Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
Accueil*Portail*RechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   Mer 28 Déc 2011 - 23:20

Gotthold Ephraim Lessing
(Kamenz, Saxe, 22/01/1729-Braunschweig, Brunswick, 15/02/1781)



Fils d’un pasteur et théologien, Lessing est l’aîné de dix garçons. Il étudie la théologie, la philologie, la médecine et les sciences naturelles à l'Université de Leipzig, mais ses vrais centres d’intérêt sont la littérature, la philosophie et l’art. Il prend contact avec le milieu du théâtre, se lie avec des comédiens. Après avoir étudié quelque temps la médecine et les mathématiques, il s’installe, en 1747 chez son cousin l’écrivain Mylius, un auteur comique avec qui il débute au théâtre.

Son père, affligé de cette direction d’esprit, le rappela subitement auprès de lui.
En 1748, il écrit sa première comédie, Le Jeune Erudit, satire du pédantisme. Ses pièces suivantes "révèlent chez Lessing un esprit désormais hostile à toute intolérance, à tout préjugé de classe, de nationalité, de religion" (Dictionnaire des Auteurs, Robert Laffont). Ce sera particulièrement le cas dans sa pièce Nathan le Sage.
Il se brouille avec Voltaire, hôte du roi Frédéric le Grand à Berlin.

De retour à Leipzig en 1755, il réfléchit aux problèmes du théâtre. Il écrit un drame bourgeois, Miss Sarah Sampson ; une tragédie inspirée de Sophocle, Philotas (1759), un fragment de Faust...
Il publie des Fables en 1759.

En 1760, il accompagna, en qualité de secrétaire, le général de Tauenzien à Breslau. Il revient à Berlin en 1765 puis, deux ans plus tard, le Théâtre National de Hambourg l'appelle : il y est conseiller et critique. Il contribue "à la libération du théâtre allemand soumis à l'influence française, et remplace cette influence par celle de Shakespeare [...]" (Dictionnaire des Auteurs).
Il écrit une comédie, Minna von Barnhelm (1763), et une tragédie, Emilia Galotti (1772), deux pièces appréciées par Goethe (dans Werther, le livre Emilia Galotti est ouvert à un moment clef du roman).
En 1770, il devient bibliothécaire du duc de Brunswick à Wolfenbüttel.

"Quand, après dix ans d'attente, il parviendra (1776) à épouser la femme qu'il aime, la veuve de son ami König de Hambourg, celle-ci mourra l'année suivante, après lui avoir donné un fils qui ne vécut qu'un jour. « Je voulais qu'une fois cela aille bien pour moi, aussi, comme pour les autres hommes. Mais cela a mal tourné.»" (Bernard Dort, Introduction à Emilia Galotti).
Il devient dépressif.

"Contraint au silence par la censure, Lessing transporta la lutte pour l'avènement d'une religion humanitaire et universelle dans le domaine artistique, et publia, en 1779, Nathan le Sage, véritable poème dramatique en pentasyllabes ïambiques, inspiré de la parabole des trois anneaux de Boccace, qui demeure par la chaleur du sentiment qui l'anime le chef-d'oeuvre de son théâtre." (Dictionnaire des Auteurs).
Il décède le 15 février 1781.
(informations prises notamment sur wikipedia).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   Mer 28 Déc 2011 - 23:21

Emilia Galotti (124 pages), texte français de Bernard Dort. Circé.
Sans prétendre « faire pour le théâtre allemand ce que Goldoni faisait pour le théâtre italien quand il l'enrichissait en un an de treize pièces nouvelles », il n'entendait pas moins fournir sa contribution au répertoire des comédiens dont il était proche. Emilia Galotti gardera les traces de cette ambition : c'est une pièce pour acteurs. Elle suppose un type de jeu bien différent de celui pratiqué à l'époque. Les tirades déclamatoires de Miss Sara Samson (1755) ont fait place à un dialogue serré, presque haletant, et la parole y appelle le geste." (Bernard Dort, introduction, page 9).
L'histoire est inspirée de Tite-Live.

Au début de la pièce, qui se déroule en Italie, nous voyons le Prince, seul.
"LE PRINCE, assis à une table de travail couverte de lettres et de papiers. Il en parcourt quelques-uns. Des plaintes, rien que des plaintes ! Des requêtes, rien que des requêtes ! - Le triste métier, et l'on nous envie ! - Certes, si nous pouvions venir en aide à tout le monde, nous serions dignes d'envie." (page 23).
Dur, dur d'être un prince. Une certaine Comtesse Orsina en pince pour lui, mais le Prince doit faire un mariage politique avec une princesse. Il va falloir qu'il "rompe, préalablement, toute liaison de ce genre" (page 32), et là il parle de sa liaison avec la Comtesse Orsina. Ce qui ne le chagrinera pas plus que ça, car il ne l'aime plus vraiment.

Mais voici qu'arrive Conti, un peintre.

Citation :
"LE PRINCE. Bonjour, Conti. Que devenez-vous ? Comment va l'art ?
CONTI. Prince, l'art court après son pain. [...]
J'apporte le portrait que vous m'avez commandé, Monseigneur. Et j'en apporte encore un autre, que vous ne m'avez pas commandé, mais qui mérite d'être vu -
LE PRINCE. Le premier, c'est ? - Je puis à peine m'en souvenir -
CONTI. La comtesse Orsina.
LE PRINCE. C'est vrai ! - Seulement la commande date un peu." (pages 24-25)

Le début est drôle, spirituel, et en même temps un peu triste. On se demande si l'on est dans une comédie ou dans un drame.
Le lecteur devine rapidement qui représente la deuxième toile, celle qui n'avait pas été commandée.
Citation :
"LE PRINCE. [...] Que vois-je ? Votre oeuvre, Conti ? ou l'oeuvre de mon imagination ? - Emilia Galotti !
CONTI. Comment, mon Prince ? Vous connaissez cet ange ?
LE PRINCE, essayant de se ressaisir, mais sans quitter le tableau des yeux. Si peu ! A peine de quoi la reconnaître. Il y a quelques semaines je l'ai rencontrée, avec sa mère, à une soirée. - Depuis, elle ne m'est plus apparue qu'au saint lieu, - où il n'aurait guère été convenable de la dévisager. - Et je connais aussi son père. Il n'est pas mon ami. [...] Un vieux bretteur, rude et fier, au demeurant loyal et bon !-" (page 28)
Le prince est subjugué par la toile : "Oh, vous le savez bien, Conti, la plus belle louange que l'on puisse faire à un artiste, c'est, devant son oeuvre, d'oublier toute louange." (page 29).

Les choses se compliquent rapidement : le Prince apprend qu'Emilia Galotti doit se marier dans la journée avec le Comte Appiani ! Que faire ?

Le chambellan du Prince, Marinelli, lui reproche de ne pas s'être déclaré clairement à Emilia Galotti, puis :
Citation :
"MARINELLI. [...] Ce que vous avez omis, Monseigneur, de déclarer à Emilia Galotti, vous le déclarerez désormais à la comtesse Appiani. Quand on ne peut pas avoir des marchandises de première main, on les achète de seconde main - et souvent à meilleur marché.
LE PRINCE. Un peu de sérieux, Marinelli, un peu de sérieux, oui -
MARINELLI. Certes, pas en meilleur état -
LE PRINCE. Ne soyez pas impudent !" (page 38).
Marinelli va tout faire pour assurer le bonheur de son prince, par tous les moyens. "Il n'est ni Méphisto, ni Iago. Il se contente de pousser à l'extrême, avec un mélange de complaisance et de masochisme, la logique de sa situation, individuelle et sociale.", écrit Bernard Dort dans son introduction.

Emilia ne serait-elle qu'une passade pour le Prince, ou bien le Grand Amour ? La mère d'Emilia tente d'expliquer l'attitude du Prince vis-à-vis de sa fille :
Citation :
"Le Prince est galant. Une politesse s'y donne pour un sentiment, une flatterie pour un serment, un caprice pour un désir et un désir pour une résolution. Dans ce langage-là, rien rime avec tout : et tout équivaut à rien." (page 55).
Quelles sont les relations exactes entre Le Prince et Emilia ? Cette dernière est-elle vraiment amoureuse du Comte Appiani ? Le Prince a-t-il une chance ? Finalement, qui sont les personnages principaux ? Quelle est cette pièce étrange dans laquelle des personnages importants ne réapparaissent pas dans le dernier acte, ou bien n'apparaissent pour la première fois que dans le quatrième acte (sur cinq) ?
Et ces explications entre personnages, dont on attend de grandes scènes, et qui sont escamotées...


C'est une excellente pièce, originale, très bien écrite (très bel aphorisme final !), avec de l'action, des morts, des manipulations, des gens qui veulent bien faire mais qui font mal, de l'ambiguïté...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   Jeu 5 Mai 2016 - 22:14

Nathan Le Sage

Une de ces pièces qui devrait être remise à l'honneur. Faisons le sur ce forum.

Elle met en scène les 3 monothéismes, sous les noms de Saladin, Nathan et un prêtre. Avec une intrigue mêlant les destins, puisque Nathan est père d'une belle jeune fille, qui se révélera ne pas être la sienne, mais une Chrétienne sauvée et adoptée. Sous le sceau du secret, naturellement.

L'auteur dessine des personnages tout en nuances, des plus tolérants aux plus dogmatiques.

Cette oeuvre majeure pour le 18è siècle s'inscrit dans le mouvement des Lumières Allemand - l'Aufklärung, qui rêvait déjà d'une réconciliation inter-religieuse.

Elle est complexe, innovante, au-delà des préjugés et pleine d'espoir.

Saladin campé en sage Oriental, Nathan en généreux donateur et le prêtre en contemplatif.
Ils évoluent au gré d'une situation romanesque (amoureuse).

La pièce n'eut pas le succès escompté par Lessing. Elle est d'une étonnante actualité aujourd'hui. Un brin utopiste, hélas.

Fait rêver aussi à quelque chose d'universel, qui transcenderait les dogmes particuliers.

Plus sur ce mouvement ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Aufkl%C3%A4rung


A lire et à méditer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
avatar

Messages : 63291
Inscription le : 08/11/2007

MessageSujet: Re: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   Ven 6 Mai 2016 - 5:16

tina a écrit:
Nathan Le Sage

Une de ces pièces qui devrait être remise à l'honneur. Faisons le sur ce forum
je l'ai vue sur scène, il y a bien longtemps, mais tellement impressionnée, je me suis achetée le livre par la suite et depuis c'est une de mes pièces de théâtres préférées...

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   Ven 6 Mai 2016 - 11:00

Je me demande si elle passe parfois sur Paris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   Ven 6 Mai 2016 - 20:54

C'est vrai que c'est une bonne pièce, je l'avais lue avant Emilia Galotti.

tina a écrit:
Je me demande si elle passe parfois sur Paris.

Oui, parfois : Théâtre du Nord Ouest, Paris en 2012 ; Théâtre Berthelot en 2013...
La Comédie Française en 1997 :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
tina
Sage de la littérature
avatar

Messages : 2058
Inscription le : 12/11/2011
Localisation : Au milieu du volcan

MessageSujet: Re: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   Sam 7 Mai 2016 - 22:00

Merci, du grand art !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gotthold Ephraim Lessing [Allemagne]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un paysan normand au STO en Allemagne
» Erdogan en Allemagne exige...
» OGM : L'Allemagne interdit à son tour le maïs transgénique de Monsanto
» vedette MBOOT (Allemagne)
» L'Allemagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature germano-néerlandaise (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: