Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Julien Gracq

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Julien Gracq   Dim 10 Juin 2007 - 17:42

Julien Gracq  

Cette année, il fêtera ses 97 ans!...
Parfum de Livres lui rendra  hommage sur ce fil!



    Julien Gracq (de son vrai nom Louis Poirier ) est né le 27 juillet 1910 à St Florent-le-Vieil sur les bords de la Loire, entre Nantes et Angers, commune dans laquelle il vit aujourd’hui, très éloigné des cercles littéraires et des parades mondaines.
    Agrégé d’histoire, Julien Gracq débute une double activité en 1937. Il écrit et enseigne, successivement aux lycées de Quimper, Nantes, Amiens, puis se stabilise au lycée Claude-Bernard à Paris à partir de 1947, et jusqu’à sa retraite en 1970.
A la fois romancier, poète, nouvelliste, dramaturge et essayiste, il est considéré comme un auteur majeur de son époque, souvent comme le plus grand.
Tous ses écrits, dix-huit livres, ont été publiés chez le même éditeur, José Corti (une maison d’édition où l’on doit encore découper les pages pour avoir accès au texte !).

(Cliquez sur les chiffres pour accéder directement aux pages)

1938 - Au château d’Argol  Pages 1, 2, 7, 9, 13
1945 - Un beau ténébreux  Pages,  6, 7
1947 - Liberté grande
1948 - Le Roi pêcheur
1948 - André Breton, quelques aspects de l’écrivain
1949 -  La littérature à l’estomac (publié d'abord dans la revue Empédocle) Pages 4, 5
1951 - Le Rivage des Syrtes Pages 1, 2, 3, 8, 9, 11, 14
1952 - Prose pour l’Etrangère
1954 -  Penthésilée
1958 - Un balcon en forêt  Pages 6, 12
1961 - Préférences
1967 - Lettrines
1970 - La Presqu’île
1974 - Lettrines II
1976 - Les Eaux Etroites  Pages 10, 12, 15
1980 - En lisant en écrivant  Pages 11
1985 - La Forme d’une ville  Pages 3, 8
1988 - Autour des sept collines
1992 - Carnets du grand chemin
2002 - Entretiens
2006 - Plénièrement ( (réédition d'un texte d'hommage à André Breton publié dans la NRF en 1967)
2011 - Manuscrits de guerre  Pages 15, 16


Théâtre
 1949/1991/1996 - Le Roi Pêcheur

Discographie

2004 - Œuvres  (2 CD)
2006 - Les Préférences de Julien Gracq. Entretiens  (2 CD)

Adaptations
1959 - La Riva delle Sirti, de Luciano Chailly (opéra adapté du Rivage des Syrtes)
1971 - Un Beau ténébreux, de Jean-Christophe Averty (téléfilm)
1971 - Rendez-vous à Bray, d'André Delvaux (film adapté de la nouvelle « Le Roi Cophetua)
1978 - Un Balcon en forêt, de Michel Mitrani (film)
1986 - La presqu'île, de Georges Luneau (film adapté du récit du même nom)
     




Citation :
mise à jour  16 le 27/12/2012


Dernière édition par animal le Lun 30 Nov 2015 - 17:49, édité 12 fois (Raison : Ajout de l'index.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Dim 10 Juin 2007 - 17:50

Son oeuvre:

1938: Au château d'Argol, roman
1945: Un beau ténébreux, roman
1946: Liberté grande, poèmes
1948: André Breton, quelques aspects de l'écrivain, essai
1948: Le Roi pêcheur, théâtre
1950: La Littérature à l'estomac, pamphlet
1951: Le Rivage des Syrtes, roman : prix Goncourt, refusé par l'auteur.
1952: Prose pour l'étrangère, tiré à 63 exemplaires, HC.
1958: Un balcon en forêt, roman
1961: Préférences, essais : reprend La Littérature à l'estomac
1967: Lettrines I, critique
1970: La Presqu'île, nouvelles
1974: Lettrines II, critique
1976: Les Eaux étroites, récit
1980: En lisant, en écrivant, critique
1985: La Forme d'une ville
1988: Autour des sept collines
1992: Carnets du grand chemin
2002: Entretiens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Dim 10 Juin 2007 - 18:16

Ils ont dit de lui :

- « Un grand musicien du langage » (Jean Freustié dans le Nouvel Obs)

- « Le dernier des grands stylistes »… "Le meilleur de nos stylistes depuis la mort de Jouhandeau » (Angelo Rinaldi dans L’Express)

Irait-il sur la Lune qu’on le suivrait pour la musique de sa langue. Musique au lointain des espaces les plus vastes, harmonies cristallines dont s’oublient les secrets et l’usage.» (Matthieu Galley dans l’Express)

- « Quand Julien Gracq parle des paysages, il dispose à la lettre d’un langage magique. » ( Raymond Jean dans Le Monde)

- « Etrange prose que celle de Julien Gracq ! Elle paraît sourde, presque grise ; mais dès qu’on lui accorde une certaine qualité d’attention on n’y remarque plus que la dureté minérale de quelques mots, les reflets comme d’un métal précieux, de cette langue travaillée pour « monter » l’image et le jugement à la façon dont l’orfèvre monte brillants et émeraudes entre des griffes d’or. » (François Nourrissier)

- « C’est le secret capital de l’écriture selon Gracq qu’elle peut nous enrichir de ce que nous ignorons en nous. Elle fait saillie dans le grand noir de ce que nous négligeons de raconter sur nous-mêmes, comme un diamant. » (Bertrand Poirot-Delpech)

Julien Gracq reste uniqueet mythologique. Ses romans ressemblent à des poèmes mystiques, à des contes celtes, à tout sauf à des romans. » (Jean Pierre Amette dans Le Point)

- « Bien au-delà des seuls poèmes en prose de Liberté grande, tout ce qu’il touche du regard devient en effet, sous sa plume, pure poésie, y compris ses écrits critiques en ce qu’ils combinent intimement bonheur d’expression et forte charge émotive. » (Jean Orizet dans Le Figaro Magazine)

Un auteur moins sensible à l’événement fracassant qu’à l’instant rare. » (Henri Queffelec)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 30
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Dim 10 Juin 2007 - 21:05

Ah, merci d'avoir ouvert ce fil Very Happy
J'ai bien envie de lire Au château d'Argol et Un balcon en forêt, je me réjouis :)
Son interview est vraiment intéressante, il me fait penser à Jean d'Ormesson.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 30
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Jeu 14 Juin 2007 - 9:57

Alors, coline, que penses-tu du rivage des Syrtes, pour l'instant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Jeu 14 Juin 2007 - 12:30

Fantaisie héroïque a écrit:
Alors, coline, que penses-tu du rivage des Syrtes, pour l'instant ?

J'en suis au tiers à peu près...je n'avance pas vite mais c'est parce que j'ai d'autres "lectures obligatoires" à faire en ce moment ...
Je le déguste...Je m'en délecte...
Le sujet n'a rien pour m'intéresser a priori mais ça marche!...Le récit m'a accrochée au-delà de ce que je pouvais espérer...et la langue de Gracq, pour laquelle j'avais choisi ce roman, est une merveille...
Je pensais poster quelques extraits pour la donner à apprécier... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Jeu 14 Juin 2007 - 16:17

Le rivage des Syrtes (extrait)

"Sur cette terre engourdie dans un sommeil sans rêves, le brasillement énorme et stupéfiant des étoiles déferlait de partout, exaspérant l'ouïe jusqu'à un affinement maladif de son crépitement d'étincelles bleues et sèches, comme on tend l'oreille malgré soi à la mer devinée dans l'extrême lointain. Emporté dans cette course exaltante au plus creux de l'ombre pure, je me baignais pour la première fois dans ces nuits du Sud, comme dans une eau initiatique. Quelquechose m'était promis, quelque chose m'était dévoilé; j'entrais sans éclaircissement aucun dans une intimité presque angoissante, j'attendais le matin comme on s'avance les yeux bandés vers le lieu de la révélation."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Jeu 14 Juin 2007 - 16:25

Le rivage des Syrtes (extrait)

"Aussi loin que l'oeil portât, à travers la brume liquide, on n'apercevait ni un arbre ni une maison. L'aube spongieuse et molle était trouée par moment de louches passées de lumière, qui boitaient sur les nuages bas comme le pinceau tâtonnant d'un phare. L'intimité suspecte et pénétrante de la pluie, le tête-à-tête désorientant des premières gouttes hésitantes de l'averse calfeutraient ces solitudes vagues, exaspérant un parfum submergeant de feuilles mouillées et d'eau croupie; sur le feutrage mou du sable, chaque goutte s'imprimait avec une netteté délicate, comme on distingue de la pluie les grains plus vivants qui s'égouttent du feuillage. Sur la gauche, à peu de distance de la route, la mer de joncs venait border des vasières et des lagunes vides, fermées sur le large par des flèches de sable gris où des langues d'écume se glissaient vaguement sous la brume."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Ven 15 Juin 2007 - 12:10

« Combien le silence de Julien Gracq est reposant dans ce monde de bonimenteurs, quelle douce invitation à le lire !
Il s’en explique à la faveur de rares entretiens… » (Eric Chevillard)

« Il n’y a pas de raison qu’un auteur ait à ajouter à ce qu’il publie, et qui devrait être autosuffisant. La bonne règle[…] serait plutôt que l’auteur-en tant qu’auteur- se résorbe dans ce qu’il a fait.[…] aujourd’hui, l’activité -non écrite- de l’écrivain dans le domaine des relations publiques » représente une part grandissante de sa présence aux yeux du public.[…] La littérature n’est plus qu’un passeport qu’on ne s’occupe plus guère de vérifier, et qui permet de voyager très loin, et très bruyamment, hors de sa contrée d’origine. »
(Julien Gracq)

Julien Gracq ne veut pas d’un fauteuil à l’Académie Française . S'agissant de cette vénérable assemblée, il écrit dans Lettrines :
« Il n’y a aucune raison d’être contre – il suffit d’être, bien entendu, dehors. On peut s’amuser de la parade à Buckinham Palace sans vouloir pour autant s’engager dans les Horse Guards »


Dernière édition par le Ven 15 Juin 2007 - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 30
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Ven 15 Juin 2007 - 13:10

Tous ces extraits me plaisent beaucoup, j'ai hâte de lire Gracq cheers
Merci coline!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Ven 15 Juin 2007 - 15:48

Fantaisie héroïque a écrit:
Tous ces extraits me plaisent beaucoup, j'ai hâte de lire Gracq cheers

Wink
Le rivage des Syrtes (extrait)

"Il y a dans notre vie des matins privilégiés où l'avertissement nous parvient, où dès l'éveil résonne pour nous, à travers une flânerie désoeuvrée qui se prolonge, une note plus grave, comme on s'attarde, le coeur brouillé, à manier un à un les objets familiers de sa chambre avant un grand départ. Quelque chose comme une alerte lointaine se glisse jusqu'à nous dans ce vide clair du matin plus rempli de présages que les songes; c'est peut-être le bruit d'un pas isolé sur le pavé des rues, ou le premier cri d'un oiseau parvenu faiblement à travers le dernier sommeil; mais ce bruit de pas éveille dans l'âme une résonnance de cathédrale vide, ce cri passe comme sur les espaces du large, et l'oreille se tend dans le silence sur un vide en nous qui soudain n'a pas plus d'écho que la mer. Notre âme s'est purgée de ses rumeurs et du brouhaha de foule qui l'habite; une note fondamentale se réjouit en elle qui en éveille l'exacte capacité. Dans la mesure intime de la vie qui nous est rendue, nous renaissons à notre force et à notre joie, mais parfois cette note est grave et nous surprend comme le pas d'un promeneur qui fait résonner une caverne: c'est qu'une brèche s'est ouverte pendant notre sommeil, qu'une paroi nouvelle s'est effondrée sur la poussée de nos songes, et qu'il nous faudra vivre maintenant pour de longs jours comme dans une chambre familière dont la porte battrait inopinément sur une grotte."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantaisie héroïque
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2182
Inscription le : 05/06/2007
Age : 30
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Sam 16 Juin 2007 - 15:56

Personne n'a lu Au château d'Argol ? Les résumés et divers critiques publiées dans le Magazine littéraire m'ont intriguée, visiblement il se rapproche des romans gothiques et du romantisme :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/fantaisie_heroique
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Sam 16 Juin 2007 - 18:16

Fantaisie héroïque a écrit:
Personne n'a lu Au château d'Argol ? Les résumés et divers critiques publiées dans le Magazine littéraire m'ont intriguée, visiblement il se rapproche des romans gothiques et du romantisme :)

Avant d'aborder Le rivage des Syrtes, je n'avais encore rien lu de Julien Gracq... Embarassed Honte sur moi!...
Le château d'Argol, c'est son roman de jeunesse.
Tu as dû lire ça comme moi:
"Au château d'Argol, écrit dans l'urgence, dans la passion, ne cache pas ses influences et ses sources: le cycle du Graal, le roman noir, Balzac, Baudelaire, Edgar Poe, Wagner, Lautréamont, le surréalisme."
( Jean Paul Goux)

Climat de l'adolescence.

"L'adolescence ...le monde du dehors qu'elle découvre- le monde naturel des promenades de bord de mer et des promenades en forêt, sous le ciel enfin immense, les baignades, l'orage qui vous a surpris un jour, le vent, le sentiment de la saison qui passe, le brouillard, les lumières, le silence- voici qu'il est transmué en un décor sublime susceptible à chaque seconde et à chaque pas "d'atteindre l'âme" en ses plus intimes replis par des impressions exclusivement violentes et bouleversantes, à ce point excessives que l'on "sent sa raison chanceler".
(Jean Paul Goux)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
monilet
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2658
Inscription le : 11/02/2007
Age : 68
Localisation : Essonne- France

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Sam 16 Juin 2007 - 18:37

Une émission sur lui sur France -Culture actuellement et jusqu'à 22h.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://claudecolson.wordpress.com/
coline
Parfum livresque
avatar

Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Julien Gracq   Sam 16 Juin 2007 - 18:38

monilet a écrit:
Une émission sur lui sur France -Culture actuellement et jusqu'à 22h.

Merci monilet! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Julien Gracq   

Revenir en haut Aller en bas
 
Julien Gracq
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 17Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs nés avant 1915-
Sauter vers: