Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Alessandro Piperno [Italie]

Aller en bas 
AuteurMessage
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeVen 7 Oct 2011 - 11:54

Alessandro Piperno [Italie] Alessa10

Alessandro Piperno a vu le jour le 25 mars 1972 à Rome. Né d'un père juif et d'une mère catholique. Diplômé en littérature française. Grand admirateur de Proust auquel il consacre son premier livre. Son roman Con la peggiori intenzioni (Avec les pires intentions) provoque une véritable polémique en Italie et obtient plusieurs prix. Deuxième roman en 2010 : Persecuzione (Persécution).
Rédacteur de la revue Nuovi Argomenti, Piperno a fait partie d'un groupe de rock/blues, Random, et est un supporter du club de foot de la Lazio de Rome (un détail pour certains, mais pas tant que cela, puisque l'équipe est plutôt de "gauche", à l'opposé de sa concurrente l'AS Roma).

Bibliographie :
* Proust antiebreo, FrancoAngeli (Collana di Critica letteraria e Linguistica), 2000. Proust antijuif, Liana Levi, 2007.
* Con le peggiori intenzioni, Mondadori (Scrittori italiani e stranieri), 2005. Avec les pires intentions, Liana Levi, 2006.
* Il demone reazionario. Sulle tracce del «Baudelaire» di Sartre, Gaffi Editore, 2007
* La favola della vita vera, Corriere della Sera (Corti di Carta), 2007 (racconto)
* Persecuzione. Il fuoco amico dei ricordi, Mondadori, 2010. Persécution, Liana Levi 2011.

Alessandro Piperno [Italie] V_book_117
Citation :
«En vingt-deux ans de métier, cela ne m’était jamais arrivé. Faire une offre sur la Foire de Francfort même. Presque une règle d’or, ne pas se laisser emporter par la folie ambiante, ne pas lire la nuit jusqu’au petit matin, se donner le temps de la réflexion... Pourtant en octobre 2004 l’équipe de la maison d’édition m’a vue revenir un sourire mystérieux aux lèvres. J’avais jeté aux orties toutes les bonnes résolutions. Et tout ça parce que dans un couloir de la Foire une chargée de droits m’avait attrapée au passage et dit : “J’ai quelque chose pour toi. Un jeune inconnu à ses débuts. Tu dois le lire. Devi Leggerlo.“ Et le soir, dans ma chambre d’hôtel, vannée par la journée, j’avais attrapé le manuscrit. Le lendemain matin j’étais devant le stand de Mondadori, au moment où Emanuela enlevait son manteau.
Six mois après le jeune Alessandro Piperno avait vendu 150.000 exemplaires de son roman, défrayé toutes les chroniques et conquis la célébrité sur la Péninsule. Pas étonnant, car Avec les pires intentions est le roman que tout éditeur rêve de publier. Juste, subtil, drôle, féroce, politiquement incorrect. Qu’on l’aime ou pas, inoubliable. Inoubliable comme ses personnages, comme l’attachant et névrosé narrateur, rejeton d’un improbable mariage entre juifs et gentils, comme cette bourgeoisie romaine dont il dépeint les grandeurs et les petitesses.
Bref, je ne vous dirai que ce que qui m’a été dit à Francfort: "Devi Leggerlo"»

Liana Levi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 0:08

Alessandro Piperno [Italie] Arton26522-085f5

Persécution
Citation :
« Savoir-vivre et discrétion. » Pour Leo Pontecorvo, brillant professeur de médecine et père de famille respecté issu de la bourgeoisie juive romaine, les excès et les incartades ne font pas partie du programme. Mais un soir il apprend, par le journal télévisé, qu’une gamine de douze ans, petite amie de l’un de ses fils, l’accuse d’avoir tenté de la séduire. Un gouffre s’ouvre sous ses pieds. Rien dans sa vie ne l’a préparé à affronter une situation aussi humiliante. Rien ne l’a préparé à se battre en général. Au lieu de clamer son innocence, Pontecorvo se replie sur lui-même et se remémore comment le piège s’est refermé sur lui, entre l’indispensable et trop raisonnable femme, la fillette mythomane, les clinquants parents de l’accusatrice, l’intraitable magistrat, l’avocat pervers… Si la justice est aveugle, l’injustice l’est aussi.

En deux pages, les premières de son roman Persécution, Alessandro Piperno fait un sort à son récit. Tout est y résumé clairement : Léo, médecin réputé, est accusé par une fillette de 12 ans de lui avoir fait des avances, preuves épistolaires à l'appui. La chute commence pour ce grand bourgeois parfaitement intégré à la communauté juive romaine, innocent pourtant, mais incapable de se défendre. C'est la fin d'une existence dorée, ce n'est que le début du livre qui va consciencieusement décrire la déchéance de cet homme en explorant son passé et en détaillant son environnement familial et social. Comme un chirurgien de l'âme, Piperno fouille dans les souvenirs, s'attarde sur de petits détails et des faits anodins, ne laissant rien dans l'ombre pour délivrer le portrait d'un quinquagénaire arrivé, aussi nu qu'à sa naissance. La psychologie, c'est l'affaire de cet écrivain italien qui, dès son premier roman, Avec les pires intentions, a été d'emblée comparé à Proust. Pas pour le style, ses phrases sont plus courtes (!), mais pour cette propension à user de "madeleines" pour composer de longues reconstitutions de scènes où le factuel s'efface devant la description minutieuse de tableaux représentant une société fondée sur les apparences et l'hypocrisie. Persécution est le strict contraire d'un roman policier, aucun suspense, peu de péripéties, une introspection de plus en plus incisive dans les méandres de l'esprit de Léo, symbole des valeurs d'une bourgeoisie coupée des réalités du monde. Le roman est dense, saturé de digressions, il se digère parfois avec difficulté, mais sa suprême ironie et sa puissance d'évocation obligent à ne pas l'abandonner en route. Sans doute est-ce un livre plus impressionnant qu'aimable. C'est là toute sa force et ses limites.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Invité
Invité



Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 7:35

Ouh là, je le note, merci du conseil traversay !
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 9:03

traversay a écrit:
Avec les pires intentions, a été d'emblée comparé à Proust
moi j'ai surtout lu la comparaison avec Roth: "Le Philip Roth italien".. raison pour laquelle je voulais bien lui donner une chance - avec ce premier roman.. mais soit, j'étais trop fixée sur ce machin-truc-Rothien.. soit ce n'était pas le bon livre.. en tout cas je me suis ennuyée beaucoup
peut-être je vais tenter encore une fois à un autre moment..

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Epi
Escargote Zen
Epi

Messages : 14255
Inscription le : 05/03/2008
Age : 59
Localisation : à l'ouest

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 10:35

Il me tente assez quand même, en tout cas je le note.

_________________
Let It Be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 11:21

kenavo a écrit:
traversay a écrit:
Avec les pires intentions, a été d'emblée comparé à Proust
moi j'ai surtout lu la comparaison avec Roth: "Le Philip Roth italien".. raison pour laquelle je voulais bien lui donner une chance - avec ce premier roman.. mais soit, j'étais trop fixée sur ce machin-truc-Rothien.. soit ce n'était pas le bon livre.. en tout cas je me suis ennuyée beaucoup
peut-être je vais tenter encore une fois à un autre moment..

Le problème c'est que chaque fois qu'un auteur est juif et a un certain humour, on fait référence à Ph Roth, même si le contenu n' a rien à voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 12:55

topocl a écrit:
Le problème c'est que chaque fois qu'un auteur est juif et a un certain humour, on fait référence à Ph Roth, même si le contenu n' a rien à voir.
non, en fait on faisait référence à son style.. et pour ce premier roman et les premières pages c'était vrai.. il a une bonne tranche de Roth et cela pouvait plaire..
simplement après les débuts je me suis retrouvée avec un livre qui ne m'a pas trop scotché et je me suis demandée pourquoi il fallait lire une 'copie' si l'original me plait bien Wink
mais comme je dis, premières impressions, bien longtemps faites.. je veux bien retenter avec lui une autre fois

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
traversay

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 61
Localisation : Sous l'aile d'un ange

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 13:48

Pour compléter, et pour prévenir quand même, je dirais qu'il y a des moments de grande solitude dans le livre, et pas seulement pour son héros. Qu'on puisse le trouver ennuyeux à lire ne me choque absolument pas. Plus ramassé, c'est à dire avec 100 pages en moins, il aurait été plus efficace à mon avis.
Pour rester dans le domaine italien, j'ai été beaucoup plus séduit par Accabadora de Michela Murgia.


Dernière édition par traversay le Lun 10 Oct 2011 - 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeLun 10 Oct 2011 - 15:35

Avec les pires intentions m' avait agréablement surpris et diverti, ce qui parfois suffit pour une lecture...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeJeu 17 Nov 2011 - 14:31

Persécution

Citation :
« Ce livre relate l'expérience minuscule d'un homme heureux et faible autour duquel chacun fait son devoir et qui se trouve pris dans une situation d'une totale absurdité."nous dit Piperno

Leo est un homme béni des dieux (ou plutôt de Yahvé) : choyé par son épouse, respecté par ses deux garçons, cancérologue pédiatrique riche et célèbre, mais qui va basculer dans une descente aux enfers époustouflante. Harcelé par une gamine de 12 ans sans doute amoureuse de lui, il réagit maladroitement, et finit par être accusé d'un viol. Alors qu'il est lâché par tous, nous allons vivre avec lui 12 mois de réclusion auto-infligée, où il reprend les faits pour mieux les analyser, et ramène à la surface divers épisodes de sa vie d’enfant et d’adulte.

Ce livre se lit plutôt agréablement, on est longtemps fasciné par cette fatalité inextricable, amusé par son côté clinquant, son avalanche de descriptions détaillées mais sur la fin, (disons les trois-quarts, après la grande colère de Léo face au magistrat) cet intérêt finit par s'essouffler, les défauts du livre prenant le pas sur ses qualités.

Persécution
se veut brillant, un peu trop sans doute : on finit par se lasser de cette verve qui frise parfois la faconde, ce style redondant qui multiplie les anaphores et les questions répétitives, l'abondance des flash-backs emboîtés, ces tenants et aboutissants qui n'en finissent pas, ces digressions un peu auto-satisfaites. Plus on avance dans le livre, plus le côté simpliste de la psychologie de Piperno apparaît. Il masque astucieusement celui-ci par des explications et des justifications pour le moins copieuses. Il n'en demeure pas moins que sa seule base est le contraste : autant Leo est brillant dans sa vie professionnelle autant il s'avère qu'il est incapable de gérer sa vie personnelle ; autant il est joyeux et décontracté, autant sa femme est raisonnable voire raisonneuse ;elle est issue d'un milieu pauvre religieux, et lui fils d'un médecin juif assimilé; autant l’ami fidèle est fiable, autant on a envie de mettre sa femme à la porte dès qu'elle commence à parler ; autant l'avocat est laid et petit, autant Leo est grand et beau ; autant le fils aîné est dyslexique et limite autiste, autant le plus jeune est brillant et séduisant… Au total pas un personnage qui ne soit caricature, certes décrit avec brio, mais ce talent-même cache un manichéisme qui met longtemps à se dévoiler, mais qui est finalement assez grossier.

Je pense avoir un peu exagéré les défauts du livre, qui ne manque pas d'humour, d'un certain cynisme (ceux-ci soulignés par l'observateur ironique qui nous fait le récit des événements) et si l'on veut bien lui pardonner ses excès, on lui reconnaîtra un certain talent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
bix229
Parfum livresque
bix229

Messages : 24639
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeJeu 17 Nov 2011 - 14:40

J' ai l' impression que Avec les pires intentions est meilleur, bien que n' ayant lu que celui-là. Mais, ou bien
les défauts sont moins apparents, ou le plaisir de lecture est plus grand... Ou j' étais en plus bien luné ! Alessandro Piperno [Italie] 939595
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeJeu 17 Nov 2011 - 15:58

bix229 a écrit:
J' ai l' impression que Avec les pires intentions est meilleur, bien que n' ayant lu que celui-là. Mais, ou bien
les défauts sont moins apparents, ou le plaisir de lecture est plus grand... Ou j' étais en plus bien luné ! Alessandro Piperno [Italie] 939595

Je dis pas que Persécution est mauvais. Seulement un peu lassant.
Un peu imbu de lui-même?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Igor
Zen littéraire
Igor

Messages : 3524
Inscription le : 24/07/2010
Age : 66

Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitimeDim 15 Jan 2012 - 11:10

Persécution. Ni mauvais, ni lassant à mon goût.
Comme dit plus haut, c'est la rapide descente aux enfers du "brave" Léo Pontecorvo. Nous sommes dans un roman et les traits des personnages sont poussés, tirés vers leurs extrêmes. C'est fait avec intelligence, bien construit. L'action et les flash back donnent au récit une dimension très large. Rien n'est laissé à l’approximation, les descriptions sont souvent savoureuses, toujours pertinentes.
Cependant, si beaucoup de choses sont dites, reste le mystère des accusations qui elles sont assez vagues. En lecteur imaginatif, je me suis souvent demandé si Piperno ne nous menait pas en bateau avec son trop bon Léo qui est quand même un sacré frimeur prêt à jouer un jeu bizarre avec la gamine. Si le début du séjour au chalet est raconté, qu'en est-il de la fin et du retour... Mais bon, OK, je divague, ce serait un autre livre...
Bref: un bon livre qui ne m'a pas lassé une seconde. Et son précédent rejoint ma liste à lire.

_________________
Tranquille comme mon chien qui dort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Alessandro Piperno [Italie] Empty
MessageSujet: Re: Alessandro Piperno [Italie]   Alessandro Piperno [Italie] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Alessandro Piperno [Italie]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Halloween en Italie
» Tremblement de terre en Italie
» Italie: des feux rouges truqués pour multiplier les amendes
» Alessandro en photos
» FOOT – Pourquoi l’Italie joue-t-elle en bleu ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature italienne, grecque et turque (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: