Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Ibuse Masuji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Ibuse Masuji   Sam 15 Oct 2011 - 22:44

IBUSE Masuji

(Fukuyama 15/02/1898 - Tôkyô 10/07/1993)

Ibuse Masuji est né à Fukuyama, près d'Hiroshima, en 1898. Il s'est intéressé d'abord à la peinture traditionnelle, puis s'est orienté vers la littérature et est entré à l'université Waseda de Tokyo (comme Murakami Haruki) où il a étudié la littérature française. Il s'est consacré à la littérature à partir de 1922.
Outre son chef-d'oeuvre, Pluie Noire (roman qui traite du drame d'Hiroshima), il a écrit de nombreux romans et nouvelles.
Il est devenu membre de l'Académie du Japon en 1960 et est mort d'une pneumonie en 1993.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ibuse Masuji   Sam 15 Oct 2011 - 22:47

C'est une petite critique que j'avais écrite il y a assez longtemps. Je la reproduis pour initier le fil.



La Salamandre (Picquier Poche, 236 pages, traduit par Martine Jullien) : ce recueil comporte six récits : La Salamandre (1929), La Carpe (1926), Sawan sur le toit, Le Voyage de la collecte, Nuit noire et pruniers en fleurs et Pas de consultation aujourd'hui.

L'auteur a commencé par écrire des nouvelles dans lesquelles les animaux sont autant de symboles, comme dans La Salamandre, et La Carpe, deux textes très courts.
Sawan sur le toit est une jolie petite nouvelle dans laquelle le narrateur recueille une oie sauvage blessée. Elle voit passer ses congénères, très haut dans le ciel, et voudrait bien les suivre dans leur migration...

Puis Ibuse s'est intéressé aux "petites gens", comme dans la nouvelle suivante, Le Voyage de la collecte, beaucoup plus longue, dont l'intrigue n'est qu'un prétexte pour brosser une galerie de personnages. L'histoire est vraiment très artificielle : le narrateur doit récupérer de l'argent que doivent diverses personnes, disséminées dans plusieurs régions. Il est accompagné d'une femme qui, de son côté, va voir ses anciens galants pour leur soutirer de l'argent. Ils arrivent en général à des moments "révélateurs" de la vie de ces personnes...

Le dernier récit du recueil, Pas de consultation aujourd'hui (qui a été adapté au cinéma), est écrit selon le même principe (la trame : un vieux docteur se souvient... ce qui donne lieu une fois de plus à une succession de vignettes), m'a semblé plus intéressant, plus varié, mais j'ai globalement été un peu déçu par ce recueil, surtout par Le Voyage de la collecte, à vrai dire...
Le style est sobre, sans fioritures ni extravagances.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ibuse Masuji   Sam 15 Oct 2011 - 22:48

L'Iris fou est une nouvelle, extraite du recueil bien nommé L'Iris fou. 28 pages. (critique de la totalité du recueil ici).
Citation :
"L'iris fou est la première esquisse de Pluie noire. [...] Tout au long du récit, Ibusé évoque le contraste entre la grande tragédie de la guerre et les détails terre à terre [sic] de la vie courante." (page 7).
Pluie Noire est le roman de Ibuse Masuji qui parle des conséquences de la Bombe.

La nouvelle commence ainsi :
Citation :
"Peu après le bombardement d'Hiroshima, je me trouvais chez un de mes amis, dans les faubourgs de Fukuyama, et je regardais un iris qui avait fleuri hors de saison. Il poussait seul de son espèce dans ce coin-là, et ses pétales étaient pourpres.
Ceci se passait à la mi-août, quelques jours après la proclamation du rescrit impérial annonçant la capitulation." (page 9).
On n'assiste donc pas directement au bombardement. On peut toutefois lire quelques récits indirects :
Citation :
"Il y eut une sorte de sifflement et la terre trembla un peu « L'arme secrète ! » pensa-t-il." (page 17)
Et puis les rescapés sont atteints d'une étrange maladie :
Citation :
"« C'est très curieux, me raconta le docteur Tawa, ils ne réussissent pas à situer le siège de ces douleurs. Il savent tout juste dire qu'ils souffrent horriblement." (page 21).
Après Hiroshima, les bombardements, classiques ceux-là, continuaient.
"Qui servirait de cible, la prochaine fois ? C'était le sujet de conversation favori au village." (page 20).
Très bonne nouvelle.


Dernière édition par eXPie le Sam 15 Oct 2011 - 22:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ibuse Masuji   Sam 15 Oct 2011 - 22:49

Et bien voilà, le fil est ouvert. Je vais toutefois m'abstenir de le lire jusqu'à ma très prochaine lecture du même livre, La salamandre.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Ibuse Masuji   Ven 11 Nov 2011 - 23:01

La salamandre

Et bien je n'ai pas grand chose à rajouter au commentaire d'eXPie. dentsblanches

Moi aussi je suis restée sur ma faim avec ce recueil de nouvelles. Elles sont censées être minimalistes, dresser des galeries de portraits, surtout dans les deux plus longues, mais c'est assez artificiel et convenu. Pas désagréable, mais pas réellement passionnant. Quand aux récits d'animaux, on dirait plus des estampes que vraiment des nouvelles, même si le récit avec l'oie est à mon sens le plus réussi, peut être parce qu'il y a quelque chose de l'ordre d'une progression, d'une amorce d'histoire.

Je pense aussi que ma lecture d'Ibuse a souffert de la proximité de celle de Shiga Naoya, qui dans le genre minimaliste, scènes à priori banales, mais d'un charme certain, et bien plus profondes qu'elles en ont l'air, une poésie diffuse mais réelle, m'avaient enchantées. Et Ibuse n'a pas à mon sens la même consistance.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ibuse Masuji   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ibuse Masuji
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature asiatique (par auteur ou fils spécifiques) :: Littérature japonaise-
Sauter vers: