Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Lanza del Vasto

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Lanza del Vasto   Mer 2 Nov 2011 - 11:12



né en Italie en 1901, mort en Espagne en 1981, Lanza del Vasto est un marcheur, un ascète, un philosophe en quête de pureté, un écrivain et un poète.

Il part en 1936 en Inde pour y rencontrer Gandhi et apprendre auprès du Mahatma les principes de l'ahimsâ, cette non-violence prônée par l'indien. Ce voyage va totalement transformer Lanza del Vasto, lequel, à son retour en France fondera une communauté dans le Larzac qui fonctionnera selon les critères des ashrams fondés par Gandhi (travail jeûne, prière).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Lanza del Vasto   Mer 2 Nov 2011 - 11:28



Le pèlerinage aux sources est le récit du voyage fait par Lanza del Vasto à travers toute l'Inde. L'homme débarque en 1936 sur l'île de Ceylan et tente de vivre avec le petit pécule qui doit lui permettre de se rendre jusqu'à Wardha où vit Gandhi dans sa communauté. Mais l'argent fond comme neige au soleil dans ce pays hostile et de l'hôtel à la petite chambrette, Lanza del Vasto se voit lentement sombrer dans l'indigence. Pour remédier à ce problème, Lanza décide de ne plus s'habiller à l'occidentale (ce qui amène une foule de mendiants), de manger la même nourriture que les autochtones et de se fondre dans la masse des indiens. Il visite le sud de l'Inde, découvre un monde qui lui est totalement étranger, se fait voler tout son argent et sort de ce dernier revers étonnament plus fort, plus philosophe et plus malin. Puisqu'il n'a plus d'argent, puisqu'il ne possède plus en tout et pour tout que deux robes et une couverture pour dormir, il part sur les chemins et devient pélerin.

Arrivé à Wardha, Gandhi le reçoit comme l'un des siens, lui donne des conseils, lui interdit de poursuivre sa longue marche alors que Lanza, maintenant devenu Shantidas "serviteur de paix" désire se rendre aux sources du Gange dans l'Himalaya. Après avoir prouvé sa bravoure et surtout son étonnante capacité d'endurance, Gandhi lui accorde la liberté du voyage et notre homme reprend la route. Il n'atteindra jamais la source du Gange mais ce qui compte dans le voyage c'est la marche, la rencontre de soi, l'épreuve et parfois la découverte d'un autre (ici un brahmane, ailleurs une femme délicieuse...).

Ce livre se veut être à la fois une quête spirituelle et une rencontre forte, bouleversante avec un pays, ses habitants, ses croyances, son art. Loin d'être dupe d'un pays dont il vante les beautés, Lanza a le regard clair d'un homme qui sait se moquer ou traverser son récit de quelques traits d'humour (alors même qu'il doit toujours préciser qu'il ironise quand il parle avec les indiens peu sensibles à cette forme d'esprit !). Bref, un livre qui peut se lire à plusieurs niveaux, religieux ou philosophique, récit de voyage, de désir d'ailleurs, de re-connaissance et de bouleversement, ce livre (que je relis souvent) est de ceux qui appellent à la désobéissance civile et à la réflexion sur le devenir politique du monde. C'est aussi un livre sur la magie humaine quand elle se heurte au fait religieux (et de cela que l'on soit croyant ou pas, le lecteur peut tirer au moins des éclaircissements), sur la rencontre, le partage, l'échange et la folie humaine.

Un livre qui ne cache pas l'incompréhension éprouvée pour la culture indienne, pour le rôle des castes, pour l'absence de représentation artistique forte mais qui est en même temps un chant de respect et d'amour pour un pays ambivalent et envoûtant.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Lanza del Vasto   Mar 15 Nov 2011 - 21:16

Merci Shanidar pour ce très beau commentaire ; moi qui regrettais le peu de récits de voyages disponibles sur l'Inde, je le note de suite. D'autant plus que la période, comme l'auteur lui-même, ne peuvent me réserver que de belles surprises.
Revenir en haut Aller en bas
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Lanza del Vasto   Mar 15 Nov 2011 - 22:07

ce livre n'est en rien prosélyte, il s'agit vraiment du récit d'un homme cultivé, aimé, heureux, qui quitte l'occident pour partir à la recherche d'autre chose, de lui-même (et il est d'une force étonnante, tant physique que spirituelle) et vers des préceptes qui sont autant de victoire sur soi-même que sur la folie du monde : la quête de vérité, la non-violence, le rôle joué par le peuple dans une économie villageoise, la marche, la rencontre d'autres spiritualités (Lanza part chrétien et reviendra chrétien) et l'ascèse. Tant de domaines qui expriment intensément la philosophie indienne (que je découvre et qui me charme de plus en plus).

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bix229
Parfum livresque
avatar

Messages : 24644
Inscription le : 24/11/2007
Localisation : Lauragais (France)

MessageSujet: Re: Lanza del Vasto   Mar 15 Nov 2011 - 22:26

Et Lanza del Vasto a influencé profondément les agriculteurs du Larzac dans les années 70 en s' oppsant
pacifiquement à l' Armée.
Et logiquement aussi José Bové.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shanidar
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 10518
Inscription le : 31/03/2010

MessageSujet: Re: Lanza del Vasto   Mar 15 Nov 2011 - 22:38

oui, sauf que les actes d'arrachage des cultures OGM se place en dehors de la philosophie non-violente prônée par Lanza del Vasto, en revanche toutes les formes de désobéissance civile pacifique auxquelles nous assistons chaque jour font partie de cet enrichissant enseignement. Le pélerinage aux sources aborde de très loin cette dimension mais dans ce livre, l'auteur pose néanmoins certaines questions sur l'avenir du progrès, sur le pouvoir des machines, sur l'aliénation des hommes, sur l'idée très simple qu'il est bon de produire soi-même ce dont on a besoin. Gandhi passait de longues heures à tisser du coton, ce qui l'apaisait et le rendait à l'esprit de la terre, loin des tourmentes du politique et du pouvoir.

_________________
le mot silence est encore un bruit G. Bataille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lanza del Vasto   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lanza del Vasto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux sources de Lanza del Vasto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature non romanesque (par auteur ou fils spécifiques) :: Voyages-
Sauter vers: