Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Jérôme Lafargue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Jérôme Lafargue   Mer 2 Nov 2011 - 9:38



Jérôme Lafargue est né en 1968 dans les Landes.

Il dit qu'il aime par-dessus tout écrire et bayer aux corneilles. Ses trois premiers romans sont publiés chez Quidam éditeur.

L'Ami Butler publié en 2007

Dans les ombres sylvestres 2009

L'Année de l'hippocampe 2011

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jérôme Lafargue   Mer 2 Nov 2011 - 10:27



Le narrateur de cet intense roman est un jeune homme qui se demande s'il arrivera à être à la hauteur de son passé familial. Et quelle famille ! Son arrière grand-père est un occultiste venu s'installer au milieu de la forêt des landes, en surplomb d'un improbable village à peine relié à la civilisation par un chemin défoncé. Son grand-père est un cordonnier aviateur qui meurt en plein vol au-dessus de la forêt. Son père est un surfeur émérite. On le voit, Lafargue n'a pas peur d'utiliser la fiction en lui apportant une bonne dose de 'sur-fiction'. D'autant plus qu'une sorte de malédiction plane sur la famille des Gueudespin, les hommes meurent jeunes et ne laissent d'eux qu'un fils. Les femmes sont inexistantes, la forêt omniprésente.

La forêt landaise est ici tout autant personnage que présence inquiétante, faite de sable et de pins, adossée à la mer qui la bouscule et la convoite, pleine de secrets et d'alcôves, de cabanes et de mystères, de plantes et d'effrayants chemins, elle donne toute l'atmosphère d'irréalité et d'effroi à ce curieux roman, auquel il ne manque presque rien pour être inoubliable. Et pourtant, un petit quelque chose n'a pas réussi à me convaincre complètement, peut-être une retenue du style qui aurait gagné à un peu plus de lyrisme ou de souffle (les phrases sont parfois très ramassées, comme aspirées plus qu'expirées, ce qui donne une profonde impression d'apnée, comme si la forêt était là, envahissante, étrange, peuplée et silencieuse). Ajouté au retrait volontaire du narrateur, une sorte de thèse absconse et farfelue sur un étrange révolutionnaire qui traverserait les âges comme un immortel et on obtient un roman qui flirte avec le fantastique sans jamais vraiment s'y prêter. Car loin de dérouter le lecteur, l'écartèlement voulu entre la folle famille d'Audric et sa vie fantasmée, accolée à la réalité du monde donne quelque chose de très construit, solide, intéressant.

Un livre intriguant, au récit libre et sauvage, aux personnages marquant, passionnés, lisibles et imprévisibles, au texte bien tenu, aux odeurs fortes de résine et de sueur, un livre qui est un trait tiré entre l'irréel et le tangible, le sensible et l'inconnu, le mensonge vrai d'une littérature qui s'assume pleinement comme création de mondes.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jérôme Lafargue   Mer 2 Nov 2011 - 10:39

extrait de la page 13 pour vous donner une idée du style :

Il est difficile de se faire une place dans le monde lorsque l'on est l'arrière-petit-fils d'un occultiste aux pouvoirs effrayants, le petit-fils d'un aviateur lunatique et le fils d'un surfeur de légende. Je n'ai pourtant pas sombré dans la drogue, l'alcool ou la fainéantise, je suis même devenu un temps enseignant-chercheur à l'université avant de m'en éjecter misérablement : je ne pouvais supporter que mes pairs jugent risibles et farfelues certaines de mes hypothèses de recherche, et plutôt que le discrédit de salon j'optai pour le départ avec éclats, insultes et quelques coups et blessures au passage, fantaisie que l'institution me pardonna aisément dès lors que je maintiendrais mon serment de ne plus jamais foutre les pieds dans ce qui avait été mon eden quelques années durant. C'est alors que j'ai davantage apprécié les attraits de la drogue, de l'alcool et de la fainéantise, abordés avec le sérieux qu'il se doit dans la maison de mes ancêtres, réinvestie avec fatalisme. A l'approche de mes trente-deux ans, je me résignai à la liquéfaction au bruit des vagues géantes qui un jour sans doute viendraient avaler la demeure familiale et la poussière qui lui tenait lieu de mémoire.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Jérôme Lafargue   Mer 2 Nov 2011 - 13:18

shanidar a écrit:
un livre qui est un trait tiré entre l'irréel et le tangible, le sensible et l'inconnu, le mensonge vrai d'une littérature qui s'assume pleinement comme création de mondes.

ça semble être son sujet de prédilection. Je vais lire "L'année de l'Hippocampe" après la chaine de lecture.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Jérôme Lafargue   Mer 2 Nov 2011 - 14:26

j'ai peur que L'année de l'hippocampe soit surtout un exercice de style, dans la mesure où si j'ai bien compris, Lafargue a écrit chaque jour une page sur un sujet (musique, livre...) pendant un an, faisant ainsi le tour de ses passions et de ses posséssions. Je me demande si cette lecture ne devient pas vite fastidieuse, ce qui n'est pas du tout le cas dans Les ombres sylvestres, on ne s'ennuie pas dans ce roman, il manque juste une minuscule étincelle pour que la narration explose.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
avatar

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 49
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Jérôme Lafargue   Mer 2 Nov 2011 - 17:26

shanidar a écrit:
j'ai peur que L'année de l'hippocampe soit surtout un exercice de style, dans la mesure où si j'ai bien compris, Lafargue a écrit chaque jour une page sur un sujet (musique, livre...) pendant un an, faisant ainsi le tour de ses passions et de ses posséssions.

Je crois que c'est un peu plus que ça et à travers une fiction qui tourne autour de la question du double. Le libraire de Vincennes le recommandait avec passion à un client et on m'en avait dit du bien aussi ailleurs. Je verrai ça bientôt.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
silou
Agilité postale
avatar

Messages : 601
Inscription le : 24/05/2012
Localisation : centre

MessageSujet: Re: Jérôme Lafargue   Sam 16 Juin 2012 - 10:58

L'Ami Butler


C'est le premier roman de Jérôme Lafargue paru en 2007 aux éditions Quidam.

Johan, informé de la disparition de son frère Timon, écrivain, et de sa belle soeur se rend sur place, dans le village un peu étrange de Riemech. Là, il va tenter de comprendre en lisant le journal, pas tout à fait comme les autres, de Timon.

J'ai été surprise et intéressée par ce roman, Jérôme Lafargue s'attache au thème de la limite entre littérature et fiction mais avec, me semble-t-il , une grande inventivité.
Il utilise une multiplicité de registres narratifs, Timon écrit de très originales biographies d'écrivains imaginaires, roman à tiroirs mais pas seulement. Il a recours à différentes typographies suivant les registres, emploie des anagrammes.

Il manque un petit quelque chose pour que je sois complètement séduite. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, peut-être le livre est-il un peu trop travaillé, j'aurais sans doute aussi aimé pouvoir imaginé la fin.

Une critique enthousiaste de Martine Laval dans Télérama ici lien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jérôme Lafargue   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jérôme Lafargue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature française (par auteur ou fils spécifiques) :: Auteurs français à découvrir, nés après 1914.-
Sauter vers: