Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jean Pierre Siméon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Jean Pierre Siméon   Mar 12 Juin 2007 - 6:02

Jean Pierre Siméon



Poète, romancier, dramaturge, critique, Jean-Pierre Siméon est né en 1950 à Paris. Professeur agrégé de Lettres Modernes, il a longtemps enseigné à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de Clermont-Ferrand, la ville où il réside.
Il est l’auteur de cinq romans, de livres pour la jeunesse, et de huit pièces de théâtre.

Il a fondé avec Christian Schiaretti le festival Les Langagières à la Comédie de Reims, et est désormais poète associé au TNP de Villeurbanne.
Il a créé en 1986 La Semaine de la poésie à Clermont-Ferrand.
Il a été membre de la commission poésie du CNL et a collaboré comme critique littéraire et dramatique à l’Humanité.
Il a été conseiller à la Mission pour l'Art et la Culture du Ministère de l'éducation nationale.
Il participe aux comités de rédaction de plusieurs revues et dirige avec Jean-Marie Barnaud la collection «Grands Fonds» à Cheyne Editeur.
Il est directeur artistique du Printemps des poètes depuis avril 2001.

Il publie chez Cheyne éditeur depuis plus de vingt ans tous ses recueils de poésie. Son œuvre poétique lui a valu le prix Théophile Briant en 1978, le prix Maurice Scève en 1981, le Prix Antonin Artaud en 1984, le prix Guillaume Apollinaire en 1994 et le grand prix du Mont Saint-Michel pour l’ensemble de son œuvre en 1998. Il a reçu en 2006 le prix Max Jacob pour son recueil Lettre à la femme aimée au sujet de la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Mar 12 Juin 2007 - 6:08

"Lettre à la femme aimée au sujet de la mort"

Morceaux choisis

"De quoi vit donc un paysage
et de quoi va-t-il mourir?
Regarde: la peau de la rivière
s'éprend de tes hanches
puis tu quittes la rive
un chant de fraîcheur dans la bouche

alors oui tu t'absentes
mais un pli demeure
dans sa course vivante

n'est-ce pas mon amour que la rivière
continue avec toi
et que ce qui mourut en elle
à l'instant où tu t'éloignais en riant
ce n'était rien

une forme désormais habite
sa rumeur
l'empreinte d'une joie
qui est comme le secret que la mère pose
sur le front de l'enfant
avant qu'elle l'abandonne
aux choses de la nuit

toute vie est un paysage
tout amour sa rivière possible
et puisse être la mort
cette chemise d'eau qui glisse du bras
après la nage
et que soit la tristesse
cette lumière répandue dans l'herbe
qui fera le soir venu
un autre ciel à la mémoire"


"toi mon aimée demeure princière en ton rire
chaque matin devant ta mort et ma mort
sois libre et fière et ferme
car il suffit de la caresse d'un rire
pour que tout en nous se recompose
et que soit le monde uniment
sous nos mains le passage et la durée
la nudité d'une âme dans la douceur du corps"


"Mon langage est la mort même
la parole mâche le vide
et la bouche mâchant les mots
passée la frêle saveur du sens
s’écoeure bientôt du rien qu’ils délivrent
un poème est colère ou mélancolie
et l’on n’écrit que pour nouer une détresse à l’autre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Mar 12 Juin 2007 - 18:09

Algues, sable, coquillages et crevettes. Lettre d'un poète à des comédiens et à quelques autres passeurs.

"Il faut admettre que le sens d'un poème ne préexiste pas à la lecture et qu'il déborde toujours l'intention du poète."

"La lecture ne peut qu'être l'effort qui épouse l'effort d'invention du poète, c'est-à-dire qu'elle refait pour son compte le difficile travail qu'accomplit le poète pour élire un chemin dans l'inconnu."

"Si le poète veut dire quelque chose, il est inévitable qu'il dise aussi autre chose."

" Pour attrapper le poisson, on n'hésite pas à pêcher large. Comment faisiez-vous, enfants, sur la plage avec votre seau? Et qu'y rameniez-vous? Algues, sable, coquillages et crevettes...Cela ne valait-il pas le poisson manqué? Et si c'était mieux que le poisson manqué? Et si ce bout d'univers marin disait mieux la chose que la chose elle-même?"

"Il y a ce que le poète veut dire et ce que le poème veut dire."

"Rappelez-vous la phrase de Rimbaud: "Ca veut dire ce que ça veut dire, littéralement et dans tous les sens."

"Qu'en est-il du sens du poème?
Il n'existe décidément que dans l'échauffement des trois volontés: celle du poète, celle du poème, celle du lecteur. Celle du lecteur étant, in fine, souveraine et décisive puisqu'elle est tout bonnement la dernière à s'exercer dans la chaîne de la création."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sousmarin
Zen littéraire


Messages : 3021
Inscription le : 31/01/2007
Localisation : Sarthe

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Mar 12 Juin 2007 - 18:47

coline a écrit:
Algues, sable, coquillages et crevettes. Lettre d'un poète à des comédiens et à quelques autres passeurs.

"Il faut admettre que le sens d'un poème ne préexiste pas à la lecture et qu'il déborde toujours l'intention du poète."

"La lecture ne peut qu'être l'effort qui épouse l'effort d'invention du poète, c'est-à-dire qu'elle refait pour son compte le difficile travail qu'accomplit le poète pour élire un chemin dans l'inconnu."

"Si le poète veut dire quelque chose, il est inévitable qu'il dise aussi autre chose."

" Pour attrapper le poisson, on n'hésite pas à pêcher large. Comment faisiez-vous, enfants, sur la plage avec votre seau? Et qu'y rameniez-vous? Algues, sable, coquillages et crevettes...Cela ne valait-il pas le poisson manqué? Et si c'était mieux que le poisson manqué? Et si ce bout d'univers marin disait mieux la chose que la chose elle-même?"

"Il y a ce que le poète veut dire et ce que le poème veut dire."

"Rappelez-vous la phrase de Rimbaud: "Ca veut dire ce que ça veut dire, littéralement et dans tous les sens."

"Qu'en est-il du sens du poème?
Il n'existe décidément que dans l'échauffement des trois volontés: celle du poète, celle du poème, celle du lecteur. Celle du lecteur étant, in fine, souveraine et décisive puisqu'elle est tout bonnement la dernière à s'exercer dans la chaîne de la création."
J’adhère totalement … sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Dim 20 Jan 2008 - 17:48

Sais-tu le proverbe
qui dit que l'homme a trois oreilles?
le coeur est la troisième
et c'est l'oreille de l'enfance
celle qui entend dans la vieille maison
les chansons et les rires d'une autre vie
comme une lumière d'étoile
affleurant à la nuit

tu entends
le front appuyé à des odeurs closes
les mains cherchant la couleur des murs
une rumeur d'arbres et de rivières
qu'on partageait à table
avec le pain pauvre
quand la place du père était vide

tu devines le cri du retour
les joies muettes
et leur disparition dans l'usure du jardin

alors tu te connais fille de la rumeur
et du retour

tu entends derrière la porte
qui reviennent vers toi
tes propres pas perdus
et tu serres les ombres
sur ta poitrine

(dans Lettres à la femme aimée au sujet de la mort)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Dim 20 Jan 2008 - 17:59

Rien n'est plus beau
qu'un amour qui ne se croit pas immortel
qui a la souple respiration du voilier
endormant la vague
prodige oui mais qui se sait tributaire
d'un vent si incertain
qu'il voudrait d'un seul déploiement de son erre
boire toute une nuit d'étoiles et de lune pleine

un amour comme une joie d'enfance
grandie de sa fin trop proche
et qui se tient timide
au faîte de l'instant

(dans Lettre à la femme aimée au sujet de la mort)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Dim 20 Jan 2008 - 19:09

Tout ça c'est des chichis
et des préjugés
ce n'est pas une histoire d'homme et de femme
tout ce qui se dit
partout tous les jours par tous
ce qui se dit en marchant en mangeant
en baisant en travaillant tout aussi
ce qui se dit sans se dire en dormant
en rêvant en regardant tiens la
mouette contre la vague ce
tas de langage tout ça
c'est kif le merde que tu beugles
quand tu te coinces le doigt dans la porte
l'humain il est coincé et
il détaille son cri voilà tout

(dans La lune des pauvres)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Lun 21 Jan 2008 - 11:44

Quand Jean Pierre Siméon parle de poésie:
c'est ICI
(Lecture que je recommande aux enseignants et aux parents)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Mar 5 Fév 2008 - 14:10

Ecouter Jean Pierre Siméon dire un de ses poèmes:
c'est ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Mar 5 Fév 2008 - 14:20



Les Français ont généralement une bonne opinion de la poésie et des poètes mais comme d'une chose lointaine, un peu étrangère, inaccessible. Peu la lisent, notamment si elle est moderne ou contemporaine car, alors, sa forme insolite, sa part de mystère plus évidente, déconcertent, intimident et, même, disons-le, font peur. Il est simple pourtant de lever ces malentendus, de déculpabiliser ceux qui ont "peur de ne pas comprendre". Il s'agit bien sûr de modifier l'idée qu'on se fait généralement de la poésie : elle peut être drôle ou grave, lyrique ou savante,énigmatique ou directe, protestataire ou intérieure. Cela passe par une approche alliant confiance et simplicité, revendiquant le droit à l'interprétation subjective, rêveuse, intime, restituant à chacun la liberté de lire, d'aimer, de choisir dans le poème ce qui lui convient, la liberté aussi de le récuser. Sans doute la lecture et l'écoute de la poésie, parce que "la poésie c'est autre chose", comme disait Guillevic demandent un effort d'attention, "d'accommodation" pour ajuster l'oreille et le cœur à son intensité. Mais de cela tout le monde est capable car toute poésie parle de la commune expérience de vivre, d'aimer et de perdre. Oui, la poésie doit être offerte à tous.

Partant de ce postulat, on peut imaginer un livre sous forme de lettre à un correspondant intimidé par la poésie ou simplement non encore lecteur qui lui donnerait des clefs pour l'apprivoiser, une sorte d'ouvre-boîte pour pouvoir dire "La poésie, pas peur".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Mar 5 Fév 2008 - 14:42

Jean Pierre Siméon: bibliographie

Chez Les Solitaires intempestifs

Témoins à charge, nov 2007

Quel théâtre pour aujourd'hui,nov 2007


Quel théâtre pour aujourd'hui ?, 2007


Témoins à charge, 2007


Odyssée dernier chant, 2006


Sermons joyeux, 2004, 2e éd. 2006


La lune des pauvres, 2001


Le Petit ordinaire, 2000, 2e éd en 2006


D’entre les morts, 2000, 2e éd en 2006


Stabat Mater Furiosa, suivi de

Soliloques, 1999, 3e éd en 2005.

Chez Cheyne éditeur

Lettre à la femme aimée au sujet de la mort, 2005, 2e éd.2006, prix Marc Jacob.


Fresque peinte sur un mur obscur, 2002


Les douze louanges, 1990, réédité en 2001


Le Bois de Hêtres, 1998


Ouvrant le pas, rééditions, 1998


Le sentiment du monde, 1993, 1995, prix Apollinaire


Poèmes du corps traversé, 1998, 2e éd.2001


Un essaim amoureux, 1986, Hors commerce, 1995, 3e éd 1999.


Fuite de l’immobile, 1984, prix Artaud, 2e éd.1999


Sans frontières fixes, collection Poèmes pour Grandir, 2001


Un homme sans manteau, collection Poèmes pour Grandir, 1996


Algues, sable, coquillages et crevettes – lettre d’un poète à des comédiens et à quelques autres passeurs, 1997 et réédité fin 2006.


Traité de la juste merveille, 1996


La nuit respire, collection Poèmes pour Grandir, 1987, 1991, 1996


À l’aube du buisson, collection Poèmes pour Grandir, 1985, 1988, 1990, 1991, 5e éd.1998


Le sentiment du monde, prix Apollinaire, 1993, 3e éd.2005

Chez d'autres éditeurs

L’homme clos, L’Aire, 1996


Trente élégies de l’ardeur, Rougerie, 1986


Présence abandonnée du corps, Rougerie, 1983


Hypnose du silence, Rougerie, 1981


Passage du désir, Réédition, Le Castor Astral, 2006


Matière nuit, Le Castor Astral 1997


Les petits jardins, L’Aire, 1993


Eva R, L’aire, 1992


Le sourire du chien, L’Aire, 1990


Passage du désir, Le Castor Astral – L’Aire, 1988


Ceci est un poème qui guérit les poissons, Rue du Monde, 2005


La mouche qui lit, Rue du monde, 1997


Contes et légendes d’Auvergne, Nathan 1996


La fabuleuse histoire de Népomucène, d’Iphigénie et du poivron flottant, Atelier du poisson soluble, 1995


La gentiane d’or, Atelier du poisson soluble, 1993


Charles Juliet, la conquête dans l'obscur, ed. Jean-Michel Place, 2003


Aïe! un poète, éd. Le Seuil, 2003
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Lun 25 Aoû 2008 - 23:16

"Je vous la refuse ma sueur ma
peine abondante dont vous faites
princes beau profit comme on fit
naguère abat-jour de peaux de Juifs
je pars je vous laisse seuls bouffer
le fer de vos canons jouer
aux osselets avec les crânes des
enfants de Racak et de Bagdad
je vous laisse à vos jeux minutieux
de mikado tuer un peuple d'hommes
et un et un encore sans que rien
ne bouge retenez longtemps votre souffle
j'ai les seins vides come l'avenir
je pars"


(Témoins à charge)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Dim 7 Déc 2008 - 14:03

"Tes mains sont le premier poème
celui qui défroisse et apaise
quand mon pas mal tenu
parvient jusqu'au matin
et vacille
sur le sol flou de l'univers

premier poème
où l'on pressent la chaleur qui guérirait
et soudain l'on vacille
heurté par le vent
et sa question enfiévrée

premier poème encore
fruit cassé par la dent
pour que la saveur advienne
d'une eau dénouée

et l'on sait trop soudain
ce que l'on quitte

ce sont tes mains précises
qui versent le matin".

(poème extrait de Fresque peinte sur un mur obscur)

"Ce qui m'apparaît constant dans ce que j'écris depuis le début, c'est en effet ce lien entre sensualité et parole poétique. Mémoire du corps, privilège accordé aux sens, sentiment du monde ému par l'évidence et son sous-texte invisible. Cela a pris souvent le biais de la poésie amoureuse, d'une érotisation de la relation au monde, mais il s'agit moins d'un aveu amoureux que d'un mode foncier de compréhension de la réalité : celui dont parlait Tsvétaïéva qui disait que comprendre, c'est étreindre. Mais ce n'est pas une théorie.
Je suis un être amoureux, ce qui, au reste, n'implique ni naïveté ni mol épanchement. Et m'est avis que c'est plus heureux que d'être un programmateur de syntagmes et un façonneur de concepts."
Jean Pierre Siméon
(source Le libraire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Lun 5 Jan 2009 - 19:13

Ce n'est pas un poème mais un "minilogue" extrait de Témoins à charge (théâtre)

LA CHOSE
(Le lager)


Certaines choses ont eu lieu
une fois une fois qui suffit
pour que les hommesdepuis
parlent avec la nuit dans la bouche
pour que la pourriture leur prenne
la langue et que toute parole soit
désormais remugle de chair
décomposée par exemple
un homme parmi des milliers d'hommes
descend d'un train il y a des uniformes
qui hurlent de se taire qu'il faut
faire silence l'homme n'entend pas
ne sait pas ne sait plus ne
comprend pas ne peut pas comprendre
il dit quelque chose ou rien
sans doute un mot innocent
un uniforme le désigne le fait
sortir du rang le fait se coucher
s'allonger face contre terre et
pose une pelle sur son cou
entre vertèbre et vertèbre cinq
centimètres
sous la nuque
un uniformle lève sa botte lourde
donne un coup de haut en bas
sec simple efficace sans âme
tranché le cou le sang se précipite
la tête séparée ne bouge pas la chose
a eu lieu sans un mot sans bruit en silence
la chose a eu lieu ça a été fait
regardez regardez
la chose est là
devant


(Jean Pierre Siméon)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
coline
Parfum livresque


Messages : 29369
Inscription le : 01/02/2007
Localisation : Moulins- Nord Auvergne

MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   Sam 7 Mar 2009 - 21:00

Que le coeur
nous batte trop vite
mais qu'il batte
Que l'air trop tôt nous manque
mais qu'il ait des saveurs
âcres et fortes et que l'âme
ait ses sueurs oui
mais dans les vertiges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jean Pierre Siméon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jean Pierre Siméon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Anniversaire Jean-Pierre R
» Le médecin belge Jean-Pierre Kanku Mukandi détenu à l'ANR/Kinshasa
» Jean Pierre BEMBA GOMBO
» Jean-Pierre Mbelu : « Le danger de la disparition du Congo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Poésie (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: