Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 16 ... 32  Suivant
AuteurMessage
Queenie
...
avatar

Messages : 22882
Inscription le : 02/02/2007
Age : 38
Localisation : Un peu plus loin.

MessageSujet: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Sam 24 Déc 2011 - 17:33

Page 1
La Colline aux coquelicots, Goro Miyazaki (2)
Ici-bas, Jean-Pierre Denis
Trust, David Schwimmer
Turn me on, Jannicke Systad Jacobsen
The Vintner's Luck, Niki Caro
Sport de filles, Patricia Mazuy (2)

Page 2
Sur la planche, Leïla Kilani (& page 4)

Page 3
Sherlock Holmes : Jeu d'ombres, Guy Ritchie

Page 4
En secret, Maryam Keshavarz
El chino, Sebastian Borensztein
Sur la planche, Leïla Kilani (& page 2)
L’enfant d’en haut, Ursula Meier
Tatsumi, Eric Khoo
Dix hivers à Venise, Valerio Mieli (& page 9)

Page 5
Amador, Fernando Leon de Aranoa
La désintégration, Philippe Faucon
Devil Inside, William Brent Bell
Ingrid Jonker, Paula van der Oest
La mer à boire, Jacques Maillot
Au pays du sang et du miel, Angelina Jolie
Les infidèles, Jean Dujardin, Gilles Lelouche, Emmanuelle Bercot

Page 6
En terrains connus, Stéphane Lafleur
L'hiver dernier, John Shank (& page 10)
Hasta la vista, Geoffrey Enthoven (& page 18)

Page 7
Le territoire des loups, Joe Carnahan
Terraferma, Emanuele Crialese (& page 8 )
Bi, n'aie pas peur !, Phan Dang Di
L'oncle Charles, Etienne Chatiliez
Aurora, Cristi Puiu
Nouveau souffle, Karl Markovics

Page 8
Torpédo, Matthieu Donck
Eva, Kike Mello
Terraferma, Emanuele Crialese (& page 7)
La terre outragée, Michale Boganim
Le fils de l'autre, Lorraine Lévy (& page 9)
Le policier, Nadav Lapid (& page 13)

Page 9
Bye bye Blondie, Virginie Despentes
Nana, Valérie Massadian (2)
Sur la piste du Marsupilami, Alain Chabat
Dix hivers à Venise, Valerio Mieli (& page 4)
Les nouveaux chiens de garde, Gilles Balbastre et Yannick Kergoat
Welcome in Vienna. Dieu ne croit plus en nous, Axel Corti
Le fils de l'autre, Lorraine Lévy (& page 8 )
Viva Riva !, Djo Tunda Wa Munga

Page 10

Radiostars, Romain Levy (& page 11)
Le temps dure longtemps, Özcan Alper
Welcome in Vienna. Santa-Fe, Axel Corti
Nouveau départ, Cameron Crowe (& page 11)
Avé, Konstantin Bojanov
Tyrannosaur, Paddy Considine (& page 13)
Les vieux chats, Sebastian Silva et Pedro Peirano (2)
Radiostars, Romain Levy (& page 10)
A moi seule, Frédéric Videau
L'hiver dernier, John Shank (& page 6)

Page 11
Nouveau départ, Cameron Crowe (& page 10)
La vida util, Federico Veiroj
Welcome in Vienna / Welcome in Vienna, Axel Corti
Babycall, Pal Sletaune (& page 13)
Le secret de l'enfant-fourmi, Christine François
L'amour et rien d'autre, Jan Schomburg

Page 12
Perfect Sense, David MacKenzie
11 fleurs, Wang Xiaoshuai
Saya Zamuraï, Hitoshi Matsumoto
Maman, Alexandra Leclère

Page 13
Tyrannosaur, Paddy Considine (& page 10)
Babycall, Pal Sletaune (& page 11)
Indian Palace, John Madden (& page 22)
Le policier, Nadav Lapid (& page Cool
La cabane dans les bois, Drew Goddard (& page 29)
7 jours à La Havane, Benicio del Toro, Pablo Trapero, Julio Medem, Elia Suleiman, Gaspar Noé, Juan Carlos Tabio et Laurent Cantet
Les femmes du bus 678, Mohamed Diab (& page 14)

Page 14
Almanya, Yasemin Şamdereli
Les femmes du bus 678, Mohamed Diab (& page 13)
Pour lui, Andreas Dresen
Blanche-Neige et le Chasseur, Rupert Sanders
Dias de gracia, Everardo Gout
Tue-moi, Emily Atef
Jitters, Baldvin Zophoniasson
La rizière, Xiaoling Zhu

Page 15
Une seconde femme, Umut Dag
Bel-ami, Declan Donnellan
A l'ombre de la république, Stéphane Mercurio
Inside, Andrès Baiz

Page 16
Starbuck, Ken Scott
Paradis perdu, Eve Deboise
Kill List, Ben Wheatley

Page 17
Mains armées, Pierre Jolivet (2)
Trois sœurs, Milagros Mumenthaler
Je me suis fait tout petit, Cécilia Rouaud (& page 18)
All cops are bastards, Stefano Sollima (2)

Page 18
Je me suis fait tout petit, Cécilia Rouaud (& page 17)
Téléphone arabe, Sameh Zoabi
Un bonheur n'arrive jamais seul, James Huth
Gangs of Wasseypur - Part 1, Anurag Kashyap
Annalisa, Pippo Mazzapesa
The Color Wheel, Alex Ross Perry
Hasta la vista, Geoffrey Enthoven (& page 6)

Page 19
My best Men, Stephan Elliott
Terri, Azazel Jacobs
Les Saphirs, Wayne Blair
A cœur ouvert, Marion Laine
Hold-up, Erik Skjoldbjaerg
Au cas où je n'aurais pas la Palme d'Or, Renaud Cohen
Comme un homme, Safy Nebbou

Page 20

Page 21
Tokyo Park, Shinji Aoyama

Page 22
Près du feu, Alejandro Fernandez Almendras
Demain ?, Christine Laurent
Indian Palace, John Madden (& page 13)

Page 23
Mobile Home, François Pirot
David et madame Hansen, Alexandre Astier
Kyss Mig, Alexandra-Therese Keining
Confession d'un enfant du siècle, Sylvie Verheyde

Page 24
La dette, Rafael Lewandowski
Boy, Taka Waititi (& page 27)
Keep The Lights On, Ira Sachs
Monsieur Lazhar, Philippe Falardeau
Après la bataille, Yousry Nasrallah
Shelter, Dragomir Sholev
Jason Bourne : l'héritage, Tony Gilroy
The End, Hicham Lasri
La Parade, Srdjan Dragojevic
Sauna on Moon, Zou Peng

Page 25
Reality, Matteo Garrone
Le magasin des suicides, Patrice Leconte

Page 26
Elle s'appelle Ruby, Jonathan Dayton et Valerie Faris (2)
Do not disturb, Yvan Attal
Three Worlds/Trois Mondes, Catherine Corsini
La pirogue, Moussa Touré (2)
Damsels in Distress, Whit Stillman
Ted, Seth MacFarlane
J'enrage de son absence, Sandrine Bonnaire
Headshot, Pen-ek Ratanaruang
Une famille respectable de Massoud Bakhshi (2)

Page 27
Nuit #1, Anne Emond
L'air de rien, Grégory Magne et Stéphane Viard
Boy, Taka Waititi (& page 24)
Tango libre, Frédéric Fonteyne (& page 30)

Page 28
Villegas, Gonzalo Tobal
Beautiful Valley, Hadar Friedlich
Sinister, Scott Derrickson
Genpin, Naomi Kawase
Le Capital, Costa-Gavras

Page 29
Hôtel du paradis, Claude Berne
La cabane dans les bois, Drew Goddard (& page 13)
Little Bird, Boudewijn Koole
Violeta, Andrés Wood
Rebelle, Kim Nguyen
The Impossible, Juan Antonio Bayona
Sur le chemin des dunes, Bavo Defurne

Page 30
Mauvaise Fille, Patrick Mille
Anna Karénine, Joe Wright (2)
Cogan : killing them softly, 'Andrew Dominik
Tango libre, Frédéric Fonteyne (& page 27)
Héritage, Hiam Abbass

Page 31
Love is all you need, Susanne Bier
Gangs of Wasseypur 2, Anuraq Kashyap
Jack Reacher, Christopher McQuarrie
Touristes, Ben Wheatley

Page 32
Jean de la Lune, Stephan Schesch
Les mondes de Ralph, Rich Moore
Les cinq légendes, Peter Ramsey
Ernest et Célestine, Benjamin Renner, Vincent Patar, Stéphane Aubier
Une estonienne à Paris, Ilmar Raag

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.


Dernière édition par Queenie le Dim 22 Déc 2013 - 14:49, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eXPie
Abeille bibliophile
avatar

Messages : 15620
Inscription le : 22/11/2007
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Dim 15 Jan 2012 - 22:28

Vu La Colline aux coquelicots (Goro Miyazaki). C'est tout beau.
Une histoire d'amour impossible (ou pas), quelques secrets de famille dans l'après-guerre (on est en 1963)...
Des étudiants veulent empêcher que leur foyer, "Le Quartier latin" (il y a plein de mots en français tout au long du film ; notamment le livre que lit l'héroïne : "Les Thibault") soit rasé pour en construire un nouveau. Dans ce foyer, les étudiants ont toutes sortes de clubs, astronomie, physique, philosophie... dans un joyeux bazar.

Plutôt que les avions et autres objets volants chers à Miyazaki père, on a ici des bateaux, comme on en trouvait déjà dans Ponyo (d'ailleurs, la communication en morse - avec la lumière - est remplacée par les drapeaux que l'héroïne lève tous les matins, geste nostalgique de son enfance lorsqu'elle attendait le retour de son père, mort pendant la Guerre de Corée). Le film ne comporte pas de scènes à la limite du réel, comme c'est généralement le cas dans les Miyazaki père. On a quand même le personnage habituel de fille énergique, qui bosse toute la journée dans la bonne humeur (elle aide à tenir une pension de famille), avec détermination.

C'est un Japon optimiste, qui se reconstruit après la guerre. Le thème général, c'est comment faire du neuf, comment aller de l'avant sans oublier le passé, sans faire du passé table rase. Ainsi, les étudiants militent pour que leur foyer, un beau bâtiment ancien, ne soit pas rasé. On voit aussi que Tokyo est en chantier pour la préparation des Jeux Olympiques de 1964. On pourra aussi penser qu'il y a une dimension personnelle forte dans ce thème de l'avenir, de ne pas oublier le passé, puisque c'est le fils du grand Miyazaki qui est à la réalisation, et son film, il faut le dire, est nettement plus réussi que sa précédente tentative (Les Contes de Terremer). Peut-être parce que Miyazaki père a écrit le scénario et s'est intéressé de plus près au processus de création du film qu'il ne l'avait fait pour Les Contes de Terremer.

Il y a plus de chansons que dans les précédentes productions Ghibli ; accordéon, limite jazz parfois. C'est tout joli (dans Télérama, il est écrit que le tsunami est arrivé pendant que le film était dessiné ; Goro Miyazaki a alors accentué "le côté «paradis perdu»").
Dans la bande annonce ci-dessous, on entend un titre de Aoi Teshima :


Humour, gentillesse, jolie musique, bonne animation... Que demander de plus ?

Miyazaki père était déjà au scénario de Arietty...
J'espère que, un jour, il pourra y avoir un bon dessin animé du studio Ghibli sans qua la qualité du scénario soit redevable au père... Il faut vraiment qu'il ait un successeur de valeur...
Quand je vois qu'il prépare Porco Rosso 2 "The Last Sortie ", ça fait un peu testament...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.plathey.net
Avadoro
Zen littéraire
avatar

Messages : 3501
Inscription le : 03/01/2011
Age : 32
Localisation : Cergy

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Mer 18 Jan 2012 - 1:04

La colline aux coquelicots

J'ai apprécié une poésie délicate dans l'évocation des relations, l'enthousiasme de l'ensemble qui permet de lier une quête d'identité à cet engagement pour la préservation d'un héritage.
Et comme toujours dans les productions Ghibli, l'attention à la nature et à l'espace trouve un terrain d'expression...avec une sérénité calme d'une belle fraîcheur.
Je reste tout de même sur la réserve car la mise en scène est dépourvue d'aspérités : Goro Miyazaki n'a pas encore acquis à mon goût une personnalité de réalisateur, et les intentions sont encore trop visibles par rapport aux aboutissements (à l'image d'une musique agréable mais trop surchargée). Une sensibilité est présente tout en ne s'imposant pas suffisamment face à une approche un peu scolaire...ce sont des promesses à développer.
Quant à l'avenir du studio, il reste en effet incertain tant la présence d'Hayao Miyazaki peut encore être écrasante (ne simplifiant pas d'ailleurs pas les échanges avec son fils). La transmission est forcément un fragile édifice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Mer 18 Jan 2012 - 22:20



Ici-bas de Jean-Pierre Denis
Citation :
Fin 1943 sous l’occupation, Sœur Luce, une religieuse à la dévotion et au dévouement exemplaires, est infirmière à l’hôpital de Périgueux. La rencontre d’un aumônier, Martial, passé dans les rangs du maquis et à la foi profondément ébranlée, bouleverse son existence.

Voici un film qui, a priori, inspire confiance. Un metteur en scène rare et exigeant, Jean-Pierre Denis, auteur entre autres de Champ d'honneur et de Les blessures assassines, un scénario inspiré d'une histoire étonnante et méconnue de la seconde guerre mondiale, des acteurs qui n'ont pas l'habitude de décevoir (Eric Caravaca, Céline Sallette). Cette dernière, tout en retenue et en sobriété, est d'ailleurs impeccable, son interprétation est une bonne raison (la seule ?) pour aller voir Ici-bas. Ajoutons-y la photogénie du Périgord pour faire bonne mesure et c'est à peu près tout ce qui peut provoquer un semblant d'émotion. Tour à tour amoureuse du Christ, puis d'une maquisard, l'héroïne de Jean-Pierre Denis n'est guère servie par une mise en scène d'une sèche austérité qui tue dans l'oeuf toute vibration de l'âme. Où est la passion, la folie et le danger dans ce film amidonné qui laisse de marbre alors que se joue une tragédie dans une France occupée ? Et passons sous silence la vision plus qu'angélique de l'attitude du Clergé en ces temps incertains. Pas de chair, pas d'effervescence, pas de secousses, Ici-bas, en dépit de son sujet, est un objet à peu près lisse et insipide.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Mer 18 Jan 2012 - 23:01

Qui a déjà pu jeter un coup d'œil sur le programme de la Berlinale (le festival du film à Berlin du 09 au 19/février) ? Quels films me conseillez-vous d'aller voir ?

L'Ours d'or 2012 sera choisi parmi ces nouveautés :
Aujourd´hui [France/Senegal] par Alain Gomis (L´Afrance, Andalucia)
avec Saül Williams, Aïssa Maïga, Djolof M'bengue

Barbara [Allemagne] par Christian Petzold (Yella, Jerichow, Dreileben)
avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld

Cesare deve morire (César doit mourir) [Italie] par Paolo et Vittorio Taviani (Padre padrone, La notte di San Lorenzo, La masseria delle allodole, San Michele aveva un gallo)
avec Fabio Cavalli, Salvatore Striano

Gnade (Grâce) [Allemagne/Norvège] par Matthias Glasner (The Free Will, Sexy Sadie)
avec Jürgen Vogel, Birgit Minichmayr, Henry Stange

Jayne Mansfield’s Car [Russie, USA] par Billy Bob Thornton (Sling Blade, The King of Luck, All the pretty Horses)
avec Billy Bob Thornton, Robert Duvall, John Hurt, Kevin Bacon

Lenfant den haut (Sister) [Suisse/France] par Ursula Meier (Tous à table, Des épaules solides, Home)
Avec Léa Seydoux, Kacey Mottet Klein, Gillian Anderson, Martin Compston

Metéora (Meteora) [Allemagne/Grèce] par Spiros Stathoulopoulos (PVC-1)
avec Theo Alexander, Tamila Koulieva

Tabu [Portugal/Allemagne/Brésil/France] par Miguel Gomes (The Face You Deserve, Our Beloved Month Of August)
avec Teresa Madruga, Laura Soveral, Ana Moreira, Carloto Cotta

Csak a szél (Seulement le vent) [Hongrie/Allemagne/France] par Bence Fliegauf (Dealer, Rengeteg, Tejút, Womb)
avec Lajos Sárkány, Katalin Toldi, Gyöngyi Lendvai, György Toldi

Was bleibt (Ce qui reste) [Allemagne] par Hans-Christian Schmid (Storm, Requiem, Distant Lights)
avec Lars Eidinger, Corinna Harfouch, Sebastian Zimmler, Ernst Stötzner

et finalement en Berlinale Special
In The Land Of Blood And Honey [USA] le début d’Angelina Jolie en tant que metteur en scène
avec Zana Marjanović, Goran Kostić, Rade Šrbedžija, Vanesa Glodjo

En plus il y a bien une centaine de films dans les différentes sections (Panorama, Forum, Generation, etc). Je vous laisse les découvrir dans le programme officiel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Jeu 19 Jan 2012 - 15:00

C'est très pointu, Maline.
Petzold est l'un des réalisateurs allemands les plus prometteurs, Après Home, Ursula Meier est une réalisatrice à suivre. Miguel Gomes a l'habitude de mélanger documentaire et fiction, plutôt déconcertant. Billy Bob Thornton tourne peu en tant que réalisateur, mais bien en général. Les Taviani ont plutôt leur carrière derrière eux et ils ne m'ont jamais enthousiasmé. Le film grec peut être intéressant, le cinéma de ce pays est en pleine renaissance avec des films assez tordus en général.
Dans la sélection Panoramas, j'ai repéré les nouveaux films de Pen-ek Ratanaruang, Volker Schlöndorff, Srdjan Dragojovic, Cao Hamburger ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Jeu 19 Jan 2012 - 22:51



Trust de David Schwimmer
Citation :
Annie, 14 ans, vit dans une famille sans histoires. Elle est heureuse avec un jardin secret : Charlie, son âme soeur on line. Il a 16 ans, peut-être plus. Qu'importe, ils vont se rencontrer.

Dans un premier temps, Trust aborde la prédation sexuelle via internet et la pédophilie de façon frontale et réaliste. Une fois le crime commis, il est logique d'attendre l'enquête policière prendre le dessus et le mélodrame s'installer dans la famille de la jeune fille de 14 ans abusée. L'intelligence du film de David Schwimmer est de négliger peu à peu la chasse au pervers en se concentrant sur les dommages collatéraux du viol et l'évolution psychologique des deux personnages principaux : l'adolescente (Liana Liberato, géniale) et son père (Clive Owen, excellent), dont les réactions sont radicalement opposées. Le traumatisme est du côté de ce dernier qui voit voler en éclat l'espèce de confort et de sécurité dans lesquels il croyait avoir installé toute sa petite famille. Bien que calibré façon produit de consommation courante, avec une mise en scène sans éclat,Trust surpasse son point de départ en s'incrustant, avec une certaine finesse, dans le giron familial et en le fragmentant de mille éclats contradictoires, une fois le drame consommé. Pour son cheminement relativement original, quoi que parfois trop balisé, et ses vertus pédagogiques, Trust se révèle un film digne, captivant et même dérangeant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
Maline
Zen littéraire
avatar

Messages : 5239
Inscription le : 01/10/2009
Localisation : Entre la Spree et la Romandie

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Ven 20 Jan 2012 - 0:26

@traversay
Merci de ton appréciation. J'attends impatiemment la sortie du programme complet d'ici une semaine pour faire mon choix. Ce qui est sûr, cette année je retourne à la Berlinale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Sam 21 Jan 2012 - 16:17



Turn me on de Jannicke Systad Jacobsen
Citation :
Alma a 15 ans et vit avec sa mère dans un petit village de Norvège perdu en pleine région des fjords. Elle boit des bières en cachette avec ses copines, fantasme sur le guitariste de la chorale du lycée et fait appel à une hotline un peu spéciale pour satisfaire ses envies d’amour et de sexe.

Turn me on a provoqué un mini-scandale en Norvège, au même titre que le livre dont il est adapté. Parce qu'il y est question des fantasmes sexuels d'une fille de 15 ans et que l'on y appelle un chat, un chat. Il n'y a pourtant pas de quoi en fouetter un, tellement le film de Jannicke Systad Jacobsen reste sage et évolue sur le ton de la comédie de moeurs à la mode scandinave. Autant que les obsessions de cette adolescente, la cinéaste nous répète à l'envi quel ennui est l'existence dans un trou perdu comme Skoddeheimer, village banal de la région des fjords. Dans le même registre, Fucking Amal du suédois Lukas Moodysson était autrement plus audacieux et punk dans l'esprit. Turn me on est une bluette plus gentille que graveleuse, au scénario répétitif, et qui fait bien de s'arrêter au bout d'une heure et quart.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Mer 25 Jan 2012 - 13:59



The Vintner's Luck de Niki Caro
Citation :
Dans la France du XIXème siècle, Sobran Jodeau, un jeune viticulteur ambitieux, a trois amours dans sa vie : sa jolie femme Céleste, la fière baronne Aurora de Valday et son ami l'ange Xas. Sous l'influence de ce dernier, Sobran va devoir sonder les profondeurs de sa foi et va se retrouver aux prises avec le sensuel, le sacré et le profane, le tout dans le but de créer le parfait millésime...

Au début, il y a le roman d'Elizabeth Knox, l'étrange histoire d'un vigneron bourguignon du 19ème siècle et ses rencontres régulières avec un ange. Le film de Niki Caro en est une illustration fidèle, moins axé cependant sur les relations troubles et troublantes entre l'ange et le vigneron que sur l'ascension sociale de ce dernier. Très beaux paysages, avec un tournage moitié en Bourgogne, moitié en Nouvelle-Zélande, au gré des changements de saisons et des récoltes. Il manque peut-être une voix off pour insuffler un peu de poésie à cette oeuvre trop sage. Les images sont superbes mais on ne retrouve pas le pouvoir sensoriel des mots. Le casting, international, est de qualité. Jérémie Renier est crédible en vigneron, Gaspard Ulliel moins convaincant en ange (trop sexué ?). Sans oublier une belle grappe d'actrices féminines, dont la magnifique Vera Farmiga. Plus de deux ans après sa sortie en Nouvelle-Zélande, pourquoi ne lui a t-on pas donné son titre français, La veine du vigneron ?, le film est à l'affiche dans une seule salle (parisienne) en France. Pour un flacon de vin et de divin, l'ivresse est pour le moins sélective (Sherlock Holmes 2 a droit à 675 salles !). C'est triste.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Mer 25 Jan 2012 - 22:12



Sport de filles de Patricia Mazuy
Citation :
Révoltée par la vente du cheval d’obstacle qu’on lui avait promis, Gracieuse, cavalière surdouée, claque la porte de l’élevage qui l’employait.
Elle redémarre à zéro en acceptant de rentrer comme palefrenière dans le haras de dressage qui jouxte la ferme de son père. La propriétaire, Joséphine de Silène, y exploite d’une main de fer la renommée internationale d’un entraineur allemand, Franz Mann, ancien champion cynique et usé dont les riches cavalières du monde entier se disputent le savoir - mais aussi le regard !

Patricia Mazuy tourne peu, mais bien, en général (Peaux de vaches, Saint-Cyr,...). Sport de filles est le genre de film qui préfère les angles aigus à la rondeur et qui ne tend pas la joue pour qu'on l'embrasse. Prenez son héroïne, Gracieuse, qui est tout l'opposé de son prénom : elle est farouche, instinctive, revêche, monomaniaque. Elle aime bien plus les chevaux que les humains. Grâce à elle, nous pénétrons dans le petit monde du dressage, microcosme impitoyable dans lequel les rapports de séduction, de soumission, d'humiliation rendent l'atmosphère délétère. Non, le film de Mazuy n'est pas la femme qui murmurait à l'oreille des chevaux, loin s'en faut. Son aspect fruste, naturaliste, théâtral souvent, et son scénario qui semble aller nulle part font douter longtemps de sa capacité à capter notre intérêt (à moins d'être un amoureux des équidés, évidemment). Et pourtant, peu à peu, entre les vieux chevaux de retour (Balasko, étonnante ; Ganz, magnifique) et la tête de mule (Hands, impeccable), la relation se fait animale et les enjeux apparaissent dans toute leur intensité. Alors que la deuxième partie laisse à penser que le film va tomber dans le syndrome Billy Elliot, c'est un affrontement radical et rugueux entre la (presque) élève et le maître que la réalisatrice met en scène dans un très beau final où la violence et la tendresse se rejoignent. Commencé au trot, Sport de filles se termine au galop. Hop là !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
ocean
Main aguerrie
avatar

Messages : 338
Inscription le : 01/08/2011
Age : 54
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Sam 28 Jan 2012 - 16:46

J'ai vu récemment "Le Havre" et "Les neiges du Kilimandjaro"...Très beaux films tous les deux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ocean
Main aguerrie
avatar

Messages : 338
Inscription le : 01/08/2011
Age : 54
Localisation : Lyon

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Sam 28 Jan 2012 - 16:48

Et " The descendants" fait partie notre liste à voir!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
traversay
Flâneur mélancolique
avatar

Messages : 10160
Inscription le : 03/06/2009
Age : 59
Localisation : Sous l'aile d'un ange

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Sam 28 Jan 2012 - 18:40

ocean a écrit:
J'ai vu récemment "Le Havre" et "Les neiges du Kilimandjaro"...Très beaux films tous les deux...

Mais il faut en parler Very Happy sur les fils idoines. Plus y'a d'avis, mieux c'est, non ?
A ce propos, Spielberg en a un aussi. bonjour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cin-phile-m-----tait-cont-.blog4ever.com/blog/index-48511
darkanny
Zen littéraire
avatar

Messages : 7078
Inscription le : 02/09/2009
Localisation : Besançon

MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   Sam 28 Jan 2012 - 18:49

traversay a écrit:



Patricia Mazuy tourne peu, mais bien, en général (Peaux de vaches, Saint-Cyr,...). Sport de filles est le genre de film qui préfère les angles aigus à la rondeur et qui ne tend pas la joue pour qu'on l'embrasse. Prenez son héroïne, Gracieuse, qui est tout l'opposé de son prénom : elle est farouche, instinctive, revêche, monomaniaque. Elle aime bien plus les chevaux que les humains. Grâce à elle, nous pénétrons dans le petit monde du dressage, microcosme impitoyable dans lequel les rapports de séduction, de soumission, d'humiliation rendent l'atmosphère délétère. Non, le film de Mazuy n'est pas la femme qui murmurait à l'oreille des chevaux, loin s'en faut. Son aspect fruste, naturaliste, théâtral souvent, et son scénario qui semble aller nulle part font douter longtemps de sa capacité à capter notre intérêt (à moins d'être un amoureux des équidés, évidemment). Et pourtant, peu à peu, entre les vieux chevaux de retour (Balasko, étonnante ; Ganz, magnifique) et la tête de mule (Hands, impeccable), la relation se fait animale et les enjeux apparaissent dans toute leur intensité. Alors que la deuxième partie laisse à penser que le film va tomber dans le syndrome Billy Elliot, c'est un affrontement radical et rugueux entre la (presque) élève et le maître que la réalisatrice met en scène dans un très beau final où la violence et la tendresse se rejoignent. Commencé au trot, Sport de filles se termine au galop. Hop là !


A peu près d'accord sur tout avec traversay, j'ai vraiment craint au début que l'on s'achemine vers l'histoire x fois racontée de l'entraîneur hyper doué vieillissant jouant d'une notoriété publique mais blasé, revenu de tout, face à la cavalière rebelle mais hyper douée elle aussi (le miroir de l'entraîneur en fait) qui enfreint les règles pour mieux atteindre son but, mais qui se verra récompensée mais au prix de.....Ô combien d'efforts, de sans gêne et de ruse.

Evidemment il y a un peu de tout ça , mais le talent de la réalisatrice nous fait emprunter des chemins de traverse et ne cède pas à la facilité, avec des gros sabots (de cheval) (ohoh ! je me traversayfie) et tout le sentimentalisme qui pourrait accompagner cette histoire.

Les personnages secondaires (Josyane Balasko en prime) sont super bien amenés, il y a une bonne dose d'humour dans les dialogues et d'ironie triste surtout de la part du vieil entraîneur décati joué par Bruno Ganz.

Les scènes de dressage et de manège sont magnifiques et les chevaux super bien cadrés (ces yeux!!!!! et ces gambettes qui font des ces animaux à la fois des illustrations de force et de fragilité).

Bref j'ai passé un moment très plaisant.


Dernière édition par darkanny le Sam 28 Jan 2012 - 19:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[2012] A l'affiche ou bientôt sur les écrans (vu ou à voir)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 32Aller à la page : 1, 2, 3 ... 16 ... 32  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le jardin de Vicky (Affiches)
» Bientôt sur vos écrans, la reconstitution généalogique d'un village disparu de la Meuse
» Bientôt sur les écrans
» Bientôt conservateur, enfin en 2012 quoi
» Festival Beauregard 2012 (Hérouville St Clair)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Parfum de livres… parfum d’ailleurs :: Images et sons :: Cinéma, télévision et radio-
Sauter vers: