Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Jeff Nichols

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Heyoka
Zen littéraire
Heyoka

Messages : 5026
Inscription le : 16/02/2013
Age : 31
Localisation : Suède

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeDim 5 Jan 2014 - 8:57

HamsterKiller a écrit:
ça manque de punch quoi.

Perso je fais partie de la vague d'engouement pour ce réalisateur, j'ai beaucoup aimé Take Shelter et Mud mais je peux comprendre ta critique, notamment le manque de punch. Il fait des films lents et longs, parfois on peut avoir envie de regarder sa montre, heureusement l'atmosphère de ses films est suffisamment hypnotisante pour ne pas y penser. Tu me rappelles que je n'ai toujours pas vu Shootgun stories.

_________________
«Books support us in our solitude
and keep us from being a burden to ourselves.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeDim 5 Jan 2014 - 10:09

Très étonnée de lire que les films de Nichols sont déséquilibrés... ! Moi, j'ai toujours été complètement embarquée dans ses histoires !

Mais, du coup, ça me donne envie de voir Shootgun stories !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeDim 5 Jan 2014 - 12:19

Je trouve que Mud traduit un passage d'un âge à un autre, un apprentissage face à la vie. Le fleuve exprime un flux, une continuité plus qu'un déchaînement passionnel et ce choix me semble cohérent.
Dans Take Shelter, on ressent une intériorisation de l'angoisse, un gouffre sans cesse repoussé. Là aussi, l'attente m'émeut beaucoup y compris dans la frustration qu'elle créée. Mais je peux comprendre ton ressenti HamsterKiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
HamsterKiller
Main aguerrie
HamsterKiller

Messages : 544
Inscription le : 25/10/2013
Age : 38
Localisation : Tours

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeDim 5 Jan 2014 - 15:35

Avadoro a écrit:
Le fleuve exprime un flux, une continuité plus qu'un déchaînement passionnel et ce choix me semble cohérent.

En fait c'est ce dont je doute après avoir vu le film car j'aurais aimé cela, j'attendais cela en fait. Le fleuve en tant que courant, écoulement, est au final peu voir pas filmé. les voyages sur le fleuve sont largement coupé, on les voit simplement arriver sur l’île ou la berge. Il y a bien quelques plans de transition de vue du fleuve mais je trouve qu'il a du mal à prendre corps, et donc a représenter quoi que soit. Je trouve qu'il est utilisé a un niveau  scénaristique et pas esthétique : c'est a dire un espace sauvage permettant a Mud de se planquer, un terrain d'aventure pour les deux gamins, et enfin une issue à la fin du film.

Le film se termine sur Mud accompagné du sniper et atteignant l'embouchure lui permettant de se libérer de la police.

Peut être qu'il y avait ce parti pris plus poétique d'utilisation du fleuve dans le film mais alors il n'est vraiment pas allé assez loin pour que cela me soit évident. Et c'est vrai que j'attendais cela, que ce fleuve prenne vraiment  corps afin de représenter quelque chose pour eveillé une émotion contemplative chez le spectateur ou une 'connexion' qui fait le charme de la complexité des choses, d'où ma petite déception car l'attente fut frustrée. J'attendais Nichols de ce coté là en partie car Take shelter pouvait laisser penser à une espèce de sensibilité du réalisateur dans la représentation des éléments et leur lien avec les sentiments ou émotions humaine. Mais au final, après avoir vu les trois films, je pense que c'est un auteur de scénario, de bon scénario, qu'il sait aussi planter un décor crédible et intéressant avec sa caméra, et aussi écrire de très bons personnages, mais qu'il ne montre que ce qu'il veut montrer dans le sens du scénario, des mots... (Bon c'est pas clair ce que je dis mais voilà...)

ça me fait penser à un film à mettre en parallèle pour illustrer deux approches différentes. C'est un film qui parle aussi de l'évolution d'un gamin (d'ailleurs comme dans Mud, deux gamins vont de paire mais  là ce sont deux frères), de la perte de l'innocence et où cette fois l'eau (d'un lac) tiens un rôle de séparation et aussi d'enterrement ou disons plutôt de recouvrement, c'est Le retour de Zviaguintsev. Le film est aussi la rencontre de ces deux gamins avec un homme,  autoritaire et sortant de nulle part qui est en fait le père. Je trouve que dans ce film les partis pris esthétiques sont plus clair et permettent à l'eau, la nature sauvage d'un lac de pénétrer l'imaginaire pour les transformer en quelque chose de plus souple dans l'esprit que la seul notion de Lac (ou de fleuve donc en analogie à Mud).

C'est ce que je voulais dire lorsqu'il manquait du 'beau', mais en fait à la réflexion, ce n'est pas, je pense, l'intention du réalisateur d'aller dans ce sens. Pour le mordant, ou le manque de punch, c'est juste qu'au final, pour ce film,les personnages et ce qui leur arrive, m'ont certes intéressé mais voilà, j'ai pas non plus été totalement captivé, je n'ai pas ressentis de trucs fort contrairement à Shootgun Storie.

Ma déception sur Mud provient surement du fait que j'attendais ce film ailleurs, tout simplement. Car bon, j'ai passé un bon moment tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeJeu 11 Fév 2016 - 22:05

Le Festival de Berlin commence ! Et parmi les films projetés se trouve le nouveau Jeff Nichols, un film de SF : Midnight Special (avec notamment Kirsten Dunst, Adam Driver, Joel Edgerton, Michael Shannon...). A priori, il sort en France le 16 mars - ou le 2 mars, selon la bande-annonce que voici :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Chymère
Sage de la littérature
Chymère

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 36
Localisation : Dijon

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeVen 12 Fév 2016 - 10:22

Il fait partie des films que j'attends le plus cette année ! impatient content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chymère
Sage de la littérature
Chymère

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 36
Localisation : Dijon

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeSam 19 Mar 2016 - 19:44

Jeff Nichols - Page 6 Midnight-special-affiche-947896


Comme avec Mud, Nichols continue de tisser des histoires avec les mythes de l'Amérique moderne (ceux liés au paranormal, les sectes apocalyptiques...), comme s'il avait digérer Spielberg ou King*, sans chercher la grandiloquence (et en utilisant les effets spéciaux à bon escient et de manière esthétique) mais au contraire en collant à la peau de ses personnages, des gens ordinaires confrontés à l'extraordinaire, en les laissant raconter leur vérité.
D'ailleurs, au fond, c'est cette vérité et cette vie-là qui compte vraiment et qui est exposée à l'écran.
On retrouve cette façon très "aimante" de filmer, son attachement à ses personnages qui fait que le spectateur va aussi s'attacher à eux.

Tout en ajoutant sa pierre à l'édifice mythologique. Et la boucle est bouclée.

Et une fois n'est pas coutume, on a droit à du fantastique hors franchise, mais une vraie histoire originale, c'est rafraîchissant...  Laughing




*D'ailleurs, je me faisais la réflexion que si Nichols adaptait King ou Koontz, mon Dieu ça serait génial...  dentsblanches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeDim 20 Mar 2016 - 23:07

Vu Midnight Special. Si on veut trouver un lien avec d'autres films de Jeff Nichols, ça serait peut-être l'obsession.

Citation :
J'ai commencé l'écriture en pensant à mon propre petit garçon, à cette terreur immense, écrasante, que j'éprouvais pour lui. Il doit vivre dans le monde le plus imprévisible, le moins sûr qu'on puisse imaginer. Les meurtres de masse – la fusillade de l'école primaire Sandy Hook, en 2012, dans le Connecticut, m'a traumatisé –, les terroristes, la planète qui commence lentement à bouillir… En tant que père, je n'ai aucune maîtrise sur cet environnement, pas plus que sur la personne qu'il va devenir en grandissant. Tout ce que je peux faire, c'est essayer de l'accompagner au jour le jour dans son voyage, de le secourir, dans un contexte qui me dépasse. C'est le thème central du film. L'histoire d'un homme qui essaie de comprendre qui est son enfant. Et de l'aider comme il peut.
(extrait d'une interview du réalisateur, voir : http://www.telerama.fr/cinema/jeff-nichols-midnight-special-risque-de-deconcerter-les-gens-mais-je-n-ai-pas-envie-de-leur-macher-le-travail,139800.php )

Un homme protège son fils, qui a des pouvoirs plus ou moins indéfinis (un peu de télékinésie, un peu de manipulation mentale, un peu de captage d'ondes...). Pas mal de gens sont intéressés par lui, bien sûr.
C'est très classique. Ce qui l'est moins, c'est la non-explicitation des liens familiaux, de ce qui s'est passé avant que le film ne commence.
Le film, un mélange de Rencontre du Troisième Type, de Starman et un tout petit peu de À la poursuite de demain, a un problème : le scénario tient sur un ticket de métro. Or, dans ce type de films de "genre", le scénario est tout de même très important.

Jeff Nichols est un bon réalisateur, il y a de bonnes scènes (la station service - qui évoquait un peu Take Shelter, finalement -, ainsi que le passage où l'enfant est filmé dans le décor blanc), les acteurs sont très bien (y compris l'enfant), mais Midnight Special m'a quand même semblé être son moins bon film, à cause d'un petit manque de consistance. Ne quasiment rien expliquer, ça ne rajoute pas forcément de la profondeur.


Dernière édition par eXPie le Mer 23 Mar 2016 - 22:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Chymère
Sage de la littérature
Chymère

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 36
Localisation : Dijon

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 18:17

Je ne suis pas d'accord pour dire que le scénario tienne sur un ticket de métro... jemetate
Certes, on n'a pas vraiment d'explication en "dur", mais en même temps... je me dis que c'est d'une part une nouvelle façon d'aborder le genre fantastique, par les personnages et pas par la thématique scénaristique (ce qui est très moderne, finalement), et d'autre part... il y aurait à expliquer quoi ? Je ne suis pas sûre que le film aurait été plus intéressant si on avait reçu un supplément d'explications didactiques... plus que les explications que l'on peut se faire par nous mêmes, puisque l'histoire brasse tout de même un certains nombres de sujets, appartenant à une sorte de mythologie moderne (ufologie, mondes parallèles/autres dimensions, conspirationnisme, sectes etc...) qui sont suffisamment connus pour permettre au spectateur de comprendre et de combler les manques si besoin.

On est plus dans un film qui "utilise" le genre que dans un pur film de genre, et il y a quelque chose de "shyamalien" presque - et quelque chose que finalement les critiques n'ont pas vraiment compris dans les films de Shyamalan comme La Jeune fille de l'Eau ou Phénomènes, et qui a mes yeux les rend carrément géniaux : ce qui se passe à l'écran est finalement moins important que ce qui se passe dans la tête du spectateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
eXPie

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 19:37

Ben...

Spoiler:
 


Et ce salmigondis de chiffres, à un moment... D'accord, c'est une référence au personnage de Truffaut dans rencontre du Troisième Type. Mais à part ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Chymère
Sage de la littérature
Chymère

Messages : 2001
Inscription le : 21/07/2013
Age : 36
Localisation : Dijon

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeLun 21 Mar 2016 - 19:50

Pour les chiffres, on peut y voir une référence à Truffaut... mais on peut aussi penser à la guématrie. Ou aux stations de nombres comme dans Lost. Bref, les suites de chiffres, c'est un peu un incontournable en la matière...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avadoro
Zen littéraire
Avadoro

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 33
Localisation : Cergy

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeJeu 31 Mar 2016 - 23:25

Midnight Special

J'ai aimé une certaine prise de risque, et une cohérence de Jeff Nichols avec le reste de sa filmographie. L'environnement de science-fiction semble en effet rester au second plan et l'enquête des autorités se tient comme à distance des enjeux, avec un décalage constant. En l'absence de résolution, la mise en scène se concentre autour d'instants particulièrement expressifs, qui exposent des angoisses et une sensibilité au bord d'un précipice.

La figure de l'enfant révèle une transition, un passage et ses proches projettent sur lui leurs propres manques....une recherche d'attention, de lien et d'accalmie. Midnight Special est parfois abrupt, confus et n'atteint pas l'intensité des précédents films de Jeff Nichols, mais le film trouve un équilibre assez poignant dans ses respirations, symboles d'une torpeur méditative qui tente d'incarner une redécouverte affective.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitimeDim 16 Oct 2016 - 0:08

Je viens de revoir Midnight Spécial qui m'avait un peu frustré la première fois à cause de son économie de moyens qui finit par se révéler une qualité. Par contre je trouve toujours dommage qu'il montre le monde parallèle à la fin. C'est aussi carton pâte que dans le film de De Palma et le film aurait eu plus de force en restant dans la suggestion. Mais c'est discutable. Par contre je suis touché par la dimension de sacrifice des parents. Le film a une progression très mélancolique et limpide qui lui donne beaucoup de classe derrière l'apparence de série B qui revisiterait E.T. et Rencontres du 3e type.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Jeff Nichols - Page 6 Empty
MessageSujet: Re: Jeff Nichols   Jeff Nichols - Page 6 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeff Nichols
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Jeff de Denain
» Un Crayon, Un papier, et un MadStalker.
» Butterfly fly away{ Jeff

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio :: Réalisateurs-
Sauter vers: