Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Nathalie Bauer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Nathalie Bauer   Ven 1 Juil 2011 - 10:49



Citation :
Traductrice de l'italien, docteur en histoire, Nathalie Bauer a publié trois romans : Zena (JC Lattès, 2000), Le feu, la vie (Philippe Rey, 2007) et Des garçons d'avenir (Philippe Rey, 2011).
Source : éditeur


Traductrice très assidue (rares sont les auteurs italiens qui ne portent pas son nom pour la traduction française), c’est difficile de trouver photos et plus d’informations sur elle.
Et en tant que lecteur de ses propres livres, on doit être un peu plus patient que chez d’autres auteurs. Mais la bonne nouvelle qu’elle va publier un nouveau roman lors de la rentrée en août m’a donné l’envie de lui ouvrir ce fil.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque


Dernière édition par kenavo le Lun 29 Aoû 2011 - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Ven 1 Juil 2011 - 10:49


Le feu, la vie
Citation :
Du vieux palais voisin, Rocco a longtemps admiré le golfe en contrebas, les plages de sable pâle, la mer recommencée. Mais depuis qu'une insolite et séduisante famille mi-russe mi-française l'habite, c’est un autre spectacle qui l’attire : Ludmilla à son violon, Irina dansant parmi les herbes folles, Varvara l’imprévisible avec ses allures de bohème et ses rêves d’écrivain. Rocco sait que désormais son existence va changer ; déjà, son père, le tyrannique capitaine au long cours, ne réclame plus « Paix et silence », n’accuse plus ses fils d’être incapables de trouver le courage de vivre : à présent, il organise des repas sous la tonnelle, prend le voisin, Vadim, en aparté, lui explique le sud de l’Italie…
Il semble que tout soit touché par une sorte de grâce. Une grâce née du choc explosif de deux familles. Séduction et répulsion : les scènes se succèdent, cocasses ou douloureuses. Parents inquiets, filles excessives, adolescents fiévreux autour desquels gravitent des personnages insolites : une grand-mère russe dite « le vieux dragon », les « tantines » italiennes, jumelles infantiles, le « professeur » aux idées noires, et tout un village.
Un univers tchékhovien dans l’âpre Sud italien, mais surtout une merveilleuse exhortation à la vie, au feu de la vie.

Ma lecture date depuis la sortie de ce livre (janvier 2007), mais la 4e de couverture m’avait donné envie de découvrir ce roman, et je pense qu’elle résume bien mes propres impressions.

En effet c’est un livre que j’ai lu à mes débuts de reprise de lecture en français et je pense que je vais le reprendre pour une relecture.

Et contente de la retrouver dans son nouveau livre Des garçons d'avenir à partir du 18 août 2011

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noémie
Sage de la littérature


Messages : 1290
Inscription le : 24/11/2010
Localisation : Au pied des Pyrénées...

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Dim 24 Juil 2011 - 10:19

Je viens par hasard de découvrir Nathalie Bauer comme traductrice et écrivain en me promenant sur un site de livres....et je vois qu'elle était déjà connue ici !! (Comment ne pas l'avoir deviné,d'ailleurs !! sourire )


J'ai trouvé la présentation de l'éditeur de son livre qui doit sortir au mois d'Aout : il me plait déjà.... attentif

Citation :

En 1915, à 22 ans, Raymond Bonnefous part à la guerre. Avec légèreté, il semble partager le sentiment de nombreux camarades : le conflit ne constitue « qu’un empêchement, un regrettable incident, un caillou qui se glisse à l’intérieur de votre chaussure et dont on se débarrasse facilement ». Etudiant en médecine, il va pourtant vivre près de quatre ans à proximité de l’enfer des tranchées, dans des postes de secours où défile l’effarant cortège de blessés et de mutilés. Avec les autres médecins (dont ses amis Morin et Declercq), souvent au péril de leur propre vie, ils vont tenter de soulager la souffrance qui afflue vers eux. Mais aussi de l’oublier… Car ces « garçons d’avenir » ont envie de vivre, d’employer leurs moments de liberté à faire du cheval, du tennis, à s’amuser à Paris, à rentrer chez eux en permission, à participer aux fêtes, à aimer aussi… Leur engagement au coeur du plus terrible des conflits ne les empêche pas de rechercher les plaisirs et l’amour avec une force juvénile, une forme d’aveuglement aussi qui leur donne à penser que rien ne les arrêtera… On s’attache à Raymond et à ses amis, on suit la singulière relation qui les unit à la fraîche et lucide Zouzou : derniers instants d’insouciance d’une génération qui essaie de prolonger un monde en train de disparaître. De cet univers d’hommes et de passion, de ce quotidien d’horreur surgissent des êtres capables de trouver néanmoins une forme de bonheur. Paradoxe qui fait de ce texte magistralement écrit, solidement documenté, un des plus beaux romans consacrés à la Grande Guerre.


J'ai hâte de le lire.... impatient content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Lun 29 Aoû 2011 - 9:30


Les garçons d’avenir
Citation :
Présentation de l'éditeur
En 1915, à 22 ans, Raymond Bonnefous part à la guerre. Avec légèreté, il semble partager le sentiment de nombreux camarades : le conflit ne constitue « qu’un empêchement, un regrettable incident, un caillou qui se glisse à l’intérieur de votre chaussure et dont on se débarrasse facilement ». Etudiant en médecine, il va pourtant vivre près de quatre ans à proximité de l’enfer des tranchées, dans des postes de secours où défile l’effarant cortège de blessés et de mutilés. Avec les autres médecins (dont ses amis Morin et Declercq), souvent au péril de leur propre vie, ils vont tenter de soulager la souffrance qui afflue vers eux. Mais aussi de l’oublier… Car ces « garçons d’avenir » ont envie de vivre, d’employer leurs moments de liberté à faire du cheval, du tennis, à s’amuser à Paris, à rentrer chez eux en permission, à participer aux fêtes, à aimer aussi… Leur engagement au coeur du plus terrible des conflits ne les empêche pas de rechercher les plaisirs et l’amour avec une force juvénile, une forme d’aveuglement aussi qui leur donne à penser que rien ne les arrêtera… On s’attache à Raymond et à ses amis, on suit la singulière relation qui les unit à la fraîche et lucide Zouzou : derniers instants d’insouciance d’une génération qui essaie de prolonger un monde en train de disparaître. De cet univers d’hommes et de passion, de ce quotidien d’horreur surgissent des êtres capables de trouver néanmoins une forme de bonheur. Paradoxe qui fait de ce texte magistralement écrit, solidement documenté, un des plus beaux romans consacrés à la Grande Guerre.

Citation :
Se fondant sur de nombreux documents intimes (carnets, photos, agendas) de son grand-père, Raymond Bonnefous, dont certains sont reproduits dans ce livre, Nathalie Bauer en a conservé la toile de fond historique, tout en transformant les protagonistes en héros de roman.

Nathalie Bauer a donné une voix à son grand-père.. et quelle voix ! Voilà un de ces livres qu’on ne va plus oublier après la lecture, non pas à cause de l’atrocité de cette guerre, mais à cause des moments de « paix » dont elle nous parle. Les jours de repos dont ces hommes profitent pour s’éloigner au plus loin, non seulement physiquement, mais psychologiquement, pour ne pas périr dans la dure réalité de cette guerre.

Citation :
..et je fus désigné pour assister à une exécution puis constater le décès du fusillé. Drôle de métier qu’on nous fait faire au front

On s’attache tellement à Raymond et ses amis, c’est dur de les quitter après 440 pages..
Nathalie Bauer traduit plus qu’elle n’écrit elle-même, mais si elle nous délivre tous les 3-4 ans un tel opus, je veux bien attendre.

très grand coup de coeur!

Citation :
La nuit était claire, c’était une de ces nuits de fin juillet où les étoiles semblent vibrer, respirer, et où, en temps de paix, on sent aussi l’odeur piquante du foin monter et se mêler au hululement des chouettes.

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire


Messages : 5358
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Lun 29 Aoû 2011 - 9:42

En plus, c'est une période qui m'intéresse. J'irai le feuilleter en librairie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Lun 29 Aoû 2011 - 9:49

Madame B. a écrit:
En plus, c'est une période qui m'intéresse. J'irai le feuilleter en librairie.
tu vas probablement reconnaître pas mal des villes dont on parle dans ce livre.. en tout cas j'en ai reconnu plusieurs, rien qu'en faisant la route Metz-Reims pour mes aller et retour en Bretagne... Verdun, Ville de la Paix.. ah oui.. panneau qui va lors de mes prochains voyages me rappeler aussi ce livre.. et je vais avoir une pensée pour Raymond et ses amis...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Lun 29 Aoû 2011 - 13:28

court question/réponse sur Lechoixdeslibraires:

Citation :
■Le courrier des auteurs : 27/08/2011


1) Qui êtes-vous ? !
Auteur de romans, traductrice littéraire d'italien, docteur en histoire.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
L'amitié au-delà des préjugés et de l'horreur.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
«Car en fermant les paupières, je pouvais tout revoir, non plus les arbres, les champs, les sentiers familiers auxquels je m'étais raccroché dans les moments d'effroi, ni même les labyrinthes qui avaient hanté mon sommeil, mais le reste maintenant, et en premier lieu le compartiment d'un autre train le jour où tout avait commencé, d'autres compagnons de voyage, trois Montpelliérains rencontrés à la caserne de Perpignan, les fleurs que des mains de femmes ou d'enfants nous tendaient à chaque gare, dahlias, marguerites, soucis, pois de senteur, leurs couleurs vives s'ajoutant au bleu horizon de nos tenues, aux teintes des uniformes étrangers, anglais, marocains et même hindous, entrevus sur les quais - par exemple à Amiens où, à la faveur de l'arrêt, je remplis à l'intention de ma famille une carte postale des armées, notant la date, 5 juillet 1915, inscrivant par mégarde mon titre, médecin auxiliaire, sur la ligne de l'adresse, ce qui m'obligea à raturer. (p. 14)»

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Un Nocturne de Chopin.

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
L'amour que je ressens pour les personnages du roman.

source

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Lun 29 Aoû 2011 - 16:23

Les archives sont une source inépuisable de – bonnes ou mauvaises – surprises. Lorsque Nathalie Bauer a classé les siennes, elle y a découvert matière à écrire un roman aussi documenté et bouleversant qu’étonnamment heureux. En juillet 1914, Raymond Bonnefous, étudiant en médecine, est mobilisé comme médecin auxiliaire. Le jeune homme ne peut évidemment pas imaginer l’enfer qui l’attend et qu’il partagera pendant quatre longues années avec ses compagnons d’infortune. Dans des postes de secours très aléatoires et souvent au péril de sa vie, il tente de soulager, parfois de sauver, des hommes, revenus de l’indicible. Pourtant, l’amour de la vie ne le quittera jamais. Des amitiés se nouent, d’autant plus fortes que la mort rôde sans relâche. Ces « garçons d’avenir » n’auront alors de cesse de profiter de tous leurs moments de liberté pour jouir de l’existence. Sans occulter les hommes du front mais sans jamais verser dans l’indécence, Nathalie Bauer s’est habilement inspirée des carnets, des photos et de la correspondance de son grand-père pour raconter ce que les récits sur cette époque évoquent si peu : les promenades à cheval, les retrouvailles familiales, l’attitude parfois équivoque des civils, les permissions à Paris où la guerre ne semble exister, ou alors si lointainement, où les cabarets résonnent de rires… Sans compter l’amour, bien sûr, qui prend les traits de la belle et fraîche Zouzou. Un hymne à la vie qui n’exclut pas des passages d’une grande intensité émotionnelle.

Véronique Marchand dans PAGE des Libraires

accompagné par une interview avec l'auteur, si vous y avez accès, ne vous privez pas de ce magazine cheers

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madame B.
Zen littéraire


Messages : 5358
Inscription le : 17/07/2008
Age : 43

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Mar 30 Aoû 2011 - 10:35

Kenavo a écrit:


Citation :
tu vas probablement reconnaître pas mal des villes dont on parle dans ce livre.. en tout cas j'en ai reconnu plusieurs, rien qu'en faisant la route Metz-Reims pour mes aller et retour en Bretagne... Verdun, Ville de la Paix.. ah oui.. panneau qui va lors de mes prochains voyages me rappeler aussi ce livre.. et je vais avoir une pensée pour Raymond et ses amis...

C'est vrai que lorsqu'on connaît ces coins (ou même les noms) on doit se sentir encore plus touché.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://labougeotte-impressionsdevoyages.blogspot.com/
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Sam 17 Sep 2011 - 19:20

kenavo a écrit:

Des garçons d’avenir

très grand coup de coeur!


Eh bien, kena, j'ai eu un mal de chien à entrer dans le livre. Je n'avais sans doute pas encore digéré le Limonov de Carrère. J'en suis maintenant à la moitié et ça va mieux (merci Zouzou). Ce ne sera peut-être pas le même coup de coeur que toi, mais je compte bien faire monter le thermomètre du plaisir. A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Sam 17 Sep 2011 - 19:24

traversay a écrit:
Eh bien, kena, j'ai eu un mal de chien à entrer dans le livre. Je n'avais sans doute pas encore digéré le Limonov de Carrère. J'en suis maintenant à la moitié et ça va mieux (merci Zouzou). Ce ne sera peut-être pas le même coup de coeur que toi, mais je compte bien faire monter le thermomètre du plaisir. A suivre ...
hu.. alors j'espère que la suite va te plaire plus..
mais non, tu sais bien que je veux lire ton commentaire, même si ce ne sera pas un aussi grand coup de coeur pour toi que pour moi

Spoiler:
 

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Dim 18 Sep 2011 - 16:03

kenavo a écrit:

Des garçons d’avenir
Citation :
Présentation de l'éditeur
En 1915, à 22 ans, Raymond Bonnefous part à la guerre. Avec légèreté, il semble partager le sentiment de nombreux camarades : le conflit ne constitue « qu’un empêchement, un regrettable incident, un caillou qui se glisse à l’intérieur de votre chaussure et dont on se débarrasse facilement ». Etudiant en médecine, il va pourtant vivre près de quatre ans à proximité de l’enfer des tranchées, dans des postes de secours où défile l’effarant cortège de blessés et de mutilés. Avec les autres médecins (dont ses amis Morin et Declercq), souvent au péril de leur propre vie, ils vont tenter de soulager la souffrance qui afflue vers eux. Mais aussi de l’oublier… Car ces « garçons d’avenir » ont envie de vivre, d’employer leurs moments de liberté à faire du cheval, du tennis, à s’amuser à Paris, à rentrer chez eux en permission, à participer aux fêtes, à aimer aussi… Leur engagement au coeur du plus terrible des conflits ne les empêche pas de rechercher les plaisirs et l’amour avec une force juvénile, une forme d’aveuglement aussi qui leur donne à penser que rien ne les arrêtera… On s’attache à Raymond et à ses amis, on suit la singulière relation qui les unit à la fraîche et lucide Zouzou : derniers instants d’insouciance d’une génération qui essaie de prolonger un monde en train de disparaître. De cet univers d’hommes et de passion, de ce quotidien d’horreur surgissent des êtres capables de trouver néanmoins une forme de bonheur. Paradoxe qui fait de ce texte magistralement écrit, solidement documenté, un des plus beaux romans consacrés à la Grande Guerre.

Citation :
Se fondant sur de nombreux documents intimes (carnets, photos, agendas) de son grand-père, Raymond Bonnefous, dont certains sont reproduits dans ce livre, Nathalie Bauer en a conservé la toile de fond historique, tout en transformant les protagonistes en héros de roman.

14/18. La Grande guerre. La der des der. Beaucoup de livres ont évoqué les tranchées, les mutineries de 17, les gaz asphyxiants, les rats et la boue. Une boucherie. Une génération décimée. Que peut-on bien écrire de neuf sur le sujet ? Livres d'histoire et fictions ont raconté l'horreur et la mort. Petite-fille d'un médecin qui a vécu près de 4 ans au contact du front, Nathalie Bauer s'est inspirée des carnets et agendas de son grand-père pour raconter cette guerre autrement, comme un témoignage et un hommage à ces jeunes gens morts, blessés ou traumatisés pour la France. Des garçons d'avenir est un livre qui surprend. Le style est simple, colle au quotidien de ces hommes qui soignent, réconfortent et enterrent les poilus, comme la glaise aux chaussures. Pas d'envolées lyriques, jamais d'apitoiement, de l'insouciance d'abord et puis le découragement et la désolation. Un mot revient sans cesse : "marmitage", ce bombardement dense et continu, des obus qui tombent comme une pluie drue. Mais le roman s'éloigne souvent du théâtre de la guerre. Dans ces cabarets où l'on flirte et s'enivre, chez l'habitant qui offre gîte et couvert, en permission auprès de la famille aveyronnaise. Des garçons d'avenir est avant tout une grande histoire d'amitié, entre Bonnefous et Declercq, le paysan et le dandy, et de leur relation fusionnelle avec Zouzou, jeune femme fraîche comme la liberté. Un trio à la Jules et Jim, plus pur qu'ambigu. Ce livre a tout de la fresque intime, pudique et douce, malgré le contexte. Et cependant, est-ce l'écriture, en définitive trop sage ?, je ne m'y suis jamais senti à l'aise. Spectateur lointain qui, faute d'y être entré d'emblée, a trouvé ses langueurs parfois trop monotones et n'a pas été touché au coeur comme il aurait souhaité l'être. En grande partie, un rendez-vous manqué. Dommage.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Dim 18 Sep 2011 - 16:15

traversay a écrit:
En grande partie, un rendez-vous manqué. Dommage.
oui, dommage
mais pas grave, c'est bien d'avoir divers commentaires pour un livre..
bien que j'aurais souhaité que ce roman t'emballe autant que moi..

traversay a écrit:
Spoiler:
 
Spoiler:
 

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique


Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 58
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Dim 18 Sep 2011 - 16:41

Je devais avoir dépassé mon quota d'enthousiasme après Arditi, Ovaldé, Murakami, Carrère .... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
kenavo
Zen Littéraire


Messages : 63648
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Sam 23 Aoû 2014 - 15:56


Les indomptées
Citation :
Présentation de l’éditeur
Au bord de la ruine, deux soeurs, Noélie et Julienne, et leur cousine Gabrielle essaient désespérément de sauver le domaine familial. Leur âge avancé ne leur offrant pas beaucoup de chances d'y parvenir, Noélie décide d'écrire un roman sur sa famille, dans le fol et naïf espoir d'un succès. Entre présent et passé se déroule donc la saga des Randan, propriétaires terriens aveyronnais dont le destin épouse les circonvolutions du XXe siècle : le massacre de la Grande Guerre, la difficile reconstruction et la crise. Rêves de richesse, d'amour ou d'émancipation se réalisent chez les uns, échouent chez les autres. Alors que Noélie est à l'oeuvre, les trois femmes acceptent d'héberger leur nièce Zoé, sans imaginer que cette fille de vingt-quatre ans, dépressive, alcoolique et un brin nymphomane, va bouleverser leur existence.

Après Les garçons d’avenir, Nathalie Bauer ouvre encore une fois l’album de sa famille (tout au long du livre il y a de ces jolies anciennes photos). Mais pas pour en faire une chronique, elle introduit des personnages romanesques et ainsi le tout devient une saga familiale qui couvre entre 1904 jusqu’en 1987 presque tout un siècle.

Une fois de plus elle m'a m’enchantée, j’ai suivi avec le plus grand plaisir l’histoire de cette famille et ceci aussi grâce à son écriture qui est faite pour ce genre de récit, plein de compassion pour des personnages assez ‘normaux’ mais qui deviennent sous ses traits des gens tout à fait extraordinaires.

En plus elle sait si bien ‘dessiner’ des paysages avec ses mots, j’ai vu tout au long de ma lecture ce domaine et la nature autour devant moi.

Je me sens presque orpheline en ressortant de ce livre, tellement j’ai fait partie de cette famille pendant quelques heures… ils vont rester près de moi pour bien longtemps…

Encore une fois un coup de cœur de cette auteure qui est aussi une de mes traductrices préférées.

Tant qu’il y a des auteurs de cette veine, la littérature française se porte bien  drunken 


Extrait :
Elle abandonne son stylo-plume et enfile son maillot de bain, un pantalon en toile et une chemise, même si l’été n’est pas sa saison qu’elle préfère pour nager car, sous l’effet de la chaleur, la vase qui tapisse l’étang dégage des effluves nauséabonds et l’on court toujours le risque de se heurter au fermier ou à des promeneurs matinaux auxquels il pourrait prendre la fantaisie de se moquer d’un corps de vieille femme. Pis, en cette période, l’étendue d’eau retentit des cris, des rires, des coups de rames qu’elle a absorbés, retenus, au fil des décennies, les libérant sous forme de bulles de passé qui éclatent au nez de Noélie et se transforment, comme dans un tour de magie, en images et parties de pêche, de pique-niques, de promenades en barque, où figurent des jeunes gens sveltes et gais qui ont cessé d’exister – qu’ils se soient mués en vieillard ou aient été rayés de la surface de la Terre.



_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nathalie Bauer   Aujourd'hui à 2:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Nathalie Bauer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jugée pour avoir empoisonné ses enfants (Nathalie Elena)
» Equipe n° 2 : Mylène et Nathalie
» Nathalie Baye
» Nathalie Le Scrill, l'étrangleuse
» Portrait de Mylène Farmer par Nathalie Rheims

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: