Parfum de livres… parfum d’ailleurs

Littérature, forum littéraire : passion, imaginaire, partage et liberté. Ce forum livre l’émotion littéraire. Parlez d’écrivains, du plaisir livres, de littérature : romans, poèmes…ou d’arts…
 
AccueilRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez
 

 Mikhaïl Boulgakov [Russie]

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mikhaïl Boulgakov [Russie]   Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeVen 19 Fév 2010 - 12:00

Merci de l'info eXPie !
Revenir en haut Aller en bas
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mikhaïl Boulgakov [Russie]   Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 31 Mai 2010 - 9:47

Un des meilleurs moments du festival Etonnants Voyageurs cette année:

Citation :
À l’origine était un rêve, diablement romanesque, celui d'Evguéni Iakovlev, homme de culture : mettre en images le roman le plus mystérieux de la littérature russe, le chef-d’œuvre de Mikhaïl Boulgakov, Le maître et Marguerite. Pour cette folie, à la démesure du roman, il engage l’actrice Isabelle Adjani dans le rôle de la belle amoureuse, et le non moins célèbre photographe de mode Jean-Daniel Lorieux.


© Jean-Daniel Lorieux Un « shooting » pharaonique à travers les rues, les parcs et les hôtels années 1930 de Moscou, plus de cent "acteurs" mobilisés, figurants, techniciens, habilleuses pour un budget de 3 millions d’euros… et au final, une incroyable création baroque que cette série de tableaux vivants, voluptueux et tragiques, dont la dramaturgie est sublimée par des extraits du roman !

les photos étaient exposées dans la Chapelle Saint Sauveur, Intra Muros:
Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Dscn5415

Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Dscn5421
Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Dscn5416 Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Dscn5417 Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Dscn5418 Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Dscn5419 Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Dscn5420

aime

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Queenie
...
Queenie

Messages : 22889
Inscription le : 02/02/2007
Age : 39
Localisation : Un peu plus loin.

Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mikhaïl Boulgakov [Russie]   Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 31 Mai 2010 - 10:03

Intéressant le point de vue très centré sur Marguerite...

Le cadre et les photos ont l'air superbes. Ah cette chance !

_________________
Oh, baby, baby, it's a wild world
It's hard to get by just upon a smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marko
Faune frénéclectique
Marko

Messages : 17930
Inscription le : 23/08/2008
Age : 51
Localisation : Lille

Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mikhaïl Boulgakov [Russie]   Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 31 Mai 2010 - 11:54

Ils devraient en faire un livre illustré avec le texte et les photos.

_________________
"Ceux qui croient posséder une clef transforment le monde en serrures. Ils s'excitent, ils interprètent les textes, les films, les gens. Ils colonisent la vie des autres. Les déchiffreurs devraient se calmer, juste décrire, tenter de voir, plutôt que de projeter du sens et de s'approprier l'obscur, plutôt que d'imposer la violence blafarde de l'univers. Dire comment, pas pourquoi."
Francois Noudelmann (Tombeaux: d'après La Mer de la Fertilité de Mishima).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kenavo
Zen Littéraire
kenavo

Messages : 63288
Inscription le : 08/11/2007

Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Mikhaïl Boulgakov [Russie]   Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeLun 31 Mai 2010 - 12:03

Marko a écrit:
Ils devraient en faire un livre illustré avec le texte et les photos.
le moment que je suis entrée dans la chapelle, j'ai vu près de la porte sur une table deux, trois livres avec photos et texte.. et je me suis demandée si c'était déjà fait, et je voulais le feuilleter après - mais après avoir vu les photos et ayant reçu l'autorisation de faire des photos de l'expo, j'étais tellement enthousiaste de pouvoir garder un souvenir des plus belles photos, je n'y ai plus pensé en sortant Very Happy

_________________
La vie, ce n'est pas d'attendre que l'orage passe,
c'est d'apprendre à danser sous la pluie.


Sénèque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmanuelle Caminade
Envolée postale
Emmanuelle Caminade

Messages : 204
Inscription le : 06/11/2009
Age : 68
Localisation : Drôme provençale

Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Empty
MessageSujet: Boulgakov   Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 Icon_minitimeSam 4 Sep 2010 - 14:25

Mikhaïl Boulgakov [Russie] - Page 3 196651-gf

Le Maître et Marguerite de Mikhaïl Boulgakov, chef d'oeuvre de la littérature russe du XXème siècle - ce qui n'interdit pas de formuler quelques réserves - démarre d'une intrigue simple pour développer un projet ambitieux à l'aide d'une architecture vertigineuse.

A la fin d'une journée printanière, le diable débarque à Moscou qu'il met à feu et à sang en bouleversant toutes les certitudes d'une société matérialiste athée qui, avec l'arrogance scientiste, pense pouvoir maîtriser le monde et permettre l'avènement d'un homme nouveau en faisant table rase du passé.
Faisant fi des arguments rationalistes qui sous-tendent la folie stalinienne, Boulgakov recourt au fantastique pour en éclairer le non-sens. Il rend manifeste le surnaturel, montre le pouvoir de l'imaginaire sur le réel et affirme, par diable interposé, sa croyance en Dieu, sa foi en l'immortalité de l'âme et en la dimension sacrée de la littérature.

C'est un roman diabolique placé sous le signe de la réversibilité du bien et du mal qui recourt au fantastique en s'inscrivant dans la tradition russe. C'est un livre à double tonalité servi par deux styles différents : un comique virulent, ironique, jubilatoire et terrifiant, à la fantaisie exubérante, mais aussi une gravité émouvante, douloureuse ou apaisée, soutenue par de belles images poétiques et oniriques.

Roman dénonciateur - et parfois vindicatif- Le Maître et Marguerite m'apparaît également comme le livre testamentaire et initiatique d'un auteur désireux de témoigner qu'il existe "en ce bas monde" un amour "véritable", désintéressé et fidèle, et surtout une vraie littérature dont "les manuscrits ne brulent pas"et à laquelle il se réfère abondamment.
Et, si Boulgakov espère la fin de ses tourments terrestres et se préoccupe de sa rédemption, il semble vouloir aussi sortir les "hommes ordinaires" de leur "hypnose collective" en leur montrant qu'ils ne sont pas tout à fait abandonnés.

La relecture de ce roman à la richesse inépuisable, après une douzaine d'année, m'a enthousiasmée et il me semble que j'y ai vu bien plus de choses. Je l'ai ressenti comme très musical et ai souvent entendu à sa lecture des airs d'opéras, cités explicitement ou non par l'auteur.
J'ai fait ainsi un rapprochement entre certains extraits du Maître et Marguerite et des airs de La damnation de Faust de Berlioz qu'ils m'avaient fait entendre !

Il s'agit de la scène XX, Le Ciel et L' Apothéose de Marguerite  qui termine l'opéra de Berlioz.

Dans le ciel, un choeur de séraphins absout Marguerite l'infanticide car "elle a beaucoup aimé", l'arrachant à "ses terrestres douleurs". Un choeur sublime  qui pour moi retentit à deux moments :
- Quand Marguerite demande la grâce de Frieda l'infanticide (référence manifeste à la Margarete de Goethe)
Et, surtout,  à ce beau passage que je cite dans l'extrait 5, à  la fin du dernier chapitre intitulé  Grâce et repos éternel, quand le Maître et Marguerite s'éloignent vers l
eur éternel repos et voient  se lever l'aube promise.


  Extrait 5, p.512/513

(...)
-Adieu! lançèrent d'une seule voix le Maître et Marguerite.
Et insoucieux des routes et des chemins,  le noir Woland se précipita en grand fracas dans l'abîme, suivi de sa bruyante escorte. Alentour, il n'y eut plus ni rochers, ni plateau, ni chemin de lune, ni Jérusalem. Les chevaux noirs avaient disparu aussi. Et le Maître et Marguerite virent se lever l'aube promise......Elle succéda immédiatement à la pleine lune de minuit. Le Maître marchait avec son amie, dans l'éblouissement des premiers rayons du matin, sur un petit pont de pierres moussues. Ils le franchirent. Le ruisseau resta en arrière des amants fidèles, et ils s'engagèrent dans une allée sablée.
- Ecoute ce silence, dit Marguerite, tandis que le sable bruissait légèrement sous ses pieds nus, écoute, et jouis de ce que tu n'as jamais eu de ta vie - le calme. Regarde, devant toi, voilà la maison éternelle que tu as reçu en récompense. Je vois déjà une fenêtre à l'italienne, et les vrilles d'une vigne vierge, qui grimpe jusqu'au toit.Voilà ta maison, ta maison pour l'éternité. Je sais que ce soir, ceux que tu aimes viendront te voir - ceux qui t'intéressent et qui ne te causeront aucune inquiétude. Ils joueront de la musique, ils chanteront pour toi, et tu verras : quelle lumière  dans la chambre, quand brûleront les chandelles! Tu t'endormiras, avec ton éternel vieux bonnet de nuit tout taché, tu t'endormiras avec le sourire aux lèvres. Ton sommeil te donnera des forces, et tu te mettras à raisonner sagement. Et tu n'auras plus jamais l'idée de me chasser. Quelqu'un veillera sur ton sommeil, et ce sera moi.
Ainsi parla Marguerite, en se dirigeant avec le Maître  vers leur maison éternelle, et le Maître eut le sentiment que les paroles de Marguerite coulaient comme un filet d'eau, comme coulait en murmurant le ruisseau qu'ils avaient laissé derrière eux.
(...)


La Damnation de Faust, S. Cambreling, Fura del baus (théâtre extrème), Salzburg 1999, (DVD Juillet 2000)
avec le  Staatskapelle Berlin  et le Tölzer Knabenchor  ( soliste : Ludwig Mittelhammer)