Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Tokunaga Sunao

Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Tokunaga Sunao Empty
MessageSujet: Tokunaga Sunao   Tokunaga Sunao Icon_minitimeLun 3 Oct 2011 - 23:27

TOKUNAGA Sunao
Tokunaga Sunao Tokuna10
(Kumamoto, Kyûshû, 1899-1958)

"De basse extraction sociale, ouvrier, quasiment autodidacte, Tokunaga Sunao occupe une place à part au sein de la littérature prolétarienne. Au Japon, le terme « littérature prolétarienne » renvoie spécifiquement à la littérature marxiste des années 1920, inspirée de la Troisième Internationale. [...]
Enfant, après l'école, il fabrique des paniers pour contribuer aux revenus de la famille. Jeune adolescent, il travaille pour des journaux comme compositeur-typographe [...]". Il suit des cours du soir, et débute l'action syndicale en 1919-1920. Il contribue à la création d'un syndicat ouvrier. Renvoyé en 1922, il part à Tôkyô, trouve un emploi de typographe,participe à la création d'un syndicat, et "en 1924, joue un rôle central dans une grève qui s'avère victorieuse, aboutissant à l'augmentation des gages de tous les ouvriers." En 1926, par contre, la grève est un échec.

Il commence à écrire.

"Cette vocation d'écrivain lui semble parfois incompatible avec son engagement. Le temps passé à écrire l'éloignant de ses responsabilités syndicales, il doit même promettre aux membres du comité de renoncer définitivement à l'écriture." (Le Quartier sans soleil, postface, pages 243-244)

Son roman Le Quartier sans soleil est publié en feuilleton dans la revue qui publie au même moment Le Bateau-usine, de Kobayashi Takiji (qui a son fil ici).

La répression policière s'accentue, Kobayashi Takiji meurt sous la torture en 1933 ; le mouvement prolétarien se désagrège.
Tokunaga Sunao "affirme l'indépendance de l'art face à la politique" (page 246). Il publie le récit de son abjuration en 1934.
Pendant la guerre, "il écrit de nombreux récits décrivant la vie des petites gens" (page 247). Après la guerre, il participera à la littérature engagée avec paraît-il moins d'inspiration (c'est ce que tout le monde écrit, alors je l'écris à mon tour).


Dernière édition par eXPie le Lun 3 Oct 2011 - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Tokunaga Sunao Empty
MessageSujet: Re: Tokunaga Sunao   Tokunaga Sunao Icon_minitimeLun 3 Oct 2011 - 23:27

Tokunaga Sunao Tokuna11
Le Quartier sans soleil (Taiyô no nai machi, 1929). Traduit du japonais par S. Ôno et F.-A.Orel. Postface de Evelyne Lesigne-Audoly. 250 pages. Editions Yago.

Citation :
"Le texte ici présenté reprend la traduction française publiée par les Editions Rieder en 1929, l'année même de la sortie de l'oeuvre au Japon. [...] Cette traduction [...] a été légèrement révisée. [...]
Cette traduction est évidemment datée et conditionnée par les circonstances de sa production. Même si elle conserve son originalité et sa pertinence, la traduction à quatre mains, avec une phase de réécriture par une personne n'ayant pas accès au texte japonais, éloigne forcément quelque peu de l'original. Les habitudes de traduction de l'époque étaient d'ailleurs étrangères à l'idée que l'on se fait aujourd'hui d'une traduction fidèle : le texte traduit constituait souvent une paraphrase du texte original.
La traduction initiale du Quartier sans soleil demeure pourtant d'une grande valeur, par ses qualités littéraires intrinsèques autant que par son caractère de témoignage" (Avant-propos de l'éditeur, pages 7-8 ).
On trouve juste après une préface de l'auteur pour l'édition française de 1933.

Le roman s'ouvre sur un mouvement de foule. L'Empereur passe, un ouvrier tente de lancer des tracts.
Citation :
"La foule se bousculait autour du groupe. Une bicyclette fut renversée, faisant tomber quelques personnes.
- Un Coréen !
- Non, un socialiste !" (page 17).
Tout de suite, les boucs émissaires classiques sont nommés.
Un policier trouve un tract, le lecteur le lit avec lui.
Citation :
"A nos Concitoyens du quartier de Koishikawa !
A tous les citoyens de Tokyo !
Nous, ouvriers de l'imprimerie Daidô au nombre de 3 000, sommes en grève.
Avec nos familles, ce sont 15 000 personnes qui, depuis 50 jours, luttent contre le capitaliste Ôkawa, lequel a licencié dans des conditions odieuses 38 linotypistes afin d'anéantir notre organisation et de pouvoir ensuite impunément afamer 15 000 personnes. [...]" (le tout en majuscules ; page 17).
Ce n'est apparemment pas le cas pour ce tract, mais page 113, par exemple, c'est le document original de la grève de l'imprimerie Daidô qui est reproduit.

Puis Hirohito, le prince régent, visite un parc "au centre même de Tôkyô" (page 20). C'est très beau. Plus loin, on voit deux collines. Et c'est au milieu, dans la vallée, que se trouve le Quartier sans soleil.
Citation :
"Le soleil jouait à cache-cache entre les deux collines de telle sorte que jamais la lumière ne pénètre dans la vallée. Vraiment, ce « quartier dans la vallée » peut s'appeler « le quartier sans soleil » [...]
Cet égout est le centre du quartier et, à mesure qu'on s'en éloigne en montant la côte, les habitations deviennent plus riches ; on quitte la saleté, on va vers le soleil, c'est le baromètre des classes.
La maison d'Ôkawa est tout au sommet de la côte, près de celle des nobles Matsudarira, et les employés et les contremaîtres trouvent cela tout naturel." (page 23).
Cela rappelle un peu Au-delà des Forces II, la pièce de Bjørnstjerne Bjørnson (mais Quartier sans soleil est plus intéressant, disons-le tout de suite).

Lorsque le canal Senkawa qui "servait maintenant d'exutoire aux immondices" inonde le quartier l'été, "les quarante mille habitants de ce quartier étaient obligés de suspendre leurs lits au plafond".

C'est la grève. L'économie s'arrête.
Citation :
"Tout semblait furieux, les femmes des ouvriers, les commerçants de la grand-rue, les marchands de gâteaux ambulants qui vivent des sous que leur donnent les enfants." (page 24).

La grève est dure. On se surveille, on s'espionne, on essaye de deviner les intentions de l'autre camp... Il y a des coups fourrés de part et d'autre, de l'action, quelques poursuites en voiture.
Citation :
"Les maisons sautaient en arrière comme les petits cailloux arrachés par les pneus des autos. Les phares balayaient l'obscurité. Les cinq voitures couraient l'une derrière l'autre comme chassées par le diable." (page 85).
Et ça se bat. Du côté des grévistes, on fait parfois avec les moyens du bord :
Citation :
"Le camarade aux lunettes accourut et lança son bâton. L'homme se détourna pour l'éviter, mais il reçut dans les yeux une coquille d'oeuf pleine de grains de piment.
- Encerclez-le ! cria le camarade.
Au-dessus des rizières marécageuses, l'obscurité tremblait comme l'herbe au fond de la mer." (page 87).

Le roman est bien sûr très favorable aux grévistes face au patronat (en même temps, fin des années 20 au Japon, on n'imagine pas que le sort des ouvriers soit très enviable), le fonctionnement de l'"organisme social" paraît parfois un peu trop beau pour être vrai ("Ici on était révolutionnaire ou conservateur, mais toujours on voyait se manifester une critique intelligente. Malgré les quelques divergences personnelles, l'opinion du comité ralliait toujours les individus et gouvernait le groupe à travers la tempête.", page 114) mais Tokunaga Sunao peut faire parler les syndicalistes de façon réaliste : "Le camarade Teraishi a commis une très grosse faute lorsqu'il a dit : « plus le chômage s'aggravera, plus tôt nous aurons la révolution ». Il est très dangereux d'exposer aux masses des théories abstraites." (page 107).
C'est assez sciant.

Et puis on a bien sûr des comparaisons classiques : "Le grand Capital découvrit sa face de vampire." (page 223).

La grève est dure, les ouvriers ont faim.
Citation :
"Elle lui présenta le chocolat, mais le bébé ouvrit de grands yeux sans même avoir la force de tendre la main. S'il paraissait si gentil, c'est qu'il était insuffisamment nourri." (page 131).
On gagne de l'argent comme on peut.
Citation :
"Chaque soir, le nombre augmentait de jeunes filles qui se rendaient dans des cafés suspects pour en sortir le matin, le visage pâle et les yeux battus." (page 136)


Un roman vraiment intéressant, avec une écriture "moderne" (les gens sont souvent comparés à des objets... on a par exemple, page 91: "[...] une délégation d'ouvriers dont les visages s'alignaient comme de vieilles mandarines ridées sur une planche."), parfois un petit peu à la Berlin Alexanderplatz, de Döblin, publié lui aussi en 1929 : contenu de vraies affiches, style parfois expressionniste, des traits de lumières zèbrent l'obscurité, il arrive qu'il y ait des phrases sans verbe, il y a une multitude de personnages et de points de vue. En même temps, il y a un côté roman à épisodes, avec suspens.
Ce n'est pas un simple texte de témoignage, Tokunaga est un vrai écrivain.

Citation :
"Kawabata Yasunari fit un éloge dithyrambique de ce roman, louant « une clarté et une fluidité dans l'expression, une impression saine et lumineuse qui se dégage de l'ensemble, une force qui en émane de façon très naturelle, la modernité avec laquelle le témoignage réel est intégré dans la trame du récit, une certaine dose d'émotion et de violence »". (postface, page 249).


Dernière édition par eXPie le Mar 4 Oct 2011 - 19:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Tokunaga Sunao Empty
MessageSujet: Re: Tokunaga Sunao   Tokunaga Sunao Icon_minitimeMar 4 Oct 2011 - 7:50

Il reste encore quelques merveille à découvrir dans la littérature japonaise. miammiam

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
Arabella

Messages : 19316
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

Tokunaga Sunao Empty
MessageSujet: Re: Tokunaga Sunao   Tokunaga Sunao Icon_minitimeDim 19 Oct 2014 - 21:34

J'ai lu moi aussi Quartier sans soleil. Le commentaire est complet, comme d'habitude. C'est intéressant, cela permet de connaître des aspects moins connus du Japon, en même temps le côté engagé, s'il fournit un témoignage intéressant, donne quand même quelque qui littérairement est tout de même un peu sommaire parfois.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Tokunaga Sunao Empty
MessageSujet: Re: Tokunaga Sunao   Tokunaga Sunao Icon_minitimeDim 19 Oct 2014 - 23:05

Arabella a écrit:
J'ai lu moi aussi Quartier sans soleil. Le commentaire est complet, comme d'habitude. C'est intéressant, cela permet de connaître des aspects moins connus du Japon, en même temps le côté engagé, s'il fournit un témoignage intéressant, donne quand même quelque qui littérairement est tout de même un peu sommaire parfois.
Oui, c'est sûr. Mais il est une fois de plus difficile de se faire une idée de ce qu'est le texte en "vrai" du fait de la part de réécriture... On sent quand même que le style ne devait pas être ce qu'il y a de plus intéressant dans le livre... encore qu'il y a des choses qui ne m'ont pas déplu (l'aspect expérimentalo-expressioniste).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Contenu sponsorisé




Tokunaga Sunao Empty
MessageSujet: Re: Tokunaga Sunao   Tokunaga Sunao Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Tokunaga Sunao
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: