Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Bruce Machart

Aller en bas 
AuteurMessage
mimi54
Zen littéraire
mimi54

Messages : 6043
Inscription le : 02/05/2010

Bruce Machart Empty
MessageSujet: Bruce Machart   Bruce Machart Icon_minitimeMer 4 Jan 2012 - 19:09

Bruce Machart Bruce_10
Bruce Machart est né au Texas. Son père était agriculteur dans une contrée rurale proche du comté de Lavaca, où se déroule l'intrigue du Sillage de l'oubli. Il publie en 2011 ce premier roman puis un recueil de nouvelles, Men in the Making. Lors de sa parution, Le Sillage de l'oubli est accueilli par une presse enthousiaste qui trouve dans son univers des accents de Faulkner. Bruce Machart vit et enseigne à Hamilton dans le Massachussetts.

Bruce Machart 0497_c11

Le sillage de l'oubli
Gallmeister;collection nature writting (05/01/2012)
345 pages

4ème de couverture


Texas, 1895. Un propriétaire terrien voit la seule femme qu'il a jamais aimée mourir en mettant au monde leur quatrième fils, Karel. Vaincu par la douleur, l'homme entraîne ses enfants dans une vie austère et brutale. Pour lui, seuls comptent désormais ses chevaux de course montés par Karel, et les paris qu'il lance contre ses voisins pour gagner toujours plus de terres. Mais l'enjeu est tout autre lorsqu'un propriétaire espagnol lui propose un pari insolite qui engage l'avenir des quatre frères. Karel s'élance dans une course décisive, avec pour adversaire une jeune fille qui déjà l'obsède.
Premier roman éblouissant, Le sillage de l’oubli a valu à son auteur d'être comparé par une presse américaine enthousiaste à William Faulkner. À travers une écriture vertigineuse, Bruce Machart dresse le portrait sans concession d'une famille déchirée en quête de rédemption.

Mon avis

Ouvrage lu en avant première , offert par les éditions Gallmeister
Premier roman de l’auteur, le sillage de l’oubli, laisse présager à de futurs chefs- d’œuvres. C’est avant tout l’écriture qui marque : ciselée, précise, détaillée, imagée, élaborée. Elle peut parfois essouffler, tant les phrases sont longues, et construites… Mais elle met tellement les sens en éveil qu’on en oublie assez vite cela, pur se laisser aller à visualiser ce coin de Texas où les hommes sont durs à la tâche, durs avec leurs femmes, leurs chevaux. Le cheval…personnage à lui tout seul tant il est présent dans la vie de ces gens du bout du monde. Son œil vous intrigue d’ailleurs avant même d’avoir ouvert l’ouvrage.
Gallmeister, dans ses parutions, laisse la Nature s’installer dans la littérature. Ce fut la cas avec les romans policer du regretté Mr Tapply. C’est encore plus vrai, ici, où les hommes ne sont qu’une composante parmi d’autre dans ces paysages grandioses, entre rivières et champs où paissent chevaux et bovins, en compagnie du grand-duc aux yeux d’ambre prêt à se jeter sur l’opossum….
Il y a une force descriptive frappante dans cette écriture qui agrippe le lecteur jusqu’à la fin.
Et l’humain dans tout cela ? Des êtres blessés, qui tentent, avec le temps d’apaiser leurs frustrations, et leurs déchirures. Des femmes dociles, rebelles et libres à la fois. Tout comme les paysages, les personnages sont disséqués avec minutie, dans un vocabulaire riche. Le traducteur a fait un superbe travail.
J’ai aimé la narration sur 3 époques, assurant un ouvrage aéré, et compensant la puissance narratrice, qui sur un roman linéaire aurait peut-être pu paraître plus lourd.
Un passage, entre autre dont j’ai aimé la beauté….
Citation :
« Pendant ce temps, le grand-duc aux yeux d’ambre, perché bien à l’abri sur la branche basse d’un gommier, lisse ses plumes qui ruissellent d’eau de pluie. Sur l’autre rive, près de l’enchevêtrement de racines de chênes aquatiques et de pins, là où des empreintes de bottes sont imprimés dans la vase, le rapace remarque les plus imperceptibles mouvements dans la danse des pousses de pâturins, devinant grâce à un frisson instinctif dans les fibres de ses muscles que la pluie et le vent couchent les brins d’herbe les plus hauts, tandis que la course effrénée d’un rongeur ou le mouvement vif d’une queue ne manque jamais de faire relever les tiges des roseaux. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leblogdemimipinson.blogspot.com/
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Bruce Machart Empty
MessageSujet: Re: Bruce Machart   Bruce Machart Icon_minitimeVen 6 Jan 2012 - 23:35

Sympa cette collection. Ton commentaire est motivant. "C’est avant tout l’écriture qui marque : ciselée, précise, détaillée,
imagée, élaborée. Elle peut parfois essouffler, tant les phrases sont
longues, et construites…" Tiens ça me rappelle quelque chose! Very Happy et ça devrait me plaire...

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eleonor rigby
Espoir postal
eleonor rigby

Messages : 40
Inscription le : 04/09/2012
Age : 53
Localisation : neuf trois

Bruce Machart Empty
MessageSujet: Re: Bruce Machart   Bruce Machart Icon_minitimeMar 4 Sep 2012 - 20:23

L'écriture de Bruce Machart est précise, exigeante, sans fioriture. L'auteur sait instaurer une atmosphère rude, mettre en avant chaque personnage.

"Le sillage de l'oubli" est un livre très fort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
topocl
Abeille bibliophile
topocl

Messages : 11706
Inscription le : 12/02/2011

Bruce Machart Empty
MessageSujet: Re: Bruce Machart   Bruce Machart Icon_minitimeSam 8 Sep 2012 - 16:00

Le sillage de l’oubli

Texas, au tournant du XIXe siècle. La mère de Karel meurt en lui donnant le jour, et toute sa vie sera marquée par ce manquement primordial : celui d'une mère. L'histoire se passe dans un monde où les femmes meurent en couches, où les chômeurs se tuent au travail, où les enfants encaissent les rancœurs de leurs parents. Le cheval est le meilleur ami de l'homme, et les paysages un rempart auquel se raccrocher .

Ce qui a plu à Mimi est justement ce qui m’a gênée dans ce livre : le côté très travaillé de l’écriture, que j’ai trouvée trop travaillée.
Je dirais que Bruce Machart a placé la barre très haut pour son premier roman, un peu trop haute justement, ai-je trouvé. Le récit saute d'une période à l'autre, en avant, en arrière, pour délivrer à point nommé les éléments-clés du récit. Comment l’auteur n'hésite pas à recourir en plus au flash-back, cela donne à son texte un côté très éclaté, artificiellement sophistiqué :je crois que j’aurais ici préféré un récit linéaire.
En outre le style s’appuie sur des phrases d'une longueur où l'on s'essouffle, et je me suis souvent dit que Bruce Machart gagnerait en clarté, en simplicité s’il renonçait aux propositions coordonnées et métaphores complexes. Une phrase à titre d'exemple :

"Une fois parvenu au sommet de la petite colline, après avoir dépassé
la ligne de buissons et de mesquites qui tenait lieu de haie d’épineux entre les pâturages, il découvrit l'ensemble du domaine qui s'étendait sous le ciel d'un bleu si intense et sous un soleil si blanc qu'il se rappela soudain que ce disque aveuglant était une étoile, une parmi toutes celles qui peuplaient l'univers en nombre presque infini"

Ces aspects stylistiques ont un peu gâché mon plaisir dans une histoire sombre, où les hommes sont frappés au coin du destin, et où on se demande si, sur la fin, grâce à la filiation, il ne vont pas avoir droit à une petite respiration. Oui ,on se demande, car la complexité de la narration fait que je n'ai pas su exactement où l'auteur voulait en venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://topocleries.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




Bruce Machart Empty
MessageSujet: Re: Bruce Machart   Bruce Machart Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Bruce Machart
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La famille Bruce.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Le cœur du forum : Commentons nos lectures en toute liberté… :: Littérature nord américaine (par auteur ou fils spécifiques)-
Sauter vers: