Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gyula Krudy [Hongrie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Dim 24 Fév 2013 - 21:27

Pirouette

Nous suivons l'histoire de Muguette d'abord petite fille élevée par sa grand-mère dans une maison de rendez-vous, puis devenue jeune fille et jeune femme, faisant ses choix de vie.

Ce livre confirme à mon sens le peu d'affinités de Gyula Krudy avec le genre roman. Le livre ne manque pas de très belles pages, certaines poétiques, d'autres d'une ironie mordantes, ou ailleurs de moments touchants. Sans oublier des descriptions de Budapest, dont l'ambiance particulière est très bien rendue. Mais cela ne tient pas la route dans la trame du récit, qui parfois détaille jusqu'à satiété des descriptions ou personnages qui ne font que passer, alors que cela saute au niveau du personnage principal, des moments essentiels semblent être passés à trappe, résumés en quelques mots. Par exemple, lorsque Muguette s'enfuie de chez sa grand-mère, le départ est fort bien décrit, avec la maison qui s'éveille alors que la petite fille en profite pour filer, les gens qu'elle croise dans la rue...Puis au chapitre suivant, sa grand-mère est en train de choisir l'école de théâtre où sa petite-fille va suivre des cours. Et sa disparition et la façon dont elle a été retrouvée sont balayés en quelques mots, en passant vite fait. Alors que nous auront la description des autres personnes du cours de théâtre, dont certaines n'apparaîtront plus par la suite.

Donc des pages qui accrochent fortement, puis des moments de décrochage, lorsque cela saute trop. Au final, il devient difficile de s'intéresser vraiment au destin du personnage principal, du fait de cette discontinuité. Je préfère l'auteur dans les nouvelles ou les courts récits. Une petite déception après Le compagnon de voyage qui m'avait fait une si forte impression.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Dim 24 Fév 2013 - 21:59

Arabella a écrit:
Ce livre confirme à mon sens le peu d'affinités de Gyula Krudy avec le genre roman.
Bon, je note de ne pas lire ses 86 romans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Dim 24 Fév 2013 - 22:15

Peu on été traduit, donc sauf à apprendre le hongrois, tu aurais vraiment du mal à lire les 86. Après, Le compagnon de voyage, qui avec ses 140 (petites) pages pourrait presque faire figure de roman, est excellent. Donc pas de généralités hâtives. dentsblanches

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Mar 26 Fév 2013 - 22:26


En couverture : János Vaszary, Femme au chapeau noir, 1894. Hungarian National Gallery, Budapest.

- Courses d'automne (Őszi versenyek, 1922). Récit traduit du hongrois en 1993 par Ibolya Virág et Jean-Pierre Thibaudat. Petite bibliothèque Ombres. 70 pages.
Citation :
"Les courses d'automne étaient passées et Ben, le jockey renvoyé, se mit à penser à une petite vieille ratatinée, à coiffe blanche, qui toute sa vie avait emballé du tabac à mâcher chez Messieurs Sidney et Monkey, dans les profondeurs baignées de sueur, éclairées par des lampes à gaz, d'un magasin de Londres. Et Ben, le jockey renvoyé, fourra dans sa poche un licol qu'il irait se nouer autour du cou aux abords du château d'eau de l'avenue Stefánia, non loin de l'auberge du gros Karcsi Müller, à une palissade abandonnée [...]
Cela faisait deux ans environ que Ben, le jockey renvoyé, battait le pavé à Budapest, sans travail." (pages 9-10).

Sur le chemin, il rencontre une femme.
Citation :
"Ben tomba amoureux de l'inconnue dès qu'il la vit. Le destin comble parfois ainsi d'un nouveau malheur le sort des malheureux." (page 15).
Il la suit.
Citation :
"Les arbres rouges et jaunes, les buissons verts ternis, les clairières aérées, le Bois qui se fanait, accueillirent amicalement dans leur giron la silhouette de la femme. Elle aussi se fanait déjà, pour aussi énergique qu'elle fut à aligner ses pas les uns après les autres. Le fil d'une toile d'araignée qui voletait dans l'air s'accrocha à son chapeau et se posa au milieu de ses cheveux crépus, comme un cheveu gris. Envoyé d'un lieu invisible, le cheveu gris semblait vouloir dire que les joies étaient en train de quitter la terre ; le soleil brille encore pendant que la dame se promène à pied, le chemin poudroie sous les talons agiles, la tête est encore haute, la bouche pleine de suaves soifs, l'appétit goulu de la guêpe d'automne chatouille le palais et les narines tremblent au parfum se répandant doucement du regain que des domestiques venus de la ville fauchent en bras de chemise dans les prés ; la poitrine restée ronde attend encore les baisers qui la rafraîchissent, les bras épanouis se fânant à peine promettent des étreintes plus brûlantes que ceux maigres comme une branche d'arbre des vierges, et la forme des hanches est encore semblable à l'abdomen du lascif hanneton qui se régale au printemps parmi les fleurs fraîches de l'abricotier - mais un vent d'automne silencieux souffle déjà autour de la robe de la dame, il fait flotter sa jupe roux renard, fait tournoyer autour de ses minuscules pieds la feuille morte, agite la plume sur son chapeau, dessine un trait amer le long de ses lèvres que les fards ne peuvent désormais plus camoufler. Et, pendant que la dame traversait le Bois, ses pas devenaient de plus en plus fatigués, comme si elle venait de très loin..." (pages 31-32).

Elle va faire des rencontres masculines, comme si le chemin retraçait sa vie. Il observe. Elle se sait regardée. Elle va lui parler.

Il ne faut pas attendre une véritable histoire. Il s'agit plutôt d'une rêverie, de rencontres, de fragments de vie racontés, avec des personnages irréels, un peu expressionnistes.
L'automne est là, il y a encore de jolies couleurs, mais on sait que l'hiver arrive...
Un beau texte, souvent très bien écrit.


Dernière édition par eXPie le Mar 26 Fév 2013 - 22:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Mar 26 Fév 2013 - 22:54

Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je me suis posé des questions sur la fin, lorsque le lendemain elle semble ne pas reconnaître (ou vouloir reconnaître) Ben. Aurait-il imaginé (rêvé ) tout cela ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Mar 26 Fév 2013 - 23:00

Arabella a écrit:
Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je me suis posé des questions sur la fin, lorsque le lendemain elle semble ne pas reconnaître (ou vouloir reconnaître) Ben. Aurait-il imaginé (rêvé ) tout cela ?

Ah, je pense, oui. Toute cette histoire paraissait irréelle. Ces rencontres, les unes après les autres, comme des gros plans d'une vie. L'intérêt curieux que cette femme pouvait porter à un petit bonhomme qui n'a pas grand chose pour lui, ni le physique, ni l'argent, ni le charisme, et qui reste passif...
Ça ne pouvait pas être vraiment vrai. Il retombe dans la (dure) réalité, mais il a les moyens d'en sortir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Mar 5 Mar 2013 - 19:48

N.N.

Gyula Krudy raconte dans ses livres ses souvenirs d'enfance. Son père, son grand-père, sa grand-mère, et plus discrètement sa mère apparaissent. Mais évidemment à la façon de l'auteur, impressionniste. Peu d'évènements, et alors à l'arrière plan, révélés comme par inadvertance. Ce qui compte ce sont les sensations, les ambiances, les ressentis, et la nostalgie qu'ils éveillent, le regret fugitif de choses passées. Jusqu'à essayer de créer une suite, un présent au passé, dans lequel la réalité et le rêve s'entrecroisent.

On est toujours dans le même univers, et ici on entrevoit le substrat qui a pu y donner vie, dans l'enfance même de l'auteur. Peu de différences entre ses livres de fiction et sa vie, au point où l'on peut se dire que ce qu'il raconte inlassablement dans ses livres c'est la substance même de son existence. Que ses différents personnages sont des visages différents qu'il se donne, en essayant d'imaginer ce qu'une subtile variation aurait pu changer. Fascinant.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Mar 29 Oct 2013 - 21:45

Le coq de Mme Cléophas

Un drôle de texte. Nous partons d'un homme, mort puis revenu entre les morts. Malheureusement son histoire semble avoir été conté dans un livre précédent que je n'ai pas lu (il faut dire qu'il y en a beaucoup et qu'ils sont difficiles à trouver). Parti à la recherche d'un coq disparu (animal hautement symbolique s'il en est) il fait la rencontre d'une femme qui lui conte sa vie. Et c'est en réalité l'essentiel du livre. Une vie très compliquée et dissipée, presque un condensé de tout ce qui pourrait arriver à une femme de ce milieu, dans ces conditions. Comme si un seul destin ne suffisait pas, qu'il fallait les essayer tous. Sans trouve le bonheur, ni même un apaisement.

Toujours la même mélancolie, le même désenchantement. Et une grande solitude.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Méphistophélès
Main aguerrie
avatar

Messages : 407
Inscription le : 01/11/2012
Age : 26

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Mer 30 Oct 2013 - 0:20

Je t'avoue que ton avis sur cet ouvrage me donne bien plus envie que le résumé de l'éditeur. Je penche de plus en plus pour l'idée de le lire dès que j'en aurai la possibilité. :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.megaphone-forum.com
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Mer 30 Oct 2013 - 8:47

Ce n'est pas celui que je préfère de l'auteur, même si on retrouve toujours son écriture et un charme un peu nostalgique, un peu délétère.

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Ven 24 Oct 2014 - 11:27

Vu en magasin l'autre jour, j'ai hésité

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Ven 24 Oct 2014 - 12:24

darkanny a écrit:
Vu en magasin l'autre jour, j'ai hésité


Tu viens de créer une très grosse envie. jemetate

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Ven 24 Oct 2014 - 13:32

Ne reste plus qu'à la satisfaire sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella
Sphinge incisive
avatar

Messages : 19320
Inscription le : 02/12/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Ven 24 Oct 2014 - 16:41

darkanny a écrit:
Ne reste plus qu'à la satisfaire sourire

intense reflexion Tu pousses à l'achat ?

_________________
La meilleure façon de résister à la tentation c'est d'y céder. (Oscar Wilde)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   Ven 24 Oct 2014 - 18:59

Je préfère le verbe inciter (en douceur) Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gyula Krudy [Hongrie]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gyula Krudy [Hongrie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Viktor Orban et la Hongrie
» Hongrie
» Hongrie, la catastrophe écologique menace la faune et la flore du Danube.
» Un cas sectoriel de fusion à suivre
» trouvez qui c est?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature russe, d'Europe centrale et orientale (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: