Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Michela Murgia [Italie]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeSam 1 Oct 2011 - 23:21

Michela Murgia [Italie] Michel10

Michela Murgia est née à Cabras (Sardaigne) en 1972. En 2006, elle a publié Il mondo deve sapere, le journal tragi-comique d'un mois de travail dans un call center. Avec son roman Accabadora, elle a obtenu le prix SuperCampiello 2010. Traduction au Seuil en août 2011.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeDim 2 Oct 2011 - 16:23

Michela Murgia [Italie] Arton26212-85313

Accabadora
Citation :
Dans un petit village sarde des années cinquante, la vieille couturière, Tzia Bonaria, décide d’accueillir chez elle Maria, quatrième fille d’une veuve d’humbles origines. Ce sera sa " fille d’âme ", à laquelle elle va apprendre son métier, offrir un avenir, tout en l’obligeant à s’appliquer à l’école, ce qui n’est guère courant pour une fille à l’époque. Maria grandit donc entourée de soins et de tendresse ; mais certains aspects de la vie de la couturière la troublent, en particulier ses mystérieuses absences nocturnes.

A ceux qui l'ignorent, il serait criminel de révéler ce qu'est une "accabadora" (dernière mère), femme dont l'activité mystérieuse et nocturne donne son titre au roman de Michela Murgia. Bien qu'on le devine assez vite dans le livre, la jeune Maria, qui est la "fille d'âme" de l'accabadora (adoptée avec le consentement de sa véritable mère, trop pauvre pour nourrir une bouche supplémentaire) ne comprendra que tardivement de quoi il retourne et ne pourra lui pardonner. Dès les premières pages, la romancière nous introduit dans la campagne sarde des années 50, avec ses croyances et traditions ancestrales. Et avec quel talent pour décrire les us et coutumes d'un petit village, le poids des rumeurs et des conflits de voisinage. Poésie des mots, sensualité des gestes, finesse psychologique, ironie sous-jacente, le livre est étonnamment léger pour évoquer des sujets graves, celui du rapport avec la mort, principalement, qui est omniprésent. De très belles pages sont consacrées à cette coutume qui veut que les portes restent ouvertes, la nuit du 1er novembre, pour accueillir les âmes qui se promènent. Superbe, également, ce dénouement, marqué par les retrouvailles de l'accabadora et de sa fille d'âme, dans des circonstances qu'il serait, comment dire, criminel, etc. N'oublions pas Nathalie Bauer, la traductrice (romancière par ailleurs), qui a fait un travail magnifique pour restituer la qualité du style de Michela Murgia. C'est le genre de livre dont on aimerait savoir ce que les personnages vont devenir, tellement ils sont attachants, jusque dans leurs faiblesses.

" -Que comptes-tu faire maintenant ?
- Ce que je sais faire : des vêtements.
- Cela signifie que tu restes ...
- Suis-je jamais partie, Andri ? ", dit-elle en se tournant vers lui.
Il reconnut dans son profil fin un accomplissement qui lui était familier, et il sourit. Ils repartirent comme ils étaient venus - ensemble - se moquant de donner aux langues de Soreni l'énième occasion de parler pour ne rien dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeMar 18 Oct 2011 - 14:46

Il était un des coups de coeur d'une libraire dans le magazine LIRE et ton commentaire va dans le même sens donc je le note car le thème me plait bien.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zazy
Sage de la littérature
zazy

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 70
Localisation : bourgogne

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeDim 27 Mai 2012 - 14:34

Marko, je confirme, un réel coup de coeur !!


C’était il y a longtemps et pourtant, nous sommes en 1950 à Soreni, village de Sardaigne. Les femmes sont habillées en noir, deuil d’un mari, d’un enfant, d’un fiancé mort pendant les 2 dernières guerres. La terre est dure, les traditions tenaces, les habitants de ce village s’épient, se jalousent, se volent, s’entraident…. La vie normale d’un petit village.

Tzia Bonaria, veuve avant d’être mariée, ventre sec, va trouver Anna Teresa Listru et lui propose de recueillir sa dernière fille Maria, dite, la dernière, la quatrième, la fille en trop…. Maria « Fill’e anima », fille d’âme, est élevée par Tzia qui lui donnera tout son amour, la confiance, l’éducation. Elle découvrira la sensation insolite d’être importante pour quelqu’un, de pouvoir grandir tranquillement. Pourtant, une nuit, elle découvre que Tzia s’absente la nuit…. Ce secret, ce sera son ami d’enfance qui le lui dévoilera à l’occasion du décès de son frère. Tzia est accabadora, l’endormeuse… Les femmes sardes donnent la vie mais certaines sont appelées au chevet de moribonds, qui le demandent, pour donner la mort. Pour l’accepter, il faudra que Maria quitte le village pour aller sur le continent, puis revienne assister Tzia mourante.

Fill’e anima, fille de l’âme, celle que l’on choisit pour l’amener vers soi, pour l’élever. Accabadora, fait presque penser à une formule magique. Le pouvoir poétique des mots étrangers est immense.
Quel plaisir cette lecture lente, au rythme de la vie de ce petit village du bout du monde où la modernité, synonyme de la fin de ces traditions, arrive à tous petits pas. Michela Murgia tisse autour de nous un voile de tendresse, de rudesse, de filiation, de transmission grâce à une écriture fluide, tout en retenue et si poétique que je n’ai pu reposer le livre. Un très bon livre que je ne peux que recommander. Merci à toi Cassiopée.

Quelques extraits :

« Fillus de anima.
C’est ainsi qu’on appelle les enfants doublement engendrés, de la pauvreté d’une femme et de la stérilité d’une autre. De ce second accouchement était née Maria Listru, fruit tardif de l’âme de Bonaria Urrai. »

« Malgré le temps qui s’était écoulé, Maria n’était pas encore certaine d’avoir compris à quel point c e choix avait dévié le cours de sa vie. Une seule chose avait été portée en compte depuis le début : ce lit, au chevet duquel sa présence avait à présent le poids d’un accomplissement. »

« Puis la jeune fille commença à comprendre ce que Bonaria Urrai entendait quand elle lui avait lancé trois ans plus tôt : « Ne dis pas : fontaine, je ne boirai pas de ton eau ». »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeDim 27 Mai 2012 - 14:39

@ Zazy: tu auras bientôt fini de me tenter.. colere

Je sais tu vas me dire, c'est pas moi, c'est Cassiopée rire Mais quand même !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
zazy
Sage de la littérature
zazy

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 70
Localisation : bourgogne

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeDim 27 Mai 2012 - 14:50

mimi54 a écrit:
@ Zazy: tu auras bientôt fini de me tenter.. colere

Je sais tu vas me dire, c'est pas moi, c'est Cassiopée rire Mais quand même !!!
Tu as tout compris Very Happy
C'est pas ma faute M'dame, c'est la faute à Cassiopée !!! dentsblanches
Pour une fois que c'est moi qui joue les tentatrices diablotin
C'est vraiment un superbe livre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
domreader
Zen littéraire
domreader

Messages : 3409
Inscription le : 19/06/2007
Localisation : Ile de France

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeDim 27 Mai 2012 - 19:48

Après vos commentaire traversay et zazy je le note aussi, le thème et l'endroit - Sardaigne années 50, me plaisent bien.

_________________
'Si vous ne lisez que ce que tout le monde lit, vous ne pouvez penser que ce que tout le monde pense.' - Haruki Murakami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 18:16

Citation :
« Le deuil s’achève quand s’achève le chagrin. »
Citation :
« Le chagrin est nu. Le noir sert à le couvrir, non à l’exhiber. »

Accabadora, un titre bien mystérieux, aux accents presque magiques pour une histoire narrée tout en finesse, avec un zeste de force latine qui laissera son sillage. Michela Murgia nous ramène dans les années 50, en Sardaigne, petite ile rural et isolée, pour nous dresser le portrait d’une dame pas tout à fait comme tout le monde. Accabadora, dernière mère, c’est comme ça qu’on l’appelle, se livre à des activités nocturnes assez peu communes, Maria, sa fille d’âme, peine à se trouver une place au sein de sa seconde famille. Il lui faudra s’éloigner pour mieux revenir. La filiation, l’adoption, sont ici abordée avec une certaine originalité, dans un registre assez rude qui colle bien avec la rusticité de l’époque et des lieux.
C’est avec un infini talent, une prose à la fois fine, humoristique par moments, poétique et légère que Michela Murgia nous embarque au cœur de traditions séculaires, et de ce qui préoccupe l’humain depuis la nuit des temps : la vie, la mort, la souffrance, la dignité de la fin de vie. Et si même le personnage d’Accabadora est à bien des égards condamnable, il n’en reste pas moins attachant, au point de susciter en mon âme et conscience, indulgence, compréhension, et empathie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
zazy
Sage de la littérature
zazy

Messages : 2492
Inscription le : 19/03/2011
Age : 70
Localisation : bourgogne

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeMar 31 Juil 2012 - 22:43

Domreader, je choisis la seconde glace, très alléchante !!!
Accabadora est un bon bouquin et je remercie encore Cassiopée qui me l'avait proposé dans notre échange de livres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zazymut.over-blog.com
petitepom
Envolée postale
petitepom

Messages : 155
Inscription le : 25/06/2012
Age : 53
Localisation : Corrèze

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeLun 6 Aoû 2012 - 8:03

Accabadora
Ce livre vite lu, se passe en Sardaigne, nous sommes dans les années 50, la modernité na pas encore envahit ce coin d’Italie. Dans cette campagne où la vie finit chez soi, on a parfois recours à l’Accabadora.

Au départ, on assiste à l’adoption d’un petite fille, donnée par sa mère à Tzia Bonaria ; la petite est heureuse auprès de cette couturière ; mais en grandissant, elle devient curieuse ; elle aimerait savoir ce qu’elle va faire la nuit. Quand elle va le découvrir, sa réaction va être le rejet, la foi Chrétienne dans laquelle vit l’Italie, ne peux accepter cette pratique, mais face à la souffrance, des choix pénibles sont parfois nécessaire.

Je ne dévoilerais rien, car découvrir qui est l’Accabadora fait tout le charme du livre, je recommande à celle qui veulent le lire de ne pas regarder la 4° couverture, pour ne rien deviner et accentuer le plaisir de cette lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://petitepom.wordpress.com
MezzaVoce
Envolée postale
MezzaVoce

Messages : 290
Inscription le : 13/07/2012
Age : 54
Localisation : Lyon

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012 - 10:27

Accabadora.

Il y a, collée sur la couverture du livre, une petite étiquette "Coup de cœur" de la bibliothèque. C'est aussi un coup de cœur pour moi. La plume de Michela Murgia est habitée par une poésie comme je les aime tant : elle donne l'impression de pouvoir "palper", sentir, pétrir les idées, sentiments et liens entre les individus.
Citation :
Comme les yeux de la chouette, certaines pensées ne supportent pas la lumière du jour. Elles ne peuvent naître que la nuit, où, exerçant la même fonction que la lune, elles meuvent des marées de sens dans un invisible ailleurs de l'âme.
Et puis j'aime tant cette infinie tendresse pour ses personnages, loin d'être aussi "simples" qu'on le dit. Il me semble que si je débarquais dans ce petit village sarde, je reconnaitrais ses habitants au premier coup d’œil avec une profonde amitié et un grand respect. Les nombreux mots non traduits participent de la magie. J'ai trouvé la fin un peu longue mais je crois que c'était voulu. Peut-être pour mieux nous faire ressentir le poids de l'agonie et comprendre alors le rôle de l'accabadora ?


Statue en pierre sculptée d'une accabadora, jardin d'un café à Arbarei Pauli, Sardaigne :

Michela Murgia [Italie] Accaba10
CLIC
Photo trouvée ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeJeu 30 Aoû 2012 - 12:57

Dès qu'il sort en poche je me le procure...

P.S. Je vois qu'il sort aujourd'hui justement...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeJeu 27 Sep 2012 - 22:04

J'ai aussi été sensible au style d'Accabadora, bousculé par un récit âpre et sans concessions mais d'une grande tendresse vis à vis des personnages. Les relations entre les générations sont empreintes de respect, de générosité sans masquer la souffrance et les frustrations d'une vie. Il se dégage alors de ce court roman d'apprentissage une force émotionnelle d'une remarquable discrétion, s'attachant au silence et aux doutes, à la nécessité du partage. Michela Murgia n'impose pas une réflexion mais saisit avec beaucoup de rigueur l'ampleur d'un questionnement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MezzaVoce
Envolée postale
MezzaVoce

Messages : 290
Inscription le : 13/07/2012
Age : 54
Localisation : Lyon

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeVen 28 Sep 2012 - 9:45

Avadoro a écrit:
Michela Murgia n'impose pas une réflexion mais saisit avec beaucoup de rigueur l'ampleur d'un questionnement.
C'est tout à fait ça. sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassiopée
Main aguerrie
Cassiopée

Messages : 347
Inscription le : 28/07/2011
Localisation : France

Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitimeLun 24 Déc 2012 - 15:10

Accabadora

Coup de cœur !

Pour la traductrice qui a si bien su trouver les mots justes afin de faire vibrer l'émotion sans tomber dans le mièvre et le voyeurisme.

Pour l’écriture raffinée, poétique, abordant avec douceur et finesse des sujets difficiles...

Pour les personnages décrits avec délicatesse, par petites touches comme un canevas qui se construit à points comptés.

Pour le thème original, pour cette Sardaigne secrète, coincée dans ses croyances, ses superstitions, ses non-dits, ses secrets, ses silences, ses choix ….

Pour toutes ces questions que fait surgir cet opus sur notre vie, la vie, le destin, la rencontre, les rencontres ….

Pour le bonheur de lire encore et encore des romans qui laissent une "trace"....

Pour mon fils qui m'a offert ce livre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Michela Murgia [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Michela Murgia [Italie]   Michela Murgia [Italie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Michela Murgia [Italie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» Tremblement de terre en Italie
» Italie: des feux rouges truqués pour multiplier les amendes
» FOOT – Pourquoi l’Italie joue-t-elle en bleu ?
» WESDIEP en 2007

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: