une ville , Detroit, que l'arrogance capitaliste a laissée en quelques années anéantie et exsangue, désertée par ses habitants, partant en ruines livrées aux squatteurs et aux gangs. C'est nettement le meilleur du livre, ces terrains vagues,  ces fenêtres arrachées, la rouille, la peinture qui cloque, les portes qui battent...

Dommage  qu'à côté de l' analyse dérangeante  de ce désastre économique et du paysage de décrépitude urbaine qui s'y rattache,  Thomas B Reverdy se contente d'effleurer son intrigue et  d'ébaucher ses personnages.
Le décor est superbement planté, c'est vrai, mais bien peu de choses pour l'habiter.


Dernière édition par topocl le Sam 3 Oct 2015 - 16:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Marko
Faune frénéclectique


Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 48
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Sam 3 Oct 2015 - 16:06

Ça fait penser à l'atmosphère du film de Ryan Gosling "Lost River" qui évoquait la ville fantôme de Detroit. Dommage que le récit semble ici peu consistant. Pas même un peu de mystère ?

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Sam 3 Oct 2015 - 16:27

topocl a écrit:
pour décrire la décrépitude d'une ville , Boston
pour l'instant Boston tient encore bon... Reverdy décrit Detroit Wink

il y a eu lors de la rentrée un autre livre qui s'intéresse à l'état de cette ville, un récit très fort à mon avis: Fordetroit

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile


Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011
Age : 56
Localisation : Loire

MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Sam 3 Oct 2015 - 16:40

Ben oui, évidemment, j'ai la tête à l'envers honte , je vais corriger!
Des photos pour me faire pardonner
(et j'ai lu ton comm qui m'a bien tentée pour Fordetroit, Kenavo!)

     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Thomas B. Reverdy   Aujourd'hui à 10:39

Revenir en haut Aller en bas
 
Thomas B. Reverdy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Thomas Gordon
» Thomas Fabius en garde à vue.
» CCFS 6000l THOMAS
» Énigme 106 - La léproserie de Saint-Thomas d’Aizier
» décès de Thomas Dupuis et Euphémie Legrand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: