Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Sergio Ramirez [Nicaragua]

Aller en bas 
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Sergio Ramirez [Nicaragua] Empty
MessageSujet: Sergio Ramirez [Nicaragua]   Sergio Ramirez [Nicaragua] Icon_minitimeSam 25 Juin 2011 - 16:58

Sergio Ramirez [Nicaragua] Sergio10

Sergio Ramirez est né le 5 août 1942 à Masatepe.
Citation :
Encore étudiant, il fonde la revue Ventana en 1960 avec Fernando Gordillo. Il publie son premier livre, Cuentos, en 1963, et devient l'une des figures de la nouvelle génération littéraire nicaraguayenne. Il obtient son diplôme à l'Université de Léon en 1964, avant de poursuivre ses étude à Berlin de 1973 à 1975, grâce à une bourse accordée par l'Office allemand d'échanges universitaires. Il est élu secrétaire général de la Confédération des universités d'Amérique centrale en 1968 et 1976.
En 1977, il participe à la création du groupe d'artistes et d'intellectuels nicaraguayens, Les Douze, qui s'oppose au gouvernement d'Anastasio Somoza. Puis, il fait partie en 1979 de l'Assemblée de Gouvernement qui a pris le pouvoir à la chute du dictateur. Il est nommé vice-président du gouvernement (1984) par le Front sandiniste de libération nationale, et préside le Conseil national de l'Éducation. Il a fondé la Editorial Nueva Nicaragua en 1981.
Aux élections présidentielles de février 1990, il soutient la nouvelle présidente élue, Violeta Barrios de Chamorro, et reçoit, la même année, l'Ordre Carlos Fonseca, qui est la plus importante décoration du FSLN. De 1990 à 1995, il préside le banc sandiniste à l'Assemblée nationale du Nicaragua, et est élu membre de la direction nationale de ce parti en 1991. En 1994, il rompt avec Ortega, et fonde en mai 1995 le Mouvement de la rénovation sandiniste (MRS), de tendance centre-gauche.
Journaliste, il est chroniqueur dans plusieurs journaux hispanophones, dont les quotidiens El País (Espagne), El Tiempo (Colombie), La Jornada (Mexique), El Nacional (Venezuela), La Prensa (Nicaragua) et La Opinión (Californie).
Il a été également professeur à l'université du Maryland entre 1999 et 2000, et à l'université libre de Berlin. Il est membre de l'Académie nicaraguayenne de la Langue, membre associé de l'Académie royale espagnole, et a été juré des festivals cinématographiques de Carthagène (1993) et Huelva (2002).

Bibliographie (fictions) :
Tiempo de Fulgor (1967)
De tropeles y tropelías (1972)
Charles Atlas también muere (1976)
Te dio miedo la sangre ? (1977)
Castigo Divino (1988) (paru en France sous le titre de Châtiment divin, éditions Denoël)
Clave de Sol (1992)
Un Baile de Máscaras (1995) (paru en France sous le titre Le Bal des masques, éditions Rivage)
Cuentos Completos (1997)
Margarita, está linda la mar (1998)
Sombras nada más (2002)
Mil y una muertes (roman), 2004
El Reino Animal (histoires) 2006.
Juego Perfecto (nouvelles, 2008)
El cielo llora por mí (roman, 2009) (paru en France sous le titre Il pleut sur Managua, éditions Métaillé)
Source Wikipédia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Sergio Ramirez [Nicaragua] Empty
MessageSujet: Re: Sergio Ramirez [Nicaragua]   Sergio Ramirez [Nicaragua] Icon_minitimeMar 28 Juin 2011 - 11:30

Sergio Ramirez [Nicaragua] A463

Il pleut sur Managua
Citation :
La Vierge de Fatima entre dans Managua, au son d’un orchestre de chicheros, escortée par les officiers de la police nicaraguayenne. L’inspecteur Morales regarde la scène de son bureau de la Plaza del Sol. Il est chargé d’enquêter sur un yacht abandonné à Laguna de Perlas, sans doute une histoire de narcos, et pas des moindres. Flanqué d’un lieutenant cynique et d’une ex-guérillera coriace devenue femme de ménage, il traque les coupables avec sa Lada bleue et son P38 sur fond de chaos social et politique.

Il pleut sur Managua est un polar. Avec une enquête, des fusillades, des descentes de police et des péripéties si nombreuses qu'elles peuvent provoquer une certaine désorientation du lecteur distrait. Mais l'intérêt n'est vraiment pas là. Sergio Ramirez, fort de son passé dans la guérilla sandiniste, puis de sa participation éphémère au gouvernement qui remplaça Somoza, le dictateur déchu, évoque son malheureux pays avec une verve inaltérable et une ironie grinçante qui n'est pas loin du cynisme. C'est que le Nicaragua, avec sa chaleur humide, sa ferveur catholique, ses mouvements sociaux qui paralysent Managua au quotidien, ses règlements de compte entre narcos etc, peut-être considéré comme un symbole de l'Amérique centrale, contrée colorée et baroque, où une grande partie de la population vit dans le dénuement total alors qu'une minorité de politiciens et de hors-la-loi mène grand train, en toute impunité. Ramirez a soigné le décor et le climat de son polar, ne reste plus qu'à installer des personnages romanesques ou pitorresques . L'inspecteur Morales, son héros, est une figure immédiatement familière, une sorte de Columbo des tropiques : les mains moites et un pied qui boîte -une prothèse qui rappelle son passé de combattant sandiniste-, un humour féroce, une propension à abuser du rhum, voire même des témoins-femmes qui croisent son chemin et, pour parfaire le tout, une homophobie assez pathétique. Ce n'est certes pas un policier de grande envergure, heureusement pour lui que la femme de ménage du commissariat de Managua, ancienne camarade de lutte, a un peu plus de jugeote et lui vient en aide quand son enquête piétine, c'est à dire souvent. Il pleut sur Managua n'est sans doute pas le polar du siècle, loin de là, mais pour sa vitalité et sa description sans fard de la réalité sociale d'un pays très mal connu, on lui décernera une note largement au-dessus de la moyenne. Et on aimerait bien avoir prochainement des nouvelles de ce lamentable et sympathique (jusqu'à un certain point) inspecteur Morales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Sergio Ramirez [Nicaragua] Empty
MessageSujet: Re: Sergio Ramirez [Nicaragua]   Sergio Ramirez [Nicaragua] Icon_minitimeMer 6 Juil 2011 - 13:55

Vivant dans un pays avec autant d'étrangers, il ne peut pas être autrement qu'un supplément littéraire dans le journal se consacre aussi à différentes langues en littérature. Dans la partie espagnole on parle ce mois de cet auteur et de son roman La fugitiva (parution 2011), la couverture me parle beaucoup, genre des années 50...
faudra attendre une traduction Wink

Sergio Ramirez [Nicaragua] A107

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Sergio Ramirez [Nicaragua] Empty
MessageSujet: Re: Sergio Ramirez [Nicaragua]   Sergio Ramirez [Nicaragua] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Sergio Ramirez [Nicaragua]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F) Daniela d'Allonville || 38 ans || L.A Habitant || Sara Ramírez ou Charisma Carpenter
» Boa Constrictor du Nicaragua
» BCI Nicaragua devenu ultra agressif...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature d'Amérique Centrale (et Antilles)-
Sauter vers: